AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2746705605
Éditeur : Autrement (14/01/2005)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :

En décembre 1994 éclatait la première guerre de Tchétchénie. Dix ans après, la guerre, qui a repris en 1999 après une trêve de trois ans, se poursuit dans une quasi-indifférence internationale. Seules des actions terroristes réveillent un temps l'attention médiatique. Surtout, c'est désormais l'angle de l'islamisme qui se voit privilégié, au détriment d'une lecture plus précis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
YvesParis
  18 décembre 2012
Parler sereinement de la Tchétchénie n'est pas facile. Cette petite république caucasienne, où la guerre, après trois années de sursis, a repris en 1999, suscite deux discours contradictoires, qui pêchent souvent par leur commune ignorance de la réalité tchétchène. D'un côté les moralistes pro-indépendantistes prompts à pétitionner pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. de l'autre les cyniques enclins à laisser les Russes régler cette "affaire intérieure". le titre de l'ouvrage de Anne le Huérou, Aude Merin, Amandine Regamey et Silvia Serrano pouvait laisser craindre le pire. Mais leur travail, qui bénéficie de la caution du CERI, évite l'écueil du plaidoyer militant. Si les auteurs se demandent si la Tchétchénie constitue une "affaire intérieure", c'est moins pour cautionner l'indifférence internationale dans laquelle se poursuivent les affrontements que pour placer la question tchétchène dans son rapport avec la Russie.
L'histoire de la Tchétchénie - dont traite le pemier chapître - est celle de son opposition avec la Russie. Les indépendantistes revendiquent la libération de leur territoire, la fin de l'exploitation coloniale de leurs ressources naturelles, la maîtrise de leurs choix politiques. Mais leur combat n'est pas sans ambiguïté. Ils aspirent au "retour à une "tchétchénité" perdue" (p. 14) qui n'existe plus - à supposer même qu'elle ait jamais existé (ainsi l'appartenance au teïp, au clan, est-elle plus souvent une construction identitaire qu'un héritage de l'histoire). Pour le meilleur et pour le pire la Tchétchénie - qui comptait en 1989 58 % de Tchétchènes seulement contre 23 % de Russes dans sa population - a été soviétisée. Ainsi de sa capitale Grozny, une ville majoritairement slave, ou de ses élites qui sont "le produit de la politique soviétique" (p. 20) : Djokhar Doudaev était général dans l'Armée rouge, Aslan Maskhadov était lui aussi officier soviétique. "Ni tout à fait en Russie, ni tout à fait en dehors" (p. 32), la Tchétchénie ne trouve ni dans la rupture ni dans la normalisation de solutions satisfaisantes à sa crise d'identité.
Cette histoire violente a marqué de son empreinte la société et, plus encore, l'image qu'elle projette d'elle-même. Dans le deuxième chapitre, les auteurs montrent que le traumatisme de la déportation - plusieurs centaines de milliers de Tchétchènes, suspectés de "collaboration massive avec les nazis", furent déportés entre 1944 et 1957 dans les plaines glacées du Kazakhstan - nourrit "un récit identitaire qui s'articule autour du myte de la résistance" (p. 44). Dans l'nconscient populaire, le loup tchétchène viendra à bout de l'ours russe. Mais l'héroïsme guerrier de la première guerre (1994-1996) n'est plus de mise. Avec la seconde guerre, la perspective du combat a changé : à l'optimisme dans la victoire a succédé le seul espoir du martyre et de la mémoire. C'est là la seule motivation des chahidki, les femmes martyres.
La Tchétchénie est-elle pour autant devenue un champ de bataille dans la guerre mondiale contre le terrorisme islamiste, comme l'affirme Vladimir Poutine, qui s'est élégamment engagé à "buter les terroristes jusque dans les chiottes" ? La thèse est caricaturale, même s'il serait angélique de se cacher l'influence du processus de réislamisation en cours. Si la religion est un instrument au service d'une cause, elle n'est pas en Tchétchénie une fin en soi : "les revendications ne sont pas liées à la religion (...) [elles] restent ancrées dans une problématique de conflit national" (p. 82). Au passage,le troisième chapitre fait un sort à la thèse selon laquelle la Tchétchénie serait, à l'instar de l'Afghanistan, un creuset où se formeraient les djihadistes. Les combattants étrangers ayant rejoint la résistance tchétchène ne sont pas légions ; quant aux Tchétchènes, ils ne partent pas combattre à l'étranger.
Le plus intéressant peut-être est l'impact de la guerre sur la Russie elle-même. On se souvient comben la première guerre avait terni l'image de Boris Eltsine. On ne se laisse d'être étonné de la popularité que Poutine a acquise dans la seconde. C'est que ce conflit renforce paradoxalement le sentiment national : alors même que le Tchétchène véhicule "une image moyenâgeuse, sauvage et étrangère" (p. 122), le maintien de la Tchétchénie dans les frontières de la Russie semble marquer le terme de l'éclatement de l'empire et constituer la premère étape de la reconstruction d'une fierté nationale.
Ce sombre tableau augure mal de l'avenir. L'assassinat du président Aslan Maskhadov en mars 2005, au lendemain de la publication de ce livre, est venue confirmer ce triste constat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
autres livres classés : guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1737 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre