AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2361833859
Éditeur : Les Moutons Electriques (05/10/2017)

Note moyenne : 2.82/5 (sur 17 notes)
Résumé :
On assassine aux Enfers.

On a tué, là où nul n’est censé mourir. Un damné a échappé aux tourments éternels… Seul, Sherlock Holmes élucidera ce mystère effroyable.

Mais comment le maître de la logique résoudra-t-il cette énigme dans le royaume de l’absurde, ce théâtre de masques, de faux-semblants et d’incohérence ? Assisté d’un Watson inattendu, l’enquêteur de Baker Street plonge dans les méandres de l’irrationnel, au plus profond des a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  30 juillet 2018
Les Moutons électriques tentent depuis de nombreux mois de réintroduire dans les littératures de l'imaginaire un style qui disparaissait des radars, celui qui est l'héritier des « romans populaires » de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. C'est notamment le cas avec Sherlock Holmes aux Enfers qui place la célèbre figure du consultant détective dans un contexte très particulier.
Avec un prologue percutant mais un brin malsain (en même temps, c'est le bon lieu pour cela), le problème est posé : on a tué là où tout le monde est censé être déjà mort, aux Enfers ! Ni une, ni deux, le célèbre détective Sherlock Holmes est dépêché sur place pour résoudre l'affaire. On lui fait comprendre qu'il a intérêt à déceler le mystère au plus vite et on lui colle un acolyte local. le pitch est simple mais efficace, en revanche l'enquête l'est beaucoup moins.
Bon, c'est vrai, c'est un roman court, c'est vrai que c'est un roman qui se veut un hommage aux enquêtes feuilletonnantes du début du XXe siècle qui mettaient en scène des détectives dans des situations toujours plus rocambolesques (d'ailleurs, cet adjectif est de l'époque)… Et puis, quand bien même il est court, que ce roman a été compliqué à terminer de lire ! Clairement, même s'il peut paraître défouloir à certains aspects, on ne retrouve pas dans ce roman le style recherché que Nicolas le Breton avait instillé dans le diptyque Pax Germanica. Quelques scènes trash voire plus qu'érotiques viennent émailler les péripéties, mais au fond l'enchaînement se fait très artificiellement. D'ailleurs, au bout d'un moment, l'auteur oublie son intrigue principale et raconte l'histoire d'un personnage secondaire. Pas inintéressante pour autant, mais c'est juste qu'on part sur autre chose, c'est un peu déstabilisant.
Bref, Sherlock Holmes aux Enfers est une déception et ne donne pas l'impression de remplir les attentes formulées au départ. L'idée aurait pu être charmante, mais le bilan de cette lecture est plutôt décevant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
AMR
  27 décembre 2017
Personnellement, j'aime beaucoup l'écriture palimpseste, les thèmes littéraires revisités… Autant dire qu'avec Sherlock Holmes aux enfers de Nicolas le Breton, j'étais par avance curieuse et plutôt bien disposée…
Dès les premiers chapitres, je me suis appropriée ce roman comme une réécriture romanesque de l'Enfer de Dante et c'est sous cet angle-là que s'est déroulée ma lecture, que j'ai confronté mon imaginaire à cette représentation particulière de l'enfer.
La brièveté des chapitres m'a rappelé la succession des chants du poème du XIVème siècle. Dans ce roman, le récit est découpé en « arcanes », autant de mystères qui renvoient à une forme de sacré. Chaque arcane dévoile un lieu, un châtiment, une progression.
L'enquête de Sherlock Holmes se réalise sous la forme d'un voyage, d'une exploration aux côtés d'un guide ; ce périple entraine le lecteur dans des zones différentes où les damnés et les châtiments décrits s'inspirent ouvertement du long poème de Dante. Chacun fera ses propres rapprochements : Phosphoros rappelle la figure protectrice de Virgile qui conduit le poète, Mary Watson et Mary Moriarty nous font penser à Béatrice… Comme dans La divine Comédie, les héros romanesques rencontrent des damnés célèbres sans limitation d'espace ou de temps (Thomas More, Paganini, Conan Doyle), certains détails ravivent les souvenirs de lecture comme par exemple un démon vaincu qui porte se tête coupée dans ses mains, tel Bertrand de Born dans le chant VI centré sur la discorde…
Au-delà de l'intertextualité autour de L'Enfer de Dante, ce roman interroge la condition du personnage romanesque, sa réalité, sa postérité et la responsabilité de son auteur. Sherlock Holmes est-il en enfer parce que son créateur s'y trouve… ou bien Conan Doyle l'y a-t-il suivi en imagination ? D'où vient l'inspiration ? L'écriture n'est-elle que catharsis, que transposition d'évènements traumatiques ?
Plutôt bien écrit, alliant humour et créativité, trouvailles stylistiques et trame narrative travaillée, ce roman est assez atypique, un peu roman policier, un peu fantastique, un peu thriller, un peu ésotérique, un peu catalogue des créatures démoniaques… mais pas que.
Ce roman est une « symphonie baroque » sur fond de notion d'arbre de vie et de vie éternelle, de pérennité de l'âme ; il ne faut jamais perdre de vue l'épigraphe, constat tiré du livre de la Genèse, III, 22, du chapitre où apparaît le serpent, simple créature qui deviendra plus tard le diable, celui qui divise en s'opposant à la femme, créée pour donner vie à l'humanité. On oublie souvent qu'il y a deux arbres dans le jardin d'Eden, l'arbre de la connaissance du bien et du mal dont la femme mange le fruit et l'arbre de vie qui symbolise la différence entre Dieu et les hommes.
J'ai passé un excellent moment de lecture, trouvé quelques clés… J'ai même envie de relire ce court roman, persuadée qu'il renferme bien plus de mystères que ceux entrevus dans une première lecture. Nicolas le Breton m'a intriguée… et en même temps, j'ai un peu peur pour la réception de son roman : en effet, à la lecture de la quatrième de couverture, on s'attend à une intrigue policière fantastique sur fond d'occultisme et sur ce plan-là, l'horizon d'attente des lecteurs ne trouve pas vraiment de réponse satisfaisante.
Ce roman est donc, selon moi, une grosse prise de risque pour son auteur…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sl972
  29 octobre 2017
Les Enfers, lieu de damnation éternelle… habituellement. Depuis quelques temps, les âmes condamnées meurent dans ce lieu de châtiment, ce qui leur permet d'échapper à leurs tourments. Totalement scandaleux, n'est-ce pas ?
Cette situation entièrement inacceptable doit être résolue le plus vite possible. Qui charger de cette tâche ardue ? Rien de moins que le célèbre détective, Sherlock Holmes, assisté de quelques compagnons plus ou moins voulus.
Mais, comment mener l'enquête dans cet univers où les règles habituelles ne s'appliquent pas ? Dans ce monde où tout le monde ment et où un masque peut en cacher un autre, voire plusieurs ? Dans cet endroit où le marionnettiste peut être aussi une marionnette ?
Vous l'aurez compris, la situation n'est pas simple du tout. Et le roman est à l'image de son histoire. Une théorie est proposée, rejetée et oubliée en quelques pages. Les personnages ne disent pas tout, et le peu qu'ils disent n'est pas entièrement vrai. Tout cela peut sembler très complexe mais est en fait assez simple quand on y réfléchit à tête reposée.
J'ai beaucoup aimé le style de Nicolas le Breton, que j'ai découvert avec ce roman. Il réussit à faire passer des idées très élaborées sans perdre son lecteur et sans prendre une plume savante et des mots compliqués. On se laisse emporter par cette plume fluide, on se perd dans les descriptions des Enfers, on admire la culture et le travail de l'auteur, qui réussit avec brio à nous transporter dans cet autre univers.
Ce petit livre a été acheté sur un coup de coeur. Mon intuition ne m'avait pas trompée, il est tout simplement magique. On émerge de cette lecture comme d'un rêve et on souhaiterait s'y replonger immédiatement. Lancez-vous, vous ne serez pas déçus par ce Sherlock Holmes si proche de celui de Sir Conan Doyle mais aussi si différent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Hippolyte78
  06 décembre 2017
Sherlock Holmes aux Enfers est un court roman de Nicolas le Breton.
Ce roman fantastique reprend le personnage populaire qu'est Sherlock Holmes, pour lui faire vivre une enquête particulière. En effet ce dernier va se retrouver à devoir enquêter aux Enfers, en effet, on a tuer là ou on ne peut mourir. Mystère, Sherlock Holmes va donc être mandater par Satan en personne, pour le résoudre, en compagnie de Madame Watson.
Eh bien autant le dire tout de suite, je n'ai pas aimé. Ce qui m'a posé le plus de problème, c'est les personnages. A commencer par Holmes, qui est loin de ressembler au personnage de Conan Doyle, le détective est défaitiste, peu perspicace, et n'a pas se coté mystérieux et distant. Il n'a donc de Sherlock Holmes que le nom. Madame Watson, est peu intéressante, voir même énervante. Et les démons et autres habitants des enfers, sont d'un grotesque ! L'univers des Enfers, est complètement embrouillé, et ridicule.
Il n'y pas grand chose à retenir de ce roman .
Commenter  J’apprécie          70
lessortilegesdesmots
  25 septembre 2017
J'aime beaucoup l'univers de Sherlock Holmes. Alors forcément, quand j'ai vu ce livre, j'étais contente. Est-ce que ça vaut un Sherlock Holmes? Non. Je n'ai pas retrouvé le Sherlock Holmes qu'on aime tant. J'ai retrouvé une ébauche. Ça ne m'a pas gêné plus que ça.

Concernant l'écriture, l'auteur a une belle plume mais je crois qu'à force de faire de la rétention d'information, on finit par s'y perdre. Je peux me tromper mais par moment, je devais relire une phrase ou reprendre un passage sans être sûre d'avoir bien compris les sous-entendus ou quoique ce soit. Au final, je dirais que par moment c'était quand même confus.

Le sujet que je vais aborder est purement personnel : c'est quand même bien glauque le roman. En même temps, c'est les enfers. À quoi s'attendre d'autres? J'avais un peu zappé. Pour y être on y est. Donc ceux qui n'aiment pas les scènes glauques ou malsaines, passez votre chemin. J'ai eu quand même du mal parfois. Je visualise tout ce que je lis donc pour moi les scènes de ce genre, c'est compliqué.

Concernant l'enquête, elle est faite sans être faite. On va de fausses pistes en fausses pistes. C'est pour ça que Sherlock m'a un peu déçu. En parallèle, il y a l'histoire de Mary a résoudre. J'avoue que cette partie m'a surprise et au final, on s'attarde plus sur ça que sur l'enquête. Peut-être l'une des raisons pour lesquelles je me suis sentie perdu.

Un point fort tout de même : les réflexions sur le comportement humain. On s'en prend plein la tête mais à juste titre. Il y a même un passage qui m'a rappelé la chanson de Soprano "le diable ne s'habille pas en prada". On arrivait même à un discours parfois philosophique. On n'est pas sûr de tout suivre mais on avance.

En bref, une lecture qui m'a déçu par rapport à ce que j'en attendais. Je ne sais pas si je le recommande ou non. Je pense être passé à côté de quelque chose mais quoi?
Lien : https://lessortilegesdesmots..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   03 mars 2019
Les Enfers se fracassaient.
On avait tué, là où la Mort n’a plus de règne.
Commenter  J’apprécie          70
shamandalieshamandalie   18 septembre 2017
Le mouvement perpétuel existe. L'Homme l'a inventé, et il a pour nom : obsession.
Commenter  J’apprécie          30
Hippolyte78Hippolyte78   18 novembre 2017
On aurait difficilement trouvé là un blasphème - insulter le Diable, ici-bas, revenait à le complimenter.
Commenter  J’apprécie          20
Hippolyte78Hippolyte78   18 novembre 2017
Les montagnes bordaient le plaine, hautes comme cent hommes bien écartelés.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1647 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre