AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Luc Carissimo (Traducteur)
ISBN : 2253152188
Éditeur : Le Livre de Poche (16/01/2002)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 203 notes)
Résumé :
Je ne pleurerai plus les disparus, endormis dans leur tombe marine. Leurs voix s'élèvent : «Conte notre histoire, disent-elles.

Elle mérite de rester dans les mémoires.» Je prends donc la plume ».

Ainsi commence la tragédie de l'Atlantide engloutie, à jamais disparue dans de terribles convulsions.

Fuyant le cataclysme, trois navires désemparés emportent le roi Avallach et sa fille vers Ynys Prydein, une île noyée dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  06 avril 2019
Cela faisait des années, presque vingt, que le cycle de Pendragon m'appelait. On me l'avait chaudement recommandé parce que j'adore tout ce qui tourne autour des légendes arthuriennes. On m'avait aussi vanté la profondeur de cette série, permettant de découvrir des éléments nouveaux, d'enrichir cette « mythologie », faisant remonter ses origines à l'Atlantide, les mélangeant aux traditions celtiques, etc. Il y a effectivement un peu tout cela dans le cycle de Pendragon, surtout dans le premier tome intitulé Taliesin, du nom d'un de ses protagonistes. Un peu trop, peut-être. Ce genre de livres, qui fait remonter aux parents et aux grands-parents de héros connus, même si ça respecte la chronologie des événements (ça me fait drôle de parler de chronologie pour un monde inventé !), ça ne me convainc pas toujours. Je crois que ça a davantage sa place à la fin d'une série, en préquel, afin d'explorer davantage un univers adoré. Commencer avec des personnages et des situations inconnus, c'est un gros risque. Trop gros à mon goût à moins d'être certain d'accrocher les lecteurs. Et moi, ça ne m'a pas accroché. Taliesin, Charis et tous les autres, je ne me sentais pas investi de leur destinée. Surtout qu'il s'agissait de deux histoires qui tardaient à se rejoindre. L'idée de remonter l'origine de ces légendes jusqu'à l'Atlantide était originale, ça a attisé ma curiosité, mais les descriptions étaient trop sommaires à mon goût, je n'arrivais pas à visualiser suffisamment ce royaume.Je ne veux paraitre injuste, certains éléments étaient bien décrits (par exemple, la vie de palais, les courses taurines) mais je n'arrivais pas à les concilier avec le reste du cycle. En quoi ces éléments seront pertinents en Bretagne quand arrivera Arthur? Quant à toutes ces luttes intestines, elles me semblaient inutilement complexes, tout cela aurait pu être résumé à l'essentiel en un chapitre. Mon intérêt s'est ranimé à l'engloutissement du royaume mais est retombé rapidement. Toutes ces guerres, tous ces conflits… je veux bien croire que c'était une période troublée mais, selon moi, ça faisait peu avancer l'intrigue. Tout ce que je voulais, c'était retrouver Merlin et Arthur. Quand le lecteur en sera arrivé à eux, dans les tomes ultérieurs, je me demande en quoi les aventures de Charis et Taliesin lui seront utiles. Comme beaucoup d'auteurs de fantasy, Stephen Lawhead a des idées originales mais son style laisse à désirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
laulautte
  04 août 2015
Stephen Lawhead nous offre avec son Cycle de Pendragon une Vision de la légende arthurienne toute particulière avec une généalogie différente qui offre des nouvelles perspectives des plus passionnantes et des plus convaincantes à cet univers mythique.
Cinq tomes - des origines qui prennent racine avec le mythe de l'Atlantide naîtront les légendes de Merlin, au travers de celle de son père Taliesin, Grand Barde de Bretagne, et de sa mère Charis, la Dame du Lac, et bien entendu celle d'Arthur qui deviendra le Pendragon et le malheureux gardien du Graal - d'une plume envoûtante dont les pages se tournent inlassablement ou presque... car si les innombrables « bondieuseries » (pour reprendre l'expression de gilou33) assomment, on se laisse bercer et vibrer sans peine dans ce nouvel univers arthurien.
Un récit épique époustouflant qui m'a enchanté mais je dois avouer ma préférence au Cycle d'Avalon de Marion Zimmer Bradley... pour l'heure... car je n'ai point fini mon tour d'horizon des légendes arthuriennes. Il me reste d'autres œuvres et cycles à découvrir ou à redécouvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Shan_Ze
  10 février 2016
A vrai dire, je l'ai lu très vite mais, je n'ai pas vraiment apprécié.
J'ai préféré les moments avec "le monde d'Elphin" que ceux d'Atlantide.
Pourtant, le thème avait l'air intéressant mais le début peu mouvementé et des descriptions incomprises (temps, espace, magie...) m'ont très vite fait relaché l'intéret que je portais au roman. Paradoxalement, j'ai continué et j'ai plus aimé à partir du moment de la catastrophe. J'aimerai peut-etre lire la suite mais j'ai peur de ne pas accrocher.
Commenter  J’apprécie          161
Parthenia
  22 juillet 2013
Dans ce cycle, Lawhead revisite la légende arthurienne, mélangeant les débuts du christianisme à la mythologie celtique, tout en y intégrant le mythe de l'Atlantide.
Ce volume se situe avant Merlin et Arthur pour raconter l'histoire des parents de l'Enchanteur, de leur enfance jusqu'à leur rencontre et la naissance de Merlin.
Il nous propose pas moins de 3 mythes regroupés en une seule histoire :
♣ la chute de l'empire atlante ♣
♣ la vie de Taliesin inspirée de sa légende. Ici, Taliesin, barde et magicien, est supposé être le père de Merlin. Il assiste au retrait de la présence romaine dans l'île de Bretagne et aux débuts des Âges Sombres ♣
♣ dans une moindre mesure mais que l'on devine déterminante pour la suite de la saga, la légende de Joseph d'Arimathie qui se réfugia dans le sud de l'île bretonne pour y garder la coupe du St Graal, dans laquelle il avait recueilli le sang du Christ ♣
Le style de l'auteur est très évocateur et ses descriptions aussi réalistes et riches que vivantes nous immergent complètement dans l'univers celte ou atlante.

Les histoires dans l'histoire sont captivantes :
♣ les jeunes années de la princesse Charis à pratiquer la danse taurine dans les arènes ♣
la transformation d'Elphin d'héritier malchanceux en un roi respecté et un guerrier craint ♣
l'amour contrarié de Taliesin et de Charis qui voit dans leurs différences une barrière insurmontable (d'ailleurs, la scène entre les deux amoureux près de la pierre levée est romantique et poétique à souhait ! ^^) ♣
Autre point positif : Lawhead donne de la profondeur à ses personnages, il prend le temps de leur inventer une vie et c'est véritablement passionnant.
Malgré toutes ces qualités, deux trois aspects m'ont gênée dans ma lecture.
Tout d'abord, le choix d'intégrer le mythe de l'Atlantide à la légende arthurienne. Les longs passages sur l'Atlantide (qui m'a fait penser à la civilisation minoenne), sur ses villes, ses palais, son organisation sociale et politique, la guerre civile ainsi que sur la religion avec le dieu Bel, étaient en eux-mêmes passionnants mais je trouve qu'ils auraient été mieux exploités dans un livre ne traitant que de cette légende, et que cet ajout à la légende arthurienne paraît parfois factice. de plus, certaines explications de l'auteur pour intégrer cet univers sont simplistes et peu convaincantes : par exemple, le Roi Pêcheur de la légende s'appelle ainsi parce que le roi atlante Avallach aime pécher sur le lac; alors que l'auteur prend le temps de détailler certains passages, ici, il expédie ce genre d'informations sans les développer. Idem pour l'explication de la Dame du Lac.
Ensuite, le traitement des différentes religions. Je trouve que Lawhead fait preuve d'un certain manichéisme. D'un côté, les anciens dieux sont présentés comme cruels et sauvages, appréciant les sacrifices humains; de l'autre, les deux moines chrétiens sont des êtres parfaits qui convertissent ceux qui les approchent en un tournemain et on a parfois l'impression que l'auteur cherche également à nous convertir. L'intrusion de la religion chrétienne est compréhensible au regard des futures quêtes des chevaliers du roi Arthur mais je trouve la manière de procéder maladroite tant certains passages s'apparentent à des sermons, voire du prosélythisme... de plus, j'ai trouvé peu crédible le fait qu'un druide pouvait vouer un culte au dieu unique tout en usant de pouvoirs magiques découlant des dieux païens (même si je sais que le christianisme a fini par intégrer certains rituels païens à sa liturgie et ses fêtes pour éradiquer le paganisme).
Enfin, mon dernier reproche (anecdotique par rapport aux deux autres) porte sur les quelques longueurs que l'on peut ressentir à la lecture de certains passages...
Pour conclure, un livre qui m'a passionnée même si l'auteur n'est pas exempt de certaines maladresses ou lourdeurs. Sa plume est très agréable, voire parfois poétique. Je ne suis pas convaincue par le mélange légende arthurienne/légende atlante mais je suis curieuse de découvrir la suite !
Lien : http://parthenia01.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
lcath
  24 octobre 2018
Pour mes débuts dans la fantasy , après Les dames du lac, qui m'a moyennement emballée, j'ai décidé de continuer sur la légende arthurienne. Grace aux critiques de Babelio et les disponibilités de ma biblio., j'ai choisi Taliesin.
Tout doucement, très lentement, ce texte nous amène à découvrir deux mondes, celui de Charis l'Atlantide( oui la vraie Atlantide perdue à tout jamais sous les flots etc...) et Taliesin Breton bretonnant de la Bretagne qui n'était pas encore le Royaume Uni ( très désuni d'ailleurs à ce moment :) ) .
De ces deux personnages, on va nous raconter leur vie, très différente, dans des mondes culturels et cultuels dissemblables sans que l'on comprenne bien pourquoi ( en tout cas moi !). Et puis....l'Atlantide sombre, Charis et les siens débarquent en Bretagne pendant que le clan de Taliesin , en nombre insuffisant, combat les barbares .
La défaite de Taliesin et des siens, les amène à demander l'hospitalité au roi Avallach, père de Charis. C'est à cette occasion que ces deux là se rencontreront en chair et en os, s'aimeront et donneront naissance à.....Merlin!
Le premier quart m'a paru un peu long mais n'étant pas habituée au genre j'ai insisté et bien m'en a pris car j'ai dévoré les 600 et quelques pages sans m'en rendre compte et j'espère trouver très vite la suite. C'est doux, c'est beau, un peu de rêve, un environnement poétique ...je suis sous le charme ! N'est ce pas normal quand on fréquente mages, fées et druides?
Lien : http://theetlivres.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
laulauttelaulautte   07 mai 2015
"Ce chêne était déjà vieux lors de ma naissance. A présent, je suis vieux et je vais bientôt mourir, et cet arbre continuera à croître, fort et vigoureux. Nous sommes de petites créatures, Hafgan. Nos vies ne sont pas longues.
- Suffisamment longues pour apprendre ce qui nous est demandé.
- Oh oui, assez longues pour apprendre ce que nous avons besoin de savoir, mais pas assez pour changer quoique ce soit, acquiesça tristement Cormach. C'est notre faiblesse. Chaque âge doit tout apprendre à nouveau. Quel gâchis ! Quel gâchis... faire à nouveau les mêmes erreurs, chaque génération tâtonnant dans l'ignorance et les ténèbres..." Il leva la main vers l'arbre. "Salut, robuste frère ! Vois notre faiblesse et ne nous regarde pas avec sévérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SachenkaSachenka   27 mars 2019
- L'amour, Charis...» Taliesin s'approcha d'elle ; il lui posa les mains sur les épaules et en sentit la tension. «L'amour n'oublie jamais, dit-il doucement. Il ne cesse jamais d'espérer, de croire ou de supporter. La souffrance et la mort peuvent s'acharner contre lui, l'amour demeure à jamais inébranlable.»
Commenter  J’apprécie          120
laulauttelaulautte   11 mai 2015
- Ce sont des oiseaux malhabiles et difficiles à interpréter.
- Rien n'est malhabile dans la nature, Blaise, le reprit Hafgan. Chaque corps est créé pour un mode d'existence particulier. Par conséquent, quand il se trouve contraint à une tâche inhabituelle, il peut se comporter avec maladresse. Nous observons, nous voyons et quand les raisons de ce que nous voyons sont connues, nous savons. Hafgan montra les pigeons. A présent, regarde à nouveau et dis-moi ce que tu vois.
[...] - Un milan... ou un autour. Les pigeons volent bas et en groupe pour lui échapper.
- Bien vu mon garçon !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
saphira44saphira44   06 octobre 2012
"bel, soi maudit !" s'écria-t-elle, et elle leva la main en un ultime salut, une ultime provocation.
La distance qui les séparait diminuait rapidement, quand le taureau parut trébucher. Ses pattes avant plièrent et sa tête redoutable s'écrasa sur le sol, une des ses cornes dorées se planta dans le sable où elle creusa un sillon tandis qu'il continuait à galoper de ses pattes arrière. Puis la corne se bloqua et l'énorme cou se rompit, étouffant le meuglement de surprise du fauve qui s'abattit maladroitement sur le flanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
laulauttelaulautte   12 mai 2015
- La victoire ? Père, en vérité, l'homme n'est pas né qui verra la fin de ce combat, sans parler de qui le gagnera !
- [...] Dans ce cas, il importe de bien le commencer pour donner à ceux qui viendront après un exemple qu'ils n'oublieront jamais.
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : atlantideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Généalogie Arthurienne selon Stephen R. Lawhead

De naissance mystérieuse je suis recueilli par Elphin, seigneur de Caer Cam. Je deviens le Grand Barde de Bretagne qui aura la vision du Royaume de l'Eté, salut de l'Ile des Forts. Mon nom signifie Front Clair, je suis :

Taliesin
Hafgan
Merlin
Cormach

17 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen R. LawheadCréer un quiz sur ce livre