AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782267019308
189 pages
Christian Bourgois Editeur (23/08/2007)
3.12/5   20 notes
Résumé :

« Maintenant qu’elle était morte, il me fallait affronter la vacuité de mon esprit : j’avais vécu l’inoubliable et je passerais le restant de mes jours à ressasser ce deuil. Si Thomas n’avait pas dispersé les cendres de Sola dans la mer, j’aurais été assez fou pour les conserver, disputant à mon frère la propriété des reliques. J’avais des rêveries morbides, j&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Tandarica
  06 mai 2015
Simplement pour mémoire. Ici encore, Linda Lê fait de nombreuses références littéraires et cinématographiques, comme à son habitude, façon de guider le lecteur qui lui fait confiance, mais aussi par reconnaissance pour ces nourriciers de l'ombre : les Quatrains d'Omar Khayyam (dont vous pouvez trouver une statue à... Bucarest, en Roumanie), le Voyage à Tokyo (certainement le film deYasujirō Ozu), le Visage, du réalisateur Ingmar Bergman, Les Contrebandiers de Moonfleet de Fritz Lang (« le petit John Mohune […] qui, quand on l'interroge sur les revers qu'il a subis, répond : « L'expérience était profitable, monsieur. » Quelle leçon pour moi !)... je vous laisse le plaisir de continuer la liste.
La fin que connaît Sola, l'écrivaine (comme toujours les vertigineuses mises en abyme chez Linda Lê) est le suicide, que Stig Dagerman (autre auteur cher à la romancière) appelait "l'accident de travail de l'écrivain". C'est le prétexte à l'évocation posthume d'évoquer celle qui "règne par le pouvoir de l'absence" et de ses livres, mais aussi son père défunt, jadis venu d'Iran.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
cedratier
  23 mai 2018
« In memoriam » Linda Lê (190p, Christian Bourgois).
Pas un mauvais roman, mais une petite déception quand même; la découverte de Linda Lê dans « Les évangiles du crime » avait été un choc très fort ; ici, ce n'est pas la même secousse, c'est moins puissant, moins original, plus convenu.
Le narrateur est, ou essaie d'être écrivain ; l'écriture comme une revanche à prendre sur son ennemi intime, Thomas le frère aîné, brillant avocat, la coqueluche de tout le monde après avoir été celui de ses parents, laissant le cadet le plus souvent humilié, dans l'ombre. L'âge adulte signifie-t-il la réparation du second ? Celui-ci rencontre une jeune femme, écrivain d'envergure, dont il tombe éperdument amoureux, mais qui se suicide dès les premières pages (il n'y a pas de suspense ici). Le roman est le récit en flash-back de cette tentative d'apprivoisement de cette femme étrange, exigeante, et surtout inaccessible dans ses blessures les plus intimes. Jusqu'à ce que le frère s'immisce dans leur histoire, avec ses armes redoutables de séduction et de talent. Une réflexion sur la possession, la jalousie masculine et ses déboires, sur la fissure qui lézarde un être en déroute, et l’impuissance qui lui fait face.
L'écriture est sophistiquée, avec un vocabulaire châtié, parfois un peu trop. Le roman m’a semblé dans l’ensemble peu inspiré, j’avais l’impression de lire une œuvre de commande, peu de choses m’ont accroché en chacun des trois personnages. Et les nombreuses références littéraires ou cinématographiques pointées par Tandarica m'ont échappé. Sans doute dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Coyotetired
  17 mars 2020
Pas la lecture idéale en ses sombres temps de Covid-19. À contourner pour les suicidaires. C'est un roman en trompe-l'oeil. Car en vérité, je vous le dis, je vous l'assène, il s'agit d'un long poème en prose pour un thrène. Mélancolique, mais magnifique. Lê m'étonne, Lê m'attire et Lê m'épate.
Si vous êtes en panne de produits de l'oubli, de poudre d'infini, essayez in memoriam. Voyage garanti.
Commenter  J’apprécie          20
Florel
  30 janvier 2011
Juste magnifique !
Commenter  J’apprécie          51
ChezLo
  18 décembre 2010
Une atmosphère lugubre enveloppe le lecteur dès les premières pages, pages qui le plongent dans le monologue ininterrompu du narrateur. de Sola on apprend peu de choses. Mais on sait qu'elle laisse un homme déboussolée, déçu, qui reprend le fil de ses souvenirs pour se remémorer Sola, pour panser ses blessures aussi, pour analyser les rivalités avec son frère ennemi, dont il devra inévitabkement se rapprocher, malgré lui.
Lien : http://chezlorraine.blogspot..
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ChezLoChezLo   18 décembre 2010
Quand j'appris la nouvelle, non seulement du suicide mais de la visite de mon frère, à qui avait été concédé le privilège de lui parler avant sa mort, je me mis à haïr Sola. Elle était partie sans une explication, comme si je ne valais pas la peine d'une lettre. Il nefallait pas attendre d'elle un Pardonnez-moi. Elle était trop convaincue de la légitimité du moindre de ses actes. Mais elle aurait pu me dire au revoir, m'assurer qu'elle m'avait aimé, même en ajoutant qu'elle aimait aussi Thomas, de façon différente, avec moins d'ambivalence. Elle s'en était abstenue. Elle avait tiré sa révérence en ma claquant la porte au nez, et moi, glacé d'effroi, j'avais pour tout legs ce silence assourdissant. La tragédie était consommée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TandaricaTandarica   01 juin 2015
Sola avait fait irruption dans ma citadelle pour y laisser une trace que rien, aucun amour, si j'étais encore en état d'éprouver des sentiments, n'oblitérerait : elle était partie sans un salut, léguant à la postérité des romans d'une beauté si explosive que la gangue dont nous étions prisonniers volait en éclats.
Commenter  J’apprécie          130
CoyotetiredCoyotetired   20 mars 2020
Hormis chez les classiques, auxquels je continuais de me frotter, l'orpailleur que j'étais grappillait rarement des pépites. Amusé, parfois un brin éberlué devant la virtuosité, j'étais souvent excédé, saisi d'une lassitude à laquelle je m'empressais d'obvier en picorant dans les traités des anciens. (page 81)
Commenter  J’apprécie          40
TandaricaTandarica   06 mai 2015
[...] le souvenir de cette Antigone qui m'avait initié à l'insoumission, et qui possédait une formule alchimique : le sacrifice consenti à la littérature.
Commenter  J’apprécie          90
TandaricaTandarica   06 mai 2015
Il ne rimait à rien de courir après des renseignements au sujet d'un roman fantôme.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Linda Lê (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Linda Lê
Lecture de Jean-Marie Gleize: une création originale inspirée par
Une série de créations littéraires originales inspirées par les collections de la BIS. Ce cycle est proposé par la Maison des écrivains et de la littérature (Mel) en partenariat avec la BIS. Un mois avant la restitution, l'écrivain est invité à choisir un élément dans les fonds de la BIS. Lors de la rencontre publique, « le livre en question » est dévoilé.
Saison 4 / 2020 : Linda Lê, Arno Bertina, Muriel Pic, Jean-Marie Gleize, Jean-Christophe Bailly.
Chaque saison donne lieu à la publication d'un livre aux éditions de la Sorbonne "Des écrivains à la bibliothèque de la Sorbonne": * saison 1 : Pierre Bergounioux, Marianne Alphant, Arlette Farge et Eugène Durif paru en septembre 2018. * saison 2 : Jacques Rebotier, Marie Cosnay, Claudine Galea et Fanny Taillandier, paru en septembre 2019. * saison 3 : Hubert Haddad, Line Amselem, Christian Prigent, Mona Ozouf, Laure Murat, publication prévue en septembre 2020.
+ Lire la suite
autres livres classés : deuilVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le quiz "dominos"... scientifique

Adam et...

Lydia
Eve
Germaine

10 questions
707 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeux , détente , logique , littératureCréer un quiz sur ce livre