AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2954211709
Éditeur : Editions Daphnis et Chloé (22/08/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 7 notes)
Résumé :
2007 : Sacha, Zelda et Frédérick sont amis, trentenaires, bien mis et bien diplômés. Inséparables à Paris, ils décident de partir s’installer à New York, comme beaucoup pour chercher la réussite, mais surtout pour se sauver de l’ennui. Mais les dîners gargantuesques, les soirées décadentes dans les Hamptons, les errances ensoleillées à Central Park n’y suffisent pas. Vidée de son excentricité, la ville n’est plus que le décor de ce qu’elle fut et l’ennui guette à no... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Liliz
  02 juillet 2014
Merci à Babelio Masse Critique et aux éditions Daphnis et Chloé pour cette lecture originale et surprenante, cela faisait très longtemps qu'un style d'écriture ne m'avait saisie de la sorte.
Ce roman nous raconte l'histoire d'un trio : Sacha, Frédérick et Zelda. Amis de longues de dates, ils sont fusionnels dans leur relation. Frédérick et Zelda sont en couple tandis que Sacha, dandy trentenaire, passe de conquêtes et conquêtes. En effet, le personnage de Sacha attire, tant il est complexe et mystérieux. Enfant abandonné dans un quartier de Paris avec une valise d'argent à ses côtés, sa vie ne peut être banale.
Un beau jour, Sacha décide de partir vivre à New-York et de commencer une nouvelle vie américaine. Ne pouvant supporter la distance et l'éloignement de leur cher ami, Zelda et Frédérick décident à leur tour de partir vivre aux Etats-Unis quelques mois plus tard. Les premiers temps, tout se déroule pour le mieux. A noter, une soirée particulière chez un de leurs amis restaurateur qui a reçu une lettre de licenciement de la chaîne pour laquelle il travaille. Sacha évoque alors le principe de vengeance et tous décidèrent (clients du restaurant compris) de boire toutes les meilleures bouteilles de la cave... Je vous laisse deviner la suite. C'est l'acte 1 : Premier printemps à New-York, tous se laisse porter par le courant de la vie.
Au cours d'une soirée donnée par Sacha (qui ici n'est pas sans rappeler le personnage de Gatsby le Magnifique), Zelda et lui se rapprochent dangereusement, amoureusement. C'est l'acte 2 : Premier été, sur fond de crise des subprimes. le ton devient plus grave, l'ambiance plus lourde, le lecteur sent poindre la crise. Une crise économique et financière mais aussi une remise en question des valeurs actuelles. Sacha, personnage cynique, s'isole de plus en plus et découvre ses origines, c'est à ce moment là que tout bascule.
Acte 3 ou la dernière saison,
Ce roman, je l'ai déjà dit, est surprenant d'un point de vue stylistique et structurel. Jean le Gall nous plonge dans un univers surréaliste, à la limite du fantastique dans certaines scènes. Il divise son récit en actes comme une pièce de théâtre avec une tension palpable qui monte au fur et à mesure du déroulement de l'action. L'acte 3 est d'ailleurs d'une grande intensité. Il y a une alternance de points de vue, des allers-retours entre les personnages, qui évoluent dans un huis-clos psychologique, avec un narrateur omniscient qui éclaire le lecteur.
Le style est recherché, j'ai été agréablement surprise même si au début je me suis demandée si j'allais aller jusqu'au bout. Mais, au fil de la lecture, je me suis habituée et me suis laissée porter par l'histoire.
Jean le Gall a certainement été marqué par la littérature américaine et notamment par Francis Scott Fitzgerald. On peut y trouver des références à sa femme Zelda Sayre et à Gatsby (notamment dans les traits et comportements de Sacha).
En bref, un roman intéressant par sa structure, son style et la force de ses personnages. Une fin étonnante, franchement je n'aurais pas pu deviner. Si vous avez envie de découvrir une littérature hors des sentiers battus, ouvrez ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sharon
  23 août 2013
Pour moi il s'agit presque d'un Objet littéraire non identifié.
Ce roman reprend les codes du théâtre, jusqu'au dénouement, en divisant le texte en acte, avec New York en unité de lieu. Les personnages principaux sont restreints – trois en tout. Chacun aura le droit de faire entendre sa voix, de commenter ce qu'il vit, comme dans un monologue de théâtre. Ils sont liés par l'amitié et par l'amour.
Frederick et Zelda sont mariés, Sacha est leur meilleur ami. Si le premier a un prénom très ordinaire, Sacha a des accents russes, et Zelda ne peut que rappeler la flamboyante fille du Sud, Zelda Fitzgerald. Tous deux semblent appeler un destin romanesque, or ces trentenaires sont aussi des êtres à qui tout sourit sans peine. Sacha est un avocat, Zelda est désoeuvrée, une « femme au foyer » sans enfants, pour qui le temps n'est pas tout à fait de l'argent.
Réaliste, New York sous l'occupation est ancré dans son époque (la crise des subprimes), mais se teinte de fantastique : les premières pages ont failli me faire lâcher prise, tant je me questionnais sur la nature du texte que je lisais.
Il faut ensuite parler de son style, si particulier. Il est rempli de formules qui mériteraient d'être citées pour certaines – et largement discutées pour d'autres. Il fait réagir, et j'espère bien que c'était le but de l'auteur. Rien ne serait pire que de prendre certains de ses jugements lapidaires au premier degré.
Cette jeunesse heureuse se voit bouleversée par un événement qui coupe littéralement le roman en deux, faisant entrer peu à peu la violence dans cette intrigue. Elle était feutrée, elle devient insoutenable, offrant ainsi un autre regard sur le monde contemporain.
A découvrir.
Lien : http://deslivresetsharon.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Apikrus
  23 août 2013
Sacha, l'un des personnages centraux du roman, élevé en France et relativement fortuné, arrive à New-York. Ses amis Frederick et Zelda y vivent aussi. Frederick est cadre supérieur dans un établissement financier.
Une grande partie du récit est consacrée à décrire leur vie sociale avec ses mondanités, et leurs états d'âme sur la futilité des valeurs de leur société, dont ils profitent néanmoins des bienfaits.
J'ai été à la fois agacé par ce monde de vanités, et amusé par le regard critique que lui porte l'auteur à travers ses personnages. Je trouvais par moments le propos plutôt vide ou au contraire outré, tandis que certains passages m'ont paru très subtils, notamment par leur ironie. le style m'a beaucoup plu, j'ai savouré quelques expressions particulièrement bien trouvées.
Une lecture globalement agréable, donc, même si l'épilogue est venu gâcher cette impression en révélant une construction d'ensemble que l'auteur a voulue trop sophistiquée.
Un roman qui me fait penser à Michel Houellebecq, à propos duquel je suis aussi assez partagé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Leslivresdedidine
  17 juin 2014
Nous suivons donc Sacha Zelda et Frédérick dans leur nouvelle vie à New-York. Sacha avocat qui ne veut pas faire grand choses et qui ne connait rien de ses origines, Frédérick le banquier et Zelda celle qui peut se promener et découvir la ville.
Nous suivons leur vie dans laquelle il ne se passe pas grand chose malheureusement, on apprend justement quand même les origines de Sacha et une histoire d'amour entre Zelda et l'un des deux hommes font qu'il y a un peu plus de mouvement.
Nous suivons donc Sacha Zelda et Frédérick dans leur nouvelle vie à New-York. Sacha avocat qui ne veut pas faire grand choses et qui ne connait rien de ses origines, Frédérick le banquier et Zelda celle qui peut se promener et découvir la ville.
Nous suivons leur vie dans laquelle il ne se passe pas grand chose malheureusement, on apprend justement quand même les origines de Sacha et une histoire d'amour entre Zelda et l'un des deux hommes font qu'il y a un peu plus de mouvement.

Mais vraiment ne le lisez pas si vous n'aimez pas qu'on vous raconte une vie banale sans rien d'exceptionnnel!

Lien : http://leslivresdedidine.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
emilie31
  04 juillet 2014
Masse critique bis : « New York sous l'occupation » de Jean le Gall
Deuxième participation à l'opération masse critique sur Babelio avec le roman de Jean le Gall, New York sous l'occupation.
Ici point de réflexions sur New York pendant la Seconde Guerre Mondiale contrairement à ce que le titre laisse entendre ! Non, il s'agit plutôt d'une fiction sur l'occupation financière à New York et les subprimes. le lecteur découvre un trio atypique : le couple Frederick et Zelda et leur ami Sacha. Trentenaires, Français, ils évoluent habilement dans New York et la jungle des finances.
La forme de cette fiction est déstabilisante – entre théâtre, journal intime, confessions – et le contenu est pour moi un peu décevant. Je m'attendais à une plongée dans le monde impitoyable des finances et de la bourse et je me suis retrouvée à lire le parcours de trois personnages creux et, à mon goût, détestables.
J'aurais aimé une véritable peinture de ce New York sous l'occupation financière et non cette fiction dont la fin me laisse réellement dubitative.
En résumé : un sujet intéressant qui n'est pas traité comme je l'espérais.

Lien : http://gourmandisesetplaisir..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Les critiques presse (1)
Actualitte   19 septembre 2013
L'auteur [...] a de quoi séduire par son écriture originale, parfois insolente et provocante, rythmée et ciselée, vraiment inédite.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
LilizLiliz   01 juillet 2014
D'une manière générale, j'ai la conviction que ceux qui lisent des livres avec une passion maladive deviennent des gens dangereux. Lisant des pages et des pages, ils se voient intelligents. après quoi, ils vivent dans un état de douleur, de solitude et de supériorité que rien ne résorbe.
Commenter  J’apprécie          40
LilizLiliz   01 juillet 2014
Je me fous totalement de ce que les idéologies pourraient penser d'un éventuel échec du système financiarisé. D'ailleurs, suis-je de droite ou suis-je de gauche, qu'on me le dise car je n'ai aucun sens de l'orientation.
Commenter  J’apprécie          20
SharonSharon   09 septembre 2013
New York n'était plus qu'une excentrique convertie aux tièdes, un phare éteint, une cité suicidée, le spectre métallique de ce qu'elle fut plusieurs fois par siècle : un jour l'écoeurante maladie mimétique des hommes gagna son Finistère et la fit vouloir ressembler aux autres.
Commenter  J’apprécie          10
LilizLiliz   01 juillet 2014
Tous confirmaient par leur abandon que "les bons moments peuvent aller au coeur en passant par le foie".
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean Le Gall (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Le Gall
La chronique de Gérard Collard - Les lois de l'apogée
autres livres classés : trentenairesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2093 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre