AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070314959
320 pages
Éditeur : Gallimard (30/09/2004)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 23 notes)
Résumé :

« Il est des livres qu'on préférerait ne pas écrire. Mais la misère de ce temps est telle que je me sens obligée de ne pas continuer à me taire, surtout quand on cherche trop à nous convaincre de l'absence de toute révolte.Avec le naturel des saisons qui reviennent, chaque matin des enfants se glissent entre leurs rêves. La réalité qui les attend, ils savent encore la replier comme un mouchoir. R... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   24 novembre 2015
En elle-même, la surabondance des informations ne conduit pas à un embarras du choix qui empêcherait tout jugement, comme certains l'on avancé. C'est plutôt de ne pouvoir être replacée dans un ensemble sensible cohérent, qu'il n'est plus d'informations, futile ou importante, qui ne paraisse condamnée à se perdre dans le flux de toutes les autres. Davantage, leur défilé ininterrompu ferme une à une les perspectives qu'il était jusqu'alos naturel à l'imagination de projeter au-delà des simples données objectives pour appréhender un être, un événement, une situation... L'effondrement de la critique d'art comme de la critique littéraire ne s'explique pas autrement : faute de quelque adhésion sensible, peu importe à quoi l'on se réfère. D'où la pléthore de théories d'allure scientifique qui prospèrent de cette absence sensible, sans avoir d'autre raison d'être que de l'entretenir sous un semblant de sérieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
alzaiaalzaia   19 octobre 2017
Quand aux artistes -dont il n'y a pas grand chose à attendre depuis que Jacques Vaché a tranché en 1917 : "Nous n'aimons ni l'art, ni les artistes" -, on ne sait pas ce qui les aurait empêchés de rejoindre cette domesticité culturelle. Sinon, on ne verrait pas prétendre à ce titre une pléthore de travailleurs culturels censés produire l'art de ce temps, au rythme des bourses et subventions que touts les Etats du monde leur accordent généreusement [(sic) je rajoute]
En quoi ces employés d'une nouvelle sorte différent à peine de leurs collègues poètes-professeurs, peintres-professeurs, artistes-professeurs..., qui constituent l'avant-garde proliférante de ceux qui ne sont même plus en état de percevoir quelle contradiction fondamentale organise leur vie de spécialistes en neutralisation. Pas plus qu'ils ne peuvent mesurer combien l'effacement de cette contradiction, dont leur existence témoigne chaque jour, participe de l'escroquerie à la communication n'ayant d'autre but que d'immuniser contre tout ce qui pourrait être l'expression d'une protestation ou d'un refus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alzaiaalzaia   19 octobre 2017
Sans doute une critique d'art comme Catherine Millet remarque-t-elle que, dans la mesure où "les contemporains, mieux informés et plus tolérants, veulent bien mettre de plus en plus d'espaces collectifs à la disposition des artistes [...] le modèle marginal ou du maudit s'estompe. Le "suicidé de la société" fait place au subventionné de la société." De sorte que, ne manquant pas de souligner par exemple les contradictions d'un Daniel Buren qui, après s'être illustré dans les années soixante avec quelques autres comme l'ennemi de l'institution, en est devenu un des plus fidèles serviteurs (qu'il exécute la commande des fameuses colonnes du Palais-Royal ou qu'il fasse fonction de directeur de l'Ecole des beaux-arts), elle finit par se demander "si tout est prévu dans la société muséographique pour mettre en place, préserver et faire connaître les créations de l'artiste, quelle part celui-ci pourra-t-il encore accorder à l'utopie?" Bien sûr aucune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stekasteka   25 mai 2019
Des années de nourriture trafiquée, frelatée, reconstituée, nous ont accoutumés à déguster moins la chose elle-même que le nom de la chose.
Commenter  J’apprécie          100
DanieljeanDanieljean   24 novembre 2015
Voilà déjà longtemps Novalis affirmait : « Le corps est l'organe nécessaire du monde. » Et n'est-ce pas, faute de l'être aujourd'hui, qu'il est en train de devenir la plus encombrante des prothèses ?
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Annie Le Brun (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annie Le Brun
POÉSIE 19e – Les femmes au cœur du Romantisme allemand, avec Annie Le Brun (France Culture, 1978) Une extrait de l'émission des "Samedis de France Culture", par Michel Le Bris, diffusée le 28 octobre 1978. Présence : Annie Le Brun et Michel Le Bris.
Dans la catégorie : Le genre humainVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Epistémologie, causalité, genre humain>Le genre humain (172)
autres livres classés : Normes socialesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
537 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre