AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020086912
226 pages
Seuil (30/11/-1)
3.94/5   49 notes
Résumé :
Cet ouvrage, riche d'une très belle iconographie, retrace la généalogie d'une figure sociale originale, que le grand médiéviste décide de nommer au risque de l'anachronisme : "intellectuel". Sur fond de révolution urbaine, se détache à partir du XIIe siècle un clerc inédit, à la fois penseur et enseignant, qui se fait "vendeur de mots". Le grand mouvement des traductions, qui fait remonter en Occident,par l'intermédiaire des Arabes, toute une série de textes antique... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
ordinary_reader
  14 juin 2016
J'avais vraiment apprécié la lecture de cet ouvrage étudiante.
"Intellectualis" (lat) signifie au Moyen Age "qui connaît intuitivement" (non rationnellement).
Jacques le Goff définit ainsi "ceux qui font métier de penser et d'enseigner leur pensée" ces intellectuels citadins, qui naissent au XIIe siècle avec les villes (émergence des universités), et pas avant.
A la fois penseur et enseignant, le "clerc" (à prendre dans son sens moderne, c'est-à-dire ni le moine, ni le prêtre) incarne l'universitaire qui invente une nouvelle manière d'étudier et d'enseigner : la "scolastique".
Ce mouvement conduit à l'affrontement entre deux écoles : les maîtres séculiers et les maîtres réguliers. Les penseurs du XIIIe siècle (comme Albert le Grand ou Thomas d'Aquin) veulent concilier Aristote et la Bible, en rendant Aristote intelligible aux Latins, afin d'autonomiser la philosophie...
Un ouvrage pointu d'anthropologie et de sociologie historique, qui nous apprend beaucoup sur le foisonnement intellectuel au Moyen âge et la richesse des échanges culturels (écrits, voyages, débats) à cette époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
Kyuss
  28 août 2015
Cette petite synthèse est assez ancienne et accessible. En fait, elle a été écrite durant une période où L Histoire s'affirmait encore comme une science, et cela explique l'intérêt de Jacques le Goff pour l'anthropologie et la sociologie, ainsi que le schéma "systématique" employé dans sa thèse.
Il ne s'agit pas d'une histoire des courants de pensée médiévaux, bien qu'il soient inévitablement évoqués dans ces pages, mais d'une étude sociologique adaptée au temps long, pour déterminer qui étaient les intellectuels à l'époque médiévale. À partir d'une définition de l'intellectuel comme celui qui "recherche et qui enseigne", Jacques le Goff émet l'idée, qui se confirme aujourd'hui, que ces individus sont apparus grâce à l'essor du phénomène urbain, ce qui leur a permis de se regrouper de la même manière que les artisans en confréries, dans le cadre des universités. C'est assez lumineux et admirable je trouve. Cette thèse a été remise en question, probablement étayée, mais je la trouve toujours intéressante, car c'est une bonne introduction à l'étude de ce phénomène.
Un petit plus, l'édition "Point" comporte de nombreuses illustrations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lebelier
  20 août 2021
Itinéraire historique des intellectuels et particulièrement de l'université depuis le haut Moyen Âge jusqu'à l'apparition des humanistes.
Le mot « intellectuel » est moderne au XIIe siècle car ceux qui détenaient le savoir n'étaient autres que les « clercs » qui copiaient des textes religieux édifiants sans aucune analyse. La belle calligraphie seule était nécessaire.
« Les magnifiques manuscrits de l'époque sont des ouvrages de luxe. le temps qu'on passe à les écrire, en une belle écriture – la calligraphie est signe, plus encore que la cacographie, d'une époque inculte où la demande des livres est très faible -, à les orner splendidement Pour le Palais ou quelques grands personnages laïques ou ecclésiastiques, manifeste que la circulation des livres est infime. »
Seul le latin demeure la langue des clercs et il faut des traducteurs du grec ou de l'arabe pour ouvrir de nouvelles voies. Ainsi Robert le Vénérable ouvrit celle des croisades intellectuelles pour combattre les musulmans.
L'étudiant est un vagabond allant d'université en université selon les spécialités qui l'intéresse. L'Eglise garde une forte mainmise sur tout ce qui est intellectuel ce qui provoque des révoltes, notamment celle des Goliards, bande d'étudiants qui critiquent tout le système et surtout la hiérarchie pontificale. Parmi eux, Abélard qui a le destin que l'on sait par ses amours coupables avec Héloïse, son étudiante qu'il met enceinte. Il doit se retirer (si l'on peut dire !) mais se retrouve bientôt assailli par les deux fondateurs des abbayes de Cîteaux et des Prémontrés, Saint Bernard et Saint Norbert.
Excellent rhétoricien, Abélard est ce qu'on a appelé un logicien, c'est-à-dire un philosophie qui apporte une méthode à sa pensée, il est l'un des premiers à vouloir associer raison et foi, ce qui l'a probablement perdu plus que ses amours avec Héloïse.
Paris et Chartres sont, à l'époque, les grands centres intellectuels français et les grand sages étudiés sont principalement Salomon, Alexandre et Virgile. Les Chartrains prouvent la toute-puissance divine par l'organisations de la Nature, et plaçant l'homme au centre de leur philosophie, ils sont aussi des humanistes.
C'est surtout au XIIIe siècle que l'université s'organise avec nombre de querelles intestines entre l'Eglise et les laïcs (déjà !) avec comme outils les livres et comme méthode la scolastique. Un problème d'ordre financier se joue entre les églises qui proposent un enseignement gratuit aux étudiants pauvres et les universités qui veulent que les professeurs reçoivent des prébendes et une querelle s'ouvre entre « réguliers » et « séculiers », les intellectuels voyant d'un mauvais oeil l'entrée dans les universités des nouveaux ordres Mendiants (Franciscains et Dominicains). de même est fortement discutée l'influence des anciens et d'Aristote en particulier sans parler des disputes entre aristotéliciens, averroïstes et thomistes (disciples de la pensée de Thomas d'Aquin).
Au XIVe siècle, avec le déclin du Moyen Âge et de la scolastique, la nationalisation progressive des universités qui ne recrutent désormais qu'une certaine aristocratie, la foi et la raison divorcent. La théologie -que cela arrange bien – limite la science expérimentale faute d'objets symboliques et simples et d'instruments pour les scientifiques eux-mêmes.
L'étude du grec ouvre les universitaires à l'humanisme. On retourne au beau langage autour d'Aristote, de la poésie et de la mystique. Tandis que les intellectuels s'expatrient à la campagne pour méditer, on distingue à présent l'intellectuel enseignant, entouré d'élèves et celui, méditatif et solitaire à l'instar de Saint Jérôme dans son cabinet qui inspira bien des peintures sur la réflexion et la méditation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BazaR
  01 août 2013
Avantage de ce livre: le fait qu'il élimine quelques idées reçues sur l'emploi de la raison au Moyen-Age. La raison est utilisée au sein de la scolastique, mais elle reste inféodée aux dogmes religieux et ne prend pas souvent le pas sur la foi aveugle. Il faut cependant louer ce courant qui a maintenu l'usage de l'esprit dans un environnement difficile.
Déception: Je comptais comprendre les subtiles différences entre les théories de Duns Scot, Thomas d'Aquin ou Averroes; différences qui entrainaient leurs partisans à s'excommunier les uns les autres. Je suis resté sur ma faim.
Commenter  J’apprécie          100
Diabolau
  08 avril 2018
Un petit livre érudit, qui dresse un portrait rapide de la vie intellectuelle de l'Empire Carolingien au début de la Renaissance. La partie la plus développée est celle des XIIème et XIIIème siècles, et ça tombe bien, car c'est après tout la plus intéressante, de Pierre Abélard à St Thomas d'Aquin.
Un livre qui date de 1957 et qui semble avoir plutôt bien vieilli, qui reste assez accessible, mais qu'il vaut tout de même mieux éviter de lire en pensant à autre chose si on ne veut pas passer complètement à côté.
On y apprend beaucoup de choses sur les origines de termes qui ont persisté jusqu'à aujourd'hui, tels que "baccalauréat", "licence", "doctorat", "bizuth" ou "Sorbonne"...
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   15 mars 2014
Rien n'est plus frappant que le contraste entre les images qui représentent au travail l'intellectuel du Moyen Age et l'humaniste.

L'un est un professeur, saisi dans son enseignement, entouré d'élèves, assiégé par les bancs où se pressent l'auditoire.

L'autre est un savant solitaire, dans son cabinet tranquille, à l'aise au milieu de la pièce dégagée et cossue où se meuvent librement ses pensées.

Ici c'est le tumulte des écoles, la poussière des salles, l'indifférence au décor du labeur collectif.

Là tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
DiabolauDiabolau   08 avril 2018
Rien de plus frappant que le contraste entre les images qui représentent au travail l'intellectuel du Moyen-Âge et l'humaniste.
L'un est professeur, saisi dans son enseignement, entouré d'élèves, assiégé par les bancs, où se presse l'auditoire. L'autre est un savant solitaire, dans son cabinet tranquille, à l'aise au milieu de la pièce dégagée et cossue où se meuvent librement ses pensées. Ici, c'est le tumulte des écoles, la poussière des salles, l'indifférence du décor du labeur collectif, là tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Jnc75Jnc75   15 février 2020
Abelard souffre de n avoir plus d adversaire à sa taille. Logicien il s irrite d ailleurs de voir passer au dessus de tous les théologiens. Il en fait serment: il sera théologien aussi. Il redevient étudiant et se précipite à Laon aux leçons du plus illustre théologien du temps: Anselme.(...)
" Je m approchai donc de ce vieillard qui devait sa réputation plus à son grand âge qu'à son talent ou à sa culture. Tous ceux qui l abordaient sur un sujet dont ils étaient incertains repartaient plus incertains encore. Si l on se contentait de l écouter, il était admirable mais si on le questionnait il se révélait nul. Pour le verbiage il était admirable, pour l intelligence méprisable, pour la raison vide. Sa flamme enfumait la maison au lieu de l éclairer. De loin son arbre tout feuillu attirait les yeux, mais quand on le regardait de plus pret et au plus de soin, on s apercevait qu il n y avait point de fruit. Lorsque je m approchai de lui pour cueillir son fruit, je vis qu il ressemblait au figuier qui maudit le seigneur ou à ce chêne à quoi Lucain compare Pompée
Il se tient de l ombre d un grand nom.
Tel un chêne superbe au milieu des champs.

Edifié, je ne perdus pas mon temps à son école "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jnc75Jnc75   16 février 2020
C est bien comme un artisan, comme un homme de métier comparable aux autres citadins que se sent l intellectuel urbain du XII siècle. Sa fonction c est l étude et l enseignement des arts libéraux. Mais qu 'est ce qu un art? Ce n est pas une science , c est une technique. Ars c est la spécialité du professeur comme celle du forgeron ou du charpentier. (...) un artc est toute une activité rationnelle et juste de l esprit appliqué à la fabrication des instruments tant matériels qu intellectuels: c est une technique intelligente du faire.
Ars est recta ratio factibiliul. Ainsi l intellectuel est un artisan; parmi toutes les sciences sont appelés arts cat ils n impliquent pas seulement la connaissance mais aussi la production qui découle immédiatement de la raison , telles que la fonction de la construction, des syllogismes, du discours, des nombres, des mesures, des mélodies, des calculs du cours des astres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jnc75Jnc75   01 janvier 2020
Je suis chose légère
Telle la feuille dont l ouragan joué
...
Tel l essuie voguant sans pilote,
Comme un oiseau errant par les chemins d air,
Je ne suis fixé ni par l ancre, ni par les cordes.
....
La beauté des filles a blessé ma poitrine.
Celles que je ne puis toucher, je les possède de coeur.
...
On me reproche en second lieu le jeu. Mais sitôt que le jeu
M a laissé nu et le corps froid, mon esprit s'échauffe.
C est alors que ma muse composé ses meilleurs chansons.
En troisième lieu parlons du cabaret.
...
Je veux mourir à la taverne
Là où les vins seront proches de la bouche du mourant,
Après les choeurs des Anges descendront en chantant :" a ce bon buveur que Dieu soit clément".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jacques Le Goff (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Le Goff
C'est à travers de nouvelles sources, étudiées par une jeune génération de chercheurs, en parties ignorées par Jacques le Goff – enquêtes royales, archives judiciaires, actes de la pratique – qu'une autre histoire de Louis IX s'écrit et qui fera l'objet de ce colloque international.
Pour en savoir plus : https://bit.ly/3r0wCfM
Le Collège des Bernardins est un espace de liberté qui invite à croiser les regards pour cheminer dans la compréhension du monde et bâtir un avenir respectueux de l'homme.
Pour tout savoir de l'actualité du Collège des Bernardins, suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook : https://www.facebook.com/CollegedesBernardins/ Twitter : https://www.twitter.com/CBernardins Instagram : @collegedesbernardins
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Pouvoir royal: 987-1589Voir plus
>Histoire de France>France : histoire>Pouvoir royal: 987-1589 (87)
autres livres classés : intellectuelsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le Moyen Age : quiz inutile

La première d'entre elles eut lieu au Moyen-Âge : il s'agit de pèlerinages armés en Terre sainte.

Les croisières
Les croisades

10 questions
225 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , humourCréer un quiz sur ce livre