AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 286424859X
Éditeur : Métailié (05/04/2012)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Revisitant une réflexion menée il y a dix ans, l'auteur constate que le statut de la marche a énormément changé en une trentaine d'années.
Aller à pied, livré à son seul corps et à sa volonté, est un anachronisme en un temps de vitesse, de fulgurance, d'efficacité, de rendement, d'utilitarisme. Marcher ainsi de nos jours - et surtout de nos jours, disait J Lacarrière, "ce n'est pas revenir aux temps néolithiques, mais bien plutôt être prophète". Il est l'un d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
frconstant
  17 août 2017
Notre 'mobilité' a besoin d'être réactivée. On peut se remettre en marche, voyager, non pour aller ci ou là, mais voyager pour marcher, pour arpenter le monde avec nos pas, dans la lenteur et la diversité de nos chemins. La terre nous est donnée par la plante des pieds, disait Nicolas Bouvier. Et dans son livre 'Marcher, éloge des chemins et de la lenteur', David le Breton ne cesse de nous inviter à faire ce pas... et tous ceux qui suivront.
David le Breton est professeur de sociologie à l'Université de Strasbourg. Il réinterroge ici l'appel à la marche, à la mise en mouvement de l'homme qui, de tout temps, a jusqu'ici appréhendé le monde et le plus profond de lui-même au moyen de ses pieds et de sa disponibilité d'esprit à la découverte, l'émerveillement, le dépassement de lui-même et les richesses des compagnonnages forgés au gré des chemins parcourus. A l'heure où l'homme quitte son lit pour s'asseoir dans sa voiture, puis au bureau avant de reprendre la même position pour une soirée de télévision avant que de se recoucher, le danger est grand de figer ses pieds, ses jambes dans une immobilité appauvrissante pour le corps et tout autant l'esprit.
En citant de nombreux auteurs (trop peut-être?) de tous les temps, de tous les lieux, David le Breton souligne combien tout paysage peut être source de surgissement de sérénité chez qui accepte de s'ouvrir à la beauté des lieux, à l'intensité du paysage qui donne à l'homme de pauser un regard sur le monde donnant à ce dernier la possibilité de l'impressionner à vie! Quand l'homme s'ouvre aux chemins qu'il parcourt, il expérimente la subtilité de la lumière, l'épaisseur du silence qu'il écoute et la 'tactilité' de son corps qui peut vibrer de tous ses sens en harmonie avec le plus profond de lui-même et la splendeur de la Terre.
Sans oublier que la marche, lorsqu'elle n'est qu'errance, soif seulement d'un lendemain un tant soit peu plus digne, espoir d'un avenir préservé de toutes les atrocités que provoquent les calamités naturelles ou politiques... sans oublier donc cette marche funeste qui doit mériter notre respect, notre compassion et notre attention, l'auteur nous interpelle à propos de la marche qui nous permet de redécouvrir ce patrimoine terrestre que nous devons léguer dans le meilleur état possible aux générations futures. Il nous dit sa profonde croyance que la marche est, fondamentalement, un moyen pour l'homme de se retrouver, de se réapproprier le temps qui n'est plus, dans l'urgence, 'celui scandé par les tâches du jour et des habitudes, mais un temps qui s'étire, flâne, se détache de l'horloge' ... et de la course après le Temps pour s'immerger dans la lenteur et la richesse des découvertes à cueillir au long des sentiers parcourus.
J'ai aimé ce livre, m'y suis revu du temps où j'étais, moi aussi, un bon marcheur, randonneur dans la montagne, en forêts ou le long des côtes accablées de soleil ou soufflées par les vents de tempête. Jeunes, mes chiens m'ont souvent emmené en courses naturelles, vieux, c'est moi qui les ai entraînés sur ces chemins. Jusqu'au bout pour eux. Ils sont morts, depuis. Et moi? Suis-je encore capable de rêver de marches, de longues promenades, de randonnées ou sorties en montagne? Cette question, citant Pierre Sansot, David le Breton n'oublie pas de se la poser: "Avec les ans, je me ménagerai des pauses. Je réapprendrai à mettre un pied devant l'autre. J'endosserai ou non une écharpe selon l'humeur du ciel. Je reprendrai souffle d'un banc à l'autre. Plus tard, j'atteindrai un premier banc et je ne poursuivrai pas l'aventure. Plus tard encore je demeurerai dans mon appartement. J'accompagnerai du regard des gamins en état d'arpenter la chaussée." ...
Lire 'Marcher, éloge des chemins et de la lenteur, c'est avec David le Breton choisir de privilégier la qualité de l'instant randonné plutôt que la quantité de courses folles après tout et souvent n'importe quoi. Même en ne marchant plus autant, on peut, l'auteur le souligne dans son chapitre 'marcher en ville', diminuer l'intérêt du trajet pour amplifier celui de la déambulation, observant les passants comme les détails des façades à la recherche de tout signe de vie heureuse dans le seul but d'éblouir l'instant. le flâneur est l'artiste de la ville qui décline sous ses yeux les différentes strates de son histoire et la rend présente au Temps. Merci à l'amie qui m'a offert le titre de ce livre à lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          387
Giraud_mm
  22 avril 2019
Sociologue et manifestement amoureux de la marche à pied, David le Breton nous livre un ouvrage où alternent en permanence l'analyse sociologique de la marche (Pourquoi ? Pour qui ? Comment ?) et la présentation du vécu de marcheurs, célèbres ou moins célèbres.
L'ouvrage est intéressant, mais l'absence d'un plan plus structuré nuit à la lecture et au final, probablement, au message que voulait faire passer l'auteur.
Qu'en retenir ? Que la marche hors des sentiers battus est un plaisir qu'on aurait tort de se refuser ? Ce n'est déjà pas si mal...
Lien : http://michelgiraud.fr/2019/..
Commenter  J’apprécie          290
plotin
  24 août 2014
Le dernier livre de David le Breton « Marcher, éloge des chemins et de la lenteur » est un éloge de la marche. Ce qui importe dans la marche n'est pas la destination, le point d'arrivée, mais le voyage, et à travers lui, toute une série de rencontres, de visages, de panoramas, de sensations, de bruits, d'odeurs, de saveurs, de couleurs. le voyage est également l'occasion de rêver, de penser, de réfléchir, de méditer, de sentir les choses, loin des exigences du temps et de l'instant. En cela, la marche permet de découvrir ou redécouvrir la lenteur, de ressentir les heures qui passent. Elle nous soustrait aux contraintes de l'immédiateté, de la réactivité, de la connectivité qui sont les traits de nos sociétés actuelles.
Pour étayer sa réflexion sur la marche et ses bienfaits, l'auteur fait appel à de nombreux témoignages de personnes pour qui la marche est, ou a été, une véritable philosophie d'existence. On retrouvera ainsi les expériences vécues à des époques et lieux divers comme celles de Nicolas Bouvier, Jacques Lacarrière, Jacques Lanzmann, Frédéric Nietzsche, Bernard Ollivier, Robert Stevenson, Henry Thoreau.
Bien écrit et documenté, ce livre de 150 pages se lit avec grand plaisir. Tout marcheur retrouvera dans ce petit essai des expériences et des sensations qu'il a lui-même vécues. C'est mon cas. Un vrai bonheur.
Ce livre m'a aussitôt donné l'envie de me plonger dans la lecture successive de 3 autres livres écrits par des marcheurs ayant emprunté les chemins de France. le premier, « Chemin faisant » de Jacques Lacarrière écrit en 1971, est le récit de sa traversée de la France, des Vosges aux Corbières. le second, « Semelles aux vents » d'Alain Godon écrit en 2010, conte sa longue marche d'Avignon à Calais. Et le troisième, « Pensées en chemin » d'Axel Kahn écrit en 2013 relate son itinéraire des Ardennes au Pays Basque. Trois livres, trois auteurs, trois témoignages, trois philosophies de la marche, trois randonneurs qui ont trouvé dans la marche un bonheur simple et intense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
som
  10 octobre 2016
Tout est dans le titre ou presque. Dans cet essai, David le Breton considère la marche sous toutes ses facettes : pratique sportive, défi personnel, entreprise mystique, simple mais essentiel contrepied face à une société où tout va de plus en plus vite.
Bien loin de ses travaux universitaires, David le Breton nous invite à faire un pas de côté en compagnie de grands écrivains voyageurs (le japonais Bashô, l'écossais Stevenson..), ou à le suivre en compagnie d'amis sur les cimes vosgiennes, les grands déserts africains et les multiples chemins de randonnées d'ici ou d'ailleurs.
La marche est alors envisagée comme un biais quasi thérapeutique et libératoire : s'échapper du rythme effréné du quotidien, goûter à l'ici et au maintenant en pleine conscience. Mine de rien cette « Eloge des chemins et de la lenteur » incite son lecteur à s'affranchir de ses pseudo obligations sociales, à y résister en changeant tout simplement de tempo pour mieux se reconnecter au monde et à soi-même par la grâce d'une paire de chaussures de marche. Révolutionnaire, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
keisha
  13 avril 2012
Ah le chouette petit livre! Facile à glisser dans un sac, pour lire lors d'un halte par exemple. A savourer par petits morceaux, au gré de courts chapitres vagabonds. A la fois profond et d'abord aisé, ce recueil parlera beaucoup à celles et ceux qui marchent, évidemment. Aimer de simples balades dans un environnement familier suffit pour le goûter, même s'il est permis de se lancer dans des randonnées plus longues. Des marcheurs célèbres ou confirmés sont évoqués, Pétrarque, Rousseau, Thoreau, Muir, Stevenson, Chatwin, ou plus récemment Ollivier, Matthiessen, Lacarrière, Solnit, bref, nous marchons en excellente compagnie; est-il nécessaire d'ajouter que la bibliographie est une vraie source de tentations?

"La marche est inutile comme toutes les activités essentielles. Superflue et gratuite, elle ne mène à rien sinon à soi-même après d'innombrables détours." (p 31)
"Bien que les pieds de l'homme n'occupent qu'un petit coin de terre, c'est par tout l'espace qu'ils n'occupent pas que l'homme peut marcher sur la terre immense." (Tchouang-Tseu)(p 37)
"Un marcheur est un homme ou une femme qui se sent passionnément vivant et n'oublie jamais que la condition humaine est d'abord une condition corporelle, et que la jouissance du monde est celle de la chair, et d'une possibilité de se mouvoir, de s'extraire de ses racines." (p 51)
"Et parfois une heure seulement dans la forêt ou dans la ville, près de la mer ou sur les collines, suffit à emmener infiniment loin, et pourtant au coeur de soi, et aboutir au retour au sentiment d'y voir plus clair, d'avoir élagué bien des tracas."(p 155)
Pour les urbains, ne pas rater les idées de Pérec pour transformer une promenade en ville...(p 123)

On l'aura compris, ce livre est une pépite, dont j'aurais pu citer une bonne part, et qui me parle d'autant plus que j'y ai retrouvé des livres lus, des désirs personnels de randonnées futures, et des expériences passées. Se figer pour observer un écureuil qui ne vous a pas (encore) vu, accélérer pour surprendre trois chevreuils et ensuite continuer à les observer tranquillement quand ils se croient redevenus seuls, voilà du vécu à trois pas de chez moi. (cf 46).
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
keishakeisha   13 avril 2012
La marche est inutile comme toutes les activités essentielles. Superflue et gratuite, elle ne mène à rien sinon à soi-même après d'innombrables détours." (p 31)
"Bien que les pieds de l'homme n'occupent qu'un petit coin de terre, c'est par tout l'espace qu'ils n'occupent pas que l'homme peut marcher sur la terre immense." (Tchouang-Tseu)(p 37)
"Un marcheur est un homme ou une femme qui se sent passionnément vivant et n'oublie jamais que la condition humaine est d'abord une condition corporelle, et que la jouissance du monde est celle de la chair, et d'une possibilité de se mouvoir, de s'extraire de ses racines." (p 51)
"Et parfois une heure seulement dans la forêt ou dans la ville, près de la mer ou sur les collines, suffit à emmener infiniment loin, et pourtant au coeur de soi, et aboutir au retour au sentiment d'y voir plus clair, d'avoir élagué bien des tracas."(p 155)
Pour les urbains, ne pas rater les idées de Pérec pour transformer une promenade en ville...(p 123)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Giraud_mmGiraud_mm   31 mars 2019
Contrairement à la route, le chemin est un appel à la lenteur et non à la vitesse, à la rêverie et non à la vigilance, à la flânerie et non à l'utilité d'un parcours à accomplir, il procure la confiance et non la menace
Commenter  J’apprécie          220
pchionpchion   05 juillet 2017
La marche est le lieu d'une éthique élémentaire à hauteur d'homme. Des hommes et des femmes se croisent et sont d'emblée dans une reconnaissance essentielle les uns des autres, ils se saluent, échangent un sourire, une remarque, des informations sur le sentier ou leur destination, ils répondent aux renseignements demandés par ceux qui se sont égarés. La marche est un univers de la réciprocité. L'auberge, le café prolongent parfois la rencontre esquissée quelques heures plus tôt. Emprunter les chemins de traverse revient à laisser derrière soi un monde de compétition, de mépris, de désengagement, de vitesse, de communication au profit d'un monde de l'amitié, de la parole, de la solidarité. Retour aux sources d'une commune humanité où l'autre n'est plus un adversaire mais un homme ou une femmes dont on se sent solidaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jack56jack56   25 avril 2018
Porter la main sur le sol pierreux ou la plonger dans l'eau froide d'un ruisseau nous fait sentir une respiration qui n'est plus de ce monde. Présentes à l'origine, bien avant toute forme d'humanité, produits de la fusion des éléments, les pierres sont toujours là, les mêmes sur lesquelles trébuchait le chasseur du néolithique gênent encore les pas du marcheur aujourd'hui. Elles seront encore là dans la succession des éternités à venir.

page 78
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
frconstantfrconstant   17 août 2017
Marcher c'est avoir les pieds sur terre au sens physique et moral du terme, c'est-à-dire de plain-pied dans son existence.
Commenter  J’apprécie          250
Videos de David Le Breton (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Le Breton
Présentation de l'ouvrage "Le silence et la parole, contre les excès de la communication", Editions Eres 2017, auteurs : Philippe Breton et David le Breton
autres livres classés : marcheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
420 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre
.. ..