AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264066733
Éditeur : 10-18 (21/01/2016)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 61 notes)
Résumé :


Rien ne va plus chez les Cartwright. Alors qu'Emily s'apprête à donner naissance à son huitième enfant, qu'Edward, le père, cherche dans son bureau une échappatoire au chaos ambiant, que Tom, le fils aîné, s'enferme dans la dépression, Megan, fille unique de la fratrie et mère de substitution de chacun, décide de voler de ses propres ailes.

À vingt et un ans, l'heure est venue pour la jeune fille de se libérer des siens. Adieu le Gran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
ssstella
  07 mai 2017
Il y a plus de quinze jours que le chauffage collectif de notre immeuble est coupé et le printemps ne faisant pas encore son job... on se gèle ! Alors "Un hiver long et rude" était parfait pour me rappeler qu'ailleurs il peut faire bien plus froid.
Ailleurs, c'est une région du Canada... et la saison... oui d'accord, vous savez lire ! Mais quand même, c'est important, parce que l'hiver est aussi au cœur d'une famille qui va mal.
Meg, la fille... le seul véritable pilier de cette famille est parti... non, elle n'est pas morte ! ... elle est simplement partie... en avion, en Angleterre... pour faire sa vie.
Tom, son frère aîné fait une dépression suite au suicide de son meilleur ami.
La mère est indifférente à tout et à tous, sauf au dernier né.
Le père s'enferme dans son bureau et rumine son passé.
C'est une famille nombreuse... mais pas joyeuse, parce qu'en plus de jumeaux enrôlés dans la marine, il y a encore deux frères, Peter et Corey, qui se disputent constamment et l'avant-dernier, Adam, qui lui, est bien trop sage.
Trois voix, Meg, Tom et Edward le père, nous content la lente évolution du mal être des uns et des autres.
Meg s'en sort un peu mieux à Londres.
Au détour de l'histoire je découvre un personnage qu'il me semble connaître... mais oui, c'est bien ça... c'est Luke, l’aîné des Morrison (Le choix des Morrison)... ça fait plaisir de voir qu'il s'en sort bien.
Bon c'est pas tout ça... mais vivement le dégel, ça ira mieux... ou pas ! ... à vous de voir. Moi j'ai bien aimé cet hiver là !
Ici, aujourd'hui, il fait très très beau... j'ai été voter et dans un peu plus d'un mois on se plaindra de la chaleur... et probablement du nouveau président... (pourvu qu'il n'y ait pas de e à ajouter à la fin, ça sera déjà ça) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          373
Ladybirdy
  26 août 2018
Un hiver long et rude, c'est la traversée dans les profondeurs d'une famille à la dérive.
La mère, Emily, passe son temps à enfanter, à s'occuper du dernier né et à délaisser tous ses autres sept enfants car seuls les nourrissons l'intéressent.
Le père, Edward, s'enferme dans un mutisme et un aveuglement sans fin, ruminant son passé et la colère qui le ronge.
Le fils aîné, Tom, trop lucide, voit, ressent, ne dit mot et dépérit peu à peu.
Enfin Megan, unique fille de cette famille délabrée, a fait tout ce qu'elle a pu, remplacer la mère, le père, la femme de ménage, elle décide de partir en Angleterre et de vivre enfin pour elle.
Cette histoire à trois voix (Edward, Tom et Megan) entre le Canada et l'Angleterre dépeint les décombres d'une famille où la survie de chacun semble dangereusement tanguer devant l'absence de Megan.
Des familles aussi décrépies, cela fait froid dans le dos. J'avais envie de les secouer ces parents aveugles et inconscients.
Ce roman questionne la responsabilité parentale, la solidarité familiale, sans sombrer dans l'horreur, c'est en effet un hiver bien long et rude quand l'amour est aux abonnés absents, que la misère s'engouffre par toutes les fissures de cette maison au Canada.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
kateginger63
  15 octobre 2018
Les chroniques d'une famille canadienne dysfonctionnelle
*
Vous connaissez des familles qui partent à la dérive ? J'en connais peu d'une manière si intime.
Ici, dans ce roman , on entre pas à pas dans la maison d'une famille du Canada du Grand Nord.
La couverture aux couleurs douces et enneigées nous induit plus ou moins en erreur. On s'attend à de la douceur , de la quiétude, de l'harmonie. Mais c'est la rudesse et la misère affective qui prédominent. L'auteure raconte une histoire bien sombre et triste.
*
Dans les années 60-70, la grande tribu Cartwright connaît des déboires. Meg, la seule fille de la fratrie décide de partir à Londres dans l'espoir d'un avenir radieux. Le choix est difficile puisqu'elle « tient » la maisonnée d'une main de fer. Elle partie, la fragile cohésion se disloquera petit à petit et le chaos s'installera irrévocablement.
Ce roman à trois voix (Meg, Tom le frère aîné et Edward le père) oscillera tour à tour entre la dépression lente et un espoir ténu de vie. On voyagera avec eux entre le Canada hivernal si froid et Londres la ville « où l'on ne dort jamais ».
*
Les personnages ont beaucoup de charisme et de présence scénique. Je me suis attachée à tous même au plus exécrable – Edward. Un père abandonniste, égoïste, mélancolique, à la quête d'un idéal qu'il trouve dans ses livres. La mère, ne trouvant le réconfort que dans l'enfantement et le soin donné à ses nouveaux-nés et les laissant en incurie du moment où elle ne peut plus les pouponner. Tom, le fils prodigue tombant dans la dépression. Meg, la jeune femme d'un courage exemplaire, les deux frères turbulents et Adam le petit bout de chou négligé par toute la maisonnée.
*
Il ne se passe pas grand chose finalement ; des actions lentes qui illustrent l'essence même de ce long hiver.
Ici, l'auteure pointe du doigt ce qui fait la cohésion (ou le déséquilibre) familiale en parlant de la responsabilité des parents envers leurs enfants, la solidarité, l'amour filial.
J'ai trouvé que la fin méritait un peu plus de texture, j'ai ressenti un côté abrupt d'un « happy end ».
*
Quel est l'avenir de ces enfants rêvant d'une vie meilleure ? Resteront-ils s'occuper de leur parents ou partiront-ils voler de leurs propres ailes ?
Un roman bouleversant qui questionne sur la responsabilité parentale. Emouvant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
pyrouette
  10 novembre 2016

À vingt-et-un ans Megan est le pilier de sa famille. Elle gère tout, même ses parents, brillants irresponsables, chacun à sa manière. Elle comprend grâce à son frère aîné qu'il est temps pour elle de faire sa vie, ailleurs. Elle quitte le Canada pour l'Angleterre, rejoindre une amie d'enfance, malgré les jérémiades de sa mère. Megan est plutôt rassurée car le médecin de famille a déclaré que sa mère ne devait plus avoir d'enfant, sept, cela suffit. L'arrivée en Angleterre ne ressemblera pas à l'eldorado tant souhaité et Megan logera dans une sorte de squat le temps de trouver du travail et un appartement.
Pendant ce temps, sa famille essaye de survivre dans un petit village du nord Canada où il neige et fait très froid. La mère, malgré les avertissements du médecin, accouchera de son huitième enfant en abandonnant les autres, dans la maison, sans soins. Elle va s'enfermer avec son nouveau né dans sa chambre. le père quitte la maison le plus souvent possible, préfère travailler à la banque et manger à l'extérieur avec ses propres souvenirs d'enfance qui lui gâchent la vie et l'empêchent de s'occuper de ses enfants. Tom, le fils aîné tombe dans une dépression après la mort de son meilleur ami, travaille et mange à l'extérieur aussi. Les deux adolescents et l'avant-dernier (quatre ans) se retrouvent dans une maison crasseuse, sans hygiène et surtout sans nourriture. Personne pour leur préparer un repas correct. Il y a bien une femme censée s'occuper du ménage et un peu des enfants mais elle profite de la situation et ne fait rien.
Tom va avoir un sursaut de lucidité et découvre effaré l'état de son petit frère, qui n'est jamais lavé et maigre, très maigre. Malgré tout, il n'arrive pas à parler à son père et préfère appeler Megan au secours.
Il n'est pas bon être une fille. C'est une histoire de conscience et de sentiment de culpabilité. Megan va-t-elle continuer sa propre vie prospère en Angleterre ou revenir s'occuper de ses parents irresponsables ?
À vous de le découvrir.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
mariecloclo
  13 août 2015
Pas un grand coup de coeur mais quand même pas mal. Je n'avais jamais lu de romans de cet auteur.
Il s'agit de l'histoire d'une famille canadienne dans les années 1960-1970. Il y a 3 narrateurs : Edward, le père de famille, banquier, très efficace dans son travail mais nul pour ce qui concerne sa famille. Famille très nombreuse puisqu'elle comprend 8 enfants, dont une seule fille Megan.
Celle-ci raconte à son tour une partie de l'histoire. Elle joue le rôle de mère dans la famille car Emily, la mère de famille, est toujours occupée par un nourrisson et perd peu à peu la tête. Or, Megan, à 21 ans, décide de partir vivre sa vie et elle ira passer 3 ans à Londres.
Le troisième narrateur est Tom, le fils le plus prometteur de la famille, il a commencé de brillantes études et voudrait travailler dans l'aérospatiale mais suite à un drame, il va sombrer dans une sorte de dépression qui l'empêchera d'évoluer.
Ces trois personnages sont attachants, chacun à leur façon, mais j'ai trouvé que les hommes manquaient de courage et ne se parlaient pas du tout, en revanche, Megan est un très beau personnage féminin : courageuse, volontaire et altruiste.
Pas mal, sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

critiques presse (1)
Telerama   09 mars 2016
On entend (...) la musique mélancolique, mais aussi la colère des sacrifiés de la vie dont l'existence n'est qu'un regret.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
ssstellassstella   10 mai 2017
Il ne pensait plus qu'à la mort. Elle ne le quittait pas un instant le jour, hantait ses rêves la nuit. Lorsqu'il lisait les journaux, elle lui sautait aux yeux. Qu'il s'agisse d'un seul décès ou de disparitions en masse, d'un meurtre ou d'un génocide, d'une guerre, d'une famine, d'une épidémie, d'une maladie, elle l'appelait, attirait son attention. Le matin précédent, la rubrique nécrologique du Globe and Mail comptait quatre colonnes et Tom n'avait pas pu s'empêcher de lire chaque avis. On aurait dit que son cerveau tournait en rond, comme un rat en cage, pour essayer de trouver une manière de rationaliser ce qui était arrivé. Regarde tous ces décès, lui disait-il. Tout le monde meurt, alors, pourquoi en faire un drame ? Tout le monde meurt, et il faut le prendre au pied de la lettre, c'est-à-dire à chaque seconde du jour ou de la nuit. Certains meurent vieux, d'autres jeunes, mais ils meurent tous, et le fait que quelqu'un trouve une mort précoce ne change rien à l'ordre du monde. Çà n'a aucune importance parce que rien n'en a dans l'ordre du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
vero35vero35   26 septembre 2016
Aujourd'hui, à l'heure du déjeuner, j'ai affronté le froid pour aller à la bibliothèque réserver l'Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain de Gibbon. Il a écrit cet ouvrage entre 1776 et 1788 et je pensais qu'il serait intéressant de le comparer à des textes plus modernes.
Betty était enveloppée d'un sac de couchage , l'un des anciens modèles de l'armée,dans lesquels était aussi enfouie la tête, et qui ne laissent voir que le visage. Elle ressemblait à la chenille d'Alice au pays des merveilles. Je ne me sentais pas dans mon assiette - cette scène avec les garçons ne me sortait pas de l'esprit- et ce spectacle m'a remonté le moral d'une façon remarquable. Betty avait pratiqué des fentes au niveau de ses coudes pour pouvoir sortir les bras et tamponner les livres. Je lui ai demandé si elle pourrait s'extraire du sac rapidement en cas d'incendie et elle m'a répondu, qu'elle ne se donnerait pas cette peine, elle ne bougerait pas pour profiter de la première chaleur perceptible depuis six mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
pyrouettepyrouette   05 novembre 2016
Nous semblons programmés pour chercher des réponses. Quelque chose se produit et il nous faut savoir pourquoi. Nous nous creusons la cervelle, nous essayons de suivre tel ou tel raisonnement, d'en chercher un qui puisse coller à notre cas de figure. Mais souvent, il n'y a pas de réponse, ou alors il y en a trop.
Commenter  J’apprécie          150
pyrouettepyrouette   10 novembre 2016
Il y a une loi de la nature - du moins de la nature humaine - qui stipule qu’on ne doit jamais, au grand jamais, se dire que les choses s’arrangent enfin, parce que le destin ne pourra pas s’empêcher, à un moment ou à un autre, de vous faire un croche-pied.
Commenter  J’apprécie          140
mariecloclomariecloclo   12 août 2015
l y a une loi de la nature - du moins de la nature humaine- qui stipule qu'on ne doit jamais, au grand jamais, se dire que les choses s'arrangent enfin, parce que le Destin ne pourra pas s'empêcher, à un moment ou à un autre, de vous faire un croche-pied.
Commenter  J’apprécie          90
Video de Mary Lawson (1) Voir plusAjouter une vidéo

Pour tout l'or du Transvaal : 2ème épisode
Cervin aide les Boers à convoyer vers le Transvaal le chargement d'armes. Parvenu à Prétoria, au quartier général des Boers, il apprend que Mary Lawson a été faite prisonnière. le gouvernement du Transvaal ayant besoin d'or pour acheter des armes, Cervin lui vend sa mine en échange de la libération de Mary. Mais leurs retrouvailles sont de courte durée. Séparés une fois de plus par la...
autres livres classés : canadaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1066 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..