AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mimi Perrin (Traducteur)Isabelle Perrin (Traducteur)
EAN : 9782020557214
518 pages
Éditeur : Seuil (08/04/2005)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 415 notes)
Résumé :
Tessa Quayle, jeune et belle avocate anglaise, a été sauvagement assassinée près du lac Turkana dans le nord du Kenya. Son compagnon de voyage et amant supposé, médecin africain d'une organisation humanitaire, a disparu sans laisser de trace. Justin, l'époux de Tessa, diplomate de carrière au haut-commissariat britannique de Nairobi et jardinier amateur, se lance dans une quête solitaire à la recherche des tueurs et de leur mobile.
Sa quête l'entraîne à Londr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
darkmoon
  29 décembre 2013
Voici un thriller engagé qui nous montre les pratiques peu glorieuses des pays riches envers le continent africain. Les laboratoires pharmaceutiques soucieux de développer leurs nouveaux médicaments rapidement et à moindre frais n'hésitent pas à recourir à l'expérimentation humaine sur des populations frappées par la misère. le paradoxe est très douloureux car ces mêmes médicaments sont destinés à sauver à terme la vie d'autres gens. D'un point de vue très général un tel cynisme peu se défendre mais humainement il est insoutenable. Les gouvernements et tous leurs dignitaires ferment les yeux sur ce lucratif business allant même jusqu'à faciliter les opérations si besoin. Heureusement quelques individus courageux s'insurgent au travers d'associations humanitaires. le grand mérite de John le Carré est d'avoir porté le dilemme au sein d'un couple où Justin Quayle fera son examen de conscience de la façon la plus douloureuse qui soit après que son épouse ait été assassinée pour avoir trop fouiné dans les affaires d'un riche magnat local.
Sous des dehors de roman à suspense et engagé, John le Carré orchestre avec maestria la savante alchimie d'une histoire à l'échelle mondiale, à savoir le lobbying pharmaceutique et plus généralement la condescendance effroyable avec laquelle l'homme "civilisé" traite le "sauvage" africain, et de l'histoire personnelle de deux êtres, celle d'une histoire d'amour (manquée ?) entre un diplomate résigné et sa jeune femme aux idéaux humanitaires. de leurs instants rares d'intimité, comme volés avant que ne les rattrape la fatalité...Car c'est avant tout la psychologie des différents personnages qui fait la force du récit et entretient les ambiguïtés. le protagoniste principal, Justin, est le flegme britannique personnifié. Constamment calme et maître de lui-même, respectueux des règles de bienséance et de ses supérieurs hiérarchiques. Sa principale passion est le jardinage, prendre soin de ses plantes vertes, activité qui symbolise bien son désir de ne pas importuner autrui et de s'enfermer dans sa petite bulle de codes moraux, docilement et gentiment. Ce n'est qu'au moment où cet homme qui a passé sa vie à contrôler tous ses sentiments perd pied qu'il les extériorise enfin. Tessa, son épouse, est passionnée, engagée, c'est une idéaliste. Elle a des convictions et n'hésite pas à les faire entendre ni à agir en conséquence. Personnage fascinant, entier qui s'intéresse aux autres et rêve de justice. C'est donc le récit d'un couple dont l'avenir est sacrifié pour une cause humanitaire, où l'épouse portait la culotte et faisait des cachotteries à son mari pour le préserver. Heureusement, la mort de Madame Quayle agit comme un électrochoc sur son époux si bien élevé. Une passion évidente les unissait, le mariage était précipité mais c'est à la mort de Tessa que Justin apprend réellement à la connaître et à la comprendre. Enquête politique mais enquête humaine également et qui nous fait voyager à travers le monde en faisant un arrêt prolongé dans les magnifiques paysages du Kenya.
Un très bon roman donc, qui reflète bien le sujet et la problématique de la mondialisation, ses effets pervers et inégalitaires. Une passion pour une cause humanitaire qui se transmet au sein d'un couple, prêt à tout pour se protéger l'un l'autre. Une belle leçon d'humanité et d'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
carre
  23 mars 2012
Le diplomate John Quayle débarque à Nairobi au Kenya avec sa jeune épouse Tessa, avocate. La vie de cet agent gouvernemental bascule dans l'horreur lorsque sa femme, révoltée par le sort des autochtones et militant auprès d'OGN est retrouvée violée, assassinée. Partie avec le docteur Bluhm, médecin africain très impliqué auprès de la population celui-ci a disparu. Effondré, Quayle doit néammoins prouver son innocence car la rumeur enfle disant que Tessa voyageait avec son amant. Dès lors l'homme effacé, discret va se faire violence pour faire la lumière sur l'abominable meurtre de Tessa. Et découvrir l'hypocrisie meurtrière de l'Angleterre qui cache la vérité pour protéger le lobby de l'industrie pharmaceutique. Les lecteurs coutumiers de le Carré seront surpris car ici, point de manipulation, de poker menteur, d'espions retournés, Justin est juste un homme blessé dans sa chair et son honneur, ,indigné et seul, il n'a qu'une idée, laver l'honneur de l'être aimé.
La charge de le Carré bien que fiction, fait bien évidemment penser aux scandales qui éclaboussent régulièrement les laboratoires pharmaceutiques et l'on ce dit que le réel est peut être dans ces pages.
La belle Tessa hante constamment le récit et l'on se dit que le combat pour rétablir la vérité coute que coute est une formidable preuve d'amour.
Passionnant, glaçant, captivant. le meilleur le Carré pour moi.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
araucaria
  05 mai 2020
489 pages c'est beaucoup... Et si je veux être plus sévère encore, je vais écrire tout ça pour ça! Bien sûr, il y a quand même eu quelques passages que j'ai appréciés, mais beaucoup trop de longueurs, dans la lecture de documents ou de mails, dans des échanges oraux... Beaucoup de pages à lire avant que le livre m'intéresse vraiment... Et puis une histoire qui fait la part belle à la voyoucratie qu'elle émerge de la fange ou qu'elle soit en col blanc! A quoi bon se battre puisque les méchants tirent toujours les marrons du feu?
Pas convaincue, je suis même plutôt déçue.
Commenter  J’apprécie          360
Chaplum
  22 avril 2012
La découverte du cadavre de Tessa Quayle, assassinée alors qu'elle venait de passer la nuit dans un oasis dans le Nord du Kenya, avec un beau médecin belge d'origine africaine et qu'ils partaient vers le Turkana, produit des remous au Foreign Office. Il faut dire que la belle et jeune avocate était mariée à un des diplomates mais qu'elle menait de grands combats contre la pauvreté et les injustices en Afrique. Ce qui n'était pas toujours du goût des autorités britanniques. Mais alors que la Grande Bretagne veut étouffer l'affaire, Justin, le mari de Tessa veut au contraire faire la lumière sur le meurtre de sa femme qui, il le découvre, se battait contre de grands groupes pharmaceutiques.
J'ai longtemps cru que John le Carré écrivait d'ennuyeux romans d'espionnage jusqu'à ce que je voie quelques bribes du film tiré de ce roman et qui m'ont donné envie de le lire. Si ce n'est pas vraiment un roman d'espionnage, on se retrouve malgré tout plongé en plein coeur d'une intrigue où l'auteur nous montre comment humanitaire, politique, corruption, recherche médicale et quête du plus grand profit sont étroitement liés et ce au détriment des régions pauvres du monde dont la population paie encore et toujours la cupidité de ses dirigeants corrompus et des pays occidentaux. Rien de nouveau sous le soleil, cela ne fait que confirmer ce que je savais déjà de mes lectures et de mes recherches sur un sujet qui m'interpelle.
Dans ce cas-ci, la cible sont les industries pharmaceutiques qui testent des médicaments pas encore au point sur des populations du Tiers-Monde qui ne pourront pas se défendre en cas de problème. Les premiers effets secondaires indésirables se font rapidement sentir entraînant la mort de nombreuses personnes au Kenya mais ils sont occultés par la société qui compte mettre le produit sur le marché. Cependant Tessa et son ami Bluhm, le médecin belge, ne l'entendent pas de cette oreille, au risque de défier les autorités et ces multinationales sans foi ni loi. Ils le paieront de leur vie.
John le Carré signe avec La constance du jardinier un thriller passionnant et haletant qu'il est difficile de lâcher tant le lecteur a envie de découvrir ce qu'il est arrivé aux deux amis. Justin, le mari qui ignore tout de ce que faisait sa femme car sa position diplomatique empêchait Tessa de pouvoir lui confier ses recherches et découvertes. Il avait une confiance aveugle en elle et c'est pourquoi il ne supporte pas qu'elle soit salie par les ragots après sa mort. Les personnages de Justin et de Tessa sont tous les deux forts et passionnés mais chacun à leur manière. le romancier prend le temps de les développer et chaque étape nous permet d'entrevoir de nouvelles facettes de leur caractère.
Ce roman est beaucoup plus qu'un simple thriller et c'est peut-être la seule critique que j'émettrai. C'est que parfois il tire en longueur. Les narrateurs changent tout au long du récit et s'alternent. le lecteur découvre la vie du Haut Commissariat au Kenya et le rôle que les différents diplomates et donc que les politiques ont joué dans cette histoire. Mais parfois, cela regorge de détails un peu inutiles, selon moi.
Un roman passionnant que je conseille, certes pas optimiste sur l'état de notre monde, mais qui me permet de découvrir un auteur de grande qualité !
Lien : http://www.chaplum.com/la-co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
patrick75
  12 avril 2012
Plutôt bien écrit ,avec une histoire qui peut paraître réaliste ,j'avoue que j'ai été surpris par ce livre .
Un récit qui est en fait un prétexte pour dénoncer les abus des laboratoires pharmaceutiques( même si l'auteur s'en défend en fin d'ouvrage).
Les fameux "labos" qui auraient tendance à utiliser le continent africain comme" terrain d'essai" pour leurs nouvelles molécules avant de les commercialiser en occident .
Je lirai certainement d'autres livres de john le Carre .
Désolé de ne pas l'avoir défendu mieux que cela, j'ai parfois du mal a trouver les mots, mais il méritait surement mieux .
Heureusement, certaines personnes sur le site (plus doués que moi ) l'on certainement déjà fait.
Il n'est pas possible que ce livre soit passé inaperçu .
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   03 mars 2013
Notez bien ça, mon gars. On ne donne les denrées qu'aux femmes. Les hommes, on ne leur fait même pas confiance pour traverser la route, ces crétins, ça non ! Ils revendent notre bouillie sur les marchés ou ils en font faire de l'alcool par leurs femmes. Ils achètent des cigarettes, des armes, des filles. Les hommes sont des bons à rien. Les femmes s'occupent du foyer, les hommes font la guerre. L'Afrique entière est une lutte des sexes, mon gars. Seules les femmes accomplissent le travail de Dieu, ici. Prenez note.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
araucariaaraucaria   21 avril 2020
Le haut-commissariat britannique de Nairobi reçut la nouvelle à 9h30 un lundi matin. Sandy Woodrow la prit comme une balle, les dents serrées et le torse bombé, droit dans son coeur d'Anglais velléitaire. Il était debout. De cela au moins, il se souvint par la suite : lui debout et la ligne intérieure qui sonnait. Il suspendit le geste qu'il avait amorcé, se pencha vers son bureau, décrocha le combiné et annonça : "Woodrow", ou peut-être : "Ici Woodrow." Presque en aboyant - il garda un souvenir très net de sa voix soudain cassante, méconnaissable : "Ici Woodrow." Son nom pourtant si respectable, mais sans le surnom "Sandy" pour l'adoucir, et craché comme s'il le détestait, parce qu'il devait officier dans trente minutes précises à la grand-messe rituelle du haut-commissaire où, en temps que premier conseiller à la chancellerie, il jouait les modérateurs face à la bande de divas maison qui se disputaient l'exclusivité du coeur et de l'âme du haut-commissaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
araucariaaraucaria   25 avril 2020
Les premiers échanges entre Woodrow et les deux policiers furent la courtoisie même : eux avaient conscience d'être chargés d'une mission délicate, ne comptaient pas compromettre la communauté blanche de Nairobi, etc., etc., et lui leur promit en retour la coopération de son personnel et tous les moyens requis, amen. Ils s'engagèrent à le tenir informé des progrès de l'enquête tant que cela cadrait avec les instructions de Scotland Yard, et il leur fit aimablement remarquer qu'ils servaient la même reine et donc que si Sa Majesté se contentait de se faire appeler par son prénom, alors nous aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
araucariaaraucaria   26 avril 2020
- Bon, alors, vous vous rencontrez, reprit Lesley. A l'hôpital. Dans le hall du service postnatal. Pas très discret comme point de rencontre, si? Deux Blancs perdus au milieu de tous ces Africains..."
Vous y êtes allés, songea-t-il dans un nouvel accès de proche panique. Vous avez visité l'hôpital.
"Ce n'était pas des Africains qu'elle avait peur, mais des Blancs. Impossible de lui faire entendre raison. Quand elle se trouvait parmi des Africains, elle se sentait en sécurité.
- Elle vous l'a dit?
- Je l'ai déduit.
- De quoi? s'enquit Rob?
- De son attitude ces derniers mois. Depuis le bébé. Vis-à-vis de moi, de la communauté blanche, de Bluhm. Bluhm ne pouvait rien faire de mal. Il était africain, beau et médecin. Ghita est à moitié indienne, ajouta-t-il sans raison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
joedijoedi   25 février 2013
Voici la vie pharisaïque que nous menons. Un continent se meurt sous nos yeux et nous sommes ici, debout ou agenouillés, à boire du café devant un plateau en argent alosrs qu'au bout de la rue des enfants crèvent de faim, des malades meurent et des politiciens pourris ruinent le pays qu'ils ont manipulé pour se faire élire.
Commenter  J’apprécie          210

Videos de John Le Carré (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Le Carré
📻 L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • 📚 Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! ❤ 👉🏻 • • 📚 Long Island de Christopher Bollen aux éditions Points 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/105415-... • 📚 Manhattan de Christopher Bollen aux éditions Calmann-Lévy 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/72286-d... • 📚 Un si joli crime de Christopher Bollen aux éditions Calmann-Lévy 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1039316... • 📚 Retour de service de John Le Carré aux éditions Seuil 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1041850... • 📚 L'Énigme de la Chambre 622 de Joël Dicker aux éditions de Fallois 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1036950... • 📚 Les Derniers Jours de nos pères de Joël Dicker aux éditions De Fallois Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/26991-p... • 📚 Mindhunter - Dans la tête d'un profileur de John Douglas, Mark Olshaker aux éditions Points 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/129668-... • 📚 Le Jour où Kennedy n'est pas mort de R.J. ELLORY et Fabrice POINTEAU aux éditions Sonatine 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1041893... • 📚 Vie et mort de l'homme qui tua John F. Kennedy de Anne-James Chaton aux éditions P.O.L. 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1036535... • 📚 L'Affaire La Pérouse de Anne-James Chaton aux éditions P.O.L. 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1041896... • 📚 Bad Man de Dathan Auerbach et Nathalie Peronny aux éditions 10-18 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1041240... • • 🐝 Chinez & découvrez nos livres coups d’coeur dans notre librairie en ligne ❤ 👉🏻 lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : industrie pharmaceutiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'espion qui venait du froid

"L'espion qui venait du froid" est un roman d'espionnage signé...

Frederick Forsyth
Jack Higgins
Graham Greene
John le Carré

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : L'espion qui venait du froid de John Le CarréCréer un quiz sur ce livre

.. ..