AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246818458
180 pages
Éditeur : Grasset (23/01/2019)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 34 notes)
Résumé :
« Nous naissons, nous grandissons, le plus souvent sans même en prendre la mesure, dans le bruissement des milliers de récits, de romans, de poèmes, qui nous ont précédés. Sans eux, sans leur musique en nous pour nous guider, nous resterions tels des enfants perdus dans les forêts obscures. N’étaient-ils pas déjà là qui nous attendaient, jalons laissés par d’autres en chemin, dessinant peu à peu un visage à l’inconnu du monde, jusqu’à le rendre habitable ? Ils no... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  15 février 2019
" J'ai voulu ce livre comme un acte de remerciement. Pour dire simplement ce que je dois au livre. Ce que, tous, nous devons au livre. Plus nécessaire que jamais, face au brouhaha du monde : il est en chacun de nous un royaume, une dimension d'éternité, qui nous fait humains et nous fait libres. Tel est son grand message : que, tous, nous sommes plus grands que nous." (p. 19)
Une autobiographie passionnante où le petit Breton élevé par une Mère Courage, rêvant d'être institutrice, a dû se sacrifier pour travailler dès l'âge de 10 ans, afin de pouvoir s'occuper de sa mère (la grand-mère de l'auteur), tombée brutalement invalide !....
Michel le Bris, en dépit de la grande pauvreté a vécu une enfance aimante avec une mère affectueuse et attentive, qui souhaitait le meilleur pour son fils... !
Michel le Bris, écrivain-voyageur, créateur dans les années 1990 du célèbre festival malouin des "Etonnants Voyageurs " exprime avec fougue sa gratitude envers les êtres bienveillants rencontrés dont un instituteur exceptionnel qui l'a encouragé à écrire librement ses rédactions, et à piocher sans réserve dans sa bibliothèque personnelle...
Récit foisonnant où il narre ses rencontres, ses études, ses coups de coeur littéraires, son parcours multiforme dans le Livre, l'édition, la critique littéraire, sa participation à la création de "Libération ", déploie son admiration de toujours pour le Grand Hugo, le poète Guillevic, et son "objet d'étude" très exclusif que fut l'écrivain-voyageur, Stevenson, qui le mènera dans les bibliothèques américaines les plus prestigieuses... ses pérégrinations chez les bouquinistes français, anglais, belges et d'ailleurs !...
Il narre son rôle d'éditeur chez Phébus, auprès de J.P. Sicre, qui lui a permis de "faire revivre des livres" auxquels il devait tant de rêveries....

Inutile de dire que le titre est des mieux choisis... L'amour des Livres étant le fil conducteur absolu de cette autobiographie....
"Nous naissons, nous avançons, dans le bruissement des livres qui nous ont faits, des rencontres dont nous sommes nourris , et dont tant furent des libraires." (p. 128)
Il décortique longuement l'enseignement de la littérature au fil de différentes périodes... et ajoute à ses abondantes digressions sur les livres, une , très pragmatique et incontournable : le classement de sa
bibliothèque... et comment "repousser les murs" pour contenir toutes nos boulimies... et encore plus, lorsqu'on est écrivain, que l'on doit cumuler, engranger des "tonnes de documentation" pour rédiger un ouvrage...
Comme Michel le Bris le fit à plusieurs reprises pour Stevenson, l'Ouest-Américain, Levi-Strauss, et bien d'autres !!....
"Le livre à écrire était lui-même une bibliothèque" (p.149)
" Une conception étriquée de la littérature, qui la coupe du monde dans lequel on vit, s'est imposée dans l'enseignement, dans la critique et même chez nombre d'écrivains. le lecteur, lui, cherche dans les oeuvres de quoi donner sens à son existence. Et c'est lui qui a raison. " [ Todorov- La littérature en exil] (p. 108)
Michel le Bris narre également ses différents engagements politiques... avec le seul souci de la Parole démocratique, hors des embrigadements et censures multiples ...et le meilleur "Ami-libérateur" reste le LIVRE, et le geste créatif, dans son ensemble !!
"Face à la barbarie qui menace, les écrivains, même s'ils n'en sont pas nécessairement conscients, sont toujours les gardiens du Feu. "(p. 234)
Il y aurait encore moult choses à dire de cette autobiographie foisonnante...toutefois ma chronique est déjà suffisamment longue et bavarde !!!
P.S :**** J'allais omettre deux éléments importants à mes yeux.... Michel le Bris exprime aussi ses bonheurs d'éditeur... [ Parmi les plus significatifs : la remise en avant de Nicolas Bouvier, dont sa réédition du célébrissime "Usage du Monde" , qui avait subi, à sa première publication, un "flop total"... tel que l'ouvrage était parti dramatiquement au pilon, dans des délais express...]... et de voyageur !!! Livre qui devrait captiver tous les amoureux du Livre et des Voyages ; évasion et belles rencontres, garantis...!!...

© Soazic Boucard- Février 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          557
RChris
  19 avril 2019
Je dois remercier Michel le Bris de me disculper de ma boulimie de livres car je ne suis pas seul à les « accumonceler ». Lui, il a débuté sa «collectionnite» avec la série verte, achetée avec l'argent de la vente de seaux de bigorneaux aux producteurs d'huîtres (les bigorneaux se nourrissent des algues vertes).
Voilà qui est bien prosaïque en regard de cet essai. En effet, il célèbre les livres et la littérature – son titre est évidemment sans équivoque -, il brandit la littérature comme un étendard de la démocratie et nous explique comment les récits littéraires nous façonnent. Un chapitre concerne les classements de livres imaginés par des auteurs et possesseurs de "grandes" bibliothèques.
Ce récit est fortement érudit et pétri de citations. Il donne envie de lire ou de relire les romans cités, mais il m'a cependant laissé, parfois, au bord du chemin de la culture littéraire.
Commenter  J’apprécie          430
cathe
  03 octobre 2019
Ce livre plaira tout d'abord aux habitués du festival « Etonnants voyageurs » de Saint-Malo. En effet il retrace le parcours littéraire de Michel le Bris, son créateur, et on comprend pourquoi depuis ses lectures d'enfant (L'île au trésor, Martin Eden,…)jusqu'à ses passions d'adolescent (le jazz), puis d'adulte (la poésie), ses voyages (les Etats-Unis), ses rencontres avec les écrivains , il a créé ce festival à son image.
De la littérature de voyage tout d'abord, puisqu'il a toujours poursuivi ses rêves d'enfant en faisant découvrir, ou redécouvrir, les « écrivains-voyageurs ». de la poésie aussi, qui reste une de ses grandes passions, en confiant la partie poésie du festival à son ami de longue date Yvon le Men, encyclopédie vivante de la poésie, poète lui-même et ami des poètes. Et de la littérature au sens large du moment qu'elle est ouverte au monde, qu'elle fait rêver et qu'elle n'est pas égocentrique ! Ce qui laisse grandes ouvertes les portes de la littérature et donne un festival multiple, riche et représentatif du monde actuel.
Et bien sûr pour les mêmes raisons ce livre plaira à tout amateur de littérature, de souvenirs autour des livres et d'esprit d'ouverture. Si l'on fait partie des plus de vingt ans, on pourra y retrouver les mêmes lectures de jeunesse et pourquoi pas les mêmes rêves et le même enthousiasme pour la littérature et les écrivains !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
coquinnette1974
  17 mars 2019
Je remercie chaleureusement les éditions Grasset pour l'envoi de l'ouvrage Pour l'amour des livres de Michel le Bris.
Michel le Bris est un écrivain-voyageur, il a crée dans les années 1990 le célèbre festival malouin des "Etonnants Voyageurs " et surtout, c'est un amoureux des livres. Suite à une opération, il se rend compte qu'il voit mal, qu'il n'arrive plus à lire comme avant et alors il a l'idée d'écrire un livre.. sur sa vie, sur les livres, sur son métier d'éditeur...
Ayant beaucoup aimé King de ce romancier, c'est avec plaisir que je me suis plongée dans Pour l'amour des livres. Impossible pour moi, l'amoureuse des livres, de passer à coté, et je suis ravie de ma lecture.
Je ne suis pas toujours réceptive aux souvenirs des auteurs mais là, à ma grande surprise tout m'a plu dans les écrits de Michel le Bris.
J'ai apprécié le ton de ce livre, le contenu et j'ai passé un très très bon moment de lecture :) Il m'a charmé de la première à la dernière page, je mets donc évidemment un très joli cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
audreylectures
  21 octobre 2020
Michel le Bris, auteur et essayiste français, nous livre ici une autobiographie singulière.
Ex-communiste et spécialiste de Robert Louis Stevenson, cofondateur du journal Libération, créateur du festival Etonnants Voyageurs, grand passionné de littérature et tout particulièrement du mouvement romantique, cet érudit ne se contente pas de nous livrer des détails, par ailleurs intéressants, sur sa vie incroyable mais dévoile aux lecteurs sa relation aux livres.
Partant de sa jeunesse et ses premiers émois livresques pour arriver à nos jours et sa grande inquiétude quant à l'avenir de la littérature et de la démocratie, Michel le Bris, avec une plume fort plaisante, invite à une réflexion appronfondie sur le pouvoir de la fiction et du poème.
Ce livre présente donc deux facettes qui se mêlent allègrement et que j'ai beaucoup aimé: d'une part l'essai historique et objectif, l'auteur disposant de nombreuses connaissances et ressources nous permettant d'apprendre énormément sur l'histoire plus ou moins récente de la littérature, d'autre part, l'autobiographie, le récit intime, une expérience personnelle de la lecture.
Les références bibliographiques sont légion dans ce livre, l'auteur donne envie d'aller en librairie, de se laisser surprendre, de sortir des sentiers battus.
Une lecture exigeante mais très enrichissante qui donne envie de lire, encore et encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
LaCroix   22 mars 2019
Le romancier, grand voyageur, doit tout aux livres, à quelques rencontres qui l’ont arraché à sa condition, et à l’écriture qui a donné sens à sa vie.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
cardabellecardabelle   24 janvier 2020
.
Les livres de poche faisaient leur apparition chez Guiguite , qui tenait dans le bourg de Plougasnou une papeterie-librairie-mercerie-épicerie ( entre-autres ) , dont la brave dame était la seule à maîtriser le chaos et je n'en finissais pas de rêver devant leurs couvertures richement illustrées , Pierre Benoît qui me déçut , " Les Hauts de Hurlevent ", d'Emily Brontë , qui me laissa une impression extraordinaire , " Les Conquérants " et " La Voix royale "de Malraux .

p. 137
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
fanfanouche24fanfanouche24   10 février 2019
" Une conception étriquée de la littérature, qui la coupe du monde dans lequel on vit, s'est imposée dans l'enseignement, dans la critique et même chez nombre d'écrivains. Le lecteur, lui, cherche dans les oeuvres de quoi donner sens à son existence. Et c'est lui qui a raison. " [ Todorov- La littérature en exil] (p. 108)
Commenter  J’apprécie          200
fanfanouche24fanfanouche24   09 février 2019
Ce que je serais devenu, s'il n'y avait pas eu monsieur Ropars [son instituteur], d'abord. Et les livres...

Par eux s'opérait une mystérieuse alchimie. Comme si venaient à moi le monde, une infinité de mondes, une cohue de personnages, hommes, femmes, enfants qui se bousculaient, me captivaient- m'envahissaient ? - Non: m'agrandissaient. (p. 20)
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24fanfanouche24   13 février 2019
Après tant d'années, l'acte d'écrire me reste toujours un mystère. Et s'il cessait d'être, sans doute n'écrirais-je plus. c'est ce mystère que je traque , pourtant, de livre en livre, non pour l'élucider mais pour l'éprouver. (p. 245)
Commenter  J’apprécie          181
fanfanouche24fanfanouche24   09 février 2019
Et si nous faisions confiance à la fiction ? Depuis le fond des âges, dans toutes les cultures, nous déployons une énergie sans limites pour nous raconter des histoires- à cette étrange manie, il doit bien y avoir une raison ! Nous sommes, pour reprendre l'expression de Nancy Huston, une " espèce fabulatrice" . (p. 67)
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Michel Le Bris (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Le Bris
Festival Étonnants Voyageurs à Saint-Malo du 19 au 21 mai 2018.
autres livres classés : éditionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1106 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..