AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Perrin (Traducteur)
ISBN : 2021027686
Éditeur : Seuil (07/04/2011)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.21/5 (sur 150 notes)
Résumé :
Printemps 2009. Sur l’île d’Antigua. Un oligarque russe, menacé par des rivaux avec l’appui du Kremlin, décide de livrer sa connaissance intime des circuits internationaux du recyclage de l’argent mafieux en échange de la protection des services secrets de sa Majesté et de la possibilité d’être accueilli avec sa famille en Angleterre. L’oligarque, dépeint d’une manière qui lui attire, au moins en partie, la sympathie du lecteur, mobilise à cet effet un jeune couple ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
08 avril 2012
Une nana, bien roulée, cheveux mouillés, bikini jaune, qui sort de l'eau turquoise sur une plage de sable fin, un soleil bronzé, et James Bond, sourire espiègle, biceps saillant, qui la mate à l'ombre d'un cocotier un verre de Martini-Vodka à la main. Voilà ma conception de l'espionnage. Peu importe la plage d'ailleurs, l'île m'apporte exotisme et femmes dénudées. Cela me convient…
D'ailleurs peu importe la femme, même… du moment qu'elle soit bien roulé, qu'elle soit en bikini, qu'elle m'accompagne d'un cocktail exotique avant de se retrouver dans ma chambre. Elle peut être russe et blonde, rousse et anglaise ou brune et caribéenne, le principal étant que dans tout roman d'espionnage, elle alimente les fantasmes des espions et de moi-même sur une île sauvage où les pulsions sexuelles font battre mon coeur au rythme d'une Austin Martin à plein régime sur l'autoroute d'une corniche escarpée.
D'ailleurs peu importe l'île, aussi… Les Caraïbes ou les Canaris. Direction Antigua. le soleil, les nanas, les cocktails… Et sur cette île, il y a un gros ours, genre montagne russe, crane luisant, ventre imposant, carrure à la ex-soviétique élevé au caviar et à la viande de bison. Un ours avec sa femme, ses marmots et ses gardes du corps patibulaires, un court de tennis, Gail et Perry jeune couple anglais (magnifique Gail, pas espionne mais prête à entretenir mes lamentables fantasmes libidineux, sa silhouette, son galbe, ses jambes fines et sa petite jupette blanche qui s'envole à chaque service). le tennis, ce n'est pas vraiment ma passion, ni même ma tasse de Darjeeling (à part pour admirer je jeu de jambes des soeurs Williams ou la nymphette russe Anna Kournikova). Passons donc, j'assisterai quand même à la finale de Roland-Garros où le maître esthète Federer était encore tout puissant sur la fine poussière de terre battue.
Au fait, ce russe est le grand manitou du blanchiment d'argent, le Number 1 de l'écoulement de l'argent sale à travers toute la planète. C'est ça la mondialisation de l'économie. D'ailleurs, j'y apprendrai pas mal sur le sujet, sans y percevoir l'aspect insipide et soporifique des sciences économiques. Un sujet très intéressant, aussi vaste que les caves de l'île de Skye. Toujours est-il que ce russe a chaud aux fesses (sans aucune connotation avec un quelconque jeu sexuel) et que fermement décidé à passer la main – avant l'arme à gauche – se ‘rend' aux services secrets britanniques – de vrais gentlemen avec le sens abouti du fair-play à la mode anglaise – par l'intermédiaire des jeunes espions ‘novices' Gail et Perry.
Les espions de John le Carré n'ont rien à voir avec l'esprit ‘joli coeur' version cinématographique de sieur Ian Fleming. Ici, ils ont une conscience. Ils sont paranos. Ils connaissent la vie, les rouages de la politique, les déflagrations budgétaires, les fulminations administratives. Leur grand écran est celui de la vie, du concret, de la réalité. Il n'y a que dans un film où le ‘héros' au charme certain préfère un Vesper « shaken, not stirred » à un single malt de l'île de Skye.
Avec cette chronique, je ne serai peut-être pas nominé pour le Prix Pulitzer, mais je tiens quand même à mon discours de remerciement en bon et due forme.
1. Je tiens à remercier Gail qui a ensoleillé malgré son teint anglais cette lecture. Sans Gail, la vie serait plus fade et c'est un sacré bout de femme. Si Perry pas l'épouser moi lui saute dessus (enfin sur Gail, pas Perry).
2. Je tiens, secondement, à remercier les éditions Points – par l'intermédiaire de Babelio – qui m'ont filé ce livre en échange d'une petite contribution littéraire à haute teneur intellectuelle sur ce bouquin.
Je ne suis pas forcément le meilleur public pour les romans d'espionnage (James Bond pour moi se limite presqu'aux bikinis des James Bond Girls – je suis très ‘fashion'). En plus, dans un temps aussi lointain que la présence d'un Tyrannosorus Rex sur ma platine CD, j'avais déjà feuilleté un roman de John le Carré – « Notre Jeu » – roman d'espionnage du maitre qui ne m'avait guère convaincu et dont les souvenirs semblent irrémédiablement noyé dans ma bouteille de Speyside – à l'époque, je n'avais pas de single malt de l'île de Skye. Donc lorsque les éditions Points – par l'intermédiaire de Babelio – me proposèrent ce deal, je me suis posé cette question : est-ce que le traitre serait à mon goût ? D'un autre côté, j'ai si bien apprécié les transpositions cinématographiques de certains de ses romans – pour les citer : « le Tailleur de Panama » avec l'ex-James Bond Pierce Brosnan et « La Constante du Jardinier » avec Ralph Fiennes – que l'envie me titillait l'esprit (à défaut d'être titillé ailleurs par des corps moulés et mouillés émergeant de l'eau) de me plonger dans une nouvelle lecture de John le Carré.
3. [...]
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
iris29
14 juillet 2016
En vacances dans les Caraïbes, Gaïl et Perry font une partie de tennis, quand le talent de ce dernier est repéré . Il est invité par Dima, à échanger quelques balles . Celui-ci, et sa famille se font de plus en plus collants et invitent le couple à une soirée . Bien malgré eux, Gaïl et Perry vont se retrouver embringués dans quelque chose qu'ils n'avaient pas prévus . Dima est un haut représentant de la mafia Russe .Contactés par les Services Secrets Anglais , le couple va devoir collaborer .
Bon, raconté comme ça , ça a l'air bourré d'action, de suspens ... ? Bof, bof !J'ai lu mieux .
Lorsque j'étais ado , j'ai lu énormément de romans d'espionnage , j'aimais l'action, le suspens et la sensation de comprendre le monde , celui dont " ♫ on nous cache tout, on nous dit rien ♫".
Récemment j'ai vu l'excellent film "La taupe" adapté d'un roman de le Carre , et j'ai eu envie de me replonger dans un de ses livres . Soit , c'est moi qui ai changé (genre plus blasée ...) , soit ce roman est vraiment plat . J 'ai trouvé ça très gentillet comme histoire d'espionnage . Aucun suspens, pas d'intrigues compliquées, une psychologie des personnages des plus sommaire ... Rien de "bouleversifiant ". "Un traitre" , un chouïa insipide comme goût pour moi ...mais d'autres palais apprécieront ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
mariecesttout
15 février 2014
"Ma conclusion d'expert, assène-t-il, est que, en tant que grande nation, nous souffrons de pourriture managériale du sommet à la base."
De quelle grande nation nous parle cet Hector, des services secrets britanniques? Et bien, de la sienne, bien sûr..
La rencontre d'un couple de jeunes anglais avec un mafieux russe en très mauvaise posture.
C'est vrai qu'il y a un côté peut-être un peu caricatural dans certains portraits , notamment de celui de ce jeune couple britannique.
Mais j'ai retrouvé le John le Carré tel qu'il est depuis un certain temps. En colère. Et si les écrivains ne se mettent pas en colère, qui va s'y mettre. Enfin, pour commencer..
Mais une colère à l'anglaise, pleine d'ironie et d'humour, assez noir , mais quand même, toute en allusions.
L'empathie, c'est pour ce mafieux russe qu'il l'exprime, pour ce qui l'a amené là,et pour l'enchainement inéluctable de certains parcours de vie . de ceux qui amènent à se retrouver à la Kolyma à 14 ans, ou emprisonné dans une grotte à Bogota. Ou à aller voir son fils deux fois par semaine en prison.
Avec un récit encore une fois très construit .
Avec, et il est très fort pour cela, encore une fois une fine analyse des rapports de force entre les personnages.
Ce qui fait une oeuvre, finalement.
J'ai appris un peu plus ce qu'étaient les vors à la Kolyma.
J'ai appris à quoi pouvaient servir certaines loges à Roland Garros, ça alors!
Je n'ai pas appris qu'en matière de blanchiment d'argent, la ville de Londres n'avait pas à rougir.
Quant à la fin.. Logique, non?
Elle m'a rappelé un évènement similaire survenu il y a quelques années en Polynésie française. Jamais de preuves, bien sûr,et il n'y en aura jamais, mais survenu après certaines disparitions très très suspectes et toujours non élucidées malgré les familles qui, courageusement, ne se résignent pas.Certains avaient avoué, d'ailleurs.. mais sont revenus sur leurs aveux , on se demande pourquoi. D'autres ont eu des accidents tout à fait regrettables, ça arrive, bien sûr, mais quand ces accidents mortels se répètent, c'est que sur ce groupe qui ne sait pas tenir sa langue, la malchance s'acharne vraiment..
Des évènements qui surviennent au bon moment pour certains , du ni vu, ni connu , et hop, on passe à autre chose. Les océans profonds sont des tombeaux bien pratiques.
Et d'aucuns voudraient qu'on ne soit pas en colère?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Skorpionnan
12 avril 2012
Ce livre a été lu dans le cadre d'un partenariat et j'en remercie le site Babelio et les éditions Points
Lecture

Perry est un jeune universitaire anglais, professeur de littérature. Grand, dégingandé, il cache sous des airs très « british » un sportif de haut niveau. Sa compagne, Gaïl, est avocate et une très belle femme, de celles sur le passage desquelles les hommes se retournent.
Perry ne sait plus trop quelle orientation donner à son avenir : devenir professeur, écrire, ou opter pour un changement plus radical. Pour faire le point et se changer les idées, Gaïl et lui prennent une semaine de vacances aux Caraïbes. Ils y rencontrent un oligarque russe, force de la nature, chef de famille attendri et membre éminent de la mafia des « Vors ». S'ils s'affrontent sur le court de tennis, Perry et ce Dima sympathisent. Dima demande alors à Perry de devenir sa carte d'accès aux services secrets britanniques : confidences contre sécurité.
Mais Perry, s'il est solide, est aussi idéaliste et rêveur. La réalité des services de renseignements n'est pas celle qu'il croit, surtout lorsque les hommes de l'ombre sont en fait ceux que l'on voit souvent sous les projecteurs. Idéalisme et vertu peuvent-ils affronter corruption et pouvoir ?
Avis
Sans dévoiler le contenu du livre, John le Carré a articulé ce roman en trois parties.
La première partie, la rencontre, n'est pas vécue directement par le lecteur comme témoin. Mais elle est le résultat de l'histoire que raconte Perry qui la tient lui-même de Dima. Pendant un bon tiers du livre, on écoute donc une histoire à plusieurs relais. Cela permet à l'auteur de développer de façon intéressante la psychologie des trois protagonistes : Dima la source, immergé dans la mafia russe ; Gaïl et Perry , les relais et enfin les personnes qui reçoivent les confidences.
Outre le fait que j'aie eu du mal à adhérer à cette soudaine et improbable amitié passionnelle entre Perry et Dima, et bien que tout cela soit développé intelligemment, les différentes narrations, les perceptions particulières de chacun ajoutent une certaine distance avec le lecteur. Comme si chacun rajoutait un filtre et que ce qui arrivait au bout de ces couches successives n'était qu'un pâle reflet de la réalité. On retrouve pourtant ici une partie de huis-clos chère à l'auteur. Des bureaux que l'on imagine lambrissés, des hommes en costumes sombres, une vraie ambiance d'espionnage. Mais le manque de pression ou d'antagonismes et l'absence de réel enjeu rendent cela vain.
Dans la seconde partie, le récit se trouve confronté à la réalité. Ce que l'on gagne en vivacité, on le perd malheureusement en lisibilité. Surgissent un grand nombre de personnages, tous plus corrompus les uns que les autres, que l'on peine à identifier par leurs noms, noms de code, fonctions, histoires, rôle public ou rôle de l'ombre. La plus grande hâte est alors que ce défilé cesse un peu pour que l'on puisse essayer de faire le tri et deviner quelles sont les figures majeures.
Dans la troisième et dernière partie, la réalité prend le dessus. On ne vit alors plus l'histoire par procuration et l'on se retrouve de fait beaucoup plus concerné. Même si John le Carré n'est pas un auteur de romans d'action, il sait enchaîner les évènements pour qu'ils soient à la fois crédibles et inéluctables.
La chute est assez raide.
On retrouve dans ce livre ce qui fait la grande qualité des romans de cet auteur : une psychologie poussée des personnages, un savant machiavélisme, ainsi que certains de ses thèmes de prédilection : l'idéalisme du paladin, la noirceur et la paranoïa des professionnels, la nécessite et l'inutilité relative de la bonne volonté. Mais contrairement à d'autres romans, il manque ici de la maestria et de l'élan dynamique. le style de l'auteur est solide, on a pourtant l'impression que John le Carré fait du John le Carré… Pour tout dire, ce roman ronronne un peu et il ne m'a jamais emporté tout comme il ne m'a jamais lassé.
Le personnage de Perry est trop lisse. Il en devient énervant dans sa bonne volonté, sa perfection candide. J'ai regretté que, bien que j'y aie cru un instant, Gaïl, sa compagne, ne prenne le dessus et ne devienne le personnage principal. Elle est bien plus vivante et intéressante.
Conclusion :
Un roman bien écrit, plutôt agréable. Mais il laisse une impression de dispensable, manquant de force, il peine à marquer.
Ma note : 13/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NOIRdePOLARS
17 mai 2012
Et l'émotion, bordel !
- « Mon cher éditeur, satisfecit vous me donnerez, n'est-il pas ? J'ai calibré ça à 125.000 signes, comme convenu !
- Ca parle de quoi, cette fois ?
- Un anglais moyen, prof grande école, qui vit avec une avocate du privé…
- Bien, ça, le mélange de genres.
- N'est-il pas ? Ils décident de partir en vacances…
- Pas en Grèce, j'espère !
- Non, non, rassurez-vous. Dans les Caraïbes. Un peu chez nous, quoi. Alors là, ils rencontrent un colosse bizarre et mort de trouille qu'est dans la mafia… Mais là j'innove, car le type est russe. C'est de la mafia russe.
- Ok. Vous avez mis de l'espionnage, j'espère ?
- Ah rassurez-vous, cher éditeur, j'ai concocté le mélange adapté ! Une histoire d'espionnage, évidemment, mais avec du fric en jeu et du fric russe. Un zeste d'enquête, pas trop compliquée l'enquête pour que le lecteur lambda ne s'y perde pas, mais de la complexité financière pour qu'il respecte le travail fourni quand même. Sans oublier les problèmes de couple des deux tourtereaux de l'aventure. Chacun devrait pouvoir y trouver son compte.
Cher John le Carré, rassurez-vous dito, chacun y trouvera son compte. Vous savez que vous écrivez bien ? Je l'atteste en français : Isabelle Perrin, votre traductrice, a fait un travail plus qu'honnête. Langue claire, fluide, rien à dire de ce côté-là. Ca se laisse boire comme l'assurait feu mon grand-père en avalant un Beaujolais. Certes, il devenait nettement plus lyrique en dégustant un Châteauneuf du Pape, mais il ne méprisait pas le Beaujolais : il le tenait à la place qui est la sienne, voilà tout.
C'est le second ouvrage né de votre plume que j'absorbe. Enfin, plus exactement, celui-ci est le premier, car je n'ai pas eu le courage de terminer votre ‘maison Russie ‘. Comme le Beaujolais se laisse boire, votre bouquin se laisse lire, ce n'est pas mauvais, ça coule. Mais ça ne transcende pas, ça non. L'émotion ? Absente. L'humour ? A la british peut-être, mais d'un genre qui ne ferait pas fureur pour emballer une nana, en Gaule en tous cas. Mystère ? Là, je reconnais, le mystère est bien là, et correctement construit.
Mais l'important, le plus important ma bonne Dame, c'est que ça se vendra certainement. C'est fait pour ça. Surtout. Osons même l'exactement ! Bling bling, c'est démodé, alors Cling cling, chez l'éditeur. Un polar à notre goût. Un qui rapporte. Pendant ce temps là, y'a sans doute un Proust qui se flingue, mais c'est pas grave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Les critiques presse (2)
Lexpress14 juin 2011
Que me reste-t-il de cette lecture? Un fracas d'impressions floues et nébuleuses, la possibilité d'entre apercevoir les coulisses de Roland Garros (mais l'envers du décor ne vaut certainement pas l'endroit), de croiser des hommes puissants mais criminels, de ressentir la détresse de deux gamines orphelines...
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress14 juin 2011
En grand écrivain, [John le Carré] tient en haleine son lecteur par son humour corrosif et la pertinence de son regard.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris2913 juillet 2016
" On achète un beau terrain , généralement sur la côte , Billy . On paie cash et on construit un complexe hôtelier cinq étoiles luxe . Voire plusieurs . En cash . Et si on a la place , on ajoute une cinquantaine de bungalows . On fait venir tout ce qu'il y a de mieux en meubles , en vaisselle, en porcelaine, en linge . A partir de là , vos hôtels et bungalows sont complets . Sauf qu'il n'y vient jamais aucun client , vous comprenez . Si une agence de voyage appelle , vous dites : désolé , on est complets . Chaque mois, un fourgon blindé va à la banque déposer tout l'argent liquide dégagé par les locations de chambres et bungalows, les restaurants , les casinos et les bars . Au bout de deux ans , vos complexes sont idéalement positionnés pour être vendus avec un bilan commercial parfait .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
iris29iris2912 juillet 2016
Le gouvernement déconne à pleins tubes , la moitié des fonctionnaires sont partis en pause déjeuner , les Affaires étrangères sont à peu près aussi utile qu'une branlette , le pays est fauché comme les blés et les banquiers nous tirent notre fric avec un joli bras d'honneur . Qu'est ce qu'on est sensés faire ? On va pleurer dans les jupes de Maman ou on met les mains dans le cambouis ?
Commenter  J’apprécie          2310
iris29iris2914 juillet 2016
Le nom du bateau ,peint en élégants caractères dorés cyrilliques et romains , est princesse Tatiana .[...] . "Il appartient à une société nouvellement crée , la First Arena Credit Bank of Toronto, enregistrée à Chypre, détenue par une fondation du Liechtenstein , elle-même aux mains d'une société enregistrée à Chypre .[...] Donc une propriété circulaire . On le donne à une société , et on le récupère auprès de cette société .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
iris29iris2913 juillet 2016
Là où va Tamara , ses saints la suivent , du moins , c'est ce que j'ai pensé . J'ai une tante comme ça , une ancienne prostituée convertie au catholicisme . Chacun de ses saints a une tâche attitrée . Si elle perd ses clés , c'est Antoine ; si elle prend le train , C'est Christophe ; s'il lui manque un peu d'argent , c'est Marc ; si un parent est malade , c'est François , et, si c'est trop tard ,saint Pierre ."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
le_Bisonle_Bison07 avril 2012
- Et l’argent sale qui coule à flots, l’exploitation de la souffrance, on connait aussi. Des milliards, ne serait-ce qu’en Colombie. Vous avez vu ça de près. Votre coco, là, il devait sacrément brasser, dit-il avant d’enchaîner sans attendre de réponse : Au Congo, des milliards. En Afghanistan, des milliards. Un huitième de l’économie mondiale, c’est de l’argent aussi sale que votre calcif.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de John Le Carré (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Le Carré
Un Traître Idéal (Our Kind of Traitor), film d'espionnage britannique réalisé par Susanna White, sorti en 2016, d'après "Un traître à notre goût" de John le Carré. Avec Ewan McGregor et Stellan Skarsgård. Bande-annonce.
autres livres classés : mafia russeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'espion qui venait du froid

"L'espion qui venait du froid" est un roman d'espionnage signé...

Frederick Forsyth
Jack Higgins
Graham Greene
John le Carré

10 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : L'espion qui venait du froid de John Le CarréCréer un quiz sur ce livre
. .