AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2321006803
Éditeur : Le Robert (13/05/2015)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Le dictionnaire le plus complet :
300 000 mots et sens
35 000 citations littéraires
150 000 synonymes et contraires
75 000 étymologies

"Une langue à facettes, universelle, actuelle ; une littérature multiple et vibrante. Telle est l'image du français dans le Petit Robert." Alain Rey

RETROUVEZ LE FRANÇAIS VIVANT, les mots et expressions d'aujourd'hui : agroécologie, big data, captcha, objets connectés, déclini... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  14 septembre 2014
Avisé, il est de très bon conseil.
Humble, il a pourtant toujours raison.
Source inépuisable d'enrichissement, il partage généreusement ses connaissances.
Bienveillant, il corrige mes erreurs.
Indulgent, il comble mes lacunes sans m'en blâmer.
Réconfortant, il calme mes doutes.
Impartial, il met tout le monde d'accord.
Imposant, il sait pourtant se faire discret.
Toujours à mes côtés, il répond présent au moindre appel.
Ah, Robert, mon fidèle allié ; mon indéfectible ami.
Commenter  J’apprécie          666
lelecteurdubazar
  16 février 2010
Un peu long. L'histoire n'est pas très bonne. En fait, je ne l'ai pas comprise.
Commenter  J’apprécie          253
GentlemanW
  26 septembre 2015
Un mot : RESPECT car faut-il répéter la définition de ce qui devrait être inné ! profondément humain, pour toutes et tous !

Un dictionnaire, un indispensable pour lire, pour comprendre, pour apprendre, pour démystifier les mots, leurs origines et leurs sens variés.
Un dictionnaire, un témoin de vie d'une langue pour transmettre aux autres générations
Commenter  J’apprécie          90
CeluiQuiOuvreLesYeux
  05 février 2016
Ceci n'est pas une critique, mais une appréciation. J'ai mis le petit Robert de la langue française en n°1 de mes livres à emporter sur une île déserte. Et en n°2 : le petit Robert des noms propres. C'est dire ! J'adore tout dans ces ouvrages ; le contenant (format et surtout les pages "bible", très fines et très agréables à tourner) mais surtout, bien sûr, le contenu. Souvent je prend le petit Robert de la langue française, l'ouvre au hasard et cherche les mots dont j'ignore le sens. Il y en a pratiquement à chaque page et il me faut alors essayer de les mémoriser avec plus ou moins de bonheur. Et c'est encore plus flagrant avec le petit Robert des noms propres. Là c'est à chaque page que je suis emporté à travers le monde et sa géographie, L Histoire et ses personnages, l'Art et ses créateurs etc. Et d'un mot, d'un nom, je rebondis sur un autre et le temps passe sans que je m'en rende compte ! Alors quels meilleurs compagnons sur une île déserte que ces deux ouvrages ? Certes, d'autres dictionnaires issus d'autres éditeurs rendraient sans doute les mêmes services ! Peut-être bien ; mais moi, c'est le petit Robert que j'aime !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
alain_derennes
  24 septembre 2015
merdre: féminin.
Merdre.
- Madame de ma merdre, garde à vous, car je ne souffrirai pas vos sottises. Je vous disais donc, messieurs, que les phynances vont passablement. Un nombre considérable de chiens à bas de laine se répand chaque matin dans les rues et les salopins font merveille. de tout côtés on ne voit que des maisons brûlées et des gens pliant sous le poids de nos phynances. — (Alfred Jarry, Ubu roi)
Devrait être dans le robert, ou je dis merdre.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (203) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   24 septembre 2015
MAIS, adv. et conj. — Xe ; lat. magis « plus »
I. Adv. 1. vx PLUS (positif ou négatif). spécialt ; vieilli ou littéraire. " N'en pouvoir mais " : n'y pouvoir rien.
2. (renforçant ce qui vient d'être exprimé) OUI, VRAIMENT. " on ne lui donnera plus rien à faire, mais ce qui s'appelle rien " (Montherlant). " Tu viens ? — Mais oui, mais bien sûr, mais certainement. Mais non ; mais si. "
II. Conj. (Xe) 1. Marquant une transition, en tête de phrase. " Mais, dites-moi. Mais c'est de la folie ! Mais encore ? Mais enfin ! " (Pop. " m'enfin !). " Mais enfin, comment la chose s'est-elle passée ? " (Daudet).
2. Introduit une idée contraire à celle qui a été exprimée. " Les privilèges finiront, mais le peuple est éternel " (Mirabeau). Après une négation. " Ce n'est pas ma faute, mais la tienne ! Je n'en veux pas un, mais deux. Ce n'est pas un accident, mais bien un crime. Mais au contraire. "
3. Introduit une restriction, une correction, une addition, une précision indispensable. " Elle n'est pas belle, mais elle a du charme. Incroyable, mais vrai. J'embrasse mon rival, c'est pour l'étouffer (Racine). Mon verre n'est pas grand, mais je bois dans mon verre (Musset). C'est mon avis, mais tu fais ce que tu veux. Non seulement…, mais, mais encore, mais aussi, mais même, mais en outre.
4. Introduit une objection (notamment sous forme interrog.). " Mais n'étiez-vous pas au courant ? — Je ne dis pas, mais… Oui, mais… ♢ N. m. Le mot " mais ". " Que signifie ce mais ? Il n'y a pas de mais qui tienne ! " vos objections ne comptent pas. " Il y a toujours avec lui des si et des mais ", des conditions et des objections. " — Des oui mais " : des réponses positives accompagnées de restrictions.
III. MAIS exclamatif, joint à une interj. — (Surprise.) " Eh mais ! c'est ma foi vrai ! Ah ! ça, mais, je ne me trompe pas, c'est bien lui. " ♢ (Défi, menace.) " Je vais lui fermer le bec, ah mais ! " Fam. (Indignation.) " Non, mais ! pour qui tu te prends ! " Pop. " Non mais, des fois ! "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
najnajenajnaje   27 septembre 2015
Tolérance
nom féminin
(latin tolerantia)

Attitude de quelqu'un qui admet chez les autres des manières de penser et de vivre différentes des siennes propres.
Latitude laissée à quelqu'un d'aller dans certains cas contre une loi, un règlement : Une tolérance orthographique.
Attitude de quelqu'un qui fait preuve d'indulgence à l'égard de ceux à qui il a affaire.
Aptitude de quelqu'un à supporter les effets d'un agent extérieur, en particulier agressif ou nuisible : Nous n'avons pas le même niveau de tolérance au bruit.
Médecine
Absence de réaction immunitaire à certains antigènes, résultant d'un état de paralysie immunitaire constitutif ou induit par un premier contact avec l'antigène.
Propriété que possède l'organisme de supporter des doses d'une substance donnée sans manifester de signes d'intoxication.
Monnaies
Écart maximal admis entre les poids et titres réels et les poids et titres légaux.
Religion
Respect de la liberté de conscience et ouverture d'esprit à l'égard de ceux qui professent une religion ou des doctrines religieuses différentes.
Technique
Intervalle défini par rapport à une dimension théorique, à l'intérieur duquel doit se trouver la valeur mesurée pour que cette dernière puisse être considérée comme correcte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
michfredmichfred   27 septembre 2015
encore [ɑ̃kɔʀ] adverbe
étym. xiie ; uncor xie ◊ latin populaire °hinc ha hora ou hanc ad horam → 2. or
Famille étymologique ⇨ heure.


1. Adverbe de temps, marquant la persistance d'une action ou d'un état au moment considéré. Écrit encor, en poésie classique : « Maître loup s'enfuit, et court encor » (La Fontaine). ➙ toujours. Vous êtes encore là ? Il est encore jeune. On en parle encore.
◆ En tour négatif, marque que ce qui doit se produire ne s'est pas, pour le moment, produit. Je ne l'ai encore jamais rencontré. Nous n'avons encore rien décidé.
▫ pas encore : indique la persistance d'une absence d'état, d'action. Il ne fait pas encore jour. Elle n'avait pas encore vingt ans. As-tu fini ? – Pas encore.
2. Adverbe marquant une idée de répétition ou de supplément. Vous vous êtes encore trompé. Encore et toujours*. ➙ nouveau (de nouveau) ; re-. Vous prendrez bien encore un chocolat ? Encore un ? Encore un peu.
▫ Elliptiquement Encore ! Encore ! ➙ autre. Je vous le dis encore une fois (cf. Une fois de plus*). Non seulement il est bête, mais encore il est prétentieux. Mais encore ? se dit pour demander des précisions supplémentaires. Que vous faut-il encore ? Et puis, quoi encore ? marque l'indignation devant une demande exagérée.
◆ (Avec un verbe marquant accroissement ou diminution) Davantage. « Ce volume est bien petit ; nous conseillons à l'auteur de le réduire encore » (Balzac).
▫ Avec un comparatif, marque un renchérissement. Ses affaires vont encore plus mal. Elle est encore moins patiente que moi. C'est encore pire que je ne croyais.
3. Particule introduisant une restriction. Cinq mille euros, ce n'est pas cher, encore faut-il les avoir.
▫ Si encore il faisait un effort, on lui pardonnerait. Exclam. « Si encore il était beau ! Mais il est laid » (Lavedan) (cf. Si seulement).
▫ Et encore ! se dit pour restreindre ce qui vient d'être évalué. On vous en donnera cent euros, et encore ! au plus cent euros. Il pourra s'en tirer tout juste, et encore !
4. Loc. conj. (xive) Littér. Encore que : bien que, quoique. « Encore que la révolte puisse fausser le caractère » (Gide). Ces résultats sont intéressants encore qu'il faudrait pousser les recherches. Je l'ai surveillé encore que c'était superflu. Il est bel homme, encore qu'un peu petit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lyokolyoko   25 septembre 2015
Empathie

de en- "dedans" et -pathie "ce qu'on éprouve"
en- Élément, du latin in- et im-, de in « dans », servant, avec le radical substantif qu'il précède, à la formation de verbes composés (devient em- devant b, m, p) : emboîter, emmancher, emprisonner, enterrer.
-pathie, -pathique, -pathe Groupes suffixaux, du grec -patheia, -pathês, de pathos « ce qu'on éprouve » : antipathie, apathique, névropathe.
Philosophie, psychologie: Faculté de s'identifier à quelqu'un, de ressentir ce qu'il ressent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
jeje_gandhijeje_gandhi   24 septembre 2015
Impressionnisme : nom masculin
Mouvement artistique apparu en France dans les années 1860-1865.
■ La naissance du mouvement. À la suite des recherches de Turner*, des aquarellistes anglais, des peintres de l'école de Barbizon*, de Corot* et de Courbet*, un groupe de peintres de l'Académie suisse, souhaitant échapper aux contraintes de la peinture d'atelier et du « Salon », seule possibilité de reconnaissance officielle, décidèrent de peindre « sur le motif » leur vision spontanée de la nature. Prenant exemple sur Manet*, dont le tableau Le Déjeuner* sur l'herbe fit scandale au Salon des Refusés de 1863, Monet*, Pissarro*, Sisley* s'opposèrent aux normes officielles et avec une vingtaine d'autres peintres dont Renoir*, Cézanne*, Guillaumin*, Degas*, Berthe Morisot* formèrent une « Société anonyme » qui exposa 165 toiles en 1874 dans l'ancien atelier de Nadar, à Paris. Les œuvres provoquèrent l'hilarité du public, qui les considéra comme bâclées, inachevées, et le journaliste du Charivari, Louis Leroy, s'inspirant du tableau de Monet Impression, soleil levant (1872), qualifia leur style d'« impressionniste ».
■ Le style. Malgré leur diversité ces peintres firent essentiellement porter leurs recherches sur l'observation de la nature (l'eau, les fleurs et les nuages) dans sa vérité, changeant selon la lumière, et sur la division de la touche rendant les éléments naturels, et même les objets, dans toutes leurs nuances, sans effet de masse autre que celui du mélange optique des couleurs reconstitué par l'œil du spectateur. Marqués par le japonisme, Manet, Monet, Degas utilisèrent la diagonale et remplirent tout l'espace du tableau à la verticale. Les impressionnistes furent amenés à supprimer les artifices du cerne, du clair-obscur et de la perspective linéaire au profit de la vision subjective de l'artiste et de l'autonomie de l'œuvre d'art, préceptes qui deviendront fondamentaux dans l'œuvre de Cézanne et dans presque tout l'art du XXe siècle. Le chimiste Chevreul* et le peintre Seurat* systématisèrent les principes découverts de façon intuitive par les impressionnistes. Monet appliqua ses théories aux édifices (La Gare Saint-Lazare, 1877 ; La Cathédrale de Rouen, 1892-1904), peints en série, selon les changements de lumière sur la pierre.
■ Malgré des débuts misérables, la mort de Manet en 1883 et la disparition du groupe, certains impressionnistes furent reconnus à la fin de leur vie ; ainsi Monet, ayant légué ses Nymphéas* à l'État en 1922, obtint un lieu d'accueil prestigieux, l'Orangerie des Tuileries, où l'installation permanente de ses œuvres fut inaugurée en 1927.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Dictionnaires Le Robert (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dictionnaires Le Robert
Le Robert Correcteur, le logiciel de correction 2 en 1 indispensable au quotidien pour des écrits sans fautes et bien rédigés ! 
Des écrits sans fautes... Fruit de l'association de deux experts : Le Robert, spécialiste de la langue française, et Diagonal, des logiciels linguistiques, Le Robert Correcteur est le logiciel le plus performant du marché. Compatible PC et Mac, il s'intègre directement aux logiciels de traitement de texte les plus utilisés (Word, Outlook, Powerpoint, Open Office, Pages, Keynote, Mail...) pour corriger vos erreurs. Chaque type d'erreur est souligné dans une couleur spécifique : orthographe, grammaire, contexte, ponctuation et typographie, fréquence d'utilisation...
Il est simple et rapide à utiliser :  1. J'active d'un clic la correction 2. Le Robert Correcteur corrige l'intégralité du texte.  3. Je valide les corrections. C'est fini !
De plus, Le Robert Correcteur explique chacune des fautes. Ainsi, vous ne referez plus les mêmes erreurs et progresserez rapidement ! 
... et bien rédigés :  8 dictionnaires de référence Le Robert, utilisables dans le contexte de votre phrase, sont inclus :  - 250 000 définitions et 35 000 noms propres - 3 millions de synonymes et contraires - 18 000 locutions - 1,6 million de combinaisons de mots - 17 000 citations françaises et étrangères - 8 000 proverbes - 10 000 verbes conjugués
6 guides linguistiques consultables à tout moment : toutes les règles de la langue française pour devenir imbattable !  - Orthographe - Lexique - Grammaire - Style  - Typographie - Conjugaison
Une nouvelle version encore plus complète et performante :  - Une correction encore plus performante avec l'ajout de règles sémantiques, de nouvelles détections en grammaire, la détection des anglicismes et des québécismes. - Des contenus enrichis et actualisés par les équipes éditoriales du Robert (des milliers de nouveaux mots, sens et noms propres, nouveaux synonymes, contraires, locutions...) - Une amélioration de son algorithme de recherche.  - de nouvelles compatibilités.  - Une interface de correction ergonomique et directement éditable !
Le Robert Correcteur est compatible PC et Mac. le téléchargement du logiciel requiert une connexion à Internet. Configurations PC : Windows 32 et 64 bits ; Seven, 8, 10 avec Internet Explorer 9 ou supérieur installé Configurations Mac : Mac OS 32 et 64 bits ; 10.6, 10.7, 10.8, 10.9, 10.10, 10.11, 10.12, 10.13, 10.14
Logiciels compatibles (liste complète et à jour sur www.lerobert.com/correcteur/compatibilites)
+ Lire la suite
>Langues>Langues romanes. Français>Dictionnaires de français (132)
autres livres classés : dictionnaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2033 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..