AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rémi Cassaigne (Traducteur)
EAN : 9782330138516
320 pages
Éditeur : Actes Sud (04/11/2020)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 133 notes)
Résumé :
Faye mène la belle vie à l'étranger. Sa société Revenge est plus florissante que jamais et son ex-mari infidèle se trouve derrière les barreaux. Mais au moment où elle pense que tout est rentré dans l'ordre, sa petite bulle de bonheur est de nouveau menacée. Revenge est sur le point de s'implanter aux États-Unis lorsqu'elle découvre que de nombreuses actions sont vendues dans son dos, mettant en péril l'existence même de l'entreprise. Contrainte de retourner à Stock... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
vero12
  10 novembre 2020
Bon là non, vraiment je suis déçue.
Tout d'abord la presse annonce le 2eme volet du dyptique de Camilla Lackberg. Je me dit "ok, ça devait être une trilogie il me semble bien, mais bon elle peut changer d'avis" et donc j'attaque le 1er du "dyptique" qui m'a déjà laissé sur ma faim, puis le 2eme et à la fin on s'aperçoit qu'il y aura surement un troisième volet, enfin c'est ce qui me semble, pas vous?
Et puis celui là est pire que le premier je crois. J'ai eu l'impression que ce livre était sponsorisé par les marques de luxe, un vrai placement de produit sans les images, bonjour la liste, que ce soit les fringues, les bijoux ou l'ameublement.
Ensuite le coté "50 nuances de grey" merci bien, si je ne lis pas ce genre de littérature c'est bien que ça me soule, alors retrouver ce genre de description très détaillée (c'est tout juste si t'entend pas les bruits de succion ) des scènes de sexe je suis pas là pour ça, et malheureusement ça se répète trop souvent.
Et puis décidément cette Faye est vraiment gonflante, c'est pire encore que dans le premier tome.
Je ne sais pas si je lirai la suite si y'en a une, je crois que j'attendrai de lire vos avis ici avant de me lancer ;-) parce que oui ça pourrait être encore pire.
Je suis déçue, j'aime beaucoup cette auteure j'ai dévoré ces autres livres, j'en ai fait de la pub auprès de gens qui cherchaient "un bon moment avec un bon bouquin", je me suis même demandé si c'était bien elle qui avait écrit ces livres lol
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          345
zabeth55
  11 février 2021
Et bien voilà, c'est réglé.
Adieu Mme Lackberg.
Je ne détestais pas lire un de ses livres de temps en temps, mais là, franchement, c'est celui de trop.
Faye est une femme d'affaire sans pitié.
Son mari est en prison.
Je n'ai même pas envie d'en raconter plus.
Je ne sais pas si les marques de luxe sponsorisent ce livre, mais Cartier, Dior, Vuitton.........sont cités toutes les dix pages.
C'est écoeurant de luxe.
Des scènes de sexe même pas bien écrites se multiplient.
Faye m'a été extrêmement antipathique. Je n'ai jamais pu la plaindre.
C'est bourré de clichés.
Tous les hommes sont des salauds
…........
Ah, elle a accumulé les situations bateaux.
Je me demande bien pourquoi j'ai été jusqu'au bout.
Vu comment ça se termine, une suite est attendue, mais je ne la lirai pas.
J'attendrai que quelqu'un me résume, eu toutefois je me souviens de cette histoire pendable.
Commenter  J’apprécie          322
boubou10588
  26 novembre 2020
Aujourd'hui, je vais vous parler du dernier roma de Camilla Lackberg, et ce serait un euphémisme de vous dire qu'il ne m'a pas convaincu. On pourrait croire que le personnage est la girlboss, une Paltrow, une Sézalory, une nasty gal, bref une nouvelle égérie d'une succes story autoentreprenariale, mais même pas. Non, Faye, dans ses tailleurs Proenza Schouler, dégage une petite odeur de naphtaline très années 90, que ce soit dans son attitude avec les autres femmes (qui ressemble aux timides percées féministes de Sex and the city ou Desperate Housewives, discussion sexuelle autour d'un cosmopolitain, et mâchouillage de branche de lunettes concerné parce qu'il faut faire sérieux quand on est à la tête d'une entreprise) ou avec les hommes (qui sont au choix des objets sexuels ou des salauds, ce qui est assez consternant à certains moment tellement les personnages sont clichés et mal écrits, mention spéciale au chauve bedonnant qui veut offrir un verre dans son bateau à la jeune femme que Faye sauve sur son cheval blanc, pardon sur son bateau blanc, non sans avoir rabaissé le pauvre raffiot mou du Harvey Weinstein en herbe). le livre s'ouvre sur une scène que je qualifierais de comique, en mode encastrage de légo, et qui, en tout cas, n'a pas eu l'effet escompté sur moi, lectrice ménagère de moins de cinquante ans en manque de sensation forte. le sexe, pourquoi pas, mais un minimum d'ambiance, là c'est une des scènes les plus risibles que j'ai eu à lire. Paye ton immersion, il manque que le plombier qui passe et rejoint notre petit trouple. Où est le trouble, la sensualité, bref, l'imprécision qui donne de la personnalité et du corps à la scène ? On ne fait appel à aucun de nos sens, c'est vraiment comme si on se trouvait dans la tête d'un ado/ d'une ado en montée d'hormone. On a cette désagréable impression que c'est juste pour remplir un cahier des charges, scène de cul, ok, scène de sororité, ok, scène de violence, ok. Bref, sous des airs de roman libéré, le féminisme se craquelle comme le vernis de Faye, car il sent l'opportunisme à plein nez. Concernant l'écriture, je ne sais si c'est un problème de traduction, ou si Camilla Lackberg se repose sur ses lauriers, mais c'est assez mauvais. Répétitions, lexique pauvre, manque de rythme et de fluidité, c'est désagréable à lire. Si je dois conclure sur une note plus positive, je dois tout de même noter que les analepses ne sont pas si pires comme dirait nos amis québécois. Elles se laissent lire sans mal, et on saute presque les pages pour les retrouver.
Donc, je ne sais pas si je vais persister avec Camilla, j'avais beaucoup aimé les enquêtes de Fjällbacka, mais ses deux derniers livres me paraissent bâclés, et c'est bien dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Coco574
  10 novembre 2020
Grande fan de C. Läckberg, j'avais été vraiment vraiment déçue par son précédent roman "Femmes sans merci". Avec "Des ailes d'argent", je ne suis toujours pas convaincue et je me demande si je vais continuer à acheter les livres de cette écrivaine.
Dans "Des ailes d'argent" nous retrouvons les femmes présentes dans "Femmes sans merci", Faye, sa maman, Alice, Ylva. C. Läckberg met à nouveau en place la construction de son roman avec des formes similaires à la série consacrée à Erica Falck : deux récits décalés dans le temps avec des flash back de l'une à l'autre. On sait rapidement qui est concernée par l'histoire la plus ancienne et le lecteur devine le point commun de ses deux histoires.
Si j'ai aimé le scénario, l'écriture, la construction de l'histoire, je ne note que trois étoiles. Ce n'est pas un suspens insoutenable. Comme dans le précédent roman, je ne comprends pas pourquoi l'autrice s'attèle à décrire des moment de sexe. Je me demande même dans ce roman ce que ces description à la limite du film porno peut apporter !!!! Cela me gêne et je trouve ses pages, ces passages décalés, leur longueur et leur précision sans intérêt pour le roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Tancrede50
  12 décembre 2020

Le roman commence par une partie à trois. le ton est donné, on va avoir du sexe. Très vite on découvre Faye. Femme d'affaires riche, femme libérée assez snob, femme qui déteste les hommes, femme sans scrupule et sans remords. Bref, Camilla Läckberg a choisi une héroïne pour laquelle on n'éprouve d'emblée aucune empathie. Dur, dur. Faye va sans doute perdre la direction de la société qu'elle a fondée - mais dont elle ne détient que 10% - à cause de rachats massifs d'actions en cours. Dans le même temps son ex mari, qui purge une peine de prison à cause d'elle, s'évade. On a là le début d'un thriller.

Mais il ne se passe pas grand chose pendant les trois premiers quarts du récit, à part beaucoup d'alcool et de sexe consommés. de plus, l'auteure a décidé, dans ce roman, de faire régner une atmosphère anti-homme permanente que j'ai trouvée un peu lourde. Comme j'ai trouvé pénible le langage vulgaire employé pour tout ce qui concerne le sexe et déplacé la longue promotion de toutes les marques de luxe: Hugo Boss, Max Mara, Chanel, Louis Vuitton, Gucci, Dolce Gabana, Pucci, Cartier, Rolex, Moncler, Patek Philippe, Armani…. Tout ceci fait que je n'ai pas accroché du tout à cette histoire.

Il y a toutefois quelques éléments de suspense qui poussent quand même à continuer la lecture. Découvrira-t-on que la fille de Faye n'est pas morte et que Faye la cache en Italie? Son ex mari se vengera-t-il maintenant qu'il s'est évadé de prison? Faye perdra-t-elle son poste de direction de sa société? Hélas, la fin est assez prévisible et la description de comment une grande société tente de contrer une OPA hostile me semble assez fantaisiste. Je ne reconnais plus Camilla Lackberg qui s'égare. Au final, je déconseille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   05 novembre 2020
Il y avait certains livres dont je ne me serais jamais défait. Les Filles du Dr March. Tess d’Uberville. Lace. La Diable. Kristin Lavransdatter. Les oiseaux se cachent pour mourir. Les Hauts de Hurlevent. La Petite Princesse. Ce n’étaient pas seulement des livres hérités de maman, mais aussi des souvenirs. Souvenirs d’heures où j’avais pu prendre pied dans un autre monde. Fuir le mien. Devenir une autre.
Là où les murs n’étaient pas couverts de rayonnages, j’avais mis des posters de mes écrivains préférés. Les autres filles de ma classe affichaient Take That, Bon Jovi, Blur ou Boyzone, moi Selma Lagerlöf, Sidney Sheldon, Arthur Conan Doyle, Stephen King et Jackie Collins. Ils avaient autrefois été les idoles de maman. Maintenant c’étaient les miennes. Mes héros. Ils me soustrayaient à la réalité et me transportaient ailleurs. Je savais que c’était un peu naze. Mais personne ne venait jamais à la maison, alors quelle importance ?
Je me suis mise au lit en faisant l’impasse sur le brossage de dents. J’entendais Sebastian faire les cent pas dans sa chambre. En bas, papa criait sur maman, elle se taisait, prenait sur elle. Elle allait sans doute promettre de s’améliorer, dans l’espoir que ça suffirait
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   05 novembre 2020
Mission accomplie. Tout s’était bien passé. Le puzzle de mensonges et de demi-vérités s’était assemblé pour former l’image d’elle qu’elle voulait donner. Pourtant, il lui manquait la décharge d’adrénaline qu’elle éprouvait d’habitude après un passage à la télévision réussi. Elle n’arrivait pas à se défaire de l’inquiétude qui l’oppressait comme une couverture mouillée. Elle avait commis l’erreur de considérer l’avenir comme allant de soi. Elle était victime du même orgueil qui avait poussé Icare à s’approcher trop près du soleil avec ses ailes de cire. Elle en payait à présent le prix, tandis que la cire fondait et que ses ailes se réduisaient à néant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   05 novembre 2020
La faiblesse était quelque chose qu’elle avait laissé derrière elle. Avec Jack. Elle lui en avait légué le fardeau, qu’il portait désormais en prison, avec son uniforme mal taillé.
Faye reposa la liasse de documents. Penser à cette trahison la minait. Les noms des femmes qui avaient vendu des parts lui étaient tous connus. Leurs visages défilaient, des femmes à qui elle avait présenté l’idée d’où était né Revenge. Des femmes qu’elle avait convaincues et qui avaient décidé de croire en son projet, de croire en elle. Pourquoi personne ne lui avait rien dit ? Toutes ces histoires de sororité, du vent ? Sauf pour elle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
rkhettaouirkhettaoui   05 novembre 2020
Elle profitait pleinement du luxe d’être seule dans une ville où elle ne connaissait pas grand monde, et où personne ne pouvait rien exiger d’elle. Être libre, sans responsabilités, sans comptes à rendre. Le rendez-vous avec Giovanni, le propriétaire de la petite entreprise familiale de cosmétiques qui allait compléter la ligne de produits Revenge, avait été un succès éclatant. Dès lors que Giovanni avait constaté que ses techniques de domination masculine ne suffiraient pas à la faire plier à ses conditions, elle avait pris le dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   05 novembre 2020
Son charme l’avait prise de court. “Si on n’ose pas prendre de risques, on n’ose pas vivre” : la formule l’avait fait réfléchir. Avec Revenge, elle pouvait prendre de gros risques sans sourciller, alors que dans sa vie privée elle s’était entourée de murailles si hautes qu’il aurait fallu une immense échelle pour parvenir jusqu’à elle. Cela faisait longtemps qu’un homme ne lui avait pas tenu des propos qui la fassent réfléchir sur elle-même. Mais David Schiller avait décidément quelque chose de particulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Camilla Läckberg (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camilla Läckberg
Tant d'émotions partagés entre les fans et les artistes en ce mois de mai : la fougue de Peter Doherty, la beauté d'Archive, la bienveillance de Guillaume Musso, le charisme de Danièle Thompson, la douceur de Vendredi sur Mer, l'énergie d'Hervé ou encore la bonne humeur de Camilla Läckberg, on aura tout eu, quel bonheur !
Toute la programmation culturelle dans votre Fnac : https://www.fnac.com/Les-evenements-magasin/cl31/w-4
Ça s'est passé à la Fnac, chaque mois en intégralité sur notre chaîne : https://www.youtube.com/playlist?list=PLiecdOYPtnueHNK22HZL7j4Ad0XeMxr74
Retrouvez-nous sur Facebook : https://fr-fr.facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
+ Lire la suite
autres livres classés : suèdeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Camilla Läckberg, biographie

En quelle année est née Camilla Läckberg ?

1972
1973
1974
1975

10 questions
87 lecteurs ont répondu
Thème : Camilla LäckbergCréer un quiz sur ce livre

.. ..