AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782754828482
90 pages
Éditeur : Futuropolis (19/02/2020)
Résumé :
C’est l’histoire d’une tragédie. Celle de Mary Jane Kelly. Une des victimes désignées de la misère sociale sévissant alors dans l’Angleterre de la fin du XIXe siècle. Veuve à dix-neuf ans, elle fuit le pays de Galles et la misère pour rejoindre Londres. Pour son malheur, elle y rencontrera la prostitution et le couteau d’un tueur en série, devenu célèbre depuis : Jack l’éventreur. C’est aussi la très belle histoire d’une rencontre entre Frank Le Gall (Théodore Pouss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  29 novembre 2020
Ce matin-là, Davies quitte la maison pour rejoindre la mine. Sa femme, Mary, le regarde s'éloigner de la maison, l'air inquiet... Une explosion, de la fumée. L'on accourt de toutes parts, affolé. Malheureusement, ce ne seront que des hommes et des animaux morts que l'on remontera. Et ce n'est qu'à 19 ans que la jeune femme se retrouve veuve, sans ressources, ayant perdu le seul amour de sa vie. Elle n'a d'autre choix que de fuir, ne voulant pas dépendre du bureau de bienfaisance. Une simple petite valise en guise de bagage. Mary marche, erre à travers champ, se lave à l'eau du ruisseau. Malheureusement, sa valise, trop près du bord, est emportée par le courant. Elle croise alors un groupe de rôdeurs qui ont les gendarmes à leurs trousses. L'un d'eux conseille à la jeune femme de les suivre. Mais eux vont à Londres et c'est à Cardiff qu'elle veut retrouver sa soeur. Si leurs chemins se séparent alors, c'est pourtant vers la capitale qu'elle se dirigera, là où on lui a fait croire qu'elle pourrait travailler dans la mode...
Mary Jane Kelly, de Limerick, est la dernière victime de Jack L'éventreur. Sans un sou et sans bagage, après avoir perdu son mari, c'est dans le quartier londonien de Whitechapel qu'elle atterrira. Naïve, perdue, mais jolie brin de femme. de mauvaises rencontres (avec ce Peter Snakesman ou encore cette maquerelle) en déconvenues, la jeune femme, devenue prostituée, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Il aura fallu presque 30 ans à Franck le Gall pour sortir cet album. Et s'il devait en dessiner les pages, c'est finalement à Damien Cuvillier, pour qui il réécrira le scénario, qu'il adviendra de mettre en image le destin tragique et émouvant de Mary Jane, victime de la misère sociale qui sévit dans l'Angleterre de la fin du 19ième siècle. Si le fond est captivant, touchant et triste à la fois, la forme est magnifique. En effet, Damien Cuvillier nous offre de superbes planches en couleur directe. Les visages sont expressifs, les décors de la capitale riches et les couleurs étonnamment douces.
Un très bel album qui donne corps et âme à cette jeune femme au destin tragique...
En bonus, la genèse de ce récit ainsi que quelques croquis de Franck le Gall...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          582
LePamplemousse
  25 juin 2020
Des victimes de Jack l'éventreur on ne sait pas grand-chose, on connaît seulement leurs noms et le fait qu'elles se prostituaient.
L'auteur a choisi de nous raconter la vie de l'une d'elles : Mary Jane Kelly.
Il nous raconte sa vie au Pays de Galles avec son mari mineur, l'accident qui la laisse veuve et complètement démunie, son errance jusqu'à Londres, ses tentatives pour vivre ou survivre et sa lente descente aux enfers qui se terminera par son assassinat.
J'ai beaucoup aimé cette peinture sociale d'une époque difficile pour les plus pauvres et encore plus pour les femmes seules, on y ressent bien le froid, la faim, l'angoisse d'avoir un payer son loyer, à trouver quelque chose à manger…
On voit bien la différence entre les quartiers huppés et les bas fonds où la misère est partout, où elle ressemble à fluide visqueux qui recouvrirait le sol, les murs, les esprits, les estomacs et même les âmes.
Oui, Mary Jane était une prostituée, mais c'était aussi une jeune femme combative, avec des rêves, une femme qui n'a pas eu beaucoup de choix pour survivre, une femme qui a malheureusement été la victime d'une époque et d'une société rigide avant d'être celle d'un tueur en série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
Imaginoire
  09 décembre 2020
Sans être un chef-d'oeuvre du 9ᵉ art, cet album mérite une attention particulière par le choix de l'auteur, Frank le Gall, de consacrer son récit, une biographie fictive, à la dernière des victimes de Jack L'éventreur, Mary Jane (Mary Jeannette Kelly). Biographie fictive, d'une jeune femme qui est prétexte à nous narrer, la vie de cette classe populaire, qui vivait dans une grande misère à une époque, celle de l'Angleterre Victorienne dont nous n'aimerions retenir que le faste de la révolution industrielle. Avant d'être victime d'un tueur en série, elle fut avant tout victime de sa condition.
Lors du règne de la reine Victoria, la société anglaise et de façon encore plus marquée, londonienne, est un véritable contraste entre la vie de la bourgeoisie, les nouveaux riches apparus avec l'industrialisation et la population pauvre, très souvent féminine, qui n'ont malheureusement comme choix de survie, que celui de marchander leur corps.
Cette noirceur, dénoncée, mise en lumière par le scénario de le Gall est très joliment adoucie par les dessins, aquarelles de l'illustrateur Damien Cuvillier. Contraste qui nous rappelle l'opposition des classes sociales.
Ne vous attendez donc pas à en apprendre plus sur le célèbre tueur en série, mais plongez dans le décor de cette période de l'histoire et découvrez la face cachée de Londres.
Un grand bravo à Frank le Gall et Damien Cuvillier pour ne pas être tombés dans la facilité de faire un énième ouvrage sur Jack The Ripper.

Lien : https://imaginoire.fr/2020/1..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
tchouk-tchouk-nougat
  19 mars 2020
Mary Jane perd son mari dans l'explosion de la mine dans laquelle il travaillait. Elle n'a que 19 ans et là voilà seule et sans le sous. Elle quitte alors le pays de Galles pour Londres où elle espère trouver du travail.
C'est une histoire bien triste que celle-ci. Glauque même puisqu'elle redonne une vie à la dernière des victimes de Jack l'éventreur.
De sa rencontre avec le tueur en série, on n'en verra rien. le but des auteurs est tout autre. Il est de donner un visage et une histoire à une victime.
On s'attache tout de suite à la naïve Mary-Jane Kelly à qui la vie na pas sourit. de rencontres malheureuses en mauvaises rencontres, Mary-Jane ne trouvera jamais le travail honnête auquel elle aspire. Elle va petit à petit sombrer dans l'alcoolisme et la prostitution pour finir dans les sinistres mains que l'on sait...
Un bien triste tableau de la misère londonienne du 19e siècle mais reproduit de main de maître par Damien Cuvillier.
Commenter  J’apprécie          190
MissSherlock
  05 avril 2020
J'ai déjà lu beaucoup de bouquins sur Jack l'Éventreur : des romans, des études et des BD.
Ces ouvrages ont pour point commun de ne s'intéresser quasi exclusivement qu'au tueur et très peu aux victimes. Aussi lorsque j'ai vu une BD entièrement consacrée à Mary Jane Kelly, la dernière victime du Ripper, je n'ai pas hésité une seconde.
Ce bouquin est magnifique à tous points de vue. Les dessins sont somptueux, chaque case est un petit tableau.
Le récit est prenant et d'une tristesse inouïe. On assiste à la chute d'une jeune femme, brisée par le système, laissée pour compte. Sa vie fut une tragédie.
L'auteur jette un voile pudique sur la mort de Mary Jane mais tous ceux qui s'intéressent aux crimes de L'Éventreur connaissent le sombre destin de la malheureuse. Sa mort fut une boucherie.
Je recommande chaudement cette BD qui est un gros coup de coeur.
Commenter  J’apprécie          163


critiques presse (4)
BoDoi   18 août 2020
Frank Le Gall livre une histoire juste, sensible et loin de tout pathos, au plus proche d’une réalité sociale et historique, évitant le sensationnalisme qu’ont longtemps inspiré les méfaits du serial killer.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan   10 mars 2020
Le dessinateur Damien Cuvillier s’est remarquablement emparé du scénario de Frank Le Gall en dressant un tableau de la vie urbaine à l’heure de l’avènement de l’ère industrielle, et en y apportant toute sa sensibilité et son talent, d'un trait réaliste et en couleurs directes.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom   24 février 2020
Dans « Mary Jane », il n’est pas vraiment question de Jack the Ripper, car le projet de Frank Le Gall est tout autre : il s’agit de montrer, dans cette biographie fictive, que cette jeune dame de 24 ans est aussi, et surtout, l’un des martyrs désignés de la misère sociale sous le règne finissant de la reine Victoria en Angleterre.
Lire la critique sur le site : BDZoom
ActuaBD   17 février 2020
Le propos, en dépit de sa noirceur, est enluminé par le beau dessin de Damien Cuvillier qui décrit avec justesse et émotion les décors sordides de Whitechapel à la fin du XIXe siècle. Un voyage en enfer qui vaut le détour.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   29 novembre 2020
Ceux d'en haut les appellent "occasionnelles", ces femmes de chambre, ouvrières, couturières ou blanchisseuses, qui se vendent pour s'acheter, le plus souvent, l'expédient qui leur donne le courage de se vendre. Cercle vicieux, infernal. Cercle. Clos. Dont on ne s'échappe qu'en se remettant à une charité qui tue plus sûrement que la pauvreté la plus noire.
Commenter  J’apprécie          200
marina53marina53   29 novembre 2020
Des usines, des crassiers, des taudis et de la suie partout... Les faubourgs de Londres. Londres... Londres ? Le centre du monde, la puissante, l'abondante cité... façonnée par le génie de l'homme ? Est-ce possible qu'un tel joyau s'accommode d'un écrin pareil, un écrin de crasse et de misère ? Faut-il avancer encore quand tout, ici, paraît n'être qu'un avant-goût de l'enfer ?
Commenter  J’apprécie          100
marina53marina53   29 novembre 2020
La violence n'apprend rien. La misère, la solitude et le désespoir non plus.
Commenter  J’apprécie          290
marina53marina53   05 janvier 2021
La différence entre un homme à soi et les autres, c'est que le sien croit ne pas payer.
Commenter  J’apprécie          190
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   18 mars 2020
Comprendre, quand la vie vous est expliquée à coups de pied, à coups de poing! La violence n'apprend rien. La misère, la solitude et le désespoir non plus.
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Frank Le Gall (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frank Le Gall
L'événement BD de février 2020 se nomme Mary Jane. C'est l'histoire d'une tragédie. Celle d'une femme, l'une des victimes désignées de la misère sociale sévissant alors dans l'Angleterre de la fin du XIXème siècle. Veuve à dix-neuf ans, elle fuit le pays de Galles et la misère pour rejoindre Londres. Pour son malheur, elle y rencontrera la prostitution et un couteau devenu célèbre depuis... C'est aussi la très belle histoire d'une rencontre entre Frank le Gall (Théodore Poussin) et Damien Cuvillier (Nuit noire sur Brest, Eldorado).
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Schcoolbabelio Là où vont les fourmis- marilou

Quel est genre de cette histoire ?

fantastique
comique
aventure

12 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Là où vont les fourmis de Frank Le GallCréer un quiz sur ce livre

.. ..