AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782702182802
270 pages
Calmann-Lévy (31/03/2021)
3.88/5   327 notes
Résumé :
Bienvenue à Locmaria, paisible village du Finistère, avec son port, ses maisons de granit aux toits d'ardoise, son église du XVIe siècle et ses querelles de clocher.
C'est dans ce décor de carte postale que débarque Catherine Wald, pimpante Strasbourgeoise.
La cinquantaine, divorcée, elle a décidé de prendre un nouveau départ en Bretagne et d'ouvrir un restaurant de spécialités alsaciennes. Son arrivée et son projet se retrouvent très vite au centre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (109) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 327 notes

Ladybirdy
  02 mai 2021
Je n'avais jamais lu de cosy mystery jusqu'à ce jour. Me voilà ragaillardie avec ce savoureux Bretzel & beurre salé.
Une histoire bien sympathique d'une alsacienne divorcée de cinquante ans décidée à prendre un nouveau départ en Bretagne en ouvrant son restaurant de spécialités alsaciennes. Là-bas, Catherine fait face au nationalisme des habitants qui voient d'un mauvais oeil l'arrivée de cette étrangère chez eux.
Quand le maire du village légèrement obsédé sexuel (oups) décède suite à un repas au Bretzel & beurre salé, Catherine voit sa petite entreprise péricliter.
Ce roman se lit comme on déguste une bonne galette bretonne. L'enquête est très sympa et surtout nous avons une bonne dose d'humour avec des personnages bien campés qui n'y vont pas par quatre chemins pour signifier à Catherine qu'elle n'est pas la bienvenue à Locmaria (ville fictive).
Je ne vous en dis par plus histoire de vous mettre l'eau à la bouche. Ah oui, une précision: ce roman est très gourmand (attention à votre ligne), il sent bon l'iode (de quoi vous donner envie d'une virée à la mer), il dynamite l'image de la femme seule (Catherine est multi tâche et n'a pas sa langue en poche).
Mon bémol et c'est tout à fait subjectif c'est qu'il faut jongler entre les différents personnages (je m'y perds vite), on perd parfois un peu Catherine alors que c'est le personnage central et le plus attachant.
En conclusion, Bretzel & beurre salé, c'est un cosy mystery à quatre mains pour plus d'idées, un mélange de yin et de yang, c'est frais, ça sent les vacances, ça fait voyager, ça tient en haleine. Et tout ça n'est pas pour me déplaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          963
iris29
  25 juin 2021
"Vend magnifique propriété avec vue sur mer, prévoir quelques travaux... "
A Locmaria, un notable voulait l'acheter mais il en a proposé un prix dérisoire. Mal lui en a pris, il a été doublé par une étrangère. Pensez donc, une Alsacienne ! Laquelle n'a pas fini de faire parler d'elle, puisqu'elle a également acheté dans le bourg de Locmaria, un restaurant où elle veut faire de la cuisine alsacienne. Sacrilège !
Quand la flammekueche rencontre la galette bretonne ...
Tous les habitants de Locmaria ne voient pas cette installation d'un bon oeil, mais rien de grave, jusqu'à ce qu'un client du restaurant soit empoisonné...
Premier tome de ce qui s'annonce comme une série policière du genre cosy mystery, ce roman est bien sympathique. Les auteurs dévoilent juste ce qu'il faut , mais en garde "sous le coude" pour les tomes suivants. Cathie Wald a des zones d'ombres, comme l'origine de sa fortune, ou la mort d'une personne chère , Sabine, dont on ignore si c'est une amie , une soeur...Souvent dans ce style de littérature, l'enquête n'est qu'un prétexte, et n'offre pas vraiment de suspens. le charme de ce genre de romans, provient des détails, de l'ambiance. le petit village côtier breton et ses habitants hauts en couleur tiennent la route, même si certains sont un peu caricaturaux.
Il m'a cependant manqué quelques descriptions pour que j'ai un coup de coeur... Des descriptions, qui auraient ajouté un plus, du corps, à l'histoire , qui lui auraient donnée une identité...
Cathie refait faire sa maison, mais à part la mention d'un sauna, on n'a aucune précision sur les travaux effectués, de sorte qu'on visualise mal son cadre de vie. (Le lectorat de cosy mystery est essentiellement féminin, je dis ça , je dis rien...) A aucun moment, alors que Cathie a une propriété (donc un jardin), et qu'elle effectue des trajets à vélo, il n'est question de plantes croisées, d'arbustes, d'odeurs, de bruits de la nature, de ce petit vent frais que toute personne ayant séjourné dans le Finistère connaît bien...
Il est fait mention du jour qui s'attarde jusqu'à 23h, donc on est au printemps ou en été, et rien sur les explosions de couleurs des azalées , des rhododendrons ? Je veux de la bruyère à perte de vue, je veux me sentir en Bretagne si je lis un roman qui se passe en Bretagne....
Le pitch et le titre du roman laissait entendre une "opposition" Alsace /Bretagne, si j'ai senti l'Alsace avec ses plats appétissants, je n'ai pas trop senti le beurre salé et les embruns !
Donc, un premier tome sympathique mais pas un coup de coeur, on verra par la suite si ce duo d'auteurs (mariés dans la vraie vie ) arrive à injecter plus de piquant dans cette histoire qui a du potentiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          606
belette2911
  18 octobre 2021
Quand on a tendance à foirer quelques lectures, il faut parfois lâcher du lest et aller vers une lecture de secours : un cosy mystery, qu'ils soient à la sauce anglaise ou française.
Lorsqu'on a lu quelques romans sombres, il est parfois salvateur de se dégoter une lecture légère qui fera du bien au moral, que l'on lira les doigts de pieds en éventail (même si ce n'est plus la saison) et qui relancera la machine.
Ce cosy crime était parfait pour ça et il a rempli sa mission avec brio : me détendre, me faire du bien au moral, sans mettre à mal mon cerveau fatigué.
Le pitch de départ est souvent le même : une nouvelle personne arrive dans un petit village, les locaux la regardent soit de travers, soit l'accueillent à bras ouverts et ensuite, les emmerdes arrivent en escadrille.
Bizarrement, comme dans le premier tome d'Agatha Raisin, une personne meurt après avoir mangé la choucroute de Cathie, la nouvelle (pour Agatha, c'était une quiche achetée). Les regards suspects se tournent donc vers Cathie Wald, la p'tite nouvelle dans ce village breton et les commentaires racistes fusent puisqu'elle est originaire d'Alsace.
Une fois de plus, les esprits de clocher sont de sortie, les ragots vont bon train, certaines personnes malveillantes en profitant pour en rajouter à la brouette de calomnies déversée sur cette pauvre Cathie.
Rien de neuf sous le soleil, tous les ingrédients du cosy crime sont réunis, ainsi que ceux qui font le fonds de commerce de bien des séries télés ou romans : tout commence mal et ensuite, tout fini bien, les méchants sont châtiés et les bons triomphes. Simpliste, non réaliste, mais pour le moral, c'est bon.
Hélas, les personnages n'échapperont pas à la dichotomie : le méchant vilain pas beau cumule toutes les horreurs possibles, à tel point qu'on aimerait qu'il clamse et qu'on offrirait volontiers une médaille à son assassin (ou à sa meurtrière, pas de sexisme). Ses sbires ne valent pas mieux, ils sont méchants, bêtes et n'ont rien pour relever un peu leur portrait.
De l'autre côté, les gentils sont gentils (où sont leurs défauts ?) et Cathie est bourrée de qualités, même si elle semble avoir des petits secrets, qui ne seront pas dévoilé dans ce premier tome. Mystère !
Quant au résumé qui annonce qu'elle se lancera elle-même sur la trace du coupable, sans l'aide du journaliste, elle serait toujours à se demander qui a empoisonné sa choucroute, alors que j'avais trouvé son identité bien avant tout le monde, y compris les gendarmes !
Ce n'était pas complexe, ce n'est pas du Agatha Christie et une fois éliminé l'impossible, ce qui restait, pas si improbable que ça, ne pouvait être que la vérité. Puis j'ai même pensé à une complexité que les auteurs auraient pu faire et j'ai embrayé là-dessus et c'était bingo (bien que moi, j'avais complexifié un peu plus).
Donc, ce charmant petit cosy crime était des plus reposant pour mon petit cerveau fatigué… Il sentait bon l'iode et les embruns de la mer, mais il a aussi manqué des descriptions de paysages qui m'auraient aidé à voyager plus facilement et donné un autre ancrage à ce roman se déroulant dans le Finistère.
Attention, cela ne veut pas dire que ce policier breton est merdique, loin de là ! Il est juste fait pour passer un moment de lecture tranquille et sympa, sans se prendre la tête, sans faire fumer ses méninges, par contre, il risque de vous donner envie de bouffer de la flammekueche et autre spécialités culinaires. Mauvais pour la ligne, donc ! Mais si bon pour l'estomac… À défaut de paysage, nous aurons la gastronomie.
Un cosy mystery qui ne mange pas de pain (mais de la flammekueche), qui ne révolutionnera pas le monde du polar, qui ne fera pas de l'ombre aux romans policiers d'Agatha Christie, ni aux détectives du Yorkshire, mais qui, dans l'ensemble, a rempli son rôle de m'aérer l'esprit, de me détendre, de me donner du plaisir de lecture, sans que mon moral soit en berne.
Bref, il a rempli le contrat, ce qui n'est déjà pas si mal vu que d'autres livres, qui me faisaient super envie et avec lesquels je pensais passer des moments forts de lecture, se sont avérés me donner envie de les refermer après un ennui mortel durant ma lecture.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Levant
  08 juin 2022
Cathie Wald n'est pas seulement une étrangère venue s'installer dans le village, elle a acquis la belle demeure de la pointe de Kerbrat au nez et à la barbe d'un notable local qui la briguait. Voilà deux bonnes raisons de lui déclarer une guerre qui comme toutes divisera acteurs et spectateurs et ajoutera aux querelles de clocher d'un Locmaria, fictif celui-là, en pays de Cornouaille.
La flammekueche vient faire concurrence à la galette au sarrazin avec l'arrivée de cette continentale décidée à ouvrir un restaurant. Les rancoeurs y verront un théâtre tout désigné pour faire plier celle qui a osé s'implanter de la manière la plus convaincante, avec ses moyens financiers. Un client parmi les plus en vue du village trouvera la mort par empoisonnement lors d'une soirée choucroute.
Les enquêteurs les plus perspicaces ne seront pas les officiels bien connus. Ce qui paraît-il est une caractéristique de ce sous-genre du polar que je découvre : le cosy crime. Dont on nous dit dans la célèbre encyclopédie en ligne que « le sexe et la violence se produisent hors scène, le détective est un détective amateur, et le crime et la détection ont lieu dans une petite communauté socialement intime. »
Ouvrage qui fait du bien pour distraire son lecteur. Une lecture légère qui le fait se prendre d'empathie pour le héros d'autant plus facilement qu'il ne se fait pas trop de souci quant à son sort à l'épilogue. Lecture détente pour la torpeur de l'été, quand on veut faire une pause dans la morosité ambiante qu'entretiennent avec opiniâtreté nos médias désormais omniprésents dans notre vie.
C'est crédible et respire l'authentique régional. Il paraît qu'il y aura une suite. C'est comme ça que naissent les séries. Après le succès d'un coup d'essai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Louise1200
  19 septembre 2022
Le dernier soir de ma semaine de vacances alsacienne, je me suis retrouvée dans une crêperie bretonne, qui ne proposait pas de crêpe au munster. C'est donc tout naturellement que j'ai été attirée par le dernier volume de Bretzel & Beurre salé quand j'ai cherché un livre pour mon voyage de retour. Chance, les deux premiers volumes étaient également disponibles et j'ai donc embarqué avec les trois livres pour mon voyage en char à voile (ou presque) pour rentrer chez moi. Depuis l'arrivée du TGV à Strasbourg, fini le train direct entre Bruxelles, Strasbourg, Sélestat ou Colmar : il faut passer par Paris - soit un détour de près de 400 km pour gagner une poignée de minutes - sans parler du prix... qui avoisine celui d'un vol en jet privé. Bref, train au milieu des vignes jusqu'à Strasbourg puis bus jusqu'à Bruxelles, en passant par l'Allemagne et le Luxembourg. de quoi savourer Une enquête à Locmaria, faire connaissance avec Catherine Wald, une quinquagénaire strasbourgeoise venant s'installer dans un petit village breton pour ouvrir un restaurant de spécialités alsaciennes, flammekücke et choucroute en tête. Evidemment, tout le monde ne voit pas cette arrivée d'un bon oeil. Mais Catherine sait également s'attirer les sympathies. Lors d'une soirée choucroute, une tablée de notables se sent mal et l'ancien maire décède peu après. S'agit-il d'un produit avarié ou d'un acte malveillant ? La gendarmerie locale est bientôt aidée par la police judiciaire. Comme le restaurant est fermé, Cathie décide de mener sa propre enquête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   24 juin 2021
- Tu peux rire, Marine, mais Quemerais m'a glissé que ça pourrait être un émir qui aurait acheté le domaine de la pointe de Kerbrat.
- Pour moins d'un million d'euros, ce serait un tout petit émir.
- Quemerais, il a ses sources ! enchaîna Arsène sans se laisser déstabiliser. Tu feras moins la maligne quand tu verras l'émir arriver sur la plage avec toutes ses femmes en burkini. Ah, elles seront chouettes, nos côtes bretonnes ! Et qu'ils me demandent pas de leur trouver leurs trucs noirs à grillage pour leurs filles ! S'ils ont froid ou qu'ils veulent cacher leurs cheveux, ils prendront du Armorlux ou du Saint James, de la vraie qualité de chez nous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
iris29iris29   25 juin 2021
L'intensité de cette tempête de fin d'hiver dépassait ce que les incapables de la télé avaient annoncé. (...)
" Ça va se calmer à l'heure du premier lambig", avait solennellement annoncé le vieux Jos. Une sentence nettement plus fiable que celle des scientifiques et qui faisait espérer une accalmie pour le lendemain matin, autour de huit heures et demie. Ce serait alors le moment de remettre le nez dehors, de constater les dégâts et de reconstruire, afin de montrer au ciel qu'on ne mâte pas un Breton avec un peu de vent et quelques millions de litres d'eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
collectifpolarcollectifpolar   17 mai 2021
— C’est bien simple, je ne veux plus en entendre parler ! coupa sèchement Anton Manach devant les administrés surpris par la véhémence du propos. Ni maintenant ni à la prochaine réunion. Inutile de le remettre à l’ordre du jour !
— C’est pas parce que tu as été élu maire il y a trois ans que tu as droit de vie et de mort sur l’avenir du village ! réagit violemment Jean-Claude Quéré, chef autoproclamé de l’opposition au conseil municipal de Locmaria.
— D’abord, je vous prie de me vouvoyer, monsieur Quéré, et…
— J’ai connu ton père quand tu étais encore mioche, alors…
— Alors rien du tout ! On n’est pas au bar, mais dans une instance représentative de la République. Et ne me parlez pas de mon père, ou ça finira mal pour vous !
Quéré se leva. Massif, il tendit un doigt menaçant vers Anton Manach et gronda :
— Il me semble que tu oublies à qui tu t’adresses.
— Oh ça, pas de risque ! Un type qui a mis le village en coupes réglées pendant trente ans avec des méthodes dignes de la mafia, qui a utilisé ses prérogatives pour faire pression sur ses concitoyens quand ses intérêts personnels étaient en jeu. Mais vous oubliez une chose, monsieur Quéré. La population de Locmaria vous a remis à votre juste place lors des dernières élections : celle d’un retraité définitivement sur la touche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
iris29iris29   25 juin 2021
Quatre ans plus tôt, juste avant son divorce, elle se serait jetée sur une boîte de gâteaux et un pot de glace, comme toute héroïne de série américaine qui se respecte. Sauf que les héroïnes de série ne prennent pas un pet de graisse alors qu'elle avait atteint le poids de quatre-vingt-neuf kilos !
Commenter  J’apprécie          150
AngeliqueLeslecturesdangeliqueAngeliqueLeslecturesdangelique   16 juin 2021
La nuit était tombée depuis plusieurs heures quand la voiture stoppa. Fin du voyage, début d'une nouvelle vie. Catherine Wald coupa le moteur et laissa le silence envahir l'habitacle. Elle avait roulé plus de dix heures, ne s'arrêtant que pour avaler un sandwichs et trois cafés. Elle s'étira, bâilla longuement et regarda le paysage dévoilé par la lune. [...]
En fin de matinée, elle quittait l'Alsace où elle avait passé toute sa vie ; mille kilomètres plus loin, elle arrivait en Bretagne où elle allait la poursuivre. Elle frissonna. Certes, elle avait laissé derrière elle près d'un demi-mètre de neige sur les pentes des Vosges, mais les palmier aperçus à l'entrée de Locmaria n'étaient pas pour autant gages d'une chaleur caniculaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : bretagneVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2419 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre