AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Francis Lacassin (Autre)
EAN : 9782264001672
380 pages
10-18 (30/11/-1)
4/5   5 notes
Résumé :
William Boltyn, milliardaire, veut devenir l'homme le plus riche et le plus puissant de la planète, et pour cela, il oeuvre à l'armement à outrance des USA, seul pays digne de dominer le monde civilisé, c'est à dire la vieille Europe. Mais son projet de loi est rejeté. Il convoque alors les principaux magnats américains et leur propose un complot à la hauteur de ses grandioses desseins. La lutte sera terrible, les inventions se succédant à un rythme vertigineux. «Ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
gill
  27 mars 2015
"La conspiration des milliardaires", paru initialement, en 1899 et 1900, sous l'apparence de huit petits volumes de colportage vendus quatre sous pièce, est le premier roman de Gustave le Rouge.
C'est à la fois un roman populaire et une anticipation scientifique.
Il est cosigné par Gustave Guitton.
William Boltyn est un de ces milliardaires qui avait fait, autrefois, en sabots, son entrée à Chicago.
Ayant eu l'idée d'une vaste spéculation, sur les bestiaux, qui devait l'enrichir, il devint "le roi de la viande" et n'avait plus guère de rivaux que ce Mackay qu'on surnommait " le pape de l'or" et Vanderbilt, "le roi des chemins de fer".
Entouré des dix plus grosses fortunes des États-Unis, il décida un jour de se lancer dans une lutte économique et militaire contre la vieille Europe afin d'assurer au capitalisme américain la suprématie dans le commerce mondial.
William Boltyn s'adjoint pour cela les services d'Hattison, le plus grand chimiste, le plus formidable ingénieur de toute l'Amérique et de tout l'Univers...
Un mariage est alors arrangé entre Aurora, la fille du milliardaire et le jeune Ned, le fils du brillant ingénieur...
En 1977, c'est dans l'excellente collection 10/18 que ce grand et long récit est repris en trois tomes dont aucun ne porte un sous-titre.
Ce premier volume est précédé d'une brillante préface qui aurait pu s'intituler :
"le roman populaire ne mérite pas toujours le mépris dont on l'accable".
Cette préface est signée Francis Lacassin.
Elle apporte un fin éclairage à la lecture du récit et présente un auteur si mal connu.
Gustave le Rouge est un auteur original, prolifique et atypique.
Ce premier roman, même s'il tombe dans certains travers du roman populaire, même s'il en respecte les conventions et les structures, s'avère être au final moderne et intelligent.
- Il exprime le conflit entre une science humaine, encadrée par une éthique, par des valeurs et une autre inféodée à l'argent et à l'industrie.
- il parle de l'affrontement entre l'intelligence et l'argent.
C'est une acerbe critique du capitalisme et de l'impérialisme des États-Unis d'Amérique.
Gustave le Rouge, en son temps, avait compris que la marche en avant de l'industrie était le plus inéxorable et le plus implacable des colonialismes.
L'auteur, parfois assez dur dans ses propos, dénonce aussi dans son récit la ségrégation exercée envers "le peuple noir" et le sort réservé au peuple indien par "ces marginaux et ces audacieux ayant déferlé sur ce nouveau continent" !
Le médecin et confident de Gustave le Rouge disait de lui qu'il avait lu des bibliothèques entières !
Quoiqu'il en soit, grâce à sa grande érudition, il émaille son récit d'une multitude de détails appartenant aux domaines les plus divers de la connaissance.
Chaque situation est prétexte à distiller discrètement un savoir mais aussi de belles et efficaces descriptions :
A l'occasion de la traversée de l'Atlantique, par exemple, Hattison et son fils Ned, frôlant les abysses, nous offrent une belle promenade au fond des mers...
Avec ce premier roman, "la conspiration des milliardaires", Gustave le Rouge s'annonce, non seulement comme un écrivain avec qui il faudra compter, mais aussi comme un précurseur dont les propos seront repris, au cours de ce vingtième siècle naissant, par toute une génération d'écrivain dont Jack London est peut-être le plus significatif....

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
ecceom
  11 janvier 2022
Les oeuvres de Gustave le Rouge ont longtemps été difficiles à trouver (je me souviens de quêtes désespérées chez les bouquinistes pour retrouver les 10-18 qui me manquaient) avant que la maison "Bouquins" ne propose une intégrale. (aujourd'hui, on trouve tout par la magie de l'e-book et gratuit qui plus est !)
Gustave le Rouge est le Roger Corman de la littérature. Les comparaisons faites avec Jules Verne tournent invariablement en sa défaveur. Pourtant, GLR est plus qu'un auteur de série B. le caractère erratique mais incontestablement romantique de certaines de ses oeuvres, le rangerait plutôt du côté d'un E.P. Jacobs (en plus malchanceux) par rapport à Hergé : un perdant magnifique.
Le style de GLR est unique tant il est forgé par la publication de ses récits sous forme de feuilletons populaires. Résumés, répétitions...tout concourt à créer ce charme du "trop", qui est aussi, j'y reviens, celui d'un Jacobs.
Dans l'admirable "La Conspiration des Milliardaires" GLR fait étalage de tout son antiaméricanisme et anticapitalisme primaire mais naïf et sentimental. Qui d'autre que lui pouvait narrer cette lutte entre le Génie Français du chemin de fer subatlantique et l'incroyable vulgarité des grands industriels américains et du roi de la conserve de Chicago ?
Comme le disait judicieusement Francis Lacassin dans ses présentations de la collection "Bouquins", "La Conspiration des milliardaires" (et les trois romans suivants) forment, grâce au talent de le Rouge, les nouvelles Mille et Une Nuits de l'âge industriel.
Aventure, policier, botanique, anticipation, délire, occultisme et talent : rien ne fait défaut à le Rouge. Reconnu à juste titre par les surréalistes, portraituré par Blaise Cendrars dans L'Homme foudroyé et intime de Verlaine qui lui dédia un poème (À Gustave Lerouge : « Lerouge ! Et vous ? Tout coeur et toute flamme vive,
« Qu'allez-vous faire en notre exil ainsi qu'il est,
« Vous, une si belle âme en un monde si laid ? »)...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gillgill   05 mars 2015
Sous une couverture olivâtre ornée d'une image naïve ; imprimés sur un méchant papier gris, huit volumes de petit format (six parus en 1899, deux en 1900) vendus quatre sous pièce, tel est, sous l'apparence du défunt livre de colportage, l'acte de naissance d'un maître conteur.
"La conspiration des milliardaires" est le premier roman de Gustave Le Rouge, cosigné par Gustave Guitton.
Il offrait, à des lecteurs moins fortunés que ceux des superbes volumes Hetzel, une anticipation scientifique à la Jules Verne avec, en prime un roman policier à la Nick Carter, un roman d'aventure à la Rocambole....et un peu d'espoir : ces divers genres étant reliés par la thématique douloureuse et édifiante du roman populaire....
(extrait de la préface signée Francis Lacassin)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   27 mars 2015
La présence des menus aide à délimiter la part de Le Rouge de celle de Guitton, dans leurs oeuvres en collaboration.
Si les personnages passent devant des fleurs sans qu'elles soient nommées, il s'agit d'un chapitre écrit par Guitton.
Le Rouge ne néglige jamais de décrire un repas, même le plus frugal.....
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : anticipationVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dans la tête de Gustave Le Rouge

Je m'appelle M. de Saint-Elme, ma plantation située à vingt milles de la Nouvelle-Orléans, occupe plus de six cents esclaves que je traite avec une bonté devenue proverbiale. On dit couramment : Heureux comme un noir de M. de Saint-Elme.

L’esclave mystérieuse
L'esclave amoureuse
L'esclave maudite
L'esclave aux mille visages

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Gustave Le RougeCréer un quiz sur ce livre