AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070316908
544 pages
Éditeur : Gallimard (30/09/2004)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Itinéraire d'un garçon pris dans les affres de l'histoire… Tel est l'objet de cet époustouflant roman de Le Clézio, Révolutions, qui n'est pas sans laisser penser aux œuvres de John Dos Passos. Ici, les aventures d'un jeune homme sont celles de Jean Marro, de nationalité britannique mais français, né à Ipoh en Malaisie, ayant fait ses premiers pas sur l'île Maurice, et grandissant dans une petite... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
nilebeh
  24 avril 2015
Deux narrations se mêlent dans un espace-temps qui s'étire de 1792 à nos jours, de la Bretagne du 18ème siècle au Nice des années cinquante en passant par l'Ile Maurice et la Malaisie.
Vieille et aveugle, Catherine, la grand-tante de Jean vit seule dans un appartement niçois, au dernier étage de l'immeuble La Kataviva, souvenir d'un nom russe, entre ses meubles dont elle connaît parfaitement les contours et son “ secret ”: un album-photos hors d'âge et un vieux cahier où le fondateur de lignée à Maurice, Jean-Eudes Marro raconte son histoire, des horreurs de la bataille de l'Argonne en 1792 à son exil à Maurice avec sa jeune femme Marie-Anne et leur bébé. La maison nommée Rozilis, en souvenir du bateau breton qui les a amenés, devient mythique, avec les colonnades de la varangue, son ravenala, arbre en forme d'éventail (l' ”arbre du voyageur ”) ramené de Madagascar et arraché lors de leur départ en 1915, indissociable avec la mort du fils Simon en France dans les tranchées et du grand-père Charles , un mois après, lien mystérieux qui unit les êtres, humains et végétaux.
Plus que les récits de guerre, aussi cruels ou enthousiastes soient-ils, on est sensible à la douceur de cet appartement du souvenir, à la longue interrogation du jeune Jean à sa grand-tante dans un “ Raconte ” insatiable. Et on se prend à rêver à tous les “ Raconte ” qu'on a dits, pas assez pourtant, aux vieillards de notre famille.
Jean, héritier de la terre de Bretagne comme de celle de Maurice mène une quête longue et difficile sur fond de guerre d'Algérie (il tient un relevé quotidien des morts et exécutés), sur fond de films des années 50-60 avec James Dean, au son des chansons de Mariano et de François Deguelt. Il va vivre des amours fugaces avant Mariam, celle qui le décidera finalement à devenir un mari. Nous le suivons au long de cette construction d'une vie d'homme, attachant, sincère, généreux, entre Londres et Mexico, ému par les Indios maltraités au Mexique, témoin de leur mouvements durement réprimés en 1968 avant les JO. Jean, héritier de deux terres, se lance dans la recherche des terres bretonnes de ses ancêtres, dans celle des horizons mauriciens, entre forêts et montagnes, là où des hommes d'affaires ont sacrifié la forêt pour la culture de la canne à sucre, dévastatrice pour l'écosystème, pour la production massive de bois précieux, fortune vite faite, paysages vite dénaturés, populations vite rejetées vers d'autre lieux. le capitalisme furieux du début du XXème siècle.
On se perd un peu quand Le Clézio fait intervenir une jeune Mozambicaine arrachée à sa terre par les esclavagistes pour l'amener à Maurice, au milieu de centaines d'autres Africains, puis quand Jean retourne dans le Morbihan à la recherche de l'Histoire, 1488, guerre entre Français et Bretons soutenus par les Anglais pour le rattachement de la Bretagne à la France, l'une des toutes premières provinces du royaume de France. On passe de la mélopée douce du griot au manuel d'Histoire.
Mais tous les ruisseaux se rejoignent au final dans un continuum, au fil des générations, pour recomposer l'histoire de la famille. “ Raconte ”, “ Raconte encore ”, ce qui fait que nous sommes ce que nous sommes, héritiers de tous ces gens, de tous ces parcours, de tous ces chagrins et de tous ces espoirs. Raconte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
thedoc
  02 octobre 2015
Roman foisonnant, écrit au gré des souvenirs autobiographiques de JMG le Clézio, « Révolutions » nous offre un voyage dans le temps et l'espace. A travers deux récits qui se chevauchent, l'auteur nous entraîne dans l'histoire de Jean Marro – la sienne -, personnage principal du livre, et dans celle de ses ancêtres.
Jean Maro vit à Nice, dans les années cinquante. de nationalité britannique, il a vécu jusqu'à l'âge de 8 ans en Malaisie et cette nouvelle vie sur Nice est pour lui un changement radical. Chaque jour, après l'école, il rejoint sa tante Catherine, aveugle, dans l'immeuble de la Kataviva. Là, sous les mansardes, la grande tante lui raconte le passé de la famille : l'île Maurice d'avant l'indépendance, la maison de Rozilis, les mots créoles qui reviennent comme une musique, le paradis perdu et Jean-Eudes, l'ancêtre révolutionnaire qui a combattu les Autrichiens à Valmy et s'est exilé à Maurice. Mais si Jean replonge dans la mémoire familiale, il vit également dans son époque. A travers son histoire, nous découvrons le Nice des années cinquante-soixante, une ville qui inspire au personnage des sentiments ambivalents. Nous suivons également avec lui, sur les écrans de cinéma, les événements de la guerre d'Algérie : les attentats, les morts, les atrocités… Nous partons ensuite à Londres où le jeune homme se lance dans des études de médecine, puis direction le Mexique…
Des révolutions, c'est effectivement celles qui ponctuent l'histoire de Jean et de ses ancêtres, et celles que suit le lecteur. Avec ce roman, nous traversons les siècles et les continents, accompagnons la Révolution française jusqu'aux frontières où elle se bat contre les armées prussienne et autrichienne et assistons à la décolonisation. le récit est riche en références et événements historiques et – comme toujours chez Le Clézio – riche en humanité avec des personnages nombreux et variés. Des destins se croisent, certains plus malheureux que d'autres.
Avec ce livre complètement autobiographique nous découvrons la vie de JMG le Clézio. L'histoire de ses ancêtres et la sienne ressemblent à un roman. Pas étonnant qu'il soit devenu écrivain… et heureusement pour nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Peteplume
  18 juin 2015
C'est un roman ancré dans les histoires, celle qu'on dit avec un grand H et plus modestement l'histoire familiale de l'auteur à plusieurs époques : l'époque de la révolution française, de ses drames et de ses famines qui ont conduit les ancêtres de Jean à l'exil ; et l'époque de la guerre d'Algérie, la révolution d'un autre peuple qui réclamait le droit à disposer de lui-même. C'est Jean qu'on suit dans son évolution de l'enfance à l'âge adulte, dans sa quête d'identité qui passe par la mémoire de la Tante Catherine, un personnage auquel il est difficile de ne pas s'attacher, une vieille femme à la fois forte et vulnérable ; intransigeante et dépendante ; sortie tout droit de la réalité d'une famille à laquelle on appartient presque. Elle incarne le passé, la nostalgie d'un paradis perdu que l'on perd à tout jamais lorsqu'elle meurt. le personnage de Jean qui incarne la jeunesse et l'avenir, par contre, devient vite agaçant au fil du roman et de sa croissance. C'est sans doute un double de l'auteur et celui-ci le traite sans ménagement. Deux époques donc essentiellement qui rendent la narration un peu décousue mais tout de même facile à suivre jusqu'à ce que l'auteur nous perde dans les digressions qui nous mènent au Mexique en révolte en 1968 (à cause du titre du roman, je m'attendais alors à y trouver un pan de la révolution mexicaine) puis de nouveau à l'Île Maurice dans une histoire du point de vue de l'esclave et encore en Bretagne dans un passé plus lointain, quand celle-ci est devenue française.
En résumé, bien que la lecture en ait été agréable, ce roman aurait mérité d'être élagué ; il y aurait sans doute gagné une étoile de plus dans ma classification personnelle…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Malice
  09 septembre 2012
Ce roman est composé deux récits en un, je rapprocherai d'ailleurs ce livre par sa structure à Desert, c'est un récit polyphonique. D'entrée de jeux, c'est deux récits peuvent dérouter le lecteur. C'est l'une des raisons pour laquelle il y a un S à révolutions, elles sont multiples L Histoire est au coeur de ce roman : politique et familiale.
C'est l'histoire de son aïeul Jean Eude Marro, de la traversée de quatre-vingt-dix-neuf jours de Lorient pour Maurice, qu'on appelait alors île de France, où il débarque en 1798 . Nice dans les années 50, la guerre d'Algérie, c'est l'histoire de Jean Marro de nationalité britannique. Il a passé toute son enfance jusqu'à l'âge de huit ans en Malaisie à Ipoh . Et cela fut une grande douleur pour Jean ce changement de mode de vie. Tous les après-midi, enfant, il se rend à la Kataviva, voir sa vieille tante aveugle Catherine Marro, c'est un magnifique personnage. Elle représente le respect, elle transmet la mémoire familiale. Il l'adore l'entendre parler de Maurice, en particulier de Rozilis et de la demeure perdue, l'Eden dont les siens ont été expulsés en 1910. Jean partira à Londres, pour fuir la guerre d'Algérie. Il pense que l'Angletterre est une terre promise, c'est à Londres qu'il effectuera ses études de médecine.
Personnage féminin marquant de ce roman Jeanne Odile, elle attend un enfant de Santos un ami commun à elle et à Jean. Mais Santos est mort à la guerre d'Algérie. Mais le plus étrange, voir morbide, pour être veuve de guerre et la reconnaissance de son enfant, elle se mariera avec un mort une ombre. C'est le mariage des âmes, magnifique passage avec une écriture très cinématographique. Des personnages marginaux, des personnalités hors norme, et qui m'ont marquée : Conrad un homme que tout le monde voit comme fou, mais non il a été une victime de guerre, fragilisé. Jean a de la sympathie pour cet homme et va le recueillir dans son appartement de fortune à la Jamaïque quartier populaire de Londres.
Aurore, animal sauvage, une sourde ramenée d'Indochine pour être esclavagisée à Nice par un couple de notables. Enfant que lecteur n'oublie pas car elle représente le symbole de ces «Révolutions» multiples à la fois intérieurs et extérieurs. Dans ce roman comme souvent dans les romans de le Clézio, la description des sensations est très présente. C'est un roman sur la mémoire. D'une façon générale j'aime les romans de le Clézio et son univers car c'est une ouverture sur le vaste monde. Roman qui demande un petit effort en tout cas pour moi, mais au final passionnant car avec ce roman interroge le lecteur sur son histoire propre et sa vision du monde. C'est un roman sur la mémoire des hommes, il s'interroge sur nos racines. Il évoque aussi le manque d'attention que la société se soucie en vers les plus démunis, aux inégalités, à la justice, son dégout pour le racisme, la guerre. Je partage son point de vue j'aime son écriture, sa sensibilité à fleur de peau le rend touchant humain. C'est un très grand livre très touchant !
Lien : http://livresdemalice.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Enroute
  05 août 2019
En 1792, Jean Eudes part de Bretagne pour faire la Révolution. Au moment de la guerre d'indépendance algérienne, et à la veille de Mai 68, un enfant rend visite à sa vieille tante Catherine, née à l'Isle de France (Maurice) en 1890.
J'ai beaucoup aimé l'histoire du révolutionnaire, de son périple et de sa mise en ménage, dans cette ambiance "Paul et Virginie", faussement naïve, mais aussi pleine d'énergie et de grandeur (on se croit parfois aussi dans "Le Comte de Monte Cristo" ou "L'île au trésor", selon les moments, un grand périple, épique et rafraîchissant...), l'attachement à la Bretagne et ce qui ressort de nostalgie de cet ancrage culturel, ainsi que l'enfance de Jean - mais tout s'écrase et devient plat avec le "jean" adulte. La fin part un peu en lambeaux et traîne, à mon avis. Reste un grand récit, ambitieux et enivrant que l'on suit les yeux écarquillés et le plaisir au coeur.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   19 juillet 2013
Ce qui peut être dit et pensé doit être
car l'être est et le néant n'est pas.

Citation de Parménide d'Élée
Commenter  J’apprécie          160
thedocthedoc   02 octobre 2015
Jean avait écrit, dans un cahier noir, les nouvelles de la guerre d'Algérie. Il ne savait pas pourquoi, ni à quoi cela pouvait servir. C'était un journal, peut-être, comme le miroir aigu, cassé, strident de cette mort qui circulait derrière tout, qui entourait Santos, qui menaçait chacun de ces garçons jusque dans la forteresse grise du lycée.
Commenter  J’apprécie          40
EnrouteEnroute   05 août 2019
La langue bretonne elle-même devenait condamnable aux yeux des Jacobins. Le député Barère n'avait-il par déclaré à l'Assemblée, en réponse aux requêtes des bretons, que le fédéralisme et la superstition parlent le breton. La loi du 30 vendémiaire de l'an II, article 7, proclamait que dans toutes les parties de la République, l'instruction doit être faite seulement en français.
Commenter  J’apprécie          30
EnrouteEnroute   05 août 2019
C'est ainsi qu'il me vint peu à peu l'idée de partir, de m'en aller avec Marie Anne, le plus loin possible, pour vivre dans un autre monde où tout serait neuf, où je pourrais travailler et être libre, hors de portée de la vindicte des parvenus politiques et des faux patriotes.
Commenter  J’apprécie          40
EnrouteEnroute   05 août 2019
Chaque convive avait apporté sa cuillère, et à cette occasion Marie Anne m'a donné ses cadeaux de mariage, une cuilière en buis ainsi qu'un coffre de chêne décoré de nos noms. Le recteur habillé en civil a prononcé les prières en latin, puis les formules rituelles en breton, et Marie Anne et moi nous sommes retrouvés mariés.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de J.M.G. Le Clézio (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J.M.G. Le Clézio
Jean-Marie Gustave le Clézio, prix Nobel de littérature, a passé quelques étés en Bretagne alors qu'il était enfant. Dans "Chanson bretonne, suivi de L'enfant et la guerre", publié aux éditions Gallimard, l'écrivain nous livre deux contes remplis d'images, et des impressions qu'elles ont laissées en lui.
Jean-Marie Gustave le Clézio nous a fait l'immense honneur de répondre à quelques-unes de nos questions. Ici, il nous parle notamment de sa méfiance envers la mémoire, du pouvoir de l'imagination, de la richesse de la langue bretonne, des sensations et du caractère précieux de l'enfance.
Pour retrouver son livre, c'est ici : https://www.librairiedialogues.fr/livre/16461617-chanson-bretonne-suivi-de-l-enfant-et-la-guerre-j-m-g-le-clezio-gallimard
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairiedialogues/ FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ TWITTER : https://twitter.com/Dialogues
**** À bientôt ! ****
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Voyage au pays des arbres

Quel est le personnage principal ?

Jules
Pierre
Mathis

3 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Voyage au pays des arbres de J.M.G. Le ClézioCréer un quiz sur ce livre