AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782749943251
Éditeur : Michel Lafon (02/09/2021)
4.08/5   12 notes
Résumé :
En apparence, Jeanne a tout pour être comblée : une carrière d’écrivain en pleine ascension, une vie sociale riche, un mariage avec un intellectuel influent. Pourtant, la jeune femme est au bord du gouffre, car tous ces signes extérieurs de bonheur ne font qu’occulter une réalité sordide et tragique.

En ce soir d’automne, parce que son mari l’humilie une fois de plus, parce qu’il la terrorise une fois de trop, parce qu’il la menace et la frappe, parce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Verdure35
  14 octobre 2021
Le récit sous forme de roman d'un grand malheur, d'une vie abîmée. A la fin , l'autrice explique que ce sont les quarante premières années de sa vie qu'elle a couchées sur des pages blanches, une thérapie qui lui fera du bien , il faut l'espérer, puisque ses rendez vous avec un psy apparemment bienveillant se sont soldées par un échec.
C'est une histoire abominable qui débute alors qu'une petite fille n'a que 6 ans, un papa aimant éloigné parce que trop rustique, un beau-père..., une mère mondaine qui ne prend pas le temps d'aimer sa fille, trop occupée par son travail et son nouvel amour.
Puis l'age adulte et de nouveau sous emprise d'un mari très riche(l'étalage des marques fait très américain), charmeur et violent:le cercle infernal .
Une fin romancée qui fait croire à un renouveau.
Commenter  J’apprécie          212
audelagandre
  15 septembre 2021
Glaçant, « La femme qui n'aimait plus les hommes » raconte l'histoire de Jeanne, personnage fictif, photographie parfaite d'une femme qui ne peut pas dire « Je ». Si Jeanne a une carrière brillante, mariée à un éditeur de renom, évoluant dans un microcosme privilégié, elle a pourtant au fond d'elle un monstre tapi dans l'ombre, sur lequel elle a posé des centaines de pierres pour l'empêcher de bouger. Son mari, Gabriel, prénom d'un ange salvateur, est pourtant une sacrée ordure. Respecté autant que craint, pavanant dans ses costumes Armani, il règne sur le milieu littéraire autant que sur sa femme, en prenant toujours bien soin de ne laisser aucune trace… comme s'il avait intrinsèquement senti qu'il pouvait s'autoriser à la battre sans que jamais elle ne riposte. En ce mercredi 7 novembre 2018, Jeanne se réjouit d'annoncer à son époux une merveilleuse nouvelle, mais la réaction de celui-ci ne sera pas celle attendue. Violence des mots, violence des gestes. Jeanne connaît parfaitement l'enchaînement du cercle infernal, mais quelque chose se réveille, le mur savamment construit en elle chancelle. « Longtemps, elle avait voulu guérir. Puis elle avait arrêté. le jour où elle avait compris qu'on ne guérit pas d'être morte. » Jeanne se souvient de ce mercredi de décembre 1987 où tout a commencé, ce moment où « (…) elle, Jeanne avait basculé dans la nuit ».
Deux cent dix pages se succèdent pour raconter passé et présent. Un seul point commun : la violence qui les lie. C'est dans ce passé douloureux que Jeanne « avait appris à s'extraire d'elle-même. À s'extraire de la vie. » Terreur, sidération, « éjectée du monde des vivants », le passé ressurgit avec la force d'un tsunami. Tout y est décortiqué, du mariage « si joli », aux premières injures. du divorce de ses parents, à l'arrivée du nouvel homme dans la vie de maman. de ce qu'on attendait qu'elle soit, de qui elle était alors, de qui elle devait être. « Voilà. Il fallait qu'elle apprenne à mieux dissimuler encore, oui. Être gentille, voilà. Et mieux dissimuler encore. » Pour survivre, Jeanne s'agrippe aux branches. « Lire, apprendre, comprendre tout simplement pour elle de puissantes échappatoires, des flotteurs, certes à la dérive, mais auxquels elle s'accrochait comme elle pouvait. Noyée en sursis qu'elle était. » Donner le change toujours, face à sa maîtresse, face à son père inquiet, face à sa mère fatiguée. Mentir. Fabuler. Tromper les yeux inquisiteurs des autres. S'abuser.
Dans ce primo-roman, Isabelle le Nouvel décrypte l'innommable. Style incisif, mais pudique, tranchant, mais sans jamais verser dans l'insoutenable pourtant précisément suggéré, elle laisse le lecteur comprendre les choses par des phrases coupées qui n'ont pas de fin. Elle utilise le point pour ne pas dire, tout en le disant quand même. Elle raconte le commencement « De ce jour. de cette nuit. Disjoncté. À jamais » l'emprise, l'éternel recommencement de celle qui « (…) avait grandi dans l'épouvante, sans socle aucun. », l'irrémédiable et l'irréversible, le déni des adultes, « La paroi de verre anti-effraction qu'elle avait dressée entre elle et les autres, et surtout entre elle et elle-même. », et le silence, assourdissant qui l'avale toute entière.
Il n'y a pas de « bonne » ou de « mauvaise » manière de raconter de telles choses. Il y a SA manière, SES mots, SON choix de narration. Isabelle le Nouvel a l'écriture délicate pour raconter l'horreur. Sans doute a-t-elle besoin qu'on l'entende sans décrire trop directement la monstruosité des actes. Les blancs sont tout aussi efficaces, car derrière les blancs, derrière le silence, on lit toute l'abjection de ce qui n'est pas explicitement écrit.
On ne sort pas tout à fait indemne d'un tel récit, mais je continue à soutenir celles qui osent parler. Merci d'avoir osé.

Lien : https://aude-bouquine.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
itsmylife_book
  09 octobre 2021
Lecture coup de coeur, roman coup de poing... je ne sais pas si je vais trouver les bons mots pour parler de ce livre, mais je vais essayer... Dès la première page, j'ai senti ma gorge se nouer, mon coeur se serrer et j'ai su que je n'allais pas sortir indemne de ma lecture. Tout d'abord, j'ai été hypnotisée par la plume d'Isabelle le Nouvel malgré les sujets difficiles abordés ici. Elle utilise des mots puissants. Des mots forts. Des mots qui transpercent l'esprit et le coeur. Elle décrit les scènes avec finesse et tant réalisme que ça donne des frissons... c'est incroyable. L'histoire de Jeanne est terrible. Sombre. Douloureuse. Nous vivons son histoire à travers ses maux de sa jeunesse à aujourd'hui. Elle transmet au lecteur beaucoup d'émotion et cela, ne peut laisser personne indifférent. La note de l'auteure à la fin du roman m'a beaucoup touchée, elle prolonge l'histoire de Jeanne, elle fait écho en elle... Je vous invite vivement à découvrir ce récit. Il est dur, poignant, certes, mais nécessaire, il amène à réfléchir et à (ré)agir face à ces situations inacceptables. Merci aux éditions Michel Lafon pour cette découverte et bravo Isabelle pour ce roman qui restera gravé en moi très... très longtemps !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nathv
  06 novembre 2021
Premier roman d'Isabelle le Nouvel, ce livres est une belle réussite.
Jeanne, écrivain à succès, est mariée à Gabriel – homme odieux qui la brutalise, l'humilie et lui fait subir un enfer au quotidien. le livre est écrit en deux temps: d'une part, le quotidien de Jeanne dans ce couple qui la détruit et, d'autre part, des chapitres flashback qui nous ramènent à son enfance tout aussi sordide (voire encore plus s'il est possible de doser les degrés d'horreur).
« La femme qui n'aimait plus les hommes » est catégorisé roman mais l'auteur ne laisse planer aucun doute: « Je ne sais pas bien dire Je. Alors, je dirai Jeanne ».
Un livre coup de poing qui exprime parfaitement:
– l'impossibilité de se construire en tant qu'adulte alors que l'enfance a été irrémédiablement cabossée, explosée, détruite par des adultes aux comportements inacceptables,
– la nécessité de mettre des mots sur ces événements, de les énoncer, de les dénoncer, et ce sans prescription aucune.
En conclusion, un premier roman qui rejoint les très belles réussites de cette rentrée littéraire 2021.
Lien : https://letempslibredenath.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
noid
  07 novembre 2021
Vu de l'extérieur, tout semblerait aller pour le mieux pour Jeanne, et pourtant ! Un mari violent qui la frappe alors qu'elle lui annonce être enceinte. Et le passé qui remonte avec le souvenir des abus de son beau-père.
L'histoire d'une femme qui tente de s'émanciper des ordures qui ont voulu la détruire.
Lien : https://www.noid.ch/la-femme..
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   09 septembre 2021
Filmer Gabriel. Cela l’avait obsédée depuis le matin. Garder une trace. Pouvoir prouver. Comment il la traitait. Ce qu’il faisait. Jeanne garderait ce film pour la soif. Pour plus tard. Si Gabriel l’abandonnait sans rien lui laisser, comme elle le craignait de plus en plus, la traitant de folle, la laissant sur le carreau pour se mettre en ménage avec une autre jeune femme, pas forcément Louise, un modèle plus récent sans doute, plus malléable encore et qui prendrait sa place et. Elle entendit Louise pousser des petits cris au salon. Jeanne s’assit au bord du lit, au bord des larmes, au bord du gouffre. Dans son superbe et délicat ensemble La Perla. Oui. Maquillée outrageusement. Avec pour seuls bijoux un hématome ambré en haut de son bras gauche et son alliance. Assise là, hors du champ de la caméra de son iPhone, attendant son mari qu’elle voulait minablement piéger, d’accord, mais pour qu’on la croie une fois dans sa vie. Une fois dans sa vie. Attendant. Là. Au bord du lit, au bord du précipice. Son mari et. Louise se mit à crier beaucoup plus fort. Jeanne se précipita vers le salon. Du sang s’écoulait de la bouche de la belle Louise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   09 septembre 2021
Et puis, elle était trop terrorisée par la présence de Romain pour lui répondre. Pour dire enfin. La vérité. Un instant pourtant, les yeux plongés dans ceux de sa mère, comme si le temps s’était suspendu, comme si elles étaient seules au monde, Jeanne avait hésité, mais la vérité lui faisait tellement peur, elle aussi, et tellement mal, que, oui, elle avait pris l’habitude systématique de raconter des histoires, des mensonges, petits ou énormes, ou de se taire pour ne jamais y faire face. Jamais. D’ailleurs, à force de se détourner de la vérité pour s’en protéger en vain, Jeanne commençait à ne plus bien savoir ce qui était vrai. Et puis elle n’avait pas voulu transformer plus encore l’apparente bonne humeur de sa maman en un torrent colérique et dévastateur. Elle n’avait pas voulu encore lui pourrir la vie comme sa mère lui avait dit devant l’école le jour où Jeanne avait crié si fort pour lui demander pardon. La petite fille avait alors tendu les bras vers elle, dans un faible sourire. « C’est parce que quand tu pars, tu me manques trop, maman. À force, ça me fait vraiment de la peine. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   08 septembre 2021
Les deux jeunes femmes avaient beaucoup ri. Leur amitié avait été immédiate. Un coup de foudre. Mais au goût de soufre pour finir. Si Jeanne avait su. Après leur rencontre, elles ne s’étaient plus quittées et quand Louise s’était soudain piquée d’écrire des nouvelles, Jeanne en avait naturellement parlé à Gabriel. L’homme avait aussitôt décidé de les publier. Et la belle amitié n’y avait pas résisté. Non. Et Louise n’avait plus été Louise, depuis qu’elle était « L » tout en haut du smartphone de Gabriel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   09 septembre 2021
L’amour après l’amour. Qu’essayait-il de lui dire ? Qu’elle allait commencer à s’aimer après avoir été dévastée toute sa vie en se répétant qu’elle ne valait pas mieux, après s’être détestée, après avoir voulu se détruire, mourir, s’anéantir jour après jour. Nuit après nuit. Un tête-à-tête amical avec elle-même lui semblait impossible. Pour s’y livrer, il aurait fallu qu’elle s’accorde au moins à elle-même une forme de valeur, de prix . C’était impossible. Sorry, daddy . Oui. S’aimer. Foutaises. À peine savait-elle qui elle était. Comment aurait-elle pu s’accorder la moindre attention. Endormie par ses incessantes remontées de trauma qui l’anesthésiaient autant qu’elles la dévoraient. C’est pour cela que vous recherchez des relations avec des personnalités violentes .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   09 septembre 2021
Cette enfant qu’elle avait faite pour faire plaisir à sa propre mère, qui rêvait d’être grand-mère. Cadeau. Sa propre mère, oui, aux yeux de qui Patricia Berto n’en faisait jamais assez. Pourtant, elle avait tout tenté pour séduire cette femme sèche. Jusqu’à détruire son propre enfant, pour la protéger. Quand elle avait compris que Romain. Quand Jeanne. Le sang par terre. Partout dans la salle de bains. La vie qui s’écoulait à grands flots du bras de sa fille devenue une si jolie adolescente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Isabelle Le Nouvel (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Le Nouvel
Les clefs d'une vie : Isabelle Le Nouvel
autres livres classés : violences familialesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Autres livres de Isabelle Le Nouvel (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1222 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre