AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842304616
Éditeur : Hoëbeke (13/02/2013)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Un monde meurt, et avec lui bien de nos repères – un autre monde naît, dans le tumulte et le chaos, mais avec une formidable énergie. Et une nouvelle Afrique, qui entend prendre sa place dans le siècle qui commence. Une Afrique qui met à mal nos discours convenus.

Une Afrique dont les artistes, les écrivains, les poètes, nous dessinent aujourd’hui les contours. Lisez-les : ils nous parlent aussi de nous-mêmes, et de notre futur. 28 écrivains, nous di... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Don_Gavroche
  04 octobre 2013
Loin des clichés littéraires sur l'Afrique, un ensemble de courts textes très variés, par des auteurs africains en devenir.
Pas d'écrits larmoyants sur la colonisation ni d'odes à un état sauvage fantasmé, mais des récits ancrés dans la réalité quotidienne et souvent tournés vers l'avenir.
Dans ce fourre-tout, les nouvelles d'anticipation sonnent parfois faux et les "essais géopolitiques" sont assez convenus, mais quelques pépites émergent, dont une pièce de théâtre truculente et une histoire capillaire bien tressée.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LaPresse   13 mai 2013
Parmi les livres passionnants lus depuis le début de 2013 figure cette anthologie fulgurante, chorale, décapante, désopilante, poignante, irrévérencieuse, rentre-dedans, terrible, turbulente, dérangeante au sens le plus utile du terme.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Don_GavrocheDon_Gavroche   15 octobre 2013
Et toutes ces tombes qui poussent dans les rues ?
Ces tombes qui fixent vos yeux à chaque coup de feu
C'est moi, monsieur l'Autorité
Mort par noyade, mort par balle
Mort par obus, mort par confusion physionomique
Mort par manque de maîtrise de la langue maternelle
Mort pour avoir aimé un homme.
Mort pour être né au sud du pays d'un père du nord du pays
Et au nord du pays d'une mère du sud du pays
Mort pour avoir aidé un voisin à fuir avec sa famille
Mort pour avoir refusé d'exterminer ma femme qui était de l'autre ethnie
Mort pour avoir refusé d'égorger mes enfants
Parce que leur grand-père maternel est de la même ethnie que le Président déchu
Mort pour avoir protesté à la pendaison d'un voisin
Mort de trouille
Mort pour avoir refusé de participer au viol de réconciliation
Mort pour des locks, mort pour avoir été un punk
Mort par manque de souffle lors de la fuite
Mort après avoir mangé un mouton malade qui aboyait
Mort par honte pour avoir été forcé sous les ordres des armes
De faire une visite guidée dans le musée intime de ma mère, à tour de rôle avec mon frère
Pendant que mon père visitait le hall intime du musée de ma soeur
Mort par impuissance en voyant des vieux se faire braiser la prostate sous les coups de crosse.
Mort par poulet à la dioxine
Mort par mauvais conseil du pape sur les bottines sexuelles
Mort de rire pour ne jamais mourir
Mort par pendaison
Mort par distraction
Mort par curiosité
Mort enterré vivant
Mort à petit feu
Mort électrique
Mort mi-pute, mort mi-soumise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NoviBlogLitteraireAfroNoviBlogLitteraireAfro   31 mai 2017
On ne désigne pas à l'amour ses objets, il enflamme les cœurs qu'il veut, choisit comme conducteur l'existence qui lui sied; pour accomplir son œuvre meurtrière, défoliante, transformatrice, régénératrice, il dévale les plaines et dévaste les champs qui lui plaise. p221-222
Commenter  J’apprécie          10
NoviBlogLitteraireAfroNoviBlogLitteraireAfro   31 mai 2017
La douleur, comme une vague de froid qui s'abat sur une ville m'envahit. Je décidai de la laisser opérer. Je dis à la peine: Prends tout: mon ventre, mes entrailles, ma poitrine, mon cœur. Je te laisse mon cœur et mon âme en pâture, prends tout. Je te donne cinq heures. Mais si je te survis, j'irai te chercher jusqu'au cœur de ce qui fonde ton essence et je t'éteindrai en moi. Je t'extirperai de tous mes pores pour toujours.
La douleur me tint compagnie jusqu'à ce la fatigue me fît sombrer dans l'inconscience du sommeil. p227
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Don_GavrocheDon_Gavroche   15 octobre 2013
- Dis-moi, grand-père, qu'avez-vous fait de l'Afrique, qu'allez-vous nous en laisser ?
[...]
- Le seul héritage que nous pouvons vous léguer, c'est un peu d'expérience et beaucoup d'erreurs.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Michel Le Bris (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Le Bris
Festival Étonnants Voyageurs à Saint-Malo du 19 au 21 mai 2018.
autres livres classés : littérature africaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
379 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre