AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021175677
204 pages
Éditeur : Seuil (02/05/2014)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 32 notes)
Résumé :
11 septembre 2011. Emma fait partie des invités d’honneur de la Maison Blanche pour les commémorations des attentats. Debout sous le soleil de septembre, elle est au plus mal. Mais est-ce son veuvage qui la fait tant souffrir ? Rien n’est moins sûr.

Strasbourg. janvier 1996, Emma est insouciante, une séductrice capricieuse qui croque les hommes et les jette sans remords. Jusqu'au moment où elle rencontre l’Autre. Avec l’Autre, sa vie va prendre une to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
feanora
  30 septembre 2014
Emma reçoit une lettre de la présidence des États-Unis qui la convie à la célébration du dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001.
En effet, son mari a disparu lors de ceux-ci.
Ce courrier la met mal à l'aise et la ramène â sa vie d'épouse avec "l'autre. "
Je dois dire que je fus dérangée par le fait que dans son récit, elle n'utilise quasiment jamais le prénom de son mari.
Emma nous conte sa vie avec l'homme dont elle est tombée amoureuse , brillant avocat d'affaires, qui au fil du temps va se révéler un pervers narcissique.
J'ai eu du mal à admettre qu'une femme médecin puisse vivre aussi longtemps avec l'être malfaisant qui ruinait son propre équilibre.
Elle se rend toutefois aux cérémonies commémoratives, oú elle croisera Maria, une autre veuve dont le mari est mort dans l'une des tours.Elle avait épousé un être violent, alcoolique qui la rouait de coups. Avec sa mort, elle avait retrouvé une vie calme, mais pas la sérénité.
Les cérémonies auxquelles elles assistent vont leur permettre de faire la paix avec leur passé.
Le personnage pitoyable de Maria m'a vraiment émue mais j'ai difficilement accroché à l'histoire d'Emma, bien que je sache quelles sont les souffrances des femmes vivant avec des pervers narcissiques, car sa vie antérieure ne cadre pas avec avec l'histoire de sa jeunesse lorsqu'elle croquait les hommes sans compter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
andy86
  12 juillet 2014
Ce premier roman me laisse pensive. Je ne sais pas trop quoi en penser. le sujet de cette histoire est intéressante, le style littéraire est pas mal, mais sans plus.
C'est l'histoire de deux femmes, Emma et Maria, qui toutes les deux subissent un mari violent : violence psychologique pour Emma, violence physique pour Maria. le point commun entre les deux époux : ils sont des pervers narcissiques. Elles se retrouvent aux commémorations du 11 septembre 2011, en souvenir des disparu du World Trade Center. On comprend assez vite dans l'intrigue que leurs maris sont morts.
1996 : Emma est une jeune femme pleine de vie, qui additionne les conquêtes d'un soir. Elle considère les hommes comme des mouchoirs en papier, qu'on prend, qu'on utilise et qu'on jette. Sauf qu'un jour, elle rencontre l'Autre et cet homme-là, elle ne pourra pas le jetter, n'y s'échapper de son contrôle. Au fil du roman, nous découvrons la vie du couple, qui petit peu, se transforme en réprimandes, réflexions et insultes pour Emma. L'Autre, ne manière insidueuse, dirige fermement son couple.
Parallèlement à l'histoire d'Emma, nous suivons l'histoire de Maria, qui va tomber amoureuse de Pavao. Très vite, il se révèle être un mari ultra violent.
Le sujet est intéressant et il est rare qu'il soit abordé d'une manière aussi franche dans la littérature. Les différents styles de narration apportent beaucoup au livre, mais on s'en lasse vite. Je suis restée un peu extérieure à la souffrance d'Emma. L'évolution d'Emma et sa relation avec l'Autre est lente, un peu molle, et les descriptions de sa souffrance tourne en rond, bien qu'elles soient riches et créent un sentiment malsain chez le lecteur. Mais après, c'est un peu pareil. Je comprends que le pervers narcissique évolue de façon douce et insidieusement, cherchant à détruire et nuire par tous les moyens, en développant le sentiment de culpabilité chez sa victime, mais à mon sens, il manque un petit ingrédient dans cette histoire pour la rendre plus poignante et touchante.
A lire, mais sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ANNEP1
  10 janvier 2017
Malgré le thème certes accrocheur, je trouve l'écriture assez pauvre et trop directe. le livre n'aborde pas la réalité de la perversion et de son fonctionnement. Cela ne sonne pas assez vrai...en tout cas pour moi qui connais bien les pervers narcissique pour en avoir beaucoup souffert. Même si aborder ce sujet sensible par un roman est une bonne idée, c'est une reprise un peu bâclée de concepts pas très bien étayés que l'on trouve partout. On en reste aux généralités, surtout avec le personnage d'Emma pour lequel je m'attendais à lire une description concrète de sa relation quotidienne avec le PN. le personnage plus émouvant de Maria n'est pas assez fouillé à mon goût. J'ai aussi trouvé le propos un peu confus avec beaucoup de renvois qui perturbent la lecture. En résumé: s'abstenir
Commenter  J’apprécie          60
claraetlesmots
  24 juillet 2015
11 septembre 2011. Emma fait partie des invités d'honneur de la Maison Blanche pour les commémorations des attentats. La jeune femme s'attend à tout moment à être arrêtée, démasquée. A côté des familles des autres victimes, elle se sent une usurpatrice. Pourquoi?
Le roman alterne entre des allers-retours entre présent ( la journée du 11 septembre 2011) et le passé d'Emma. Etudiante en médecine, Emma croquait les hommes et affichait des aventures sans lendemain. Conquérante, libre jamais dominée. Puis, lors d'une année d'études à Londres, elle a rencontré l'Autre. Homme raffiné et avocat d'affaires à la City, il la séduit. Elle tombe dans ses filets et petit à petit, il commence son travail de dévalorisation par des petites remarques. Emma doute d'elle, elle vit sans s'en rendre compte avec un pervers narcissique qui prend plaisir à la rabaisser, à l'humilier mais toujours en privé (puis se confond en excuses et en cadeaux). Elle est sa chose, anéantie sur le plan moral et psychologique.
L'Autre se trouvera au mauvais moment et au mauvais endroit en 2001. Tout comme le mari de Maria invitée elle aussi invitée aux commémorations. Elle se trouve à côté d'Emma et sans le savoir, elles partagent ce sentiment de délivrance. L'histoire de Maria est tout aussi sordide : femme battue par un mari alcoolique. Toutes les deux ont subi une violence différente mais aussi dévastatrice. Et toutes deux portent le poids de la culpabilité d'être en ce jour présentes alors que dix ans plus tôt, elles ont enfin pu respirer car libérées.
Dans ce premier roman, Sylvie le Bihan dissèque les mécanismes de la maltraitance physique et morale : ses rouages, l'isolement progressif d'Emma et de Maria, la peur et la violence.
Une lecture déstabilisante sur plus d'un point où la pression progresse page après page. Sylvie le Bihan décrit parfaitement avec une écriture qui bouscule et un choix de narration audacieux l'enfer que certaines femmes vivent. Un premier roman réussi !
Lien : http://claraetlesmots.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Yuko
  24 septembre 2014
Premier roman de Sylvie le Bihan, l'Autre raconte la tragédie de deux femmes qui se perdent par amour puis par crainte : d'affronter l'autre, de s'être trompées, des représailles.
L'Autre traduit le sentiment de nombreuses femmes, inquiétées, trompées, empreintes de culpabilité. Car c'est bien ce sentiment qui domine le roman, violent et intrusif, de Sylvie le Bihan. Une oeuvre pleine, percutante qui étonne par son sujet autant qu'il dérange par sa forme narrative. Au "Tu" accusateur, succède la 3ème personne du singulier, plus classique.
Une écriture intéressante sur un sujet qui l'est tout autant. Un premier roman réussi pour un sujet ambitieux.

Lien : http://leblogdeyuko.wordpres..
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
andy86andy86   12 juillet 2014
Devenu ton confident, ton meilleur ami puisque depuis votre séjour à Strasbourg tu ne parlais plus que rarement aux tiens, tu lui livrais toutes tes pensées car jamais tu n'aurais pu imaginer qu'une telle perversité fût possible. il te donnait son avis sur tout et ça te rassurait, tu eus le sentiment d'exister car s'il faisait attention à toi, à ton aspect, c'était pour ton bien, pour te rendre meilleure. Les cheveux attachés, tu étais plus jolie. juste un conseil, puis un seul de ses regards appuyés et tu cherchais ton élastique fébrilement au fond de ton sac. Un bouton ouvert pour tes chemisiers, c'était plus élégant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
YukoYuko   24 septembre 2014
Pour la première fois de ta vie tu ressentis la peur, la vraie, cette onde sous-cutanée qui peut si facilement être interprétée par les autres comme de la folie. L’Autre mettait chaque fois cette attitude en évidence pour retourner la situation à son avantage, surtout lorsque tu t’énervais en public et qu’il glissait à vos amis : "Elle est bizarre en ce moment, un peu sur les nerfs…" Tu entendais et tu t’agitais, tu tremblais, au bord des larmes, dans un état quasi-délirant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
claraetlesmotsclaraetlesmots   24 juillet 2015
Privilégiant l'apparence, il demeurait quelqu'un de parfait aux yeux de votre entourage, mais c'est son discours dans la l'intimité qui changea : des taquineries sur tes ex., tes amis, ton travail, tex vêtements, des allusions, des non-dits et des sous-entendus, puis des remarques plus cinglantes, des regards plus durs, du mépris parfois, une distance froide et ce sentiment qu'il te reprochait quelque chose, mais tu ne savais pas quoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
YukoYuko   24 septembre 2014
Tu sais que ce ne fut pas soudain, sinon, tu aurais fui, mais son agression se décomposa plutôt en une lente succession de micro-violences, un poison instillé à dose homéopathique. Son avis, ses conseils, te donnaient l’illusion d’exister, tu ne réalisas pas que, lentement, ses choix s’imposaient.
Commenter  J’apprécie          70
YukoYuko   24 septembre 2014
Observer, Ne pas agir. Ne plus réfléchir.Se laisser conduire. Rester dans cette voiture et surtout ne plus penser à l’Autre. Oublier.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Sylvie Le Bihan (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Le Bihan
Sylvie le Bihan vous présente son ouvrage "Amour propre" aux éditions Lattès.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2311025/sylvie-le-bihan-amour-propre
Notes de Musique : Free Music Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : pervers narcissiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2318 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..