AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081210290
Éditeur : Flammarion (12/01/2009)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 23 notes)
Résumé :
" La répétition était l'essence de ce régime, elle était partout. dans les histoires individuelles, dans l'uniforme, dans le rythme de la marche militaire que nous avons intégré dès notre plus jeune âge, dans la scansion des slogans... Mais la répétition la plus soigneusement orchestrée et entretenue finit par s'épuiser. Ma vie était une redite de celle de ma mère, une redite de mauvaise qualité. Lorsque, âgée de huit ans, je suis descendue pour la première fois dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  02 août 2014
Sofia, Bulgarie: Ne cherchez plus le mausolée du père de la nation, le dictateur Georgi Dimitrov. Ce cube blanc à pilastres carrés a été détruit en 1999, pour faire table rase du passé, après un solide et vindicatif débat national.
Il était d'ailleurs tellement solide qu'il a fallu s'y reprendre à quatre fois pour l'atomiser !
Cinquante années de communisme, racontées par le quotidien absurde d'une famille bulgare, construit sur la peur, l'arbitraire, le mutisme. Sur trois générations de femmes, l'histoire familiale se décline avec ses pertes et ses contraintes ubuesques. le régime communiste dirige alors en coupes réglées une population qui courbe le dos, pour éviter arrestations, disparitions et exécutions.
Des années de règlements imposés, de langue de bois, de défilés obligatoires, de défiance envers les voisins, jusque dans sa propre famille. La Sécurité de l'Etat est omniprésente, encourage la délation, dépouille les individus, les détruit psychologiquement.
Rouja Lazarova revient sur ses souvenirs pour se transposer dans une Milena petite fille et adolescente, protégés par ses aînés, élevée dans un esprit muet de révolte, découvrant les produits de l'occident rentrés sous le manteau. Elle reconstruit des personnages sans aucun doute autobiographiques avec une belle tendresse et une pointe de dérision pour raconter le passé. Elle brosse surtout un portrait vivant et parfois plein d'humour de la Bulgarie communiste avec une profusion de détails, nous en offrant une compréhension délirante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
Tricia12
  16 septembre 2014
«Mausolée» est un roman original que l'on devine imprégné d'une part autobiographique importante: c'est le récit, à travers le prisme de trois générations de femmes, de la vie quotidienne d'une famille dans la Bulgarie communiste, de 1944 aux années 90.
La principale narratrice est Milena, la plus jeune des trois femmes, qui dépeint donc comment chacune d'elle, a, à sa manière, tenté de résister au système.
On lit ce livre d'une traite même si il n'y a pas d'intrigue à proprement parlé: c'est l'histoire magnifique d'individualités luttant au quotidien contre un régime qui cherche à les «dissoudre» par la peur, la honte, la monotonie et la répétition.
Le roman débute par l'arrestation de Peter, jazzman, le grand-père de Milena, qui sera fusillé du fait de son activité subversive. Vingt ans plus tard, c'est au tour de Sacho le Violon, son ami de disparaitre. Autour de ces deux événements, la vie continue mais chacun doit composer car depuis l'école jusque dans la vie professionnelle et quotidienne, chacun dépend du bon vouloir du Parti.
Le récit narratif est singulier: Rouja Lazarova alterne le roman à la première personne et à la troisième comme si il y avait deux Milena, celle d'avant et d'après la liberté. le roman est surtout écrit au présent, «temps plat, sans relief, sans nuances, un présent qui n'en finit pas, qui écrase le passé et l'avenir dans un magma pesant comme un jour sans espoir.»
Ce qui est interpelle également, c'est la description de la chute du communisme et le fait que la vie ne devient pas rose pour autant «après»: les personnages du «monde souterrain» c'est à dire la mafia font leur apparition et la corruption est toujours aussi présente. On découvre aussi que parmi les très proches pouvait se cacher un traître.
Enfin, que faire de cette liberté à laquelle on a aspiré toute une vie? Elle, «dont ils avaient une vision romantique s'est révélée à eux sauvage et cruelle».
Ce livre témoignage nous imprègne parfaitement de la manière dont de nombreuses populations ont vécu à l'est sous l'ère communiste et nous démontre comment malgré tout, la résistance individuelle est toujours possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mamansand72
  12 mars 2014
D'abord intriguée par la citation sur le bandeau du livre, cette histoire m'a parue compliquée et embrouillée au départ : nombreux personnages, sauts dans le temps, nombreux liens familiaux à retenir entre les personnages….mais au bout d'une cinquantaine de pages, la magie a opéré et j'ai été happée par cette histoire, certainement largement autobiographique pour l'auteur, dont le récit devient par ailleurs plus linéaire.
Par certains côtés, ce roman m'a rappelé « un brillant avenir » de Catherine Cusset : on y vit aussi une saga familiale à travers la vie et le regard des femmes de 3 générations successives…mais les thèmes sont en fait a l'opposé l'un de l'autre : Avec C .Cusset, on suit l'évolution d'une famille qui a réussi à quitter l'Europe de l'est et son régime écrasant pour se reconstruire aux Etats-Unis alors que dans Mausolée, on suit cette fois une famille qui reste en Bulgarie et subit le totalitarisme du « Parti ».
Rouja Lazarova nous montre comment la vie et les choses n'évoluent pas dans cette société depuis 1945 mais aussi, même si ça paraît paradoxal, comment les états d'esprit ont changé, petite touche par petite touche : comment certains ont subi tout en montrant à leur échelle leur haine du « Parti » qui régente tout, qui interdit toute initiative, qui fait régner la peur et la méfiance comme fondements de la société bulgare… on voit comment, malgré le manque cruel de liberté, ils ont réussi à résister à l'embrigadement commencé dès le plus jeune âge et à faire petit à petit bouger les choses.
En s'attachant à nous faire partager les détails de la vie quotidienne de ses personnages, Rouja Lazarova parvient à nous faire ressentir ce qu'a pu être la vie (la survie !) de millions de familles opprimées, écrasées par ce régime. le texte se révèle précis, incisif, souvent émouvant et surtout porteur d'espoir et d'enthousiasme puisqu'on y vit aussi la fin du régime…C'est un hymne à la liberté d'autant plus appréciée à sa juste valeur (inestimable) ceux qui ont fait l'expérience de son absence totale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zarline
  16 octobre 2009
Vingt après la chute du Mur de Berlin, Rouja Lazarova nous invite à une plongée dans la Bulgarie communiste, de 1944 jusque à l'aube du XXIème siècle. A travers trois générations de femmes, Gaby, sa fille Rada et sa petite-fille Milena, qui est également la narratrice de ce récit, le lecteur découvre le quotidien du régime communiste, ses privations, ses peurs, sa corruption, ses répétitions et ses absurdités. Rouja Lazarova nous décrit un système cruel, auquel les trois femmes de ce récit vont opposer une résistence minime et silencieuse, mais une résistence tout de même.
J'ai trouvé cette immersion dans la Bulgarie communiste absolument fascinante. Sans forcer sur le dramatique, Mausolée nous montre les disparitions quotidiennes, les privilèges des membres du Parti et l'absurdité des décisions prises. J'ai également beaucoup aimé le récit de l'après-1989, avec le chaos des privatisations en masse, l'arrivée du capitalisme acharné et ses laissez-pour-compte.
Le style est agréable mais je dois avouer m'être perdue à plusieurs reprises dans les méandres de ce récit qui regorge de personnages secondaires et dont la chronologie est plutôt aléatoire. Une construction, un peu anarchique, qui m'a empêchée de toujours apprécier ce récit et tous les éléments de l'histoire.
Un bon roman donc, mais surtout un beau témoignage fictionnel (même si je soupçonne beaucoup de vécu derrière ce récit).
Lien : http://unmomentpourlire.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
QuartierLivre
  24 octobre 2010
Mausolée est un roman qui a la force et le réalisme d'un document. Bien écrite et ultra-réaliste, on ne peut que se laisser emporter par cette description du communisme bulgare.
En effet, Mausolée nous fait (re-)découvrir les disparitions, les arrestations arbitraires et les atrocités commises par le système au travers l'histoire de trois femmes, de leur souffrance quotidienne et de leur résistance obstinée et silencieuse.Rouja Lazarova décrit avec brio les rouages d'un régime cruel, froid et absurde loin d'un communisme bon enfant et idéalisé dont les médias occidentaux se sont fait parfois l'écho. Mausolée est à ce titre le meilleur manifeste anticommuniste que l'on puisse imaginer.
Le style est factuel, un peu détaché même. Rouja Lazarora ne tombe jamais dans le larmoyant et c'est sans doute ce qui donne toute sa force au récit car Mausolée est sans conteste un texte fort où des événements tragiques sont relatés avec une certaine froideur. Un seul bémol concernant la construction du récit qui m'a semblé un peu décousue (dans sa chronologie notamment) et qui m'a un peu gênée dans ma lecture…
Lien : http://www.quartier-livre.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
mamansand72mamansand72   12 mars 2014
Raconter ces histoires trace une frontière avec le passé, l’éloigne comme une rive d’embarquement…Mais ça reste. Cet arrière goût que laissent des événements anodins. Des flashs du communisme aveuglants. Des piqûres de rappel.
Commenter  J’apprécie          30
NikozNikoz   19 mars 2017
- Camarade, pourriez-vous la poster? C'est rien de politique, c'est juste pour la famille, pour dire que tout va bien.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Rouja Lazarova (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rouja Lazarova
Rouja Lazarova (Bulgarie) | Mémoires du communisme...
autres livres classés : bulgarieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox