AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070383771
249 pages
Éditeur : Gallimard (15/05/1991)
3.78/5   73 notes
Résumé :
Cinq saisons, cinq nouvelles, cinq femmes ; Libbie-Saba, Zobéïde, la bohémienne aux roses, Gaby et Zinna. Une par nouvelle. Une par saison. Cinq femmes vues ou entrevues, rêvées, pour tenter de dire la fragilité, l'étrangeté et la recherche de l'amour, la recherche de soi-même, l'errance et l'appartenance, la mémoire ou l'oubli, le temps qui ne passe pas et les lieux anciens qui s'enfuient.


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  10 décembre 2018
Ce recueil de nouvelles m'a éblouie, par sa beauté douloureuse, sa poésie de l'errance et de la quête de soi-même.
Il nous présente des destins féminins particuliers. Cinq nouvelles, cinq saisons, cinq parcours . Ces femmes ont en commun une grâce, un éclat orientaux ou exotiques. Arabe, gitane ou venant des îles , elles connaissent toutes une vie tourmentée, tortueuse , tournée vers un ailleurs qui reste souvent inaccessible.
La première nouvelle, beaucoup plus longue que les autres, est fort émouvante. La narratrice, abandonnée par sa mère, se cherche et connaît l'exil du coeur. J'ai aimé aussi l'histoire de cette gitane passionnée, frémissante. Gaby, la jeune créole arrivée brutalement dans le froid de l'hiver en métropole m'a plu également.
Les textes sont subtils, délicats, avec une dimension philosophique et humaine qui leur donne une force indéniable, en accord, paradoxalement, avec la fragilité des destins évoqués. Jeunes femmes en recherche d'amour et d'identité, si attachantes, si seules. Découvrez-les!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          406
sarahdu91
  28 novembre 2018
Le Clezio ou l'art de raconter avec sa propre poésie le destin de 5 femmes à la culture différente mais toujours à la recherche de sa propre identité.
Qu'elles soient Arabe, Juive, bohémienne ou bien créole, ces femmes ont en commun le besoin de connaitre leurs racines pour pouvoir exister au mieux dans leur propre vie.
C'est assez perturbant que de ne pas savoir qui était son père ou de ne pas avoir connu sa mère dans sa plus tendre jeunesse et de devoir se construire avec une telle ignorance ou un tel tabou.
J.M.G.Le Clézio nous fait une beau portrait de chacune d'elles avec ses 5 nouvelles si bien écrites.
Commenter  J’apprécie          210
thedoc
  14 novembre 2014
Voici cinq nouvelles, cinq saisons, dédiées à des jeunes filles venues d'horizons divers. Il y a Saba, la Marocaine ; Zobéïde, la bohémienne aux roses ; Zoubida est arabe ; Zinna est une juive d'Afrique du Nord et Gaby est créole.
Comme souvent chez Le Clézio, ces jeunes filles viennent d'ailleurs. Un « ailleurs » toujours coloré, exotique, suave et sauvage, à l'image de ces jeunes filles qui attisent tous les désirs. On ne sait pas grand-chose de leur vie, juste les moments clés qui ont un jour bouleversé leur destin.
Le Clézio, dans ce recueil, nous parle de la quête de l'identité, l'inaccessibilité du sens, le déracinement, la recherche de l'amour … Même si le récit nous mène dans l'âge adulte de ces jeunes filles, l'enfance et l'adolescence sont toujours mises au centre de leur vie comme le moment de la cassure, de la blessure, qui a tout changé pour elles.
Commenter  J’apprécie          40
lucioler
  23 juin 2011
Il y avait une phrase merveilleuse dans un exercice de français qui m'avait porté vers cet auteur, et puis l'on m'avait offert l'africain qui m'avait beaucoup déçue et enfin le titre de ce livre la m'avait attiré. Je n'en garde pas un souvenirs exact, mais les personnages y sont vivants, sincères et beaux, l'écriture belle et intelligente sans que je sache réellement définir pourquoi. le point de vue que porte cet auteur sur le monde d'aujourd'hui est pertinent, si loin des clichés souvent véhiculés : regard à la fois réaliste et tendre.
Commenter  J’apprécie          40
Sarah_DD
  08 avril 2009
Voilà cinq jolies nouvelles, très émouvantes. Les portraits ainsi dessinés sont tracés différemment à chaque fois, mais sont toujours un peu flous, un peu vaporeux, j'ai beaucoup aimé cette manière de dire les choses et les gens.
Le style est très fluide. Je lis très lentement et pourtant je ne me suis arrêtée qu'une seule fois, tant on est pris dans l'histoire et dans la manière de la raconter.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
sabine59sabine59   10 décembre 2018
C'est comme cela que je veux la voir encore, quand elle a descendu la coupée du Britannia, apportant avec elle la lumière et la douceur de son île, le bleu magique de la mer des Indes, l'éclat de l'écume sur les récifs, les forêts, les lames brillantes des cannes, le chant des oiseaux.
Commenter  J’apprécie          140
Y--Y--   11 mars 2012
Il écoutait son souffle devenir rauque. « Je t'aime, je t'aime. » Il répétait les mots, comme s'ils l'entraînaient encore plus profond en elle, effaçant le reste du monde. La mer, les dunes, la nuit, le bruit du vent et les vagues, c'était elle, il n'y avait qu'elle. Elle l'emportait, il glissait en elle comme une barque sur la mer, comme s'il n'y avait pas de fin, pas de mort, que tout devait durer toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lecassinlecassin   21 janvier 2014
Ca me fait quelque chose quand les jours s'allongent, que la lumière grandit et que le soleil se couche de plus en plus à l'ouest, au-dessus des collines, comme s'il allait faire le tour complet de l'horizon.
Commenter  J’apprécie          120
luis1952luis1952   19 juin 2013
Je marche dans les rues vides en chantonnant tout ce qui me passe par ma tête. Comme je ne savais plus où aller, je suis allée au bord de la mer, sur la plage. Je me suis assise, orteils nus, contre le mur de soutènement, à l'abri du vent, pour essayer de fumer encore une de ces fameuses cigarettes américaines. Je n'aime pas la fumée quand je suis enfermée, ce que j'aime, c'est voir la fumée tourbillonner dans le vent, au soleil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sylv30Sylv30   14 octobre 2017
Au bord de la plage, j'ai marché vers le soleil. Le vent soufflait par rafales froides, un vent chargé de sel. La mer roulait des vagues, j'écoutais le bruit du déferlement. Cela commençait derrière moi, puis remontait vite le long du rivage, me dépassait, fermait son arc. Puis la mer se retirait en raclant les galets. Les mouettes dansaient dans la frange d'écume, elles s'envolaient un peu chaque fois que la mer allongeait sa vague. Ou bien elles montaient dans le vent, au-dessus de moi penchant leur tête, et je voyait briller leur œil aiguisé. (p.31)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21

Videos de J.M.G. Le Clézio (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J.M.G. Le Clézio
#santé #art #CulturePrime
"Un jour on saura peut-être qu'il n'y avait pas d'art mais seulement de la médecine". L'auteur J. M. G. Le Clézio ne croit pas si bien dire. À Montréal, les médecins prescrivent déjà des visites au musée pour certains malades…
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage au pays des arbres

Quel est le personnage principal ?

Jules
Pierre
Mathis

3 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Voyage au pays des arbres de J.M.G. Le ClézioCréer un quiz sur ce livre