AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330075332
Éditeur : Actes Sud (01/03/2017)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.86/5 (sur 886 notes)
Résumé :
Pâques 1974. Sur l’île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de traces. La table du dîner est soigneusement dressée, mais tous se sont volatilisés, à l’exception de la fillette d’un an et demi, Ebba. Sont-ils victimes d’un crime ou sont-ils tous partis de leur plein gré ? L’énigme ne sera jamais résolue. Des années plus tard, Ebba revient sur l’île et s’installe dans la maison familiale avec son mari. Les vieux secrets de la propriété... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (159) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
  16 janvier 2016
Deuxième Camilla Lackberg que j'ai le bonheur de lire et je crois comprendre qu'elle poursuit toujours une trame bien à elle : un retour dans le passé avec le parcours d'un personnage dont on ne connaît pas (encore) le lien avec l'enquête du moment de nos sympathiques héros (Patrick hedström, Gösta et les autres) et pourtant… on se doute que tôt ou tard, la lumière se fera, cela fait partie de ce que j'aime dans ces romans, et c'est particulièrement réussi dans celui-ci : la fille de la faiseuse d'ange décapitée en 1908, essaie de vivre, une vie de misère qui amène le lecteur à essayer de faire preuve de compassion envers ce personnage, et parallèlement, l'enquête policière qui amène l'équipe de choc de Patrick hedström sur l'île Valö en raison d'un incendie qui se déclare dans un bâtiment qui a fait fonction de pensionnat il y a de cela, une trentaine d'années, et qui est devenue la propriété d'Ebba et son mari, personnage énigmatiques qui rénovent le bâtiment et entretiennent une relation tout aussi énigmatique. Mais le suspense est encore entretenu par la présentation d'autres personnages qui ont un rôle clé, d'anciens collégiens du pensionnat qui ne se sont pas perdus et qui entretiennent une relation qui autorise le lecteur à se questionner.
J'ai été tentée de reprocher à l'auteure, la profusion de personnages qui m'a fait un peu peur, car je craignais de ne pas m'y retrouver, mais j'ai ensuite compris qu'ils étaient nécessaires et les liens entre eux se sont aisément dessinés.
Un roman plein de vie (ce n'est pas à un policier que l'on s'attache, mais à cinq ou six, avec leurs qualités, leurs travers, leur vie, leurs émois… )
C'est avec plaisir que je lirai d' autres romans de Camilla Lackberg.
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          546
spleen
  14 décembre 2014
Comme une vieille paire de pantoufles, on se dit que c'est la dernière fois qu'on les met, et puis une fois les pieds bien installés au chaud dedans, on retrouve ses marques et on y est pas si mal que cela.
La recette est toujours la même : une construction qui fonctionne bien avec des histoires à plusieurs époques différentes et qui se rejoignent à la fin , des personnages dont on suit la vie sentimentale et familiale d'un épisode à l'autre .
Certes Erica avec sa manie de se mêler de tout, de laisser ses enfants à sa belle-mère qu'elle critique cependant, finit par vraiment énerver , c'est dommage car les autres protagonistes sont plutôt sympathiques .
On a l'impression que Camilla Läckberg saborde un peu son personnage principal car l'ayant choisi hors du milieu policier , mariée à un des principaux inspecteurs, on peut imaginer qu'Erica a du mal à trouver ses marques (elle n'a qu'à essayer mes chaussons !) entre casseroles et marmots.
L'intrigue cette fois-ci tient jusqu'à la toute fin du roman et c'est plutôt une bonne surprise.
Bon, promis, je mets mes savates à la poubelle ... Je vais attendre quand-même la venue du Père-Noël , peut-être déposera t'il des livres et une nouvelle paire de charentaises !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
LePamplemousse
  05 septembre 2014
Le dernier opus de Camilla Lackberg est une fois encore un roman policier qui se dévore.
La construction est toujours la même : on suit en alternance une enquête policière actuelle et une histoire très ancienne et les deux se rejoignent toujours à la fin.
Ici, il est question d'une femme tueuse de bébés, d'une famille mystérieusement disparue et de tentatives de meurtres.
Le procédé est classique mais fonctionne bien, même si au bout d'un moment, le suspense devient un peu moins haletant car on se doute de ce qui va suivre.
Dans cette enquête, Erica, la protagoniste principale, écrivain et femme de policier, m'a particulièrement énervée.
En effet, c'est bien beau de toujours vouloir se mêler de tout, de fourrer son nez partout, mais ça lui attire à chaque fois des ennuis et cette fois-ci, franchement, j'aurais bien aimé qu'il lui arrive un malheur histoire qu'elle comprenne qu'elle est parfois trop téméraire et un brin gourde quand même, en plus de mettre la vie d'autres personnes en danger, juste parce que madame préfère dénicher des secrets que s'occuper de sa tripotée de mômes !
L'intrigue est assez intéressante mais un peu tirée par les cheveux ... je n'en dirais pas plus mais ça fait quand même beaucoup de malheurs pour une même famille...alors soit ils ont vraiment la poisse, soit l'auteur a un peu abusé avec tous les maux dont elle les accable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          388
Aela
  22 juin 2014
Ce roman policier palpitant s'inspire d'un fait réel, fait divers vieux de plus d'un siècle: la dernière femme condamnée à mort en Suède a été condamnée pour infanticide.
La fille de cette mère plus que particulière va être ballotée de familles d'accueil en familles d'accueil et va tomber amoureuse de Herman Göring venu en Suède dans les années 20. Elle va avoir un enfant de lui.
Bien plus tard, sur l'île de Valö, juste en face de Fjällbacka, une famille entière disparaît.
Personne ne sait où ils sont passés;
Trente ans plus tard, un nouvel élément va permettre de relancer l'enquête.
Je n'en dis pas plus. C'est rondement mené et cela s'appuie sur des faits historiques: oui le tristement célèbre Göring a bien séjourné en Suède et a épousé une Suédoise, mais ce n'était pas l'héroïne de ce livre...
Un excellent polar pour cet été.
Commenter  J’apprécie          380
Eve-Yeshe
  14 novembre 2014
Ebba et Melker viennent de s'installer sur l'île de Valö, aux abords de Fjällbacka, dans la maison qui appartenait autrefois à la famille d'Ebba. Ils ont perdu leur enfant accidentellement et ne peuvent pas se remettre de leur chagrin et donc ne parviennent plus à communiquer. Ils ont vendu leur maison à Göteborg pour faire table rase des souvenirs. Mais un incendie se déclenche…
Cette grande maison était autrefois un internat pour jeunes gens issus de familles aisées, tenu par Rune et sa deuxième femme Inez. Rune a eu trois enfants d'un précédent mariage, Claes Annelie et Johan et avec Inez il a une petite fille Ebba. En 1974, le jour de Pâques, un évènement étrange s'est produit, ils ont tous disparu sauf Ebba qui a été retrouvée seule dans la maison. le déjeuner était sur la table, le repas avait commencé.
A cette époque, cinq élèves parmi les pensionnaires étaient restés à l'internat et lors de l'enquête, ils avaient dit ne rien avoir constaté d'anormal et qu'ils avaient trouvé Ebba en revenant de la pêche. L'enquête a piétiné, parmi les policiers en charge, Gösta s'était beaucoup impliqué, ce qui est rarement le cas habituellement.
En parallèle, une autre histoire qui commence en 1908. Une femme, Helga Svenson, qui accueille en en nourrice des enfants que les parents ont du mal garder, est accusée de meurtre, car elle les fait disparaître, pensant que les parents ne reviendront pas les chercher. C'est une « faiseuse d'anges » comme on dit à l'époque. Leur fille Dagmar, se retrouve placée en famille d'accueil. Y a-t-il un rapport entre l'incendie qui vient de se produire et la disparition de la famille en 1974 et quel lien existe-t-il avec la faiseuse d'anges en 1908 ?
C'est ce que vont découvrir l'inspecteur Patrik Hedström et son équipe tandis que bien entendu, l'épouse de Patrik, Erica Falck, écrivain à succès, habitée par la curiosité, fourre son nez partout.
Ce que j'en pense :
Comme à son habitude, l'auteure nous raconte deux histoires en même temps, une qui s'est produite dans le passé, et une actuelle avec cette fois une troisième histoire intercalée.
Les cinq étudiants de 1974, se retrouvent à Fjällbacka, chacun ayant suivi sa route, John devenu un politicien d'extrême droite, Léon qui a relevé des défis invraisemblables, jouant parfois avec la mort a fini par avoir un accident qui le laisse tétraplégique, Joseph, de confession juive, qui veut construire un musée de la mémoire car ses parents sont décédés dans les camps de la mort, Sebastian un homme d'affaires corrompu qui ne pense qu'à l'argent et Percy, un noble qui a hérité du château familial en spoliant son frère et sa soeur.
Qu'est-ce qui peut bien pousser tout ce petit monde à se retrouver après tant d'années?
Il a fallu attendre la page 120 pour que je commence à m'intéresser vraiment aux personnages (Göring entre en scène p 121). Au début, on ne voit pas le lien qu'il peut y avoir entre les différents protagonistes, on ne sait même pas que certains se sont connus autrefois.
Cependant, l'histoire est prenante et je me suis laissé prendre au jeu malgré ma colère contre Erica. L'auteure a travaillé sur des archives, elle s'est inspirée de faits réels qu'elle a réinterprétés. La maison sur l'île de Valö existe, tous les enfants de Fjällbacka y sont allés et tout le monde l'appelle « la colo ». Il y a vraiment une énigme concernant le corps retrouvé dans le cercueil de Madame Göring qui était suédoise (cf. un article publié en 1991).
Ce livre est intéressant par la technique de l'auteure qui fait coïncider la réalité et la fiction et mais je pense que Camilla Läckberg devrait canaliser davantage son héroïne, sinon je risque de me lasser définitivement. Elle donne l'impression d'avoir cinq ans et se trouve incapable de réfléchir un minimum avant d'agir. A petite dose ça va mais cela risque de détourner d'elle des lecteurs même assidus, dont je fais encore partie pour l'instant.
Note : 7/10

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

Les critiques presse (1)
LesEchos   04 août 2014
La mort, la folie et l’enfance massacrée hantent ce polar, dont l’écriture laisse parfois à désirer, mais qui procure un puissant jet d’adrénaline romanesque.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations & extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
christinebeaussonchristinebeausson   24 septembre 2014
Le pire, c'est qu'elle fonctionne leur propagande à deux balles. Ils enfilent leur costume du dimanche, mettent ostensiblement à la porte quelques membres qui se sont distingués par leur mauvais comportement, évoquent des coupes budgétaires et des rationalisations, et les gens marchent. Mais derrière tout ça, ce sont les mêmes vieux nazis qui se dissimulent. Et quand ils font le salut nazi et agitent des drapeaux avec la croix gammée, c'est à l'abri des regards. Après, ils passent à la télé et se lamentent d'être victimes d'attaques injustes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   15 décembre 2014
Il y avait quelque temps de cela, elle avait dit à Erica qu'elle était comme un de ces vases anciens qu'elle avait vus quand elle travaillait chez le commissaire-priseur. Un vase qu'on avait fait tomber, qui s'était cassé et dont on s'était appliqué à recoller les morceaux. Si de loin il avait l'air intact, toutes les fissures devenaient douloureusement visibles quand on le regardait de près. C'était bien plus qu'une plaisanterie, Anna le comprit quand elle sonna à la porte d' Erica. Elle était réellement cela : un vase cassé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
zeroprojectzeroproject   08 juin 2014
La plupart des gens ne bénéficiaient pas d'une telle sécurité, elle le savait très bien. Quand les fins de mois étaient constamment difficiles et qu'il n'y avait soudain plus de boulot, on était vite tenté de trouver un bouc émissaire. Voilà ce qui expliquait sûrement en partie le succès de Sveriges Vänner (extr. droite). Depuis sa rencontre avec Jon Holm, elle n'avait cessé de penser à lui et à ce qu'il représentait. Elle avait espéré rencontrer un homme antipathique qui prônerait ouvertement ses opinions. Au lieu de cela, elle s'était trouvée face à quelqu'un de beaucoup plus dangereux. Une personne éloquente qui savait donner des réponses simples d'une manière qui inspirait confiance. Qui savait aider les électeurs à identifier le coupable, puis promettre de le faire disparaître du paysage.
Erica eut un frisson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ZinaidaZinaida   23 juillet 2014
Pour être tout à fait honnête, Josef n'aimait pas spécialement la compagnie d'autrui. Ce qu'il cherchait il ne le trouvait que dans l'introspection. Personne ne pourrait le lui donner. Parfois, il aurait aimé être différent, ou plutôt être comme les autres. Pouvoir revendiquer une appartenance, se sentir intégré à un groupe, mais il ne laissait même pas sa propre famille l'approcher. Le noeud dans sa poitrine était trop serré. Il se faisait penser à un enfant qui appuie le front contre la vitrine d'un magasin de jouets et regarde toutes les merveilles sans jamais oser franchir la porte. Quelque chose l'empêchait d'entrer, de tendre la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   17 décembre 2014
C'était le danger qui le stimulait, la certitude que la vie pouvait lui être ôtée à tout moment. Le danger lui permettait d'apprécier davantage les bonnes choses de la vie. Le champagne était encore meilleur, les femmes lui semblaient plus belles, les draps en soie plus doux contre sa peau. Sa fortune devenait plus précieuse s'il la remettait sans cesse en jeu.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Camilla Läckberg (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camilla Läckberg
Bande annonce de The Hidden Child, adaptation du roman de Camilla Läckberg, paru en français sous le titre "L'enfant allemand"
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Camilla Läckberg, biographie

En quelle année est née Camilla Läckberg ?

1972
1973
1974
1975

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Camilla LäckbergCréer un quiz sur ce livre
. .