AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205064339
Éditeur : Dargaud (08/04/2011)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 13 notes)
Résumé :
La Méditerranée, en pleine Première Guerre mondiale. Les trafics que cette mer abrite depuis toujours sont plus nombreux et dangereux que jamais. Liro Tana est le capitaine d’un cargo qui prend sa part de livraisons secrètes et de cargaisons sensibles. Cette fois, Tana et son équipage jouent double jeu : censés réceptionner une cargaison d’armes et l’acheminer vers la Turquie en guerre pour les Allemands, ils sont en fait aux ordres de l’armée anglaise. Après un bre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  28 avril 2017
Méditerranée, 40.7°N-19°E. Des coups de fusils éclatent de part et d'autre de ces deux navires. Des hommes sont tués. L'on cesse le feu. le navire turc qui transportait des armes d'Allemagne en direction de la Turquie est pris en otage. Les caisses de fusil sont alors transbahutées à bord du Prospect of Withby. L'arrogant et insaisissable lieutenant anglais est fier de son coup, réussi grâce à l'un des mercenaires turc qu'il aura capturé et torturé afin d'avoir toutes les informations. Sans état d'âme, il le relâche, sachant pertinemment que ce dernier se fera tuer par ses coéquipiers. Qu'importe puisque le lieutenant met le feu au bateau turc avant de leur tourner le dos. le Prospect of Whitby du capitaine Tana continue sa route vers Gibraltar qu'il devrait rejoindre d'ici trois jours afin d'y déposer les armes. Mais tout ne va pas se passer comme prévu, la tension montant à bord du navire...
À bord du Prospect of Whitby, l'équipage est pour le moins hétéroclite: un lieutenant anglais arrogant, un indien, un capitaine taciturne, des révolutionnaires mexicains. Bruno le Floc'h nous embarque pour un voyage dépaysant en pleine mer en compagnie d'hommes au fort caractère et peu scrupuleux, dans une ambiance tendue et intrigante. Les rebondissements ne manquent pas. Ce premier de la trilogie est une agréable mise-en-bouche, avec peut-être un goût de trop peu. Graphiquement, Bruno le Floc'h nous offre de magnifiques planches, la plupart silencieuses : un trait encré et élégant, tantôt épais, tantôt plus fin, de magnifiques couleurs lumineuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
Shereadsabook
  08 juillet 2011
Nous sommes donc en pleine mer, en Méditerranée, en période de Première Guerre mondiale. A bord du cargo dirigé par le Capitaine Liro Tana se trouvent de biens mystérieux personnages mais aussi des cargaisons secrètes.
A bord de ce cargo se trouve, tout d'abord, un étrange équipage. Un officier britannique, un Indien, et un groupe de révolutionnaires Mexicains.
Le cargo vient tout juste d'arraisonner un bateau, en pleine Méditerranée, pour faire main basse sur la cargaison de celui-ci. le but : récupérer un stock de fusils Allemands destinés aux Turcs. le transbordement étant effectué, l'officier britannique chez qui l'on ressent une ambition grandissante, est satisfait de lui. La seule chose qui puisse l'inquiéter c'est cet équipage si hétéroclite de ce cargo maintenu d'une main de chef par le Capitaine Tana, où il embarqué et sur lequel il vient d'exécuter les ordres reçus de récupérer les stocks d'armes allemandes.
Il fait peut être bien de se poser des questions, car il n'a pas tout vu encore et la Méditerranée n'est peut être pas si calme que ça.
Nous sommes en période de guerre, mais en pleine mer, les coups de feu sont tirés pour autre chose…

Une BD intrigante avec ce premier tome de la trilogie Chroniques Outremers.
Une aventure maritime qui se déroule en période de Première Guerre mondiale. On s'imagine donc que sur la terre ferme les combats font de nombreuses victimes. Mais en pleine mer ont lieu aussi des scènes de violences. Oui, ce premier tome s'ouvre sur une scène d'abordage d'un autre bateau, violente. La mer n'est donc pas plus calme que la terre ferme.
Bruno le Floc'h nous offre donc de l'aventure, un trafic d'armes pendant la Première Guerre mondiale, tout ça dans un milieu maritime.
Et pour créer cette aventure, il utilise donc le contexte de la guerre des tranchés mais aussi la révolution mexicaine qui eut lieu quasi en même temps. Il sait y jouer pour nous proposer des personnages aux caractères bien ancrés. Un Capitaine Tana, taciturne, peu bavard. Un lieutenant absolument détestable et abject. Et un équipage des plus louches tous autant qu'ils sont.
Bruno le Floc'h, à travers les textes, mais aussi à travers les planches puisqu'il est aussi le dessinateur, nous fait bien ressentir cet aspect de méfiance que chacun porte envers l'autre sur ce cargo. On sait, on sent, qu'il se prépare quelque chose sur cette mer Méditerranée. Et au fil des pages, on comprend vite que ce n'est pas cet officier britannique qui va conduire la manoeuvre.
Alors oui, ça commence par une scène violente qui n'est pas forcément à mon goût personnel (une série, peut-être, plus ciblée pour les hommes), mais l'auteur sait y faire pour maintenir l'intrigue et donner envie au lecteur de poursuivre l'aventure. Et on se dit que cette aventure peut être une aventure réelle, on poursuit donc facilement sa lecture. L'auteur sait créer une ambiance, une tension palpable entre les personnages, qui vous prend facilement et qui vous emmène dans son récit.
Les planches sont, elles, d'une incroyable luminosité. On trouve un jeu d'ombres extrêmement bien travaillé. Bruno le Floc'h utilise des couleurs remarquables. le trait de crayon de Bruno le Floc'h lui est bien particulier, on peut remarquer une grosseur de traits originale, qui donne un certain mouvement.
Un premier tome qui laisse présager une belle suite.



Lien : http://1erchapitre.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
XL
  22 juin 2011
Un premier tome, Chroniques Outremers de Bruno le Floc'h -
En pleine première guerre mondiale, les trafics qu'abrite la Méditerranée sont plus nombreux et dangereux que jamais. Liro Tana est le capitaine d'un cargo qui prend sa part de livraisons secrètes et de cargaisons sensibles. Face aux intérêts des différents belligérants, l'équipage joue double, voire triple jeu ! Turcs, Allemands, Anglais... se voient rejoints dans la course à l'armement par de mystérieux révolutionnaires Sud-Américains…
Beaucoup de demi-teintes, une palette de couleurs restreinte, des contrastes dominants bordeaux/bleu ou ocre/bleu : ce n'est pas mon style de dessin préféré, mais je dois reconnaître que le trait est efficace. Loin d'être pauvre, il parvient à atteindre une réelle intensité dramatique avec une remarquable économie de moyens et une construction rigoureuse de l'espace.
Certaines planches ne contiennent pratiquement aucune bulle, c'est presque une histoire sans parole et pourtant les silences et les non-dits sont éloquents. Cela convient bien à ce monde de marins taciturnes, à ces nationalités aux intérêts divergents qui se côtoient sans s'apprécier. Chaque groupe reste sur son quant-à-soi, faisant assaut de fourberie en attendant son heure et le moment propice pour fausser compagnie aux autres.
Les personnages sont campés sommairement mais avec justesse. Bruno le Floc'h réussit à engendrer une attente autour des desseins de chacun, notamment le personnage mystérieux du capitaine, ses motivations dans cette guerre et le camp qu'il va choisir de servir en définitive...
En bref, un premier tome prometteur qui me donne bien envie de découvrir la suite. Merci à ce partenariat Masse critique spécial BD entre Dargaud et Babelio

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
luCa
  04 septembre 2011
Une petite nouveauté pour bouleverser un peu le rythme de croisière des chroniques, bouleverser cette croisière dans l'océan de livres dont l'horizon s'éloigne toujours. Des bulles, des dessins, des mots mais dans des cases, des couleurs surtout. Une bande-dessinée à lire. Quelle joie de pouvoir donner son avis non pas sur une histoire et une plume seulement, mais sur un tout, sur une histoire qu'on dessine devant nous, où l'illustrateur s'expose littéralement. Quelques dimensions en plus / plus de liberté pour imaginer nous même les trames graphiques. Non, tout est là, sous nos yeux ébahis, enchantés, violentés. Un bonheur de chroniquer une bande-dessinée.
Parlons croisière, justement. Enfin « croisière » est peut-être un peu trop idyllique pour décrire la situation. La mer est là, l'Océan : son immensité, son bleu profond, le soleil qui brûle ou qui se couche au loin. Mais l'équipage n'est pas là pour prendre des vacances. Un équipage éclectique, étrange, tendu. Des hommes mexicains dirigés par un mexicain, un général anglais, un capitaine mystérieux et qui garde secret un ancien amour insulaire, un navigateur aux allures de Popeye, et un autochtone quasi-invisible. Les trafics, les affaires en temps de guerre. Voilà ce qui occupe nos hommes. Voilà leur charbon qui fait avancer le moteur à vapeur. Ces braises incandescentes. Tout le monde est aux aguets, attentifs à la moindre erreur, qui signifierait se faire attraper par la douane. Non, la cargaison de fusils doit arriver à bon port, un port qui va vite changer au fur et à mesure de l'histoire. Car les hommes ne sont pas tendres entre eux, on se trahit, on se plante des couteaux dans le dos, et on garde ses affaires pour soi. Chaque homme sert, chaque homme sert d'appât. L'Océan est là, constamment, bouche béante ouverte, grande gueule bée qui attend d'engloutir ces enfants de la Terre. Des cases qui défilent, des couleurs qui défilent, et des personnages esquissés, cernés de noirs, de points et de traits noirs, comme souillés par une marée de pétrole, souillés par la guerre. Des révolutionnaires hauts en couleur, qui flottent sur l'immensité bleue. Dessins particuliers mais plaisants. Un scénario qui défile, qui défile à une vitesse incroyable. Les pages se tournent, les bulles se lisent et dépassent largement la vitesse de croisière. Une saga qui, je pense, peut cacher, par la suite, de nombreux recoins que l'on a pour l'instant à peine entrevus. Mais une histoire qui prend, on se laisse surprendre, avec joie, par ces personnages atypiques décidés à en découdre avec leurs ennemis et avec eux-mêmes. Une vraie réussite.
Lien : http://bookkingdom.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
litolff
  19 juin 2011
Lu dans le cadre de la Masse Critique.
Belles illustrations, couleurs séduisantes et texte précis avec une formidable économie de moyens : les visages ne sont qu'esquissés mais très explicites. le dessin n'est pas sans évoquer Hugo Pratt ou Hergé.
Reste que le texte est aussi économe que les illustrations, et à raison d'une dizaine de bulles par double page, on arrive au bout de cette bd en environ 15-20mn, ce qui m'a laissée sur ma faim : cette histoire de trafic d'armes en Méditerranée pendant la première guerre mondiale est certes passionnante mais j'ai trouvé que c'était un peu... court !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
litolfflitolff   19 juin 2011
On dit que la plupart des marins ne savent pas nager.
Parait que comme t'as peu de chance d'être récupéré, mieux vaut pour toi que tu coules tout de suite.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Bruno Le Floc'h (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Le Floc'h
Bruno Le Floc'h chez lui à Pont-l'Abbé
autres livres classés : trafic d'armesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
262 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre