AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christophe Mercier (Traducteur)
ISBN : 2259204902
Éditeur : Plon (29/05/2008)

Note moyenne : 4/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Le ton est donné. Comique et nonchalant, subtil et dévastateur. Depuis plus de trente ans, Eric Lax partage avec le réalisateur chéri des français les affres et les joies du scénario, de la mise en scène, du casting... Leurs conversations introduisent le lecteur dans les salles de montage et de projection, lui révèlent les dessous des séances d'écriture, les secrets des scènes cultes, l'invitent dans les coulisses de la création. Jamais un réalisateur ne s'était liv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
zelig
  13 juillet 2008
"Mon héritage ne m'importe pas, je l'ai déjà dit, et mieux : plutôt que de vivre dans le coeur des hommes, je préfère vivre dans mon appartement". Cela fait maintenant près de quarante ans qu'Eric Lax traque le réalisateur new yorko-new yorkais. A coups d'interviews, de rencontres impromptues, de discussions plus ou moins privées, le journaliste a collecté une somme faramineuse de matière qui fait aujourd'hui l'objet de ce livre. Scindé en huit parties, l'ouvrage décortique les manières du "Maître" dans un face à face fait de questions-réponses : de l'Idée, à l'Ecriture en passant par le Casting, les Tournages ou encore la Mise en scène, le Montage, la Musique et... la Carrière. On déambule ainsi dans des décennies de la filmographie d'un réalisateur majeur, à des années-lumières du star-system, de la gloire et des honneurs, phénomènes médiatiques qu'il rejette en bloc. Fausse modestie ou conscience exacerbée de sa petitesse comparée à un "confrère" qu'il vénère, Ingmar Bergman ?
On est loin, pourtant, du travail remarquable exercé en son temps par le réalisateur François Truffaut sur son collègue de chambrée Alfred Hitchcock. Un travail qui fascinait et passionnait par sa précision glaciale, film par film, dans un livre habilement (??) intitulé "Hitchcock par Truffaut". Là, on assiste au contraire à une conversation où la chronologie est absente,malmenée pour mieux nous perdre et nous faire voyager au gré du vent de notre mémoire de cinéphile. On peut ainsi passer dans le même chapitre de "Prends l'oseille et tire-toi", un de ses premiers films, à "Scoop" et même "Le rêve de Cassandre", son dernier en date, sans coup férir... En s'attardant sur telle ou telle de ses oeuvres, Woody Allen en a généralement un souvenir imprécis... puisqu'il considère une fois le film réalisé et sorti en salle comme un objet du passé, révolu, sur lequel il est inutile de revenir. Dans ce contexte, Eric Lax a bien du mérite à tenter de tirer les vers du nez du réalisateur.
Au final, qu'apprend-t-on ? Que le Sieur Allen aime tourner à NY (sic), un peu à Londres, à Paris... Qu'il n'aime pas parler pendant les tournages au risque de passer pour un asocial (il choisit soigneusement ses acteurs, pourquoi devrait-il ensuite leur expliquer ce qu'ils savent déjà faire, justifie le réalisateur de "Manhattan") ou qu'il préfère les moments où il conçoit et écrit ses histoires même s'il aurait tendance à vouloir regarder un match de basket à la télévision à la place... Rien de bien neuf sous le soleil Allenien, en somme. Pourtant, le charme de ce livre opère. Quelques anecdotes fourmillent et éclairent un peu plus sa façon de travailler. Insidieusement la petite voix reconnaissable entre toute du plus grand trouillard de la terre, nous initie, nous promène dans sa filmographie hors normes où se côtoient au mètre carré quantités de films miraculeux (Annie Hall, Zelig, Meurtre mystérieux à Manhattan, La rose pourpre du Caire, Crimes et délits, Hannah et ses soeurs, etc.) sur lesquels il consent à lever un coin de voile, tout de même.
Car même si les souvenirs sont parfois à la peine, Woody Allen transcende lui-même, sans concessions, les bémols qu'il attribue à ses films. Il nous convainc facilement, sans même le vouloir, sans trop en dire, que son cinéma et sa façon de l'appréhender n'appartiennent qu'à lui, loin des systèmes, loin des machines à faire des films à succès. En artisan. "Entretiens avec Woody Allen" a l'immense avantage de rassembler en une fois ce que dit partout le réalisateur depuis des années, et ce même si dans le livre on notera la présence à plusieurs reprises des mêmes questions accompagnant de fait... les mêmes réponses.
Woody Allen est un être à part qui fait des films à part, dont personne ne s'inspire, que personne ne copie. le vieux Maître n'a pas de fils spirituel, pas de flambeau à transmettre. Une situation qui lui sied à ravir. Parce que presque maladivement, il s'ingénie à ne pas vouloir laisser de trace de son passage sur cette terre... "Pourquoi les politiciens s'inquiètent-ils tant de leurs archives, de leurs bandes, de leur visage sur les timbres et les pièces de monnaie ? Quand dans une urne, c'est dur d'avoir l'air d'un président". Après lui le déluge en quelque sorte. Mais vive la pluie !
Retrouvez cette chronique sur : http://lirevoirentendre.blogspot.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ileana
  25 mai 2014
Un livre d'entretiens : Woody Allen en huit chapitres. J'ai appris plein de choses sur les sources d'inspiration, la genèse, les rebondissements en cours de route, les anecdotes de tournage, la part d'improvisation ou, au contraire, le refus de compromis.
J'ai découvert qu'il privilégie le plan séquence au détriment de champ-contrechamp. C'est parce qu'il est fainéant, dit-il. Cela lui permet d'avancer vite, sans devoir filmer dix fois la même scène. (Mais « il oublie » d'évoquer l'autre contrainte : le budget serré ; cela dit, il parle bien du budget, mais dans un autre contexte …)
Si le chapitre sur le montage est plutôt aride, celui sur la musique (association et synchronisation musique / image) est agréable à lire.
J'ai appris que ses idoles sont Bob Hope et Ingmar Bergman. Et j'ai compris, dans les grandes lignes, quelles sont les influences de ses chefs opérateurs successifs, à commencer par le meilleur, Gordon Willis (qui a marqué les années 1970).
Woody Allen carbure au plaisir de faire des films. le produit fini ? Aux autres de juger, il passe à autre chose. Lorsqu'il commence à travailler avec Mia Farrow, qui était auparavant dans le monde du cinéma commercial, il lui dit : « Tu vas découvrir un monde complètement différent, un monde dans lequel on ne travaille pas pour l'argent, ni pour l'affiche, mais pour le plaisir. Oublie les autres considérations. » (p 176)
Mais cela est le résultat d'un processus. Car en 1973, lorsqu'il tournait Woody et les robots, WA déclare à Eric Lax, l'initiateur de ces entretiens : « Au lieu de sortir dans de petites salles de New York, et de savoir que le film sera juste amorti, j'aimerais que mes films sortent comme les James Bond, qu'ils aient des millions de spectateurs. J'aimerais que mes films rapportent trente millions de dollars. Je ne dis pas ça pour moi : cet argent pourrait aussi bien aller à une fondation contre le cancer. Il n'y a aucune raison de considérer ces films comme des objets d'art. Ce n'est pas de l'art. » Ah bon ?! Mouais, c'était en 1973, au début. (p 275)
Pour finir, un clin d'oeil qui date de 2006 : « Si je réalisais une parodie de mes films, il y aurait un générique en noir et blanc avec du jazz, disons Duke Ellington, et il y aurait quelqu'un qui s'adresse aux spectateurs, et fait un laïus sur le sens de la vie » (p 356).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
myloubook
  25 août 2008
Si comme moi vous imaginiez que Woody Allen avait voulu d'un seul coup discuter de son oeuvre après une trentaine d'années de carrière, vous étiez loin du compte ! Il s'agit en réalité d'entretiens réalisés tout au long de la carrière du cinéaste et regroupés ici sous plusieurs thématiques : l'idée / l'écriture / le casting, les acteurs, le jeu / le tournage, les décors, les extérieurs / la mise en scène / le montage / la musique / la carrière. A travers ces entretiens et l'introduction intéressante de l'auteur (qui explique comment il a rencontré Woody Allen et pourquoi il a été amené à l'interviewer régulièrement au cours de sa carrière), se dessine également le portrait d'un cinéaste finalement beaucoup moins fantasque et névrosé qu'il ne le laisse paraître. « Woody Allen est le contraire du personnage qu'il joue à l'écran, souvent agité et en crise. » Et Allen de préciser : « Je ne suis pas si stupide que l'image que je donne pour faire rire. Ma vie n'est pas une série de catastrophes amusantes. »
Ces Entretiens peuvent apporter un éclairage pour l'amateur peu averti, regorgeant de pistes de lecture sur les films du réalisateur. Ce livre est encore plus indiqué pour celui qui connaît déjà bien l'oeuvre de Woody Allen et qui trouvera là un guide très fourni pour mieux comprendre son univers. Seul le néophyte sera un peu déçu car ce livre dépasse largement l'introduction et fourmille de détails qui ne seront pas d'une grande utilité à celui qui ne connaît que quelques films de Woody Allen. Débordant d'anecdotes et d'analyses, portant sur les thématiques chères à Woody Allen, évoquant sa relation avec les acteurs, ses attentes à leur égard, incluant plusieurs séries de photos, ce livre est indispensable pour tous ceux qui s'intéressent de près au cinéma et à Allen en particulier. Pour les curieux, ce livre sera moins abordable a priori mais il reste une véritable mine d'informations que l'on peut feuilleter et lire de-ci de-là en étant certain de toujours trouver une réplique intéressante.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fx1
  13 avril 2014
Ouvrage essentiel sur Woody Allen . En effet , l'on a ici une suite d'entretiens entre cette légende vivante du cinéma et un journaliste qui fait du vrai journaliste , qui est passionè par son sujet . Cela nous offre une vision globale du phénoméne Allen , un phénoméne unique , car il n'y a a ce jour aucun candidat viable pour prendre la reléve de ce maestro du cinéma. Si l'on creuse un peu l'on peut voir un seul défaut à cet ouvrage : il s'adresse en priorité aux puristes et exclu un peu les novices . Cela est un peu dommage , car Woody Allen doit étre connu du plus grand nombre. Pour le reste c'est un régal.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
myloubookmyloubook   25 août 2008
« Quand j’ai tourné Maris et Femmes, Doug McGrath m’a demandé pourquoi je filmais de cette façon. Il était plus jeune que moi, et essayait de profiter de mon expérience, essayait de partager la sagesse que j’étais censé avoir acquise après des années de réalisation. Et je crois que je l’ai déçu – en tout cas je l’ai étonné – en lui répondant : « Je suis flemmard » »
Commenter  J’apprécie          30
DanieljeanDanieljean   10 novembre 2015
Je ne sais pas si Dieu existe. Mais s'il existe, j'espère qu'il a une bonne excuse.
Commenter  J’apprécie          00
Dans la catégorie : CinémaVoir plus
>Représentations scéniques>Cinéma, radio, télévision>Cinéma (744)
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Eric Lax (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5143 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre