AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021433197
304 pages
Éditeur : Seuil (28/05/2020)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 188 notes)
Résumé :
À quarante-sept ans, Nat, vétéran des services de renseignement britanniques, est de retour à Londres auprès de Prue, son épouse et alliée inconditionnelle. Il pressent que ses jours comme agent de terrain sont comptés. Mais avec la menace grandissante venue de Moscou, le Service lui offre une dernière mission : diriger le Refuge, une sous-station du département Russie où végète une clique d’espions décatis. À l’exception de Florence, jeune et brillante recrue, qui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  02 juin 2020
John le Carré, 88 ans, fait preuve d'une endurance imaginative absolument remarquable avec ce roman dopé à l'esprit du temps, pimenté de références ultra-contemporaines de l'ère post-Brexit.
Nat, quinqua vétéran des services secrets britanniques, se voit proposer une alternative à sa possible fin de carrière : prendre la direction du Refuge, une sous-station du département Russie, à la fois moribonde et bizarre avec ses espions rebuts qui semblent inutiles. Peut-être une dernière chance pour Nat de laisser sa marque sur le MI6 auquel il a consacré une grande partie de sa vie. Sauf que sa rencontre avec Ed, un grand gus dégingandé et déstabilisant avec lequel il joue au badminton tous les lundis, va l'entraîner dans un enchaînement de péripéties surprenantes jusqu'à un complot géopolitique d'ampleur.
Le scénario est excellent, construit en poupées russes qui recèlent toutes des surprises, avec un virage dans le dernier tiers vraiment ingénieux et très inattendu. C'est d'une fluidité parfaite, sur les pas de Nat, sa narration à la première personne créant une proximité et un attachement immédiats avec le lecteur. Tous les personnages sont formidablement campés et leurs interactions, heureuses ou pas, priment presque sur l'action à proprement parler.
Bien sûr, les services secrets britanniques sont toujours chez John le Carré en pleine déchéance, rongé par de petites rivalités entre collègues et services, sur-promouvant les médiocres ou les corruptibles, gaspillant les talents. Bien sûr, les thématiques obsessionnelles de l'auteur sont bien présentes : manigances et secrets d'Etat, trahison et loyauté, idéaux politiques soumis à rudes épreuves face aux fragilités humaines.
Mais ce qui ressort de ce roman, c'est sa truculence et sa mélancolie.
Sa truculence, car John le Carré régale le lecteur d'une plume pleine de verve, très ironique pour dire la crise de foi politique de notre époque, entre désespoir et incrédulité face au Brexit. Cette verve explose dans les dialogues, tous formidables, crépitants d'énergie et de drôlerie. Par exemple cette diatribe sur Trump qui sort de la bouche d'Ed, le personnage exutoire :
« Trump, c'est le balayeur de chiottes de Poutine. Il fait tout ce que le petit Vlad ne peut pas faire lui-même : il pisse sur l'unité européenne, il pisse sur les droits de l'homme, il pisse sur l'OTAN. Il nous assure que la Crimée et l'Ukraine appartiennent au Saint-Empire russe, que le Moyen-Orient appartient aux Juifs et aux Saoudiens, et merde à l'ordre mondial ! Et vous, les Britiches, vous faites quoi ? Vous lui taillez une pipe et vous l'invitez à boire le thé avec votre reine. Vous prenez notre argent et vous le lavez pour nous. Vous nous accueillez uniquement si on a assez d'envergure en tant qu'escrocs. Vous nous vendez la moitié de Londres. Vous vous lamentez quand on empoisonne nos traîtres et vous dites s'il vous plaît, s'il vous plaît, chers amis russes, faites du commerce avec nous. »

Sa mélancolie aussi. Il n'est pas beau, donc le nouveau Monde post-Brexit avec les agissement glaçants du trio Johnson-Trump-Poutine. Tout l'enjeu pour Nat, dans ce monde-là, est de trouver un moyen pour conserver son intégrité morale alors qu'il a perdu toute illusion sur le MI6 qu'il sert. En fait ce roman est profondément désenchanté au-delà de ses saillies satiriques drolatiques. Désenchanté mais qui trace une ligne morale, une droiture, celle de la force du choix individuel, de la liberté dont chacun soit s'emparer pour ne pas laisser le pessimisme le plus sombre gangréner ce monde. Les derniers chapitres sont très intéressants, mettant en scène la force de cette liberté individuelle lorsqu'elle s'allie à une autre ou plusieurs.
Lu dans le cadre du Club VIP Bepolar.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1235
migdal
  10 août 2020
Ennuyeux comme une partie de badminton ce roman est passionnant par son analyse sociologique de la Nomenklatura anglaise.
L'intrigue « espionnage » se résume en une ligne : un agent britannique croyant trahir sa patrie au profit de l'Allemagne est tellement intelligent qu'il renseigne la Russie !
Les acteurs de cette tragi-comédie évoluent dans un univers dépourvu de tout souci financier grâce à des bourses de recherche qui financent leurs vacances au Panama ou à des spéculations servant à blanchir les fonds provenant d'opérations opaques.
La plume de l'auteur et de sa traductrice est entachée de tics datés du style « vestiaires genrés » qui plombent le texte mais colorent la caricature sociale.
Long, lent et soporifique ce texte est une déconcertante déception pour tout amateur de John le Carré ou tout admirateur de l'Intelligence Service.
Mais le romancier conserve un regard vif, malgré son âge, et le portrait de la fonction publique anglo-saxonne qu'il dessine est aussi accablant que pessimiste.
Aveuglée par une idéologie mortifère et vautrée dans un matérialisme confortable, cette technocratie passe plus de temps à aboyer contre les « populistes » qu'à se préoccuper du service public.
De tout temps les querelles byzantines annoncent la chute de l'empire ... le retour de service précède la fin de partie !
Prémonitoire et sombre, ce roman sera mobilisateur s'il contribue à un réel « retour de service » de la fonction publique à sa mission organique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          830
Archie
  22 juillet 2020
Je n'avais pas relu John le Carré depuis des décennies. Dans les années soixante, cet ancien agent des services secrets britanniques avait révolutionné la littérature d'espionnage et connu rapidement une consécration mondiale avec l'un de ses premiers romans, L'Espion qui venait du froid (1964).
John le Carré a puisé son inspiration dans ce que l'on appelait la guerre froide et ses entrelacs de réseaux plus ou moins opaques de renseignement, de noyautage et de manipulation, orchestrés d'un côté du rideau de fer par les démocraties à l'Occidentale, et de l'autre par le bloc soviétique. A l'opposé des agents secrets playboys et cascadeurs ou des espionnes au galbe de séductrices fatales, les personnages de John le Carré principaux sont d'apparence banale. Les fictions mettent en valeur la réflexion et les discussions feutrées, où l'analyse géopolitique, la stratégie d'influence et la manoeuvre psychologique ont la primauté sur l'opération spéciale. Une littérature plus intellectuelle que spectaculaire, ce qui n'a pas empêché certains de ses livres d'être des best-sellers.
À quatre-vingt-huit ans, John le Carré sort un vingt-cinquième roman, dont le titre français Retour de service est particulièrement bien trouvé, puisque le personnage principal et narrateur, prénommé Nat, est à la fois un pratiquant assidu de sport de raquette – en l'occurrence le badminton, où il excelle – et un vétéran des services actions à l'étranger, en attente de reconversion dans un poste de management à la direction centrale, à Londres.
Dans son club londonien, Nat se voit défier au badminton par un jeune homme timide prénommé Ed. En l'espace de quelques mois, Nat jouera avec lui plusieurs parties, suivies d'un verre au bar du club, occasion pour les deux hommes d'échanger des propos qu'ils pensent sans importance. Mais voilà qu'au cours d'une opération complexe de retournement d'un transfuge, avec l'objectif de transformer un agent double en agent triple, l'activité de badiste (*) de Nat va se télescoper avec sa vie d'officier du contre-espionnage. de vraies-fausses révélations en rebondissements inattendus, la situation pourrait devenir compliquée pour lui…
J'ai aimé retrouver le style de narration de John le Carré, un peu désuet, très british, au demeurant très fluide et agréable à lire. L'auteur multiplie les digressions dont on ne sait jamais s'il s'agit de badinages accessoires ou de faits à garder en mémoire en prévision de développements futurs. On se sent quelque peu perdu dans le fil de la narration, et même carrément baladé, les intentions de Nat étant parfois confuses. Mais peu importe, ce n'est jamais ennuyeux.
Les personnages restent conformes à la vision de l'auteur. Les agents et les dirigeants des services de contre-espionnage sont des cadres et des cadres supérieurs, tel qu'on en rencontre dans l'Administration et dans les grandes sociétés privées : en parallèle de leurs missions, ils ont des vies de famille compliquées, un patrimoine personnel à faire fructifier, une santé qui les préoccupe, des états d'âme qui les rongent. Ce ne sont pas des héros.
Sur le fond géopolitique, tout a changé, mais rien n'a changé. La guerre froide appartient à l'Histoire, mais la Russie de Poutine, toute postsoviétique qu'elle soit, n'a pas perdu ses propensions à l'entrisme, ce qui oblige, pour le contrecarrer, à mobiliser la meilleure part des services secrets anglais. Et bien qu'en ces temps de Brexit, le Gouvernement de Sa Majesté cherche à s'adosser aux Américains, entre services opérationnels, ça reste un éternel « je t'aime moi non plus ». L'auteur en profite pour dire, sans mâcher ses mots, ce qu'il pense du Brexit, de Boris Johnson, et de Donald Trump.
Sur le terrain, chacun fait donc un peu ce qu'il veut, car les cadres ont une conscience propre, des convictions personnelles… et des intérêts particuliers. La plupart sont capables de trouver un compromis quand il faut tenir compte d'opinions contradictoires. Mais leur autonomie se heurte à la raideur de la bureaucratie, où les réactions sont marquées par un mélange de philosophie du soupçon et de principe de précaution, quand ce n'est pas par de simples réflexes comptables de limitation des dépenses. Décidément, le monde des espions est terriblement semblable au nôtre.
(*) Badiste : joueur de badminton.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
SZRAMOWO
  31 mai 2020
Une leçon de géopolitique comme on les aime, dans son dernier roman, John le Carré met son talent, sa connaissance des relations internationales au service d'une idée : La Défense des valeurs de la démocratie, de l'Europe et de l'éthique dans les relations entre pays.
Pour cela, il crée des personnages hautement symboliques, Nat, l'agent britannique, Anatoly de son vrai nom, né à Paris d'un père écossais d'une mère fille de Russes blancs.
Prudence, son épouse "avocate associée dans un cabinet londonien établi de longue date, spécialiste des affaires à forte composante humaine et surtout des dossiers pro Bono."
Proche de la cinquantaine, Nat est rappelé par le bureau à Londres et hérite d'un placard qui ne satisfait pas son sens du service et le respect des valeurs qu'il a toujours recherché dans son travail. Il n'est pas un salaud.
Mais voilà, depuis l'époque ou avec Prudence ils étaient en poste à Moscou les choses ont changées.
Trump, Poutine, le Brexit perturbent le jeu des forces en présence et Nat n'y retrouve plus ses petits.
Sa rencontre avec Ed Shannon, un jeune anglais germanophile et europhile va le conduire dans un imbroglio relationnel dont il ne sortira pas indemne.
Il est assez rare que des romans de John le Carré flirte aussi impudiquement avec l'actualité et ça ne peut que réjouir le lecteur (je dis cela pour éviter de dire ça ne peut que me réjouir).
Les propos qu'il met dans la bouche d'Arkady, un ex agent double que Nat a retourné dans le passé, à propos du Brexit sont éloquents :
"Et le grand président Donald Trump qui aime tant la liberté va sauver votre économie, à ce qu'il parait. Tu sais ce que c'est, Trump ?
- Dis-moi ?
- C'est le nettoyeur des chiottes de Poutine. Il fait tout ce que le petit Vald ne peut pas faire lui-même : il pisse sur l'unité européenne, il pisse sur les droits de l'homme, il pisse sur l'OTAN. Il nous assure que la Crimée et l'Ukraine appartiennent au Saint-Empire russe, que le Moyen-Orient appartient aux Juifs et aux Saoudiens, et merde à l'ordre mondial ! Et vous, les Brioches, vous faites quoi ? Vous lui taillez une pipe et vous l'invitez à boire le thé avec votre reine. Vous prenez notre argent et vous le lavez pour nous. Vous nous accueillez uniquement si on a assez d'envergure en tant qu'escrocs. Vous nous vendez la moitié de Londres. Vous vous lamentez quand on empoisonne nos traîtres et vous dites s'il vous plaît, s'il vous plaît, chers amis russes, faites du commerce avec nous."
Nat est partagé entre la vision de son ami Arkady, celle du jeune Ed qui n'en est pas loin et celle du bureau qui en tout temps a toujours adopté le principe "réal politic" qui le conduit à ménager la chèvre et le chou.
A sa manière, et dans le cadre des limites qui lui sont imposées par le bureau, Nat (n'oublions pas qu'il est un joueur de badminton affuté) va jouer de sa connaissance des langues, des cultures européennes pour retourner la situation à son avantage et éviter les dégâts humains dont le bureau se soucie peu.
Du grand, du très grand John le Carré. Un livre noir et pessimiste sur l'état actuel du monde qui laisse filtrer une lueur d'optimisme en démontrant que seule la rébellion des individus pourra éviter de subir l'ordre que les nouveaux dictateurs cherchent à imposer au détriment de la morale et de l'éthique !
A lire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
fbalestas
  29 août 2020
Nat, le narrateur, est un sympathique espion britannique, qui est supposé prendre une retraite bien méritée. Mais une dernière mission s'offre à lui : prendre le management du « Refuge », un repère d'espions décatis censé observer les mouvements des services secrets russes.
Nat vit avec la pétulante Prue, avocate de gauche qui combat les lobbys pharmaceutiques, et ils ont une fille, Steph, dont le moins qu'on puisse dire est qu'elle ne suit pas le chemin que ses parents rêveraient de la voir suivre.
Nat est sympathique. Donc quand, dans son club de badminton préféré, dont il est le Président, un jeune homme vient le défier et lui demander de remettre en jeu son titre de champion du club, il accepte.
Commence alors une relation sportive entre un espion vieillissant et un jeune homme aux idées très arrêtées sur l'actualité : le Brexit est une très grosse bêtise, et Donald Trump une catastrophe pour les États-Unis.
Alors quand sa collaboratrice Florence veut monter une opération très spéciale d'espionnage radical, Nat la soutient activement, jusqu'à ce qu'elle quitte mystérieusement le service, du jour au lendemain, et que, tandis que l'opération va se dérouler, un coup de théâtre saisisse Nat qui n'est pourtant pas né de la dernière pluie …
Comme toujours chez John le Carré les rebondissements ne cessent de happer le lecteur et font de « Retour de service » un véritable « page turner ». Mais derrière les histoires d'espion très documentées, l'auteur nous livre aussi une réflexion politique sur le monde d'aujourd'hui, dans un contexte de Brexit, de puissance souterraine de la Russie en Angleterre, et d'abandon par les États-Unis de leur rôle de gendarme du monde, livrant ainsi une belle leçon de géopolitique.
Quant Nat, interrogé par ses collègues, diagnostique que Trump est une catastrophe ambulante, on imagine que son auteur n'est pas loin d'épouser les propos de son personnage principal.
Mené tambour battant, « Retour de service » est ma fois plus agréable à lire qu'un exemplaire du Monde Diplomatique, tout en dénonçant finalement la même dérive de nos démocraties occidentales, bien naïves devant toutes les forces qui cherchent à leur nuire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450


critiques presse (2)
LaLibreBelgique   18 juin 2020
L'écrivain britannique exprime sa colère d'Europhile dans son 25e roman, joliment troussé.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeMonde   08 juin 2020
Le Brexit ? Un sujet douloureux pour le Britannique. Mais sous influence russe ? Un sujet en or pour le maître du roman d?espionnage.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
migdalmigdal   10 août 2020
Je reviens des courses et les trouve debout dans l'entrée. Deux choses se passent alors en simultané. Un jeune Indien courtois et bien habillé s'avance et me décharge de mes sacs de courses tandis que Steff me prend dans ses bras, pose la tête sur mon épaule, se recule et s'écrie : « Papa ! Regarde, c'est Juno ! Il n'est pas formidable ? » L'Indien courtois s'avance de nouveau, cette fois-ci pour m’être formellement présenté. Entre-temps, j'ai remarqué une bague d’apparence non anodine à l'annulaire de Steff, mais avec elle, j'ai appris qu'il valait mieux attendre qu'on m’informe.

Ces dames partent en cuisine préparer la quiche. J'ouvre le champagne et je leur en apporte une coupe à chacune, puis je retourne dans le salon pour en proposer aussi à Juno, parce que je ne prends pas toujours au pied de la lettre les instructions de Steff concernant ses chéris. Il accepte sans hésiter et attend que je l'invite à s'asseoir. Voilà qui me place en territoire inexploré. Il dit craindre que tout cela ne nous ait pris par surprise. Je l'assure qu'avec Steff, rien ne nous surprend jamais, et il semble soulagé. Je lui demande pourquoi le Panama, et il m'explique qu'il est diplômé de zoologie et que le Smithsonian l’a invité à faire une étude de terrain sur les grandes chauves-souris volantes de l'île de Barro Colorado dans le canal de Panama, et Steff l'accompagne. « Mais seulement si je suis dépourvue de tout parasite, papa, intervient Steff, vêtue d'un tablier de cuisine, en passant la tête par la porte. Je dois être désinfectée par fumigation, je n'ai pas le droit de souffler sur quoi que ce soit et je ne peux même pas porter mes nouvelles chaussures sexy, hein, Juno ?

- Si, elle peut les porter, mais avec des surchaussures, m'explique-t-il. Et la fumigation, ce n'est pas vrai. Tu en rajoutes, Steff.

- Et aussi, il faut qu'on fasse attention aux crocodiles en débarquant, mais Juno me portera, pas vrai, Juno ?

- Et priver ces pauvres crocos d'un bon repas ? Certainement pas. Nous allons là-bas pour préserver la faune. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
JulitlesmotsJulitlesmots   29 juin 2020
Premières lignes…

Notre rencontre n’a été arrangée par personne. Ni par moi, ni par Ed, ni par des manipulateurs en coulisse. Je n’avais pas été ciblé. Ed n’avait pas été téléguidé. Nous n’avions fait l’objet d’aucune surveillance, discrète ou visible. Il m’a lancé un défi sportif, je l’ai accepté, nous avons joué. Rien de calculé là-dedans, pas de conspiration, pas de collusion. Certains événements de ma vie (rares ces temps-ci, je le reconnais) sont univoques. Notre rencontre en fait partie. Mon récit n’a jamais varié au fil des nombreuses occasions où on m’a obligé à le répéter.

C’est un samedi soir à l’Athleticus Club de Battersea, dont je suis le secrétaire à titre purement honorifique. Je suis assis sur un transat matelassé près de la piscine intérieure. Sous le haut plafond des immenses locaux que nous occupons dans une
ancienne brasserie, la piscine se situe à une extrémité et le bar à l’autre, reliés par un couloir qui dessert les vestiaires et les douches genrés.

Faisant face à la piscine, je suis de biais par rapport au bar, derrière lequel se situent l’accès au club, le vestibule puis la porte donnant sur la rue. Mon emplacement ne me permet donc pas de voir qui entre dans les lieux ni qui se trouve dans le vestibule à lire les affiches, réserver un court ou s’inscrire pour le tournoi échelle. Le bar est très animé. De jeunes demoiselles et leurs chevaliers servants discutent entre deux plongeons.

Je suis en tenue de badminton, short, sweatshirt et nouvelle paire de tennis montantes achetée en raison d’une douleur tenace à la cheville gauche qui me gêne depuis une randonnée dans les forêts estoniennes voilà un mois. Après une longue série d’opérations à l’étranger, je savoure cette permission bien méritée en m’employant à ignorer le nuage qui plane sur ma vie professionnelle : ma mise au rebut prévisible ce lundi. Je me répète en boucle : Eh bien soit, j’entame ma quarante-septième année, j’ai eu un beau parcours, je savais que cela finirait ainsi, alors pas de regrets.

https://julitlesmots.com/2020/06/29/premieres-lignes-retour-de-service-de-john-le-carre/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fbalestasfbalestas   24 août 2020
C'est sur la foi de cet aléa dans sa scolarité qu'il s'arrogeait le droit d'établir des comparaisons dérangeantes entre l'ascension des dictateurs européens et celle de Donald Trump. Quand on le lançait sur ce sujet, Ed était à son plus pontifiant.
Sa vision du monde ne faisait aucun distinguo entre les fanatiques du Brexit et les fanatiques de Trump. Tous racistes et xénophobes, ils vouaient le même culte à l'impérialisme nostalgique. Une fois embarqué sur ce thème, Ed perdait toute objectivité. Trumpistes et brexiteurs conspiraient pour le priver de son droit de naissance en tant qu'Européen. Si solitaire pouvait-il être par ailleurs, sur l'Europe il n'avait aucun scrupule à déclarer qu'il s'exprimait au nom de sa génération ou à critiquer la mienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
SZRAMOWOSZRAMOWO   27 mai 2020
Notre rencontre n’a été arrangée par personne. Ni par moi, ni par Ed, ni par des manipulateurs en coulisse. Je n’avais pas été ciblé. Ed n’avait pas été téléguidé. Nous n’avions fait l’objet d’aucune surveillance, discrète ou visible. Il m’a lancé un défi sportif, je l’ai accepté, nous avons joué. Rien de calculé là-dedans, pas de conspiration, pas de collusion. Certains évé- nements de ma vie (rares ces temps-ci, je le reconnais) sont uni- voques. Notre rencontre en fait partie. Mon récit n’a jamais varié au fil des nombreuses occasions où on m’a obligé à le répéter.
C’est un samedi soir à l’Athleticus Club de Battersea, dont je suis le secrétaire à titre purement honorifique. Je suis assis sur un transat matelassé près de la piscine intérieure. Sous le haut plafond des immenses locaux que nous occupons dans une ancienne brasserie, la piscine se situe à une extrémité et le bar à l’autre, reliés par un couloir qui dessert les vestiaires et les douches genrés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
miriammiriam   05 juillet 2020
Vous quittez l’Europe en prenant vos grands airs. “Nous ne sommes pas comme tout le monde, nous sommes
anglais, nous n’avons pas besoin de l’Europe. Nous avons gagné toutes nos guerres tout seuls. Sans les
Américains, sans les Russes, sans personne. Nous sommes des surhommes.” Et le grand président Donald Trump qui aime tant la liberté va sauver votre économie, à ce qu’il paraît. Tu sais ce que c’est, Trump ? – Dis-
moi. – C’est le nettoyeur des chiottes de Poutine. Il fait tout ce que le petit Vlad ne peut pas faire lui-même : il pisse sur l’unité européenne, il pisse sur les droits de l’homme, il pisse sur l’OTAN. Il nous assure que la Crimée
et l’Ukraine appartiennent au Saint-Empire russe, que le Moyen-Orient appartient aux Juifs et aux Saoudiens, et
merde à l’ordre mondial ! Et vous, les Britiches, vous faites quoi ? Vous lui taillez une pipe et vous l’invitez à
boire le thé avec votre reine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de John Le Carré (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Le Carré
"Retour de service" de John le Carré lu par François Berland I Livre audio
autres livres classés : espionnageVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'espion qui venait du froid

"L'espion qui venait du froid" est un roman d'espionnage signé...

Frederick Forsyth
Jack Higgins
Graham Greene
John le Carré

10 questions
62 lecteurs ont répondu
Thème : L'espion qui venait du froid de John Le CarréCréer un quiz sur ce livre

.. ..