AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330018967
Éditeur : Actes Sud (05/06/2013)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.71/5 (sur 1074 notes)
Résumé :
LIVRE AUDIO

Dans ce septième volet de la série qui lui est consacrée, Erica est sur tous les fronts. Non contente de s'occuper de ses bébés jumeaux, elle enquête sur l'île de Gräskar dans l'archipel de Fjällbacka, et s'efforce de soutenir sa sœur Anna, victime, à la fin de La Sirène, d'un terrible accident de voiture aux conséquences dramatiques.
Avec Le Gardien du phare, Camilla Läckberg poursuit avec brio la série policière la plus attachant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (143) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  13 juillet 2013
J'aimais beaucoup Fred Vargas... Puis un jour j'ai arrêté de la lire. Parce que j'avais l'impression de lire sans fin le même livre. Je crains que ça soit bientôt pareil pour Camilla Läckberg...
Dans 'Le gardien de phare', elle donne presque dans l'auto-caricature, si je peux me permettre ce néologisme. Pour preuve les innombrables boulettes, maladresses et autres idées débiles de Patrick et ses collègues enquêteurs qui parviennent pourtant, étonnamment, à trouver le coupable (longtemps après qu'on ait deviné, quand même). Pour preuve également les improbables péripéties familiales, entre infarctus, accident, deuil, dépression, meurtre d'enfant, femmes battues, tensions de couple, bouffées délirantes, drogue... mais bizarrement pas de grossesse ou de naissance cette fois-ci ! Pour preuve enfin la construction habituelle avec différents points de vues entrecoupés de flashbacks et la non moins habituelle capacité d'Erica à mettre les pieds dans le plat. Bref, les ficelles sont tellement grosses qu'elles commencent à gâcher le plaisir.
Il reste du plaisir, malgré tout : passées les 100 premières pages un peu poussives, c'est très efficace et on plonge dans l'histoire aux côtés de nos vieux copains de Fjällbacka pour prendre une petite dose de suspense, de tendresse et d'exotisme scandinave. Une lecture de vacances agréable, en somme (mais je passerai probablement mon tour pour les vacances 2014 !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          665
diablotin0
  26 juillet 2016
Il y a un paradoxe avec les livres de Camilla läcberg, j'éprouve toujours du plaisir à retrouver les personnages et pourtant, comme beaucoup je trouve qu'Erica est une caricature de la femme un peu "nunuche" et l'intrigue reste souvent "gentillette". Pour moi, ce tome " le gardien de phare" est le livre parfait pour la plage, même si je l'ai lu dans le tram pour aller au travail!!! il se lit très facilement, à côté de l'intrigue policière, il y a toujours la vie de famille avec Erica , ses enfants, sa soeur ... Paradoxe, je disais car tout en m'agaçant, je continue à acheter et lire la suite de cette série. Hé oui, tout ne s'explique pas.
Commenter  J’apprécie          500
Eve-Yeshe
  18 novembre 2013
Annie vient de s'enfuir de chez elle en emmenant son fils dans ses bras. Elle est couverte de sang, mais ne pense qu'à une chose : fuir loin, très loin pour se réfugier sur l'île de Graskär qui lui appartient et que les gens du coin appelle « l'île aux esprits » car les gens qui y sont morts la hanteraient à jamais. C'est le domaine de son enfance, où son père était gardien de phare.
Elle prévient les parents de son ami d'enfance Mats Sverin pour qu'ils lui apportent de la nourriture et elle apprend ainsi que Mats est revenu habiter à Fjällbacka après avoir travaillé plusieurs années à Göteborg. Il travaille actuellement sur su projet de la mairie pour transformer en centre de bien-être un lieu jadis beau bâtiment mais tombé en décrépitude.
Mats va la voir, ils passent la nuit ensemble et au réveil d'Annie il n'est plus là. On apprendra qu'il a été assassiné d'une balle dans la tête dans son appartement.
Une enquête difficile commence car Mats semble très mystérieux, personne ne le connaît vraiment, son passé est un mystère pour ceux qui travaillent avec lui.
C'est là que Patrick, notre inspecteur, entre en scène. Il assiste avec sa femme Erica à l'enterrement de l'enfant mort-né d'Anna, la soeur d'Erica. (à la fin de « la sirène » on se souvient qu'Erica et Anna, toutes les deux enceintes, avaient eu un grave accident de voiture. Cet accident à en fait déclenché la naissance prématurée des jumeaux d'Erica mais Anna a eu moins de chance : coma, enfant mort-né.
La cérémonie est extrêmement triste, Anna est un zombie, elle tient tout le monde à distance, rendant toute communication impossible.
C'est dans ce contexte lourd de tristesse que l'enquête démarre. On apprend que Mats a été agressé avant de revenir à Fjällbacka, de façon très violente avec hospitalisation, il a prétendu que c'était des jeunes loubards qu'il ne connaissait et que cela n'avait aucun rapport avec son travail : il travaillait dans une association « Refuge » qui s'occupe des femmes battues, les aide dans les démarches car elles ont tellement peur et sont tellement sous domination qu'elles n'ont pas confiance en elle.
L'enquête fouille dans le passé et dans le présent. A la mairie, tout le monde semblait content de lui, mais il semblait avoir des doutes sur la comptabilité du projet à la tête duquel se trouve Erling, un homme que l'on a déjà rencontré dans un précédent livre (une émission de téléréalité qui ratait) il avait alors fait un séjour de remise en forme où il avait rencontré Vivianne, et son frère Anders. Vivianne l'avait aidé à reprendre le dessus après le fiasco de l'émission de télé réalité.
En parallèle, Camilla nous raconte l'histoire d'une jeune femme Emelie qui est arrivée sur l'île en 1870 et y a vécu quelques années très dures avec son mari Karl et un homme odieux, méchant qui l'aide sur le phare.
L'enquête prend un tournant différent quand, la police est appelée car des enfants ont consommé de la drogue trouvée dans un poubelle, à côté de l'école, tout près de l'endroit où habitait Mats.
Le commissaire Melberg en profite pour commettre, comme à son habitude, une bévue lamentable, lourde de conséquences. Et on apprendra aussi que le mari d'Annie a été retrouvé mort, abattu chez lui, alors qu'il est un mafieux notoire et violent. Mais, je ne vais pas gâcher le plaisir et je vous laisse découvrir la suite.
Ce que j'en pense :
C'est le sixième roman de cette auteure que je lis et j'ai retrouvé avec plaisir, une Erica redevenue la journaliste écrivain curieuse que l'on connaissait (et qu'on avait du mal à reconnaitre dans « la sirène ».
Elle s'occupe avec tendresse de sa soeur qui s'enfonce dans la dépression et avec qui elle arrivera à établir le contact par le biais du toucher, en s'allongeant près d'elle pour dormir et la protéger en lui faisant un rempart de son corps comme le lui a conseillé Vivianne.
Ce livre nous parle de la souffrance des femmes battues, maltraitées physiquement et psychiquement devant leurs enfants, du combat difficile qu'elles doivent mener car la perversité de leur mari a détruit le peu d'estime d'elles-mêmes qu'elles peuvent avoir. Ces traumatismes de l'enfance et de la femme se retrouvent chez plusieurs personnages du roman.
J'aime bien l'histoire d'Emelie qui nous est décrite en toile de fond, avec l'évolution graduelle de la violence, ses « contacts » avec les personnes décédées sur l'île, la dureté du travail sur l'île fin du XIXe siècle avec lessive à la main, lessivage des sols, dureté des travaux ménagers pour une femme qui n'est que la bonne et le souffre douleur de son époux pervers sadique, cruel….
Camilla Läckberg raconte aussi la culpabilité d'avoir des jumeaux en bonne santé par rapport à sa soeur, qui, maltraitée aussi dans son premier mariage pensait enfin s'en sortir et perd son bébé. Il y a une réflexion sur la notion de destin, de répétition des scenarii de vies. Elle parle du déni, du deuil qu'on ne veut ou ne peut pas faire et jusqu'où il peut conduire (cf. le délire d'Annie vis-à-vis de son fils)
Elle analyse avec pertinence le problème des femmes battues qui retournent vers leur bourreau au risque d'y perdre la vie, mais je suis restée sur ma faim. L'atmosphère est lourde, mais on sent très bien que cette histoire est improbable, certes, il y a très souvent un supérieur tout puissant qu'il faut maintenir à l'écart de l'enquête mais là cela frise le ridicule dans le commissariat et c'est dommage.
J'ai passé un bon moment, je n'ai pas cherché à découvrir qui était le meurtrier car c'était évident même s'il fallait trouver des liens entre les meurtres, je me suis contentée de lire l'histoire telle qu'elle.
Ce roman est meilleur que la sirène mais je ne le classe pas dans les polars ou à la rigueur « polar parodique » ou « polar burlesque » : un gentil inspecteur, sa femme gaffeuse, son chef complètement déjanté qui devient sympathique quand il change les couches de bébé, une petite ville où tout le monde se connait sans se connaitre.
7/10. Je vais revoir mes notations à la baisse pour Camilla Läckberg, en fait cela mérite 3, 5 étoiles.

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
NolaTagada
  01 octobre 2013
Tout le monde connaît ce proverbe : “Toutes les bonnes choses ont une fin.” Hé bien c'est le message que j'ai envie de faire passer à cette bonne Camilla Läckberg. C'était déjà le sentiment que j'avais eu lors de son avant dernier roman, La Sirène. Roman qui se terminait en queue de poisson si je puis dire (sans mauvais jeu de mots..) et qui amenait fortement à suivre la suite des aventures d'Erica Falck dans ce 7ème volet, le gardien de Phare.
C'est bien d'avoir LA formule qui marche mais c'est aussi bien de savoir y mettre un terme ! Parce qu'entre nous il est vrai que les romans de Camilla Läckberg se lisent comme des petits pains ou plutôt se vendent comme des petits pains mais il y a un moment où il faut dire stop ! Pour ceux qui connaissent un petit peu ses romans, je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi j'adhère complètement à son système de mini chapitres (3-4 pages en général) qui mettent en scène les différents protagonistes. Pas le temps de s'ennuyer et comble de la réussite on avale les pages pour retomber sur les personnages que nous chérissons le plus ! Futé n'est ce pas ? Et puis agréable à lire aussi, avouons le. Résultat : ça se lit bien ! Par contre je mettrai un bémol sur le concept des flash back parce que le filon a été beaucoup trop exploité à mon goût ! Ma chère Camilla Läckberg il va falloir se renouveler !
Dans ce 7ème volet, la révélation qui m'avait déjà pendu au nez la fois dernière m'a carrément sauté à la figure : c'est nian nian, cul cul la praline, on est en immersion dans le monde des bisounours et les ficelles sont beaucoup trop grosses et prévisibles ! Bref je crois que je suis en pleine overdose ! Je ne supporte plus Melberg et sa stupidité complètement improbable, Erica qui met constamment les pieds dans le plat, les gentils méchants et les gentils tout courts…. STOP ! Tout ça gâche mon plaisir, ça m'énerve et puis en plus j'avais deviné qui était l'assassin et ça ce n'est pas un bon argument de vente pour un polar !
Deux, trois mots sur l'histoire tout de même… Dans ce 7ème volet, Mats Sverin, directeur financier du nouveau projet de bien être de la ville de Fjällbacka est retrouvé assassiné à son appartement une balle dans la tête. Patrick et ses petits copains n'ont pas beaucoup d'indices à se mettre sous la dent… Mats Sverin semble être un homme sans histoire et tout ce qu'il y a de plus gentil. (Tiens, tiens encore un gentil...pffff c'est chiant !) L'intrigue est plutôt plate, les rebondissements à dormir debout, j'ai eu l'impression de regarder le mauvais feuilleton de l'été. Finalement l'auteur s'intéresse plus à la petite vie de ses personnages qu'à l'enquête. En même temps ils n'avaient pas été épargnés dans le 6ème volet, c'est d'ailleurs ça qui m'a poussé à me lancer dans le 7ème, puis-je donc lui en vouloir à ce point ?!
Conclusion, je ne vais pas vous faire un dessin car je sais que vous êtes très très intelligents, j'ai été assez déçue et je ne pense pas renouveler l'expérience de sitôt. Mon polar de l'été 2014 ne sera pas signé Camilla Läckberg ! C'est dommage car elle a plein de qualité et j'avais vraiment beaucoup aimé ses premiers romans. Je n'aime pas qu'on me prenne pour un pigeon ! Pauvre Camilla Läckberg, je suis un peu dure avec elle quand même… Mais c'est comme ça ! Passez votre tour !
Lien : http://www.nola-tagada.fr/ca..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285
Cath36
  02 décembre 2013
En dépit de longueurs et de répétitions quelques peu lassantes j'ai retrouvé avec plaisir ces nouvelles aventures d'Erica et de Patrick qui parlent ici de la violence faite aux femmes, comme on dit de nos jours. Si l'intrigue n'a rien d'exceptionnel, Läckberg sait créer un climat où la pire violence est davantage celle qui est suggérée que celle qui est décrite et le climat de peur ainsi crée et entretenu amène le lecteur à une bonne prise de conscience de ce que vivent les femmes maltraitées. de plus Läckberg entremêle les histoires, avec peut-être plus d'habileté que dans les précédents livres et on s'accroche jusqu'à la fin. Bref, ce n'est pas une lecture impérissable mais qui reste intéressante sur le plan social. J'avais toutefois préféré ses précédents, plus historiques.
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
NatachaENNatachaEN   14 décembre 2017
- Je ne suis pas si sûre. Combien d'épreuves un être humain peut-il endurer avant de se briser définitivement ? J'ai l'impression que c'est ce qui arrive à Anna, répondit Erica d'une voix étouffée.
Commenter  J’apprécie          40
NatachaENNatachaEN   13 décembre 2017
Le fils de sa mère. Il ne voulait pas qu'elle se fasse sermonner à cause de lui, même si elle savait, après plus de quarante ans passés avec son mari, qu'il aboyait plus qu'il ne mordait.
Commenter  J’apprécie          50
Eve-YesheEve-Yeshe   18 novembre 2013
Tout à coup, son ventre se noua au souvenir des dernières années de collège qui avaient été marquées par tant d’angoisses. Elle se rappela l’impression de ne pas avoir sa place, de n’appartenir à aucun groupe. La quête permanente de ce qui lui permettrait d’accéder au cercle des cools et des branchés. Elle avait essayé. Imité des coiffures et des styles vestimentaires, utilisé les mêmes mots et expressions que certaines filles de sa classe. Des filles comme Annie. Elle n’y était jamais parvenue. Elle n’avait pas fait partie des plus nulles non plus, c’est vrai, de celles qu’on prenait constamment pour cible et qui n’avaient aucune chance de s’en sortir. Non, elle avait surnagé dans la masse grise des invisibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Cath36Cath36   01 décembre 2013
Elle était probablement de ces personnes insupportablement positives et joyeuses, se dit Gösta. Le genre qu'il ne voulait pas près de lui à sept heures du matin avant d'avoir bu sa première tasse de café. Sa défunte femme chérie avait heureusement partagé sa mauvaise humeur matinale tout au long de leur vie commune, si bien qu'à chaque petit-déjeuner, ils avaient pu ronchonner à loisir chacun dans son coin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
AproposdelivresAproposdelivres   26 septembre 2014
Le soleil s’était levé mais ne chauffait pas encore. Elle sentait ses muscles se relâcher petit à petit, la tension cédait et l’horreur de la nuit perdait un peu de son emprise. Elle regarda Sam. Pourvu qu’il n’en garde pas de séquelles. À cinq ans, on est fragile. Comment savoir si rien ne s’était brisé en lui ? Elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour le guérir. Des bisous pour éloigner le mal, comme quand il tombait à vélo et s’écorchait les genoux.
Elle connaissait bien le trajet. Chaque île, chaque rocher. Elle mit le cap sur Väderöbod et s’éloigna de plus en plus de la côte. Les vagues étaient plus grosses ici, et l’étrave cognait contre l’eau en retombant après chaque crête. Elle savoura la sensation des embruns lui éclaboussant le visage et s’autorisa à fermer les yeux quelques secondes. En les rouvrant, elle aperçut Gråskär au loin. Son cœur frétilla comme toujours quand l’île apparaissait et qu’elle voyait la petite maison et le phare, blanc et fier, dressé vers le ciel bleu. Elle était encore trop loin pour voir la couleur de la maison, mais elle se rappelait sa nuance gris clair et les menuiseries blanches. Et les roses trémières qui poussaient devant le mur le plus abrité. C’était son refuge, son paradis. Son île. Gråskär.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Camilla Läckberg (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camilla Läckberg
Bande annonce de The Hidden Child, adaptation du roman de Camilla Läckberg, paru en français sous le titre "L'enfant allemand"
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Camilla Läckberg, biographie

En quelle année est née Camilla Läckberg ?

1972
1973
1974
1975

10 questions
55 lecteurs ont répondu
Thème : Camilla LäckbergCréer un quiz sur ce livre
. .