AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070374298
256 pages
Éditeur : Gallimard (04/01/1983)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Dans un paysage minier, Mary et Louise, les filles d'un pauvre pasteur, réussiront-elles à échapper à la vie étriquée, aux préjugés, au désespoir à quoi tout les condamne ? Dans cette admirable nouvelle, comme dans les six autres qui composent ce recueil, on assiste au combat entre la société, ses règles morales écrasantes, la misère aussi, et la joie, la liberté, le langage de la nature et des sens. Un officier prussien et son ordonnance, une servante et un déserte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
siouxie
  24 octobre 2017
Il s'agit d'un recueil de nouvelles que j'ai dévorées tant l'atmosphère est prenante et les évocations poétiques. On est dans les personnages , le narrateur s'attache à leur moindre variation, aux gestes infimes qu'ils font, à leur regard. Dans la nouvelle éponyme, Louisa, la fille du pasteur, tombe amoureuse d'un mineur de fond qui est dénigré par sa famille. le fréquenter, l'aimer serait se dégrader dans cette Angleterre du XIX. La nouvelle est très sensuelle comme quand Louisa le nettoie lorsqu'il revient de la mine, une tension quasi érotique est palpable. Deux autres nouvelles évoquent la guerre et les tensions entre soldats, d'autres histoires des relations de couple ou d'une fille mère. A chaque fois j'ai été impressionnée par cette aptitude à nous faire comprendre les nuances les plus infimes des relations entre les êtres.
Commenter  J’apprécie          41
meknes56
  15 novembre 2019
Quelques nouvelles fort sympathiques agrémentée d'une écriture agréable ..mais sans plus.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
andreas50andreas50   30 avril 2020
― Vous devriez faire attention à Sam Adams, dit Whiston avec circonspection. ― Il était très malheureux. ― Vous savez bien ce qu'il est, reprit-il.
― Comment, faire attention ? demanda-t-elle.
― Eh bien, tâchez de ne pas le laisser devenir trop familier.
Elle resta silencieuse. Il l'obligeait à prendre une conscience nette de la situation. Mais il ne pouvait prendre la direction de ses sentiments et les changer ; elle avait un désir étrange, pervers, qu'il ne le pût pas.
― Il est charmant, dit-elle.

Le Bas blanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
meknes56meknes56   15 novembre 2019
C’était une femme qui aurait eu du goût pour une existence plus facile, mais à qui le sort avait dévolu une famille grossière et turbulente, et un mari indolent qui ne s’inquiétait pas pour lui-même ou pour quiconque. Aussi, son visage carré et plutôt agréable avait-il un air grincheux ; elle semblait avoir été contrainte toute sa vie à servir malgré elle, et à diriger alors qu’elle ne souhaitait pas diriger. Elle avait aussi cette résolution autoritaire des femmes qui ont élevé et régenté leurs fils : mais, même eux, elle les avait régentés à son corps défendant. Elle avait éprouvé du plaisir à s’occuper de sa petite mercerie, à se rendre à Nottingham dans la carriole du commissionnaire, à faire les grands entrepôts pour acheter sa marchandise. Mais le tracas de l’éducation de ses fils, cela elle ne l’avait pas aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SZRAMOWOSZRAMOWO   04 juin 2015
Le dimanche matin, toute la famille, sauf la mère, descendait la rue vers l'église, les longues jambes des filles sortant de robes étriquées, les garçons portant des vestes noires et des pantalons gris qui ne leur allaient pas. Ils croisaient les paroissiens de leur père sans un mot, le visage inexpressif, leurs bouches enfantines closes par cet orgueil qui était pour eux comme une fatalité, et leurs yeux enfantins déjà aveugles. Miss Mary, l'aînée, marchait en tête. C'était une longue fille mince avec un profil délicat et un air fier et pur de soumission à un haut destin. Miss Louisa, la deuxième, était petite, grassouillette, avec un air entêté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56meknes56   15 novembre 2019
Les deux jeunes époux arrivèrent à Aldecross pour vivre d’un traitement d’environ cent vingt livres par an, et pour y tenir un rang élevé.
Ils ne furent pas très bien reçus par cette nouvelle population minière, peu croyante et peu raffinée. Habitué aux paysans, Mr Lindley se considérait comme appartenant sans conteste à la classe supérieure, la classe dirigeante.
Commenter  J’apprécie          20
siouxiesiouxie   24 octobre 2017
Elle comprenait qu'elle ne l'avait jamais connu, que lui ne l'avait jamais connue. Ils s'étaient rencontrés dans la nuit et s’étaient appartenus dans la nuit, ne sachant ce qu'ils touchaient, ce qu'ils possédaient. (L'Odeur des chrysanthèmes)
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de D.H. Lawrence (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de D.H. Lawrence
"Amants et fils" Livre vidéo. Non sous-titré. Non traduit.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

L'amant de Lady Chatterley - D. H. Lawrence

En quelle année est paru ce roman ?

1918
1928
1948
1968

10 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : L'Amant de Lady Chatterley de D.H. LawrenceCréer un quiz sur ce livre