AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1096017075
Éditeur : Aconitum (20/10/2016)

Note moyenne : 2.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Paris, en pleine canicule. Une femme endocrinologue est retrouvée conditionnée dans douze boîtes de confits de canard et ce ,dans le coffre du collègue d'un brillant commissaire. Il pourrait s'agir d'un enquête ordinaire, mais la chaleur de cet été est aussi accablante qu'infernale. Sans parler de ses messieurs-dames qui pâtissent d'une certaine....surcharge pondérale.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
StefEleane
  23 novembre 2016
Luminol's Band, un roman un peu particulier. L'auteur a un humour certain et il nous offre une histoire rocambolesque.
Le meurtre est atypique puisque le corps est cuisiné et conditionné dans des boites de conserve. de plus, il est retrouvé dans le coffre d'une voiture de flic. D'ailleurs, ce flic n'est autre que le coéquipier de celui qui doit mener l'enquête ! Farfelus n'est-ce pas !
Le climat de ce roman est lourd. Il fait une chaleur de tous les diables, pas un petit souffle de vent pour alléger l'atmosphère. Mais en plus, nos personnages sont gros, essoufflés, patauds. On manque de souffle avec eux. On a du mal à monter les étages. On sue à grosses gouttes.
J'ai senti une oppression qui m'a gêné, mais volontaire par l'auteur ! Enfin, je l'espère !
On y parle bouffe, sexe. Notre flic est un chaud lapin...Et sa surcharge pondérale ne lui pose aucun problème de sex-appeal ! Ce dernier va se retrouver impliqué bien malgré lui dans cette sombre affaire.
Tout est cocasse mais je me demande pourquoi le nom des personnages sont si "bizarre", on imagine que ce sont des pseudos, mais rien ne nous le garantit..Le problème c'est que cela ne m'a pas permis de m'attacher à cette histoire du coup 😔
La plume de l'auteur est soutenue, voire incisive par moment ! J'ai aimé les références aux nombreux auteurs classiques. Et malgré le peu de pages de ce roman, j'ai trouvé son écriture "dense" .
Un roman qui ne conviendra pas à tous ! Mais à des lecteurs avertis, férus de littérature classique et polars ! pour ma part, je suis assez mitigée !

Lien : http://lesciblesdunelectrice..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Gaiange
  24 octobre 2016
Je suis un peu mitigée à la fin de ma lecture. Il y a un humour bien particulier mais qui m'a quand même arraché quelques sourires ou petits bruits de souris. L'histoire est plutôt assez cocasse et hors normes, mais on se demande où cela va bien nous mener, car mettre une personne en boîte (sans jeux de mots) il fallait y penser.
La plume de l'auteur est très soutenue avec beaucoup de référence littéraire, j'ai beaucoup apprécié les clins d'oeil à de nombreux auteurs ou comédiens.
Des personnages sans prénoms, enfin presque, je crois que sur le grands nombres de personnages que j'ai pu croiser seulement trois ont un prénom. Les autres seront nommés par des surnoms loufoques et c'est bien l'état d'esprit de tout ces personnages, elles sont loufoques, uniques. Un parler potache, cru à la limite du vulgaire parfois.
Des personnages où l'auteur nous fait comprendre qu'ils ont une surcharge pondérale, presque tous, c'est presque hallucinant. Ce côté pondéral, on le retrouve pour tout, dans le phrasé, les actions, l'humour, la vulgarité....
Dans ce thriller, pas de scènes spectaculaires, pas de bains de sang, pas d'enquête approfondie. Mais alors, pourquoi ce roman?! Et bien, je pense que l'auteur voulait faire quelques chose de différent, de marquant et le paris est réussi. Je ne dirais pas que c'est un coup de coeur car loin de là, j'ai eu du mal avec cette masse de vulgarité, mais j'ai pris plaisir à parcourir ces 116 pages.
Lien : http://les-mots-de-gaiange.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
meliewolff
  28 avril 2017
"J'ai le timbre fluet d'une brebis au sacrifice, je m'attends à ce que Virginia Woolf fasse le service déguisée en soubrette, une longue épingle à cheveux contre ses reins pour me la planter bientôt entre les yeux !"
Mon avis :
Ce court roman de 115 pages se déguste comme un bon film avec Gabin et Ventura. Si le phrasé spécifique nous incite à rester concentré, le ton est enjoué et l'on s'amuse de ce langage d'un autre temps. Déroutant certes mais truculent ! Annoncé comme un thriller pondéral, il est certain que notre lecture sera atypique et qu'elle marquera de part son originalité.
Le pitch est simple mais lui aussi fait preuve d'excentricité et c'est sûrement ce qui en plus de la couverture singulière attire le regard et l'envie de lire. Une femme endocrinologue (médecin spécialiste des dérèglements liés aux hormones) est retrouvée dans 12 boîtes de conserves, du confit de canard un peu particulier en somme. le tout gentiment déposé dans le coffre d'un policier par on ne sait quel tour de magie incroyable. Ajoutez à cela un été caniculaire et des personnages qui souffrent quasiment tous d'une surcharge pondérale.
Des descriptions de sudation extrême au manque libidinal de notre personnage principal, en passant par les difficultés de se mouvoir par pareille chaleur et sans oublier les morceaux de choix de notre victime confite et mise en boîtes, l'auteur qui se cache sous une anagramme nous sert un plat qui n'est pas du tout indigeste. L'on retient évidemment la particularité qui l'honore, et l'on ne peut que saluer la performance. Que l'on aime ou pas, c'est assurément un récit qui ne laisse pas indifférent.
Défi Lecture 2017, catégorie 62 : un livre dont le titre et la couverture sont drôles.
Lien : http://the-love-book.eklablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Rolleton
  15 mars 2019
Son épaisseur, Simon, est commissaire et Croquette (à l'huile rance sans doute) son inspecteur. Ce dernier est le commensal préféré du commissaire pour bouffer des conneries, grasses de préférence. Tous deux sont mêlés à un meurtre et à une disparition. Ils mangent plus qu'ils ne travaillent.
L'auteur, qui semble avoir une culture littéraire classique (beaucoup de citations ou de références à des oeuvres majeures), ne fait pas dans le gastronomique mais plutôt dans le gastro-entérique. Tous les synonymes de gras, gros, huileux, indigeste, friture, sudation, obésité... sont utilisés par l'auteur.
K. von Gella fait preuve d'un humour qui ne me laisse pas insensible. Son idée de mettre une victime dans des boîtes de conserve est originale. Cependant, l'enquête, à l'image du commissaire, manque de rythme. La fin est décevante. Je suis resté sur ma faim.
Commenter  J’apprécie          00
mamoounne
  18 août 2019
Aucun intérêt. Pas du tout accroché
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Nicolas Le Golvan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Le Golvan
Rentrée Littéraire Flammarion 2012 - Conférence avec Nicolas le Golvan .Conférence avec Nicolas le Golvan pour la sortie de son livre, Reste l'été.
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1730 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre