AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205085037
120 pages
Éditeur : Dargaud (05/03/2021)
4.12/5   108 notes
Résumé :
Magali a 11 ans. Elle aime les Beatles, dans la catégorie « passionnément » ou « à la folie ». Ce qu'elle aime moins, c'est l'école, surtout depuis qu'elle est au collège. Elle qui pensait être une élève comme les autres éprouve soudainement une peur panique à l'idée d'aller au collège. Telle une "Alice au pays des merveilles", elle se réfugie alors dans l'univers parallèle des Beatles nourri de leur musique et de couleurs éclatantes.

Une bande dessin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 108 notes
5
11 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Bazart
  10 mars 2021
Si la couverture de Nowhere Girl reprend une pochette célèbre des Beatles, si les membres du groupe apparaissent sur les épaules de l'héroïne, c'est parce que ces stars de la pop ont joué un rôle très important dans la vie de Magali le Huche.
Gros coup de coeur pour cette bande dessinée sur la vie d'une jeune fille de 11 ans qui souffre de phobie scolaire et qui trouve dans la musique un formidable moyen d'évasion.
A lire : pour l'univers graphique de l'illustratrice en rose et noir puis éclatant de couleurs lorsque les Beatles entrent dans sa vie, pour la force de ses images (le rocher énorme pour montrer la pression qui grandit chaque jour d'école par exemple, d'autres images en story), pour l'auto dérision de Magali le Huche sur un thème pas forcément léger.
🎧 Vous l'aimerez encore plus si : des références comme Madame est servie, Ah-Ah ou le passage de Francis Lalanne font écho; si vous avez une fille qui est entre enfance et adolescence (on a d'ailleurs fait lire à la BD à notre fille de 11 ans qui l'a aussi beaucoup aimé !)

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Fanvin54
  26 juillet 2021
Près de vingt ans après leur séparation, les Beatles, plus grand groupe de l'histoire musicale (en toute objectivité bien entendu), accomplissent encore des miracles...vous ne me croyez pas ? La lecture de "Nowhere Girl" devrait vous convaincre !
Début des années 90. L'heure de l'entrée au collège pour Magali. Cela tourne toutefois rapidement au calvaire pour la jeune fille, chez qui l'on détecte une phobie scolaire. La découverte des Fab four arrive à cette période. Et cette passion pour les Beatles va s'avérer dévorante... et salvatrice !
"Nowhere Girl" est un récit assez touchant, mais également plein d'humour et de nostalgie, qui nous replonge dans les années 90, avec son grand écart musical entre Bruel et Nirvana (Team grunge pour moi...). John, Paul, George et Ringo : la meilleure des médecines !
Commenter  J’apprécie          110
Virginie94
  06 mars 2021
Magali le Huche raconte son entrée en sixième, l'espoir qu'elle avait placé dans cette évolution pendant l'été est vite remplacé par l'impression de ne pas être à la hauteur. D'angoisses en petit toc, elle développe en quelques mois une phobie scolaire. Alors qu'elle évolue dans les années 90, la découverte des Beattles lui permet de s'évader dans les années 60 et va l'aider à traverser la puberté.
Tout est magnifique dans cette bandé dessinée. On commence par découvrir l'automne 1990 et tout y est de la musique au magnétoscope, en passant par le grand bleu, l'exposition égyptienne au Grand Palais, on s'y croirait.

Mais il s'agit surtout de décrire ce passage difficile à l'adolescence et cette phobie scolaire qui amène l'adolescente à se replier sur elle-même et à s'isoler peu à peu.
Magalie le Huche nous livre un passage de sa propre vie dans cette bande dessinée. Elle raconte tout les petites anecdotes, sa famille, ses visites chez la psy, ses premières règles...
On découvre une adolescente passionnée, exclusive dans cette passion.
Les illustrations en noir et blanc avec des touches de rose tendre évoluent vers des illustrations très colorées et vives quand il est question des Beatles. On voit parfois la petite Magalie dans un nuage de couleur. Il y a des illustrations en pleine page, sans texte, où on voit la jeune fille qui semble voler avec la musique ou tomber dans la musique. Et elles sont superbes ces illustrations.
Ces couleurs donnent plein d'informations. Par exemple, lorsque la passion pour les Beatles devient trop exclusive et que l'héroïne se rend compte à quel point elle s'est isolée, les Beatles deviennent à leur tour rose pale.
Il y a plein de détails que j'ai apprécié : lorsque les parents psy eux aussi comprennent que leur fille est en difficulté, ils parlent entre eux et leurs échanges sans doute incompréhensible pour l'enfant finissent par être illisible pour le lecteur et semblent relever plus de l'illustration que du texte.
Un livre qui évoque la phobie scolaire, la difficulté d'appréhender la puberté, l'isolement, on pourrait penser que l'on va lire quelque chose de plombant, de sinistre. Mais pas du tout, il y a du rythme, des ruptures, des silences... et surtout de l'humour. Magali le Huche se raconte avec recul, elle a un regard tendre sur elle-même. On a parfois l'impression qu'elle s'observe, avec recul mais sans jugement. C'est joli, c'est tendre, c'est drôle par moment.
C'est vraiment un beau message d'espoir que cette bande dessinée avec cette descente d'une pré-ado qui finit par remonter. J'ai été extrêmement émue en la lisant. Je crois que je vais la relire. Je suis sûre que je suis passée à coté de plein de petites choses. Mais surtout, je suis sûre que l'émotion sera toujours là.
Lien : http://bloguiblogas.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LaroulottedeMargotte
  25 avril 2021
Dans cette BD autobiographique, l'auteure évoque la phobie scolaire dont elle a souffert durant ses premières années de collège, et de son amour pour les Beatles qu'il l'a aidé à surmonter cette période.
Magali a 11 ans et rentre en 6ème rose. Elle vit à Paris avec sa grande soeur Amélie et ses parents qui sont psychanalystes. Magali aime regarder des films, danser sur la musique. C'est une petite fille passionnée. le jour où Magali découvre les Beatles, elle devient fan et collectionne les cd, posters et livres sur eux. Elle voudrait partager sa passion avec son entourage.
Parallèlement, dès les premiers mois de la rentrée, Magali ressent un malaise croissant. Elle a peur de ne pas être une bonne élève et devient anxieuse à l'idée de ne pas retenir ses leçons. Plus les semaines passent, et plus Magali ressent un poids qui est représenté par son sac à dos : Il est de plus en plus gros et l'écrase complètement. Un matin, Magali n'arrive plus à aller au collège. A chaque essai, elle vomit devant son établissement. Les autres élèves se moquent d'elle. Ses parents lui font consulter une psy qui diagnostique une phobie scolaire. A partir de ce jour-là, Magali ne retourne pas au collège et s'inscrit au CNED.
Magali le Huche aborde avec beaucoup de justesse et de sensibilité la phobie scolaire, sans mélodrame.
J'ai beaucoup aimé le choix de la colorisation de son album. L'album est en noir et blanc avec des touches de rose. Quand Magali s'évade dans son imaginaire grâce aux Beatles, les pages sont colorées avec des teintes vives : jaune, violet, orange, vert. Il y a beaucoup de gaîté qui transparaît dans ces dessins, car Magali se sent bien. J'ai apprécié les références graphiques : à Alice au pays des merveilles, aux chansons des Beatles (le sous-marin jaune). Les illustrations en double page sont magnifiques notamment celles qui représentent les Beatles.
Graphiquement, le dessin peut rappeler Riad Sattouf pour les petites flèches qui décrivent les caractéristiques des personnes, le style vestimentaire, les sentiments. Ce procédé permet d'apporter des touches d'humour à l'histoire. Certaines bulles ne sont pas faciles à lire car elles sont parfois trop chargées, c'est à mon sens le petit bémol de cette BD.
J'ai aimé cette BD touchante et drôle qui parle de l'enfance, de la difficulté à quitter cette période et qui fait la part belle à la musique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cathulu
  21 mars 2021
L'entrée au collège ne se passe pas bien du  pour la jeune Magali qui développe une phobie scolaire , symbolisée par un balluchon, devenant de plus en plus énorme,  balluchon que doit porter l'adolescente sur le chemin de son calvaire.
Aidée par une famille aimante, une psy qui la reçoit régulièrement, l'adolescente va découvrir par hasard les Beatles et là c'est le début d'une passion dévorante. Passion qui va la conduire à lire , à argumenter avec passion pour défendre son groupe chéri face à un adorateur des Stones , bref à souler son entourage avec les 4 de Liverpool.
 Mais dans la musique et l'univers pop, coloré, psychédélique des Beatles, elle trouve surtout du réconfort et petit à petit  la force de s'ouvrir aux autres et à l'art.
Un récit largement autobiographique où la dessinatrice  s'empare de l'univers graphique des Beatles au fil des pages, réinterprétant certaines pochettes célèbres. Il n'est pas pourtant nécessaire d'être fan de ces artistes pour apprécier ce roman graphique bourré de sensibilité, d'autodérision et de bienveillance.




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (9)
Liberation   09 septembre 2021
Pas une seconde, ce livre n’est sinistre, grâce à l’autodérision de l’autrice, à la gaieté et à la beauté de ses dessins dominés par le rose.
Lire la critique sur le site : Liberation
BoDoi   27 avril 2021
Nowhere Girl se révèle ainsi bien plus touchant que nombriliste, car Magali Le Huche pose un regard distancié et tendre sur son parcours, capable d’éclairer plus d’un lecteur sur le phénomène de la phobie scolaire, sans vouloir donner de leçon ni se positionner en référence.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   14 avril 2021


Magali Le Huche signe un album intense, lumineux et toujours très vivant sur une période sombre de son existence. Où comment les Beatles l’ont apaisée alors qu’elle souffrait de phobie scolaire.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Elle   29 mars 2021
Avec un formidable sens du détail et une imagination graphique fantastique, Magali Le Huche compose un roman très personnel, qui consolera plus d'un adolescent.
Lire la critique sur le site : Elle
OuestFrance   26 mars 2021
Elle est très maline, Magali Le Huche. Le titre de son ouvrage, "Nowhere girl", est à double sens...
Lire la critique sur le site : OuestFrance
Telerama   17 mars 2021
Dans sa BD “Nowhere Girl”, destinée à un public adulte, l’illustratrice jeunesse de 42 ans revient sur son adolescence tourmentée dans les années 1990. Et raconte comment son amour pour les Fab Four l’a apaisée.
Lire la critique sur le site : Telerama
LigneClaire   16 mars 2021
C’est bien sûr Magali qui signe texte et dessin, devenue auteure sûrement grâce aux plus géniaux musiciens du siècle, jamais égalés.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
LeParisienPresse   11 mars 2021
Dans sa bande dessinée «Nowhere Girl», Magali Le Huche raconte ses deux années de phobie scolaire à son entrée au collège, dans les années 1990. Mais aussi sa passion salvatrice et décalée pour le groupe de Liverpool.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
BDGest   09 mars 2021
Un récit poignant, à mettre entre les mains de toute fillette qui se sent mal dans sa peau. En fait non, recommandons-le plutôt aux parents inquiets.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
NadaelNadael   07 avril 2021
« Plus les semaines passaient, plus j’avais du mal à quitter l’appartement. J’étais comme un animal qui repère son territoire. Je cherchais les odeurs d’origine. Je partais le matin avec l’impression que je n’allais jamais revenir… et que je laissais chaque matin un peu d’enfance à la maison. »
Commenter  J’apprécie          20
NadaelNadael   07 avril 2021
« Quoi? Johnny! Tu veux dire que tu existais en même temps que les Beatles et tu ne les écoutais pas?! Mais c’est injuste! Mais pourquoi? C’est nul, nul, nul!! »
Commenter  J’apprécie          20
cathulucathulu   21 mars 2021
Entre les Beatles et moi, tout s'intensifia sans aucune limite à la passion. Ils devinrent une obsession .
Commenter  J’apprécie          30
cdlire11cdlire11   06 avril 2021
Magalie tu dois partir à l'école tout de suite ! Éteins la musique. Je veux pas y aller. Je peux pas... J'ai mal au ventre...
Commenter  J’apprécie          10
PsychikFabPsychikFab   12 mai 2021
De toute façon les Beatles étaient dans ma poche. Quoiqu'il arrive.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Magali Le Huche (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Magali Le Huche
Payot - Marque Page - Magali le Huche - Nowhere Girl
autres livres classés : phobie scolaireVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox







.. ..