AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Retour de service (38)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Kirzy
  02 juin 2020
John le Carré, 88 ans, fait preuve d'une endurance imaginative absolument remarquable avec ce roman dopé à l'esprit du temps, pimenté de références ultra-contemporaines de l'ère post-Brexit.

Nat, quinqua vétéran des services secrets britanniques, se voit proposer une alternative à sa possible fin de carrière : prendre la direction du Refuge, une sous-station du département Russie, à la fois moribonde et bizarre avec ses espions rebuts qui semblent inutiles. Peut-être une dernière chance pour Nat de laisser sa marque sur le MI6 auquel il a consacré une grande partie de sa vie. Sauf que sa rencontre avec Ed, un grand gus dégingandé et déstabilisant avec lequel il joue au badminton tous les lundis, va l'entraîner dans un enchaînement de péripéties surprenantes jusqu'à un complot géopolitique d'ampleur.

Le scénario est excellent, construit en poupées russes qui recèlent toutes des surprises, avec un virage dans le dernier tiers vraiment ingénieux et très inattendu. C'est d'une fluidité parfaite, sur les pas de Nat, sa narration à la première personne créant une proximité et un attachement immédiats avec le lecteur. Tous les personnages sont formidablement campés et leurs interactions, heureuses ou pas, priment presque sur l'action à proprement parler.

Bien sûr, les services secrets britanniques sont toujours chez John le Carré en pleine déchéance, rongé par de petites rivalités entre collègues et services, sur-promouvant les médiocres ou les corruptibles, gaspillant les talents. Bien sûr, les thématiques obsessionnelles de l'auteur sont bien présentes : manigances et secrets d'Etat, trahison et loyauté, idéaux politiques soumis à rudes épreuves face aux fragilités humaines.

Mais ce qui ressort de ce roman, c'est sa truculence et sa mélancolie.
Sa truculence, car John le Carré régale le lecteur d'une plume pleine de verve, très ironique pour dire la crise de foi politique de notre époque, entre désespoir et incrédulité face au Brexit. Cette verve explose dans les dialogues, tous formidables, crépitants d'énergie et de drôlerie. Par exemple cette diatribe sur Trump qui sort de la bouche d'Ed, le personnage exutoire :

« Trump, c'est le balayeur de chiottes de Poutine. Il fait tout ce que le petit Vlad ne peut pas faire lui-même : il pisse sur l'unité européenne, il pisse sur les droits de l'homme, il pisse sur l'OTAN. Il nous assure que la Crimée et l'Ukraine appartiennent au Saint-Empire russe, que le Moyen-Orient appartient aux Juifs et aux Saoudiens, et merde à l'ordre mondial ! Et vous, les Britiches, vous faites quoi ? Vous lui taillez une pipe et vous l'invitez à boire le thé avec votre reine. Vous prenez notre argent et vous le lavez pour nous. Vous nous accueillez uniquement si on a assez d'envergure en tant qu'escrocs. Vous nous vendez la moitié de Londres. Vous vous lamentez quand on empoisonne nos traîtres et vous dites s'il vous plaît, s'il vous plaît, chers amis russes, faites du commerce avec nous. »


Sa mélancolie aussi. Il n'est pas beau, donc le nouveau Monde post-Brexit avec les agissement glaçants du trio Johnson-Trump-Poutine. Tout l'enjeu pour Nat, dans ce monde-là, est de trouver un moyen pour conserver son intégrité morale alors qu'il a perdu toute illusion sur le MI6 qu'il sert. En fait ce roman est profondément désenchanté au-delà de ses saillies satiriques drolatiques. Désenchanté mais qui trace une ligne morale, une droiture, celle de la force du choix individuel, de la liberté dont chacun soit s'emparer pour ne pas laisser le pessimisme le plus sombre gangréner ce monde. Les derniers chapitres sont très intéressants, mettant en scène la force de cette liberté individuelle lorsqu'elle s'allie à une autre ou plusieurs.

Lu dans le cadre du Club VIP Bepolar.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1155
Archie
  22 juillet 2020
Je n'avais pas relu John le Carré depuis des décennies. Dans les années soixante, cet ancien agent des services secrets britanniques avait révolutionné la littérature d'espionnage et connu rapidement une consécration mondiale avec l'un de ses premiers romans, L'Espion qui venait du froid (1964).

John le Carré a puisé son inspiration dans ce que l'on appelait la guerre froide et ses entrelacs de réseaux plus ou moins opaques de renseignement, de noyautage et de manipulation, orchestrés d'un côté du rideau de fer par les démocraties à l'Occidentale, et de l'autre par le bloc soviétique. A l'opposé des agents secrets playboys et cascadeurs ou des espionnes au galbe de séductrices fatales, les personnages de John le Carré principaux sont d'apparence banale. Les fictions mettent en valeur la réflexion et les discussions feutrées, où l'analyse géopolitique, la stratégie d'influence et la manoeuvre psychologique ont la primauté sur l'opération spéciale. Une littérature plus intellectuelle que spectaculaire, ce qui n'a pas empêché certains de ses livres d'être des best-sellers.

À quatre-vingt-huit ans, John le Carré sort un vingt-cinquième roman, dont le titre français Retour de service est particulièrement bien trouvé, puisque le personnage principal et narrateur, prénommé Nat, est à la fois un pratiquant assidu de sport de raquette – en l'occurrence le badminton, où il excelle – et un vétéran des services actions à l'étranger, en attente de reconversion dans un poste de management à la direction centrale, à Londres.

Dans son club londonien, Nat se voit défier au badminton par un jeune homme timide prénommé Ed. En l'espace de quelques mois, Nat jouera avec lui plusieurs parties, suivies d'un verre au bar du club, occasion pour les deux hommes d'échanger des propos qu'ils pensent sans importance. Mais voilà qu'au cours d'une opération complexe de retournement d'un transfuge, avec l'objectif de transformer un agent double en agent triple, l'activité de badiste (*) de Nat va se télescoper avec sa vie d'officier du contre-espionnage. de vraies-fausses révélations en rebondissements inattendus, la situation pourrait devenir compliquée pour lui…

J'ai aimé retrouver le style de narration de John le Carré, un peu désuet, très british, au demeurant très fluide et agréable à lire. L'auteur multiplie les digressions dont on ne sait jamais s'il s'agit de badinages accessoires ou de faits à garder en mémoire en prévision de développements futurs. On se sent quelque peu perdu dans le fil de la narration, et même carrément baladé, les intentions de Nat étant parfois confuses. Mais peu importe, ce n'est jamais ennuyeux.

Les personnages restent conformes à la vision de l'auteur. Les agents et les dirigeants des services de contre-espionnage sont des cadres et des cadres supérieurs, tel qu'on en rencontre dans l'Administration et dans les grandes sociétés privées : en parallèle de leurs missions, ils ont des vies de famille compliquées, un patrimoine personnel à faire fructifier, une santé qui les préoccupe, des états d'âme qui les rongent. Ce ne sont pas des héros.

Sur le fond géopolitique, tout a changé, mais rien n'a changé. La guerre froide appartient à l'Histoire, mais la Russie de Poutine, toute postsoviétique qu'elle soit, n'a pas perdu ses propensions à l'entrisme, ce qui oblige, pour le contrecarrer, à mobiliser la meilleure part des services secrets anglais. Et bien qu'en ces temps de Brexit, le Gouvernement de Sa Majesté cherche à s'adosser aux Américains, entre services opérationnels, ça reste un éternel « je t'aime moi non plus ». L'auteur en profite pour dire, sans mâcher ses mots, ce qu'il pense du Brexit, de Boris Johnson, et de Donald Trump.

Sur le terrain, chacun fait donc un peu ce qu'il veut, car les cadres ont une conscience propre, des convictions personnelles… et des intérêts particuliers. La plupart sont capables de trouver un compromis quand il faut tenir compte d'opinions contradictoires. Mais leur autonomie se heurte à la raideur de la bureaucratie, où les réactions sont marquées par un mélange de philosophie du soupçon et de principe de précaution, quand ce n'est pas par de simples réflexes comptables de limitation des dépenses. Décidément, le monde des espions est terriblement semblable au nôtre.

(*) Badiste : joueur de badminton.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
SZRAMOWO
  31 mai 2020
Une leçon de géopolitique comme on les aime, dans son dernier roman, John le Carré met son talent, sa connaissance des relations internationales au service d'une idée : La Défense des valeurs de la démocratie, de l'Europe et de l'éthique dans les relations entre pays.
Pour cela, il crée des personnages hautement symboliques, Nat, l'agent britannique, Anatoly de son vrai nom, né à Paris d'un père écossais d'une mère fille de Russes blancs.
Prudence, son épouse "avocate associée dans un cabinet londonien établi de longue date, spécialiste des affaires à forte composante humaine et surtout des dossiers pro Bono."
Proche de la cinquantaine, Nat est rappelé par le bureau à Londres et hérite d'un placard qui ne satisfait pas son sens du service et le respect des valeurs qu'il a toujours recherché dans son travail. Il n'est pas un salaud.
Mais voilà, depuis l'époque ou avec Prudence ils étaient en poste à Moscou les choses ont changées.
Trump, Poutine, le Brexit perturbent le jeu des forces en présence et Nat n'y retrouve plus ses petits.
Sa rencontre avec Ed Shannon, un jeune anglais germanophile et europhile va le conduire dans un imbroglio relationnel dont il ne sortira pas indemne.
Il est assez rare que des romans de John le Carré flirte aussi impudiquement avec l'actualité et ça ne peut que réjouir le lecteur (je dis cela pour éviter de dire ça ne peut que me réjouir).
Les propos qu'il met dans la bouche d'Arkady, un ex agent double que Nat a retourné dans le passé, à propos du Brexit sont éloquents :
"Et le grand président Donald Trump qui aime tant la liberté va sauver votre économie, à ce qu'il parait. Tu sais ce que c'est, Trump ?
- Dis-moi ?
- C'est le nettoyeur des chiottes de Poutine. Il fait tout ce que le petit Vald ne peut pas faire lui-même : il pisse sur l'unité européenne, il pisse sur les droits de l'homme, il pisse sur l'OTAN. Il nous assure que la Crimée et l'Ukraine appartiennent au Saint-Empire russe, que le Moyen-Orient appartient aux Juifs et aux Saoudiens, et merde à l'ordre mondial ! Et vous, les Brioches, vous faites quoi ? Vous lui taillez une pipe et vous l'invitez à boire le thé avec votre reine. Vous prenez notre argent et vous le lavez pour nous. Vous nous accueillez uniquement si on a assez d'envergure en tant qu'escrocs. Vous nous vendez la moitié de Londres. Vous vous lamentez quand on empoisonne nos traîtres et vous dites s'il vous plaît, s'il vous plaît, chers amis russes, faites du commerce avec nous."
Nat est partagé entre la vision de son ami Arkady, celle du jeune Ed qui n'en est pas loin et celle du bureau qui en tout temps a toujours adopté le principe "réal politic" qui le conduit à ménager la chèvre et le chou.
A sa manière, et dans le cadre des limites qui lui sont imposées par le bureau, Nat (n'oublions pas qu'il est un joueur de badminton affuté) va jouer de sa connaissance des langues, des cultures européennes pour retourner la situation à son avantage et éviter les dégâts humains dont le bureau se soucie peu.
Du grand, du très grand John le Carré. Un livre noir et pessimiste sur l'état actuel du monde qui laisse filtrer une lueur d'optimisme en démontrant que seule la rébellion des individus pourra éviter de subir l'ordre que les nouveaux dictateurs cherchent à imposer au détriment de la morale et de l'éthique !
A lire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
Nat_85
  02 juin 2020
Je tiens à remercier les éditions du Seuil pour l'envoi de ce roman.

Talentueux auteur de romans d'espionnage, John le Carré revient à l'âge de 88 ans avec » Retour de service « publié en ce mois de mai 2020 aux éditions du Seuil. Né en 1931, David John Moore Cornwell, dit John le Carré, est un romancier britannique. Durant les années 1950 et 1960, Cornwell a travaillé pour le MI5 et le MI6 pendant la guerre froide et a commencé à écrire des romans sous le pseudonyme de « John le Carré ». Dans son nouveau roman, l'auteur nous plonge au coeur des services du renseignement de Sa Majesté, à l'heure du Brexit, au moment où la Grande-Bretagne cherche de nouveaux alliés entre les manipulations de Trump d'un côté et les agissements souterrains de Poutine de l'autre.

p. 67 : » – […] pour la Grande-Bretagne comme pour l'Europe et la démocratie libérale dans le monde entier, le Brexit pendant l'ère Trump et la dépendance totale que la Grande-Bretagne va avoir envers les Etats-Unis , qui sont entrain de plonger dans le racisme institutionnel et le néofascisme, c'est un méga boxon à tous points de vue. «

À 47 ans, Nat est un ancien membre des services de renseignement britanniques et champion de badminton à l'Athletic Club de Battersea. Marié à Prudence, une ancienne spécialiste de la contre-surveillance, elle s'est reconvertie et traque désormais les agissements des grandes multinationales pharmaceutiques dans un cabinet d'avocats à Londres.

p. 23 : » Pendant plus de deux décennies, d'abord avec Prue puis sans elle, j'ai servi ma souveraine sans couverture diplomatique ou consulaire à Moscou, Prague, Bucarest, Budapest, Tbilissi, Trieste, Helsinki et dernièrement Tallinn, pour recruter et gérer toutes sortes d'agents secrets. «

Comme tous les lundis soir depuis son retour à Londres, Nat se bat pour conserver son titre de champion de badminton, pendant que Prue consacre cette soirée au bénévolat. Mais lorsqu'un certain Ed lui propose de se confronter à lui, Nat pourtant formé à l'analyse et la détection de comportements suspects, ne sait quoi penser de lui.

p. 12 : » Je vous ai regardé jouer, ok ? Et j'ai battu un ou deux types que vous avez battus et aussi un ou deux qui vous ont battu. Je crois bien que je pourrais vous donner du fil à retordre. Sérieusement. Très sérieusement, voilà. «

Dans le même temps, Dom – son ancien chef de station à Budapest et nouveau directeur du Central de Londres lui propose une nouvelle mission.

p. 32 : » – Tu as bien dit » station externe russe basée sur notre sol et restée trop longtemps dans l'ombre » ? La seule que je connaisse, c'est le Refuge, et ce n'est pas une station externe, c'est une station annexe moribonde sous l'égide du Central Londres qui sert de dépotoir pour les transfuges sans valeur qu'on a réinsérés et les informateurs de cinquième zone qui partent en vrille. Aux dernières nouvelles, le Trésor était sur le point de le fermer, mais ils ont dû oublier. C'est vraiment ça que tu es en train de me proposer ? «

Mais aucune rencontre n'est hasardeuse ni les faits un simple concours de circonstance. Tous ont une couverture qu'ils prennent tant à coeur qu'elle se confond avec leur réelle identité ; le mensonge est omniprésent. Les espions sont à la merci des services de surveillance du contre-espionnage. Tout est lié. Personne n'est à l'abri. Personne n'est innocent. C'est une bataille intérieure incessante entre la conscience et le devoir.

John le Carré exploite les failles d'un Brexit à venir, profitant de cette instabilité politique et économique pour y construire son intrigue. L'auteur s'amuse avec son lecteur en usant de nombreux indices trompeurs, de personnages obscurs et tout cela sur fond d'espionnage. Sans contexte, la mayonnaise prend, ses astuces narratives sont efficaces et l'intrigue soignée. L'utilisation du badminton comme métaphore est très astucieuse ! Tout au long du roman, John le Carré s'en sert pour comparer les qualités nécessaires à la pratique de ce sport tout comme elles sont nécessaires à un bon espion : réflexe, patience, stratégie, feinte et réactivité. » Retour de service « s'est révélée une lecture passionnante !
Lien : https://missbook85.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
Julitlesmots
  30 juin 2020
L'intrigue débute en 2018, juste avant le référendum sur le Brexit et la visite de Trump, sous un gouvernement conservateur, dont le ministre des Affaires étrangères (Boris Johnson) est, selon Nat, aussi ignorant qu'un âne. Nat et Ed, après chaque match de badminton, discutent politique, enfin, c'est surtout Ed qui parle en ardent défenseur de l'Europe. Il donne libre cours, à sa haine de Trump, de Poutine, et « des profiteurs bourrés de fric se faisant passer pour des hommes du peuple qui mènent le pays vers le précipice« . Ils, veulent saboter l'Union européenne, tandis que la Grande-Bretagne, s'est définitivement résolue à n'être plus que le « toutou » d'un président américain fasciste, lié aux fondamentalistes religieux. Voilà, on est rapidement dans le bain et dans la tonalité de cette lecture.

Je connaissais John le Carré de réputation, et j'étais donc très heureuse de pouvoir découvrir son 25ème livre. Il a une carrière prolifique et sa renommée n'est plus à faire dans le domaine du roman d'espionnage. À l'heure de la consommation « fast-food » et de la digestion rapide, lire un John le Carré, conduit nécessairement à prendre son temps ! Ce n'est pas une lecture qu'on ingurgite à la va-vite. Non pas par l'intrigue, première couche qui ne dévoile pas grand-chose, mais bien par la construction et la profondeur du propos.

John le Carré, sait de quoi il parle, il prend le temps de poser les jalons avant de divulguer ses cartes. Comme il a certainement dû le faire du temps de la guerre froide, puisqu'il a lui-même été espion au service de sa majesté. À l'image des espions du bureau des légendes, John le Carré, dresse un portrait, bien réel de l'espionnage, loin des scènes explosives, que l'on peut retrouver dans certaines lectures.

Ici point de surenchère, il prend le temps de poser les bases, mais surtout de les coller à la réalité. Ce qui pourrait être un handicap pour le lecteur actuel, plus habitué à l'action, a été pour moi une plongée dans ce flegme tout britannique, qui prend le temps d'analyser les situations, d'observer avant d'agir.

Sous couvert de roman d'espionnage, John le Carré nous plonge en plein Brexit, avec des ramifications géopolitiques insoupçonnables, à l'actualité déroutante des relations internationales biaisées par la « folie » de Trump et la paranoïa de Poutine.

Europhile convaincu, il ne prend pas de pincettes, à travers son personnage principal, pour dire ce qu'il pense du Brexit et de ces hommes politiques qui dirigent le monde, notamment à travers des dialogues d'une grande vivacité et à l'humour qui m'a vraiment séduite.

John le Carré tire habilement les ficelles pour diriger le lecteur dans un imbroglio d'intrigues, l'obligeant ainsi à ne pas baisser la garde, notamment grâce aux pistes trompeuses, et aux personnages obscurs. C'est du bon polar d'espionnage, c'est jouissif et jubilatoire.
Lien : https://julitlesmots.com/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
musemania
  17 juin 2020
Eminent spécialiste en la matière, John le Carré a travaillé pour les services de renseignement anglais durant la Guerre Froide. Depuis plus de 50 ans, il se consacre à l'écriture. Mieux vaut tard que jamais pour que je me plonge dans l'un de ses bouquins. C'est donc chose faite et cette lecture m'a beaucoup plue.

« Retour de service » est le parfait roman d'espionnage. Certains lecteurs n'adhèreront pas à ce domaine si particulier et à ce style d'écriture tout à fait singulier. Pour ma part, j'ai adoré. Je m'y suis retrouvée très vite en plein dans cette atmosphère secrète à peine quelques pages lues. Même si l'action se déroule à notre époque, c'est entouré d'une aura très révélatrice des films et livres d'espionnages qu'on a pu voir ou lire se déroulant du temps de la Guerre Froide.

C'est une plongée dans les arcanes de la géopolitique mondiale. Ce sont des couloirs cachés aux communs des mortels où très peu de gens y ont accès, tant la culture du secret doit y être maintenue. Doté d'un humour très british, le héros principal Nat est un dandy sur le retour, élégant par son style mais n'ayant pas sa langue dans la poche. Chacun des personnages trouve sa place.

Ce que j'ai trouvé très appréciable dans ce livre, ce sont les questions si actuelles que traite l'auteur puisque l'on est en plein Brexit où les deux camps (pro et anti) se font encore face. Trump et Poutine se partagent l'échiquier mondial. Autre sujet présent qui n'est pas laissé pour compte : les lanceurs d'alerte. Et tout cela est finement analysé.

Agréable à lire par sa justesse et sa crédibilité, ce thriller d'espionnage m'a projetée au coeur de la City, en compagnie de Nat, Prue, Ed et Florence. Habilement écrit et décrit, ce milieu si particulier vous électrisera même si vous n'êtes pas un féru, voire un adepte de la politique. le final est peut-être un peu commode à mon goût mais il n'a en rien entaché mon plaisir de lecture.

Je remercie les éditions Seuil et BePolar.fr pour l'envoi de ce livre.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Killing79
  22 juin 2020
« Retour de service » est un peu aux thrillers modernes ce que « le bureau des légendes » est aux séries télévisées actuelles. C'est un roman qui traite de l'espionnage avec un grand classicisme. L'auteur ne cherche pas nous impressionner mais se concentre plutôt à coller au maximum à la véracité des faits. Alors bien sûr, le rythme est lent, on ne croise pas de course poursuite, d'échanges de tir, de rebondissements mais seulement la réalité d'un métier de l'ombre.

De par son ancien métier d'espion, John le Carré possède toutes les connaissances nécessaires pour nous plonger au coeur du quotidien du renseignement britannique. Malgré son âge avancé, l'écrivain a su gardé son humour anglais avec lequel il lance certaines attaques. Derrière cette histoire d'agents doubles, il s'en prend à la politique d'aujourd'hui et à ses représentants. Il n'a pas sa langue dans sa poche lorsqu'il faut critiquer le Brexit ou Donald Trump. A travers ses personnages, il donne sa vision de notre monde.

Il en profite aussi pour parler du côté personnel de ces serviteurs de l'état. Il veut nous montrer la face cachée de ces missions souvent fantasmées par la littérature et le cinéma. On découvre alors le un agent qui doit constamment jongler entre son devoir et sa famille. Une vie de mensonges est parfois lourde à porter.

A l'heure de la surenchère artistique, je conçois que ce roman puisse déplaire à certain.e.s lecteur.rice.s. J'ai pour ma part pris un grand plaisir avec le réalisme des situations et du scénario. L'écriture de haut niveau de John le Carré et sa maîtrise de la narration font de ce livre une lecture exigeante et fascinante à la fois. J'ai eu l'impression de lire une histoire intelligente, vraie, en dehors des standards actuels, avec pour seul objectif : la littérature.
Lien : http://leslivresdek79.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Sharon
  20 juin 2020
Les espions, cela n'existe plus. On n'en voit plus, on n'en parle plus, sauf James Bond, inoxydable. D'ailleurs, la période de la guerre froide est derrière nous, et des oeuvres comme La maison Russie d'un certain John le Carré ne pourrait plus être écrite de nos jours.
Est-ce si simple ? Bien sûr que non. Prenons Nat, espion quasiment à la retraite, et qui n'a pas vraiment envie de se retrouver au placard, dans un obscure service. Il a encore moins envie de devenir formateur. Rien n'aurait dû se passer, à moins de constituer le cercle des espions disparus, tout en gardant un oeil sur une source possible – enfin, ce n'est pas tant Nat qui le fait, que Florence, une stagiaire pleine de vie et de volonté, qui ne demande qu'à être utile à son service et à son pays.
Seulement, les temps ont changé – oui, je me répète – et il n'est pas question de froisser qui que ce soit, ou de se lancer dans une opération trop onéreuse. Après tout, tout va bien, non ? Non, bien sûr : l'Angleterre est en plein Brexit, et doit trouver sa place en dehors de l'union européenne, tout en maintenant des liens avec elle. Il faut faire aussi avec Trump d'un côté, Poutine de l'autre, et les remarques sur l'un et sur l'autre sont assez caustiques, et lucides.
Mais qui les fait ? Nat ? Non, même pour un agent en semi-retraite, ce n'est pas vraiment son rôle. Celui qui les fait, c'est Ed, son partenaire au badminton, lui qui est venu exprès pour se mesurer à lui, en un singulier combat. Les deux hommes pourraient presque nouer des liens d'amitié, n'était… la différence d'âge ? le fait que Ed, mis à part sa germanophilie et sa haine de Trump ne se livre pas tant que cela ?
L'écriture est rétrospective et c'est après que tout aura échoué (ou réussi, selon les points de vue) que nous découvrirons l'histoire. Glamour ? Non. Aventureuse ? Oui. L'espionnage n'est pas simple, et repose avant tout sur l'habilité à cacher ce que l'on est vraiment, et à faire croire à l'autre que l'on est…. Qui au juste ? Pas facile à déterminer. L'espionnage est un travail d'équipe, l'espionnage nécessite d'être toujours sur le qui-vive, de ne faire confiance à presque personne, d'avoir une excellente mémoire, et d'être attentif à ce que les apparences peuvent cacher. Vaste programme qui nous est ici montré. Nat a eu la chance de pouvoir toujours compter sur Prue, sa femme, avocate des causes pas gagnées d'avance, parfaite épouse d'espion dans le sens où elle s'est tenue à l'écart des jeux d'espion – tout en sachant parfaitement en quoi il consistait et en épaulant son mari.
Un excellent livre d'espionnage so british – qui peut faire mieux que John le Carré dans ce domaine ?
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
motspourmots
  28 juin 2020
Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais plongée dans les labyrinthes du Renseignement britannique dont John le Carré est sans aucun doute le meilleur guide. Mais, faute de nouvel épisode de James Bond terrassé comme tout le monde par le virus, ce Retour de service m'a semblé particulièrement approprié pour terminer en beauté le mois anglais. Et je ne me suis pas trompée. Comme d'habitude, c'est subtil et addictif avec une réelle portée politique et sociétale, ce que j'aime chez le Carré ; j'ai encore en mémoire les dénonciations des abus des laboratoires pharmaceutiques dans La constance du jardinier. Ici, l'auteur interroge avec brio la notion de patriotisme, sur fond de Brexit, de Trumpisme et de réorganisation politique en Europe. le point de vue qu'il nous offre sur le monde, par l'intermédiaire d'un vétéran des services secrets qui le contemple comme il le ferait d'un jeu d'échecs est à la fois instructif et glaçant. Heureusement, l'ironie, si chère aux esprits anglais est là pour nous rappeler que nous pouvons encore peut-être garder le contrôle.

C'est Nat qui a la parole. A quarante-sept ans, le voici de retour à Londres après de multiples postes sous couverture et sur le terrain ; alors qu'il s'attend à être mis sur la touche, on lui confie la direction du Refuge, une sorte de dépendance du département Russie, pas très reluisant. Ce qui lui laisse du temps pour s'adonner à son passe-temps favori, le badminton (ce qui n'est pas anodin : "Le badminton, c'est de la subtilité, de la patience, de la vitesse, des remontées impensables. (...) Les badistes sont généralement des solitaires qui ne cultivent guère la convivialité. Pour les autres sportifs, nous sommes un peu bizarres et sans amis"). C'est d'ailleurs à son club qu'il est un soir abordé par Ed, un jeune homme qui tient absolument à jouer avec lui. Après quelques parties, une relation se noue, Ed, très remonté contre son époque déverse ses sarcasmes anti-trump, anti-brexit, Nat l'écoute d'une oreille amusée tout en s'investissant dans une opération initiée par l'un de ses agents, Florence qui semble avoir levé un lièvre au cours de la surveillance d'un agent dormant. de manière inexplicable, les trois vont se trouver pris dans un enchaînement d'événements dont ils étaient loin d'avoir perçu les véritables enjeux ; et il faudra tout le savoir-faire de Nat et l'ingéniosité de sa femme, Prue pour s'extraire de la nasse.

Tiens, Prue. Je crois que c'est mon personnage préféré. Elle est étonnante, avocate spécialisée dans les actions contre les laboratoires pharmaceutiques (décidément...) elle a d'abord séjourné avec Nat lors de ses premières missions avant de préférer s'installer à Londres. Très aguerrie aux méthodes des services de renseignements, peut-être plus espionne qu'une vraie, intelligente, pleine d'humour (rien que cette répartie lorsque Nat lui propose d'inviter Ed à la maison pour lui présenter : "J'ai comme l'impression que vous vous faites beaucoup de bien l'un à l'autre, mon chéri. Garde-le donc pour toi et laisse-moi en dehors de tout ça"), elle forme avec Nat un couple équilibré comme on aimerait en voir plus souvent. Un vrai bonheur. Au-delà des personnages et de l'intrigue, tout est dans le ton qui oscille entre la chronique d'un monde devenu fou et la satire alors qu'une pointe d'humour et de flegme irrigue chaque page. le maître-mot de ce texte est le patriotisme, un mot que le Carré semble placer sur le volant de son jeu de badminton, un mot qui sort de ce livre complètement essoré par les coups de raquettes. Quant au lecteur, il termine plutôt essoufflé par la tension qui va crescendo jusqu'aux dernières lignes. Et un peu inquiet aussi, de la façon dont on lui a montré le monde.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
GuyMontag
  03 juin 2020
Tout a déjà été dit dans les excellentes autres et précédentes critiques : ce roman est un bon John le Carré. Je ne le qualifierai pas d'excellent, car la fin me dérange. Ne lisez pas si vous ne voulez pas vous faire divulgâcher la fin du livre : mais enfin, qu'est-ce qui a pris le Carré de nous torcher une fin pareille ?
J'ai l'impression que ce qui importait surtout à John le Carré c'était de balancer ses vérités sur Trump, Poutine, le Brexit, l'incurie des services secrets de sa très gracieuse Majesté. Et peut-être aussi de faire passer un message à l'Europe par le biais du roman ? Quand il faut à tout prix protéger ses sources, on ne peut pas forcément publier une information sensible dans un journal, dès lors le roman s'avère un excellent moyen. le message le plus important, le plus fort que nous fait passer John le Carré est le résumé du document « Jéricho » :
« ce qu'il a lu était la preuve indiscutable d'une opération secrète anglo-américaine déjà au stade de la planification avec le double but de saper les institutions sociales-démocrates de l'Union européenne et de démanteler nos tarifs douaniers internationaux, dit-elle avant de prendre une nouvelle inspiration, puis de continuer. Dans l'ère post-Brexit, la Grande-Bretagne aura désespérément besoin d'intensifier ses relations commerciales avec les États-Unis. Les États-Unis sont d'accord pour répondre aux besoins de la Grande-Bretagne, mais en y mettant leurs conditions. Une de ces conditions sera une opération secrète conjointe pour recruter par la persuasion (chantage et pots-de-vin compris) des officiels, des parlementaires et des faiseurs d'opinion de l'establishment européen. Et aussi de propager des fake news à large échelle pour exacerber les différends existant entre les États membres de l'Union. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'espion qui venait du froid

"L'espion qui venait du froid" est un roman d'espionnage signé...

Frederick Forsyth
Jack Higgins
Graham Greene
John le Carré

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : L'espion qui venait du froid de John Le CarréCréer un quiz sur ce livre

.. ..