AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Rosenthal (Autre)
ISBN : 2253028142
Éditeur : Le Livre de Poche (01/06/1997)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 89 notes)
Résumé :
Poussé à enquêter et à résoudre une affaire qu’il aurait pourtant dû étouffer, Smiley se retrouve face à son ennemi de toujours : Karla. Mais l’issue du combat entre les deux espions est encore incertaine. Pour vaincre, Smiley va devoir employer des méthodes qui vont à l’encontre de ses principes, celles-là mêmes qu’employait son adversaire…
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
patrick75
  17 mars 2013
Le Carré et ses histoires d'espionnages.Il reste fidèle à son domaine de prédilection et s'en sort avec talent. Avec lui, il s'agit surtout de pénétrer le psychisme de "l'homme de l'ombre". Dans ses livres, il sait installer un climat, une ambiance. C'est bon, même si c'est construit toujours sur le même "canevas", c'est un peu le reproche que je lui ferais.
Commenter  J’apprécie          110
nenette87
  09 août 2018
Le maître... John le Carré est de mon point de vue indéniablement le maître du roman d'espionnage.
C'est intelligent, fouillé, extrêmement bien ficelé, vraiment c'est un plaisir à lire.
Ce n'est pourtant pas l'histoire la moins complexe que j'ai eu à lire! Mais je dois tout de même dire que j'ai beaucoup mieux compris ce tome que les deux précédents pour lesquels je n'ai compris ce qui se tramait qu'à la fin du livre, mais pas du tout au cours de ma lecture durant laquelle il se passait pleins de choses que je n'arrivais pas à imbriquer les unes avec les autres.
Nul besoin d'avoir lu les deux premiers tomes avant d'attaquer celui ci, le grand méchant Karla est le même mais dans les deux précédents on ne fait que le toucher du doigt, on ne gagne donc rien à avoir lu les romans précédents si ce n'est de mieux comprendre le contexte et la connaissance de quelques personnages.
J'ai extrêmement hâte à présent d'attaquer le dernier roman de le Carré "l'héritage des espions" qui fait suite à "l'espion qui venait du froid" dans lequel on retrouve le fidèle de Smiley, Peter Guillam.
Lien : https://piccolanay.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Arakasi
  04 juillet 2012
Dernier tome de la trilogie Smiley VS Karla et probablement mon préféré. Après le petit coup de mou de « Comme un collégien », John le Carré reprend joyeusement du poil de la bête. le roman est centré sur l'affrontement entre Smiley et Karla et c'est du tout bon du début à la fin !
Tiré de sa (trop) paisible retraite, Georges Smiley revient sur le terrain, décidé à abattre une fois pour toutes son vieil ennemi. Pendant 400 pages, Smiley dévide patiemment le passé si bien dissimulé de Karla – « le marchand de sable » – cherchant à trouver l'homme et ses faiblesses sous la façade inflexible du maitre-espion soviétique, cherchant le défaut dans la cuirasse, la faille qui lui permettra de le conduire définitivement à sa perte. Mais pour abattre un adversaire de la trempe de Karla, il faut le comprendre et comprendre c'est s'exposer à compatir… Ce livre est indubitablement le moins manichéen de la trilogie : Karla au pied du mur fait enfin preuve d'humanité et Smiley perd son âme dans un combat qui l'oblige à utiliser des méthodes qu'il abhorre de tout son coeur. La fin du roman est tragique et sobre à la fois. Une superbe conclusion : je suis définitivement fan !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ayla5488
  13 janvier 2013
C'est le John le Carré que je préfère, je me suis attaché à Smiley, le personnage principal, un agent qui sort de sa retraite pour poursuivre implacablement son ennemi juré derrière le rideau de fer, Smiley est britannique. Cet anti Jame Bond, d'une patience à toute épreuve oeuvre à dénouer les fils compliqués des mensonges. Ce roman est un modèle du genre
Commenter  J’apprécie          40
Nico_lit
  09 juillet 2012
Chapitre après chapitre J. le Carré pose le décor, présente les personnages, tisse la toile de l'intrigue et tient le lecteur en haleine... Outre son immense capacité à créer un thriller qu'on ne lâche qu'à la dernière page, l'auteur touche ici, par l'épaisseur métaphysique des personnages, les enjeux symboliques sur ce qu'on est, ce qu'on fait et comment cela vous abîme ou pas et le poids du destin qui affecte les trajectoires des protagonistes...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
emdicannaemdicanna   06 août 2018
... Mostyn, où est le thé ? J'ai l'impression que nous attendons depuis une éternité."
- Toute notre vie, songea Smiley.
Commenter  J’apprécie          10
patrick75patrick75   14 mars 2013
De la cuisine, le mystérieux Mostyn apparut avec le thé: un enfant de l'époque, plein de bonne volonté, avec un pantalon évasé et une crinière de cheveux bruns. En le voyant poser le plateau, Smiley finit par le restituer dans son propre passé. Ann avait eu jadis un amant comme lui, un ordinand du collège théologique de Wells. Elle l'avait pris alors qu'il faisait de l'auto-stop sur l'autoroute M4 et avait prétendu plus tard l'avoir sauvé de l'homosexualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
rkhettaouirkhettaoui   14 juin 2018
Dans sa jeunesse, la littérature allemande avait été sa passion et sa discipline. Il pouvait en endosser la langue comme un uniforme et la parler sans crainte. Pourtant il sentait le danger à chaque pas qu'il faisait, car Smiley, lorsqu'il était jeune homme, avait passé la moitié de la guerre ici, dans la terreur solitaire de l'espion, et la conscience de se trouver en territoire ennemi était solidement ancrée en lui. Adolescent, il avait connu Hambourg comme une ville portuaire riche et élégante, qui dissimulait son âme volage sous un manteau d'anglomanie et, lorsqu'il était adulte, comme une ville réduite à des ténèbres médiévales par les raids aériens de mille bombardiers. Il l'avait vue dans les premières années de la paix, des ruines qui n'en finissaient pas de fumer et des survivants qui labouraient les décombres comme des champs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   14 juin 2018
Le père de Vladimir était un Estonien et un bolchevik passionné, Oliver, poursuivit-il d'un ton plus calme. C'était un homme de loi, un avocat. Staline a récompensé son loyalisme en le faisant exécuter lors des purges. Vladimir était né Voldemar, mais il est allé jusqu'à changer son nom en Vladimir par fidélité envers Moscou et la Révolution. Il voulait toujours croire, malgré ce qu'ils avaient fait à son père. Il s'est engagé dans l'Armée rouge et par la grâce de Dieu a échappé en même temps aux purges. La guerre lui a fait avoir de l'avancement, il s'est battu comme un lion et quand elle a été terminée, il a attendu la grande libéralisation russe dont il rêvait et la libération de son peuple. Tout cela n'est jamais venu. Au contraire, il a été témoin des répressions impitoyables exercées dans sa patrie par le gouvernement qu'il avait servi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 juin 2018
Une amère expérience lui avait enseigné aussi les autres leçons de l'interrogatoire. Et en cet instant, une partie d'elle-même les répétait. Et bien qu'en termes d'histoire cela appartînt aux générations précédentes, ces recettes lui semblaient aujourd'hui aussi lumineuses qu'hier et aussi vitales. Ne jamais répondre à la grossièreté par la grossièreté, ne jamais se laisser provoquer, ne jamais marquer de points, ne jamais se montrer spirituel, supérieur ou intellectuel, ne jamais se laisser démonter par la fureur, le désespoir ou l'élan d'un brusque espoir qu'une question par hasard pourrait faire naître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de John Le Carré (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Le Carré
Aux côtés de François Busnel, partez à la rencontre du grand romancier anglais, John le Carré, sur ses terres de Cornouailles pour la sortie de « L?héritage des espions », qu?il publie aux éditions du Seuil. Un roman d'espionnage ou l?auteur retrouve son double littéraire, Georges Smiley, et revisite l'affaire de « L'espion qui venait du froid ». de ses années passées dans les services secrets, le romancier britannique évoque comment il est passé de l?espionnage à la littérature mais aussi Donald Trump, Emmanuel Macron, et pourquoi, à 86 ans, l?envie de narrer des histoires est toujours aussi forte...
+ Lire la suite
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

L'espion qui venait du froid

"L'espion qui venait du froid" est un roman d'espionnage signé...

Frederick Forsyth
Jack Higgins
Graham Greene
John le Carré

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : L'espion qui venait du froid de John Le CarréCréer un quiz sur ce livre