AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B07NH9FL1W
108 pages
Éditeur : (06/02/2019)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Cruelles, amères ou abjectes, quatre nouvelles où la malchance tutoie le mauvais sort, n'augurant rien de bon...--- Le paquet de cigarettes ---Walter est pressé, Walter est furieux, Walter a le fisc aux fesses. Heureusement, le Libérateur est avec lui, mais Walter fume, et parfois, cela n'a rien d'anodin.--- L'étrange plaisir des fiancés ---Yoko et Hiruko s'aiment, se chérissent, flamboient tous deux. Depuis peu, leurs ébats trouvent toutefois d'étranges échos, dont... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
gabrielleviszs
  28 août 2019
Je remercie l'auteur pour m'avoir fait parvenir son recueil de contes il y a un petit moment de cela. La couverture va parfaitement avec l'ambiance des histoires. D'ailleurs, il y en a 4 qui, bien que différentes, ont toutes un point commun : la bizarrerie. J'aurai pu écrire le glauque, la noirceur profonde des personnages et des situations, mais non, je préfère largement ce mot de bizarrerie, car elle est vraiment globale sur les quatre récits.
Qui a besoin d'une cigarette ou le paquet de cigarettes. C'est la première du recueil et la seule dont je n'ai absolument pas compris le sens. Walter est un homme d'affaires qui oublie de bouger régulièrement. Entretenant une maîtresse, il a le regard baladeur, quand ce n'est pas ses mains. Accro au café et aux cigarettes, il risque l'ulcère : le fisc est à ses trousses ! Son entreprise est trop propre, pas la moindre erreur humaine dans les comptes, ce qui est fortement improbable. Il va faire appel à un homme, le libérateur, afin de l'aider à tromper le fisc. En attendant sa venue, il décide de s'acheter un paquet de cigarettes. Ce dernier va lui coûter très cher. Dans le même temps, Bruno, un homme qui prend soin de lui, ressent de drôles de douleurs dans le torse. Elles sont horribles et lui font perdre connaissance. À son réveil, les douleurs semblent l'avoir laissé de côté. Il va donc pouvoir aller travailler. Deux hommes que tout oppose et pourtant il y aura un point commun. Je suis complètement passée à côté, car je n'ai compris ni la morale ni le pourquoi ce final. Je cherche encore et je suis tombée sur un plaisir particulier.
L'étrange plaisir des fiancés, raconte la vie de deux jeunes gens qui s'aiment plus que tout. Leur passion les amène à un plaisir qui leur fait tout oublier. Tous deux travaillent du plus juste afin de subvenir à leur besoin. Lors d'une union un peu plus mouvementée, une lampe est réduite en miettes. Coïncidence ? Forcément, elle se trouve juste à côté d'eux. Les mots sont sensuels, la douceur est intense si ce n'est le final qui m'a fait rire. Pour ceux et celles qui l'ont déjà lu, non je ne suis pas folle. le déroulement de l'histoire est amusant et laisse une part à un côté fantastique qui me plaît beaucoup. Au fur et à mesure des pages défilant sous mes yeux, nous suivons leur histoire en nous disant que le cerisier est une très bonne idée. Toutes les suppositions sont bonnes à prendre et le mystère reste entier. Comment cela peut-il bien se passer ? Et pourquoi ? Toujours est-il que Yoko et Hiruko s'aiment tant que cela ne peut aller que jusqu'à la mort.
Après ce beau rouge passion, nous suivons Gabriel et Lucien, deux randonneurs, deux amis pour la vie qui ont décidé de se retrouver Entre Bleu et Vert. Depuis de nombreuses années, ils partent souvent en randonnées, parcourir des endroits qui sont à la fois beaux et complexes. Arrivés au début du trajet, un refuge est déjà présent. Ce qui est étrange, car tout le monde sait (enfin je l'espère) que les refuges sont sur les chemins et non au début. Les deux hommes vont y faire la connaissance d'un vieil homme qui semble bien connaître les lieux. Un chemin parcouru d'embûches les attend. La montagne peut être parfaite, mais elle cache aussi de sombres secrets. Ces mêmes secrets qui, une fois remontés à la surface risque de bien donner du fil à retordre à nos deux amis. Il suffit d'un rien, d'une distillation pernicieuse d'un inconnu pour que tout déraille.
Il vaut mieux mettre tout à plat lorsqu'il en est encore temps, autrement cela peut donner des situations comme dans ces montagnes et ce n'est franchement pas joli. J'ai beaucoup aimé le final avec le vieil homme, son sourire discret et ses derniers mots apportent un peu plus de lumière. Et dire que tout avait commencé comme dans L'appartement. D'accord, pas exactement comme ce qui arrive à Brigitte, mais Lucien et Gabriel ont un passé commun qui n'a rien à envier à notre femme de ménage. Depuis presque 5 ans, cette femme effectue des ménages dans un appartement où personne ne vit. Obnubilée par la propreté elle travaille énormément dans ces lieux. Les meubles sont disposés de telle manière qui est difficile d'accéder à la poussière, des objets un peu partout qui gêne plus qu'autre chose, mais le propriétaire, passé par l'agence qui l'emploie, a bien demandé à ce que tout reste tel que. Un jour, alors qu'elle fête son 5ème anniversaire, elle se retrouve face à son passé.
La saleté est un point crucial entre les personnages, les années sont passées sans pour autant soulager l'un ou l'autre. Si elle a oublié ce qui s'est produit il y a bien longtemps, l'autre personne non. Il n'a eu de cesse de ruminer. Elle n'a pas la vie qu'elle pensait, pourtant elle s'accroche à ce qu'elle connaît : le propre. Lui a toujours vécu dans le sale. Les circonstances de leur rencontre sont très bien expliquées, le pourquoi du comment aussi. C'est une histoire qui m'a beaucoup touché, ressemblant étrangement à un harcèlement que beaucoup d'enfants peuvent vivre. Rien ne s'oublie, rien ne se perd. Travailler sur soi est un luxe que certains ne peuvent pas. La petite phrase : "la roue tourne" prend tout son sens ici. Car si elle a bien tourné, les conséquences peuvent être graves.
Ces quatre récits (même si pour le premier je suis à côté de la plaque) apportent tous un élément important. Derrière chaque mot écrit, il y a un ou plusieurs personnages qui a souffert, qui souffre encore ou qui veut faire souffrir. D'ailleurs, côté écriture, j'aime beaucoup la plume de l'auteur, un brin sarcastique par endroit, plus sérieux à d'autres, humoristique aussi. La douleur d'un rejet, d'un geste, d'un mensonge, d'une idée reçue peut être fatale. le pardon n'est pas facilement donné. Bien que certains passages soient plutôt glauques, j'ai eu le sourire très facile. L'auteur ne tombe pas dans la facilité en appuyant là où cela fait mal. Nous le savons, nous le découvrons. Les faits arrivent les uns après les autres sans nous mettre véritablement dans la déprime. Ces récits nous permettent de nous poser de nombreuses questions. C'est une très belle découverte pour ma part.
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/contes-de-mauvais-augures-lucas-lavarenne-a169206710
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ManedWolf
  04 juin 2019
Un délicieux recueil grinçant et cynique, qui me rappelle un peu certaines nouvelles cinglantes de Roald Dahl.
En une centaine de pages, Lucas Lavarenne nous propose quatre petits contes, une déclinaison de sujets autour de la malchance, de la malédiction, du mauvais oeil. Celui qu'on a en soi, celui qu'on attire ou celui qu'on provoque...
La plume est pointue, incisive, elle enrobe très agréablement le propos et ajoute une ambiance ludique aux déboires des personnages. Les nouvelles sont de la bonne longueur, sans temps mort mais avec suffisamment de détails pour qu'on soit plongé dans le décor sans difficulté.
Je ne suis en général pas très bonne cliente pour les recueils, je suis toujours tentée de les lire en continu alors que les changements d'ambiance sont trop brutaux, ce qui me prive d'une partie de mon plaisir de lecture. Mais là, la taille des nouvelles et leur nombre restreint m'a permis de les savourer séparément, en m'accordant des pauses pour les apprécier chacune à sa juste valeur. Et le fil rouge du recueil est également très utile pour garder une unité, bref, très joli travail.
Je ne crois pas avoir préféré l'une ou l'autre des nouvelles, qui sont aussi efficaces que percutantes. La première, très courte, annonce la couleur pour la suite. Celle des amants fait monter d'un cran la cruauté, par cette fin détonante. Celle des randonneurs est plus calme mais aussi plus fouillée, avec des personnages qui ont le temps de se présenter plus en détail. Et enfin, la dernière, la plus longue, nous apporte du suspense, des surprises et nous achève par sa noirceur. Très bel équilibre, l'ordre des nouvelles est malin, on sent que tout le recueil a été travaillé dans les moindres détails.
Bref, j'ai tout aimé de ces Contes : la plume, le cadre, le style, la taille, et évidemment le contenu. Chapeau à l'auteur, j'ai hâte de découvrir ses autres productions !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Annicklecture
  22 mai 2019
Comment ai-je eu connaissance de ce recueil de nouvelles ? L'auteur m'a gentiment contactée par le biais de mon blog pour me prévenir que son récit était gratuit sur Amazon en décembre dernier. Sans avoir pris connaissance des résumés, et, la couverture m'ayant franchement attirée, je me suis dit que 4 nouvelles et une centaine de pages, je pouvais me lancer dans ces textes entre deux autres lectures. Quatre thèmes différents pour ces nouvelles noires mais pas trop, tortueuses et chacune avec une chute et/ou un dénouement intéressants. L'écriture et le vocabulaire choisis sont bien maîtrisés. Les sujets sont en rapport avec la vie courante mais joués par des personnages poussés dans leur extrême retranchement. Nous sommes les spectateurs de ses petites scénettes avec un petit sourire en coin pour certaines. Merci Luca et continue sur ta lancée.
Commenter  J’apprécie          10
AzaLeona
  01 mai 2019
En résumé, il a juste besoin d'un allègement de style pour être parfait. Malgré cette imperfection, les Contes de Mauvais Augure est, dans l'ensemble un très bon recueil et respecte les genres annoncés. S'il ne compte que 4 nouvelles, c'est amplement suffisant pour couvrir l'intégralité de la thématique. En effet, complémentaires, chacune aborde un aspect différent du mauvais oeil.
À mi-chemin entre conte et nouvelle, ce recueil dépoussière les contes de fées de notre enfance et nous rappelle qu'ils n'étaient pas vraiment faits pour les enfants. Que vous soyez superstitieux ou non, ces contes vous rendront sans doute plus attentifs aux signes insidieux qui peuvent s'avérer parfois… de mauvais augure.
Lien : https://biblideleona.wordpre..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   28 août 2019
– Mon Hiruko… J’ai peur que… tu sais… objecta-t-elle sans pour autant le repousser.
Une fois de plus, il lui expliqua que leurs ébats n’avaient rien à voir avec leurs mésaventures. Finissant par entendre raison, elle l’enlaça, et – avant d’aller travailler –, ils s’unirent lentement. Elle avait les plus belles fesses qu’une femme n’ait jamais eues, se dit le jeune homme en les voyant onduler. Du bout des doigts, il les frôla, ivre de ce contact sublime. L’instant d’après, il vint. Seul.
Troublé que Yoko ne l’ait pas suivi, il la dévisagea avec inquiétude.
– Ne t’en fais pas, lui glissa-t-elle dans le creux de l’oreille. J’ai du mal à oublier mes vilaines idées, c’est tout… Ne t’arrête pas, s’il te plaît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszsgabrielleviszs   28 août 2019
Abasourdis, ils hésitèrent une nouvelle fois à s’arrêter là : à défaut d’avoir résolu leurs problèmes, pareille bagarre leur avait au moins calmé les nerfs – quant au reste, ils en discuteraient plus tard. Mais sans crier gare, les mots de Pierrot leur revinrent derechef, plus puissants que jamais, comme indélébiles. Pas de compassion pour qui refuse de te croire, résuma Lucien. Les certitudes se passent de preuve, rumina Gabriel. Les sermons du vagabond portaient en eux une force vive, féroce, qui leur interdisait d’en rester là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AzaLeonaAzaLeona   01 mai 2019
Un refuge au point de départ, c’était grotesque : pourquoi donc s’arrêter avant même de partir, alors que le but de toute randonnée digne de ce nom était de s’enfoncer dans la montagne, et de n’y tomber les sacs qu’une fois que la fatigue ou la météo l’imposait ?
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Lucas Lavarenne (2) Voir plus




Quiz Voir plus

La ferme des animaux

Qui est Mr Jones en Russie?

le tsar Nicolas I
le tsar Nicolas II
Trotski
Lénine

8 questions
1169 lecteurs ont répondu
Thème : La ferme des animaux de George OrwellCréer un quiz sur ce livre