AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253152706
Éditeur : Le Livre de Poche (17/04/2002)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 131 notes)
Résumé :
«Arthur n'est pas digne d'être roi. Pion de Merlin, il est de basse naissance. Inconstant, mesquin, cruel et stupide, c'est une brute ignorante et bornée. Les gens disent tout ceci, et bien pire encore, au sujet d'Arthur. Laissez-les faire. Quand tout est dit, quand tous les arguments sont épuisés, ce simple fait demeure : nous suivrions Arthur jusqu'aux portes de l'Enfer, et même au-delà, s'il le demandait. Montrez-moi un autre homme qui puisse se prévaloir d'une t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  08 avril 2019
Avec Arthur, le troisième tome du Cycle de Pendragon, cette série en arrive enfin à ses éléments les plus centraux. Je croyais que cela allait raviver mon intérêt… eh bien, pas tout à fait. le jeune Arthur est maintenant grand, il va devenir Dux puis Grand Roi, rassembler autour de lui des chevaliers de valeur, etc. Mais je suppose que le meilleur reste à venir parce que les aventures racontées ici ne me revenaient pas en mémoire. de plus, je me questionne de plus en plus sur les choix de l'auteur Stephen Lawhead. Par exemple, j'avais accepté avec scepticisme l'intégration d'Atlantide, mais faire de Guenièvre et de Lancelot des Irlandais plutôt que des Bretons ne me paraît pas du tout nécessaire. Je sais bien que de très nombreuses versions de ces légendes circulent et que, quand on écrit sur elles maintenant, il faut innover, mais certaines décisions sont parfois discutables.
Si le deuxième tome était marqué par les conflits entre les Bretons eux-mêmes puis contre les Saecsens, eh bien, dans ce troisième tome, on remet ça. Arthur doit lutter contre les insurrections des petits rois de Bretagne, dont la plus importante est celle de Morcant, et guerroit contre les Saecsens. Mais voilà que les Angli se mettent de la partie, puis les Irlandais et même les Picti. Bref, on retrouve des batailles, des batailles et… ah oui, des batailles. Dans les romans de fantasy ou historiques, j'aime bien un affrontement épique qui devient le point culminant du roman. Quelques escarmouches préalables peuvent servir à démontrer l'habileté au combat des protagonistes et faire monter les enjeux, mais trop d'engagements me font l'effet contraire. C'est comme s'il n'y en a pas un plus important que les autres, ça me paraît une suite sans fin de péripéties qui ne mènent nulle part. C'est d'ailleurs l'impression que me laisse le roman puisqu'il ne semble pas y avoir d'antagoniste principal, qu'une succession de petits rivaux qui meurent les uns après les autres et qui sont remplacés rapidement par d'autres.
J'en suis venu à me poser la question suivante : pourquoi Arthur, Merlin et les Bretons se battent-ils ? Ils luttent pour leur survie, bien évidemment, mais pour quoi d'autres ? Leurs anciennes coutumes ? J'ai été tenté de répondre qu'elles cédaient devant le christianisme mais je me suis ravisé. Quelles sont-elles au juste ? Elles sont personnifiées par Merlin et le peuple des fées (les Atlantes exilés) puis montrées à travers les tactiques militaires. Quoi d'autres ? Les noms et les appelations ? Je trouve que l'auteur, Stephen Lawhead, aurait pu mieux représenter leur mode de vie, que ce soit à travers des cérémonies funèbres, des mariages, n'importe quoi ! L'accent qu'il a mis sur la guerre aurait pu être dirigé un peu plus vers la société. À part Morgian (j'y reviendrai plus bas), le seul autre personnage féminin est la reine Gwenhwyvar et elle est très peu présente. Plus de scènes intimes, s'il vous plaît !
Aussi, quand je pense aux légendes arthuriennes, il me vient en tête les aventures des chevaliers de la Table ronde. Ils guerroyaient, bien sûr, mais ils chevauchaient en quête du Graal ! Ça viendra, vous direz, mais j'ose espérer que ce ne fut pas leur seule aventure. Je veux lire des chasses au trésor, des rencontres énigmatiques, du mystère, de la magie, etc. Les principales mésaventures qui ont réussi à me captiver furent les rencontres entre Merlin et Morgian, la reine de l'Air et des Ombres, une sorcière envoûtante, dangereuse et surtout imprévisible. Je souhaite la revoir dans les tomes ultérieurs. Ces épisodes étaient, selon moi, les meilleurs. Je trouve dommage que la relation entre Merlin et Arthur se limite essentiellement à des conseils très techniques, d'ordre politique ou militaire, exception faite de quelques visions du futur. J'aurai souhaité que soient exploités des rapports maitre-pupille d'ordre plus général, portant sur la moralité, le Bien et le Mal, le sens de la vie, des trucs du genre.
Pour finir, un petit index des personnages aurait été le bienvenue, m'aurait facilité un peu la tâche. Il n'y a pas des centaines de noms à retenir mais un certain nombre quand même. Au moins, la carte du début aide à situer les aventures en Bretagne. Et puis, autant finir sur une bonne note : j'ai bien aimé les descriptions des lieux, ils étaient clairs et très évocateurs. Après maints comptes rendus de batailles très techniques, c'étaient des moments où la plume de l'auteur trouvait enfin un peu de poésie. Selon moi, c'est important pour capter cette atmosphère, cet univers celtique et fantastique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
Gwen21
  15 décembre 2015
Trop de guerres tue la guerre.
Malgré mon intérêt pour la légende arthurienne, ce tome dédié au Duc puis Roi de Bretagne aura englué mon attention dans trop de conflits et trop d'affrontements. La narration reste belle et même poétique dès qu'elle aborde la nature et la dimension magique du récit mais, soit mes yeux se sont fatigués à déchiffrer les transcriptions gaéliques des noms des personnages, connus pour la plupart, soit je me suis simplement lassée des coups d'épée, bref, je me suis ennuyée.
J'avais vraiment beaucoup apprécié le tome précédent dédié à Merlin mais celui-ci me fait passer mon chemin pour le prochain.

Challenge PAVES 2015 - 2016
Commenter  J’apprécie          292
Patience82
  04 février 2016
D'une manière générale, ce fut une lecture pas trop mauvaise, mais pas exceptionnelle non plus.
C'est tout simplement l'histoire du règne d'Atour, comment il s'y est pris pour fédérer les clans bretons pour former son royaume. le livre se déroule donc sur un grand nombre d'années, et est raconté par 3 personnages différents.
Mais c'est essentiellement des récits de batailles, ponctués de prières à Dieu, et de beaucoup de références à la religion. Ca devient vite lassant.
Le style est facile à suivre, c'est un bon point positif pour l'histoire.
Sans dévoiler la fin, je me suis dit qu'elle n'appeler pas vraiment de suite, ce qui m'a paru étrange étant donné que la série compte 5 tomes. Je viens donc de m'apercevoir que les 2 derniers tomes sont une retour en arrière, racontant apparemment plus précisément les périodes passées sous silence du n°3. Par curiosité je vais continuer ce cycle, j'y trouverai peut-être ce qu'il m'a manqué dans cette lecture : le récit de la vie au quotidien à la cour du roi Arthur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gilou33
  07 janvier 2015
Ce Tome 3 commence une quinzaine d'année après les évènements finaux du Tome 2, pendant l'adolescence d'Arthur.
Il relate ses débuts, son parcours jusqu'au trône de Bretagne et ses guerres menées contre les invasions barbares (le tout aux côtés de Merlin), au travers du point de vue de trois de ses compagnons et serviteurs.
Les paysages, endroits et combats son décrits de manière à la fois poétique et réaliste.
En effet, Il est facile de s'imprégner de cette atmosphère de l'Ancienne Bretagne.
L'histoire est passionnante même si on pourrait se lasser des références et louanges (un peu trop fréquentes à mon goût) faites au "Bon Dieu".
Commenter  J’apprécie          71
Ubikson
  22 juillet 2013
3eme tome de la saga consacrée au Pendragon, ce tome pourrait bien en être le dernier puisqu'il est consacré à Arthur, son élévation et sa chute.
Pas forcément le meilleur tome car à mon sens le plus confus, les guerres du royaume de Bretagne, avec ses multiples seigneurs, traitres comme compagnons d'Arthur, s'entremelent avec les personnages dont l'auteur a conservé les noms celtes, rendant difficile la comparaison avec les noms plus connus du grand public.
Alors oui, le cycle de Pendragon est long, ne se lit pas d'une traite, mais ce sont bien là ces seuls défauts, car sinon, quelle aventure ! Stephen Lawhead sait rendre au terme "épique" ces lettres de noblesse !
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
laulauttelaulautte   01 juillet 2015
- Penses-tu que ce soit sage ?" demande Ectorius [...]
- Non, répondit Merlin, c'est la folie même de les laisser faire.
- Dans ce cas, pourquoi...? [...]
- Les morts le sont pour longtemps, dit Merlin. Mieux vaut avoir vécu tant que l'on était en vie, non ? De plus s'ils réussissent, ils auront conquis un géant, ils seront invincibles !
- Et s'ils échouent ?
- Alors, ils auront appris quelque chose sur les limites de l'homme.
- Une coûteuse leçon, me semble-t-il, marmonna Ectorius.
- Elle n'en aura que plus de valeur à leurs yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gwen21Gwen21   09 décembre 2015
Et il m'apparut que c'est ainsi que l'esprit voyage vers Dieu : il commence son voyage dans les ténèbres, se met en route dans le danger et la confusion, et lutte pour s'élever vers la lumière éternelle qui l'attire et le soutient toujours...
Commenter  J’apprécie          110
Gwen21Gwen21   12 décembre 2015
[...] il était inutile d'essayer de persuader Merlin une fois qu'il avait donné son avis - autant convaincre une montagne d'arracher ses racines ou une rivière d'inverser son cours.
Commenter  J’apprécie          130
Gwen21Gwen21   01 décembre 2015
Avec un sourire satisfait, Morcant empoigna l'épée à deux mains et tira. Le robuste roi s'arc-bouta en poussant des grognements. Son visage s'empourpra et ses muscles se tendirent sous l'effort. Mais l'épée était aussi solidement coincée que jamais. Il était impossible de l'ébranler. Il renonça, vaincu.
Commenter  J’apprécie          40
SachenkaSachenka   10 avril 2019
[...] En cela, tu ne fais qu'un avec le reste de l'humanité : les insensés haïssent ce dont ils ont peur.
Commenter  J’apprécie          110
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Généalogie Arthurienne selon Stephen R. Lawhead

De naissance mystérieuse je suis recueilli par Elphin, seigneur de Caer Cam. Je deviens le Grand Barde de Bretagne qui aura la vision du Royaume de l'Eté, salut de l'Ile des Forts. Mon nom signifie Front Clair, je suis :

Taliesin
Hafgan
Merlin
Cormach

17 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen R. LawheadCréer un quiz sur ce livre