AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221051481
1325 pages
Robert Laffont (21/02/1992)
4.11/5   31 notes
Résumé :

Le mystérieux docteur Cornélius, ce chef-d'oeuvre du roman d'aventures scientificopolicières, ce roman du monde moderne où par les tableaux de la nature exotique, son goût policier de l'intrigue, son penchant méta-physique, son don de visionnaire scientifique, mon ami Le Rouge a fait la somme du roman du XIXe siècle, de Bernardin de Saint-Pierre à Wells, en passant par Poe, Gustave Aymard, le Balzac de Séraphita, le Villiers de l'Isle-Adam de l'Eve future, l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
gill
  28 septembre 2018
Ce livre est un véritable cadeau offert à la littérature populaire.
Car Gustave le Rouge en est assurément l'un des maîtres.
L'homme est méconnu, même si Blaise Cendrars, dans "L'homme foudroyé" en a fait un portrait idéalisé et fantasmé.
L'écrivain, sous-estimé et méconnu, est aujourd'hui presque oublié.
Et pourtant sa vie fut un roman, et son oeuvre est un véritable fourre-tout plein d'idées, de belles lettres, de fantaisie débridée, de poésie et de précieux témoignages.
Ce "Bouquin" contient "Le mystérieux docteur Cornélius", "Le prisonnier de la planète Mars", "La guerre des vampires", "L'espionne du grand lama", "Les poèmes du docteur Cornélius" découpés par Cendrars dans la prose de Le Rouge et cinq nouvelles retrouvées :
"Spectre seul" (1892)
"Notre-Dame la guillotine" (1893)
"Le spectre rouge" (1895)
"Le navire de Jules César" (1896)
"Dans le ventre d'Huitzilopochtli" (1924)
C'était assez pour faire de ce livre un de ceux que l'on conserve, et que l'on relit.
Mais ce n'était pas assez pour Francis Lacassin qui déjà, dans "Passagers clandestins" avait fait un portrait de Gustave le Rouge.
Il l'y représentait comme l'ami des alchimistes, des mandragores, des utopistes et des gitans, comme l'ami intime de Paul Verlaine dont il partagea le dernier repas, comme un naufragé du mouvement symboliste.
Gustave le Rouge fut journaliste, écrivain, poète, dramaturge, scénariste de cinéma, animateur de cirque.
Il fut l'un des pionniers de la la science-fiction.
Dans ce livre, Francis Lacassin, en une longue introduction et de passionnantes préfaces, explique, raconte et décrypte la vie de l'homme et ce qu'il reste de l'oeuvre de le Rouge.
Car de la somme de ce qui a été écrit bien des pages ont été perdues.
Ce qui reste est truffé de petites pépites littéraires.
De plus ce "Bouquin" se clôt par une série de documents qui, en une cinquantaine de pages, cernent encore un peu mieux Le Rouge :
Deux sont signées par Blaise Cendrars :
- "Gustave Le Rouge et les homuncules" et "Un très grand poète antipoétique" ...
Un par Paul Verlaine :
- "A Gustave Le Rouge" ...
Trois par respectivement le Dr Marcel Hamon, Raymone et Nino Frank :
- "Un épieur de monstres", "Un soir avec les serpents et les fées" et "Un ami de Gustave Le Rouge : le mystérieux docteur Ferral" ...
Les trois derniers sont signés par Le Rouge lui-même :
- "Les plantes télépathiques", "La traversée de la Manche sans pont ni tunnel" et "Villiers de L'Isle-Adam et le cinéma" ...
Pour moi, ce qui définit le mieux l'écrivain qu'est Gustave le Rouge, ce sont "Verlainiens et décadents", "Le quartier latin" et bien sûr "Les derniers jours de Paul Verlaine".
Ces trois livres sont les plus précieux.
Mais le reste de sa production, tissé d'une littérature plus populaire quand elle n'est pas oeuvre de journaliste, n'est pas à négliger.
Souvent sous-estimé, parfois méprisé, il contient en filigrane une pensée profonde, un véritable engagement politique, une fantaisie poétique et l'expression, sans cesse renouvelée, de menus plaisirs.
Il faut lire ce livre pour réaliser à quel point Gustave le Rouge n'est pas seulement le "Jules Verne des midinettes" comme il a pu être parfois présenté.
Il faut pénétrer son oeuvre, et parvenir à la lire entre les lignes pour en apprécier toute la saveur littéraire ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Le_chien_critique
  12 mars 2020
Mais pourquoi est-il si méchant ?
Tout commence lors d'une fête organisée par un milliardaire pour les 20 ans de sa fille où le cadeau, une pierre précieuse, disparait. A partir de là, les situations s'enchainent à travers le monde et voit la confrontation entre le milliardaire et ce mystérieux docteur Cornelius, appelé aussi, non, n'ayez pas peur, le Sculpteur de chair !
De l'aventure trépidante et scientifique,
Des aventures rocambolesques,
De la romance,
Des merveilles scientifiques,
Des guet-apens,
Des voyages à travers le monde
Une pléthore de personnages,
Un savant libérateur des peines des hommes,
Un chien qui lit,
Un chien qui écrit,
Des caïmans,
Une justice au main des puissants,
Un air de collaboration et de fuite des cerveaux,
Des jeunes filles qui s'évanouissent,
Une fleur de sommeil,
Des clones,
Une lèpre verte,
Une île des Pendus,
Des peaux rouges,
Des pirates,
Des kolkhoziens,
Une gitane,
Un bossu,
Une main rouge,
Liste non exhaustive...
Quand c'est trop, c'est Tropico ?
Il y a de tout, cela part dans tous les sens et pourtant, ça marche !
Le méchant est vraiment méchant, avec toujours un coup d'avance sur ces adversaires, fourbe, vénal, avide de pouvoir, assassin, égocentrique et surtout, malveillant. Une figure du mal comme un célèbre Mabuse.
Notre groupe de valeureux héros aura fort à faire pour déjouer les manipulations des Lords de la Main Rouge.
L'auteur n'hésite pas non plus à emprunter de temps en temps à avoir un regard critique sur les moeurs de son époque, et surtout celles américaines, avec le racisme. Ceci dit, l'imagerie du bon sauvage français ne vaut pas tellement mieux...
Un petit mot pour les féministes : vous risquez de vous étouffer maintes et maintes fois.
Une adaptation audio existe disponible gratuitement sur France Culture
https://www.franceculture.fr/emissions/le-mysterieux-docteur-cornelius
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
maltese
  23 septembre 2010
En matière de génie du mal, on connaît bien entendu Fantômas, mais le docteur Cornélius est lui aussi particulièrement retors et peut aisément rivaliser avec le héros de Souvestre et Allain.
On baigne tout au long de ces nombreuses pages dans les aventures à la fois policières et scientifiques d'un groupe de personnages dont les destins se croisent, un véritable feu d'artifice, digne des plus grands romans feuilletons.
Blaise Cendrars, ami de Gustave le Rouge, admira tant "Le mystérieux
docteur Cornélius" qu'il en tira un recueil de poèmes, "Kodak", véritable découpage effectué au sein du roman, créant une série d'instantanés aux riches évocations qui nous entraînent autour du monde.
Cette "mystification" fut révélée par Francis Lacassin, qui signe l'édition de ce volume et nous propose trois autres romans: "Le prisonnier de la planète Mars", "La guerre des vampires" et "L'espionne du grand Lama", romans d'aventures et/ou de science-fiction.
S'ajoutent à cela quelques nouvelles, les fameux poèmes de "Kodak" et divers documents de ou sur Gustave le Rouge.
Un "Bouquins" au combien précieux pour un auteur primordial de la littérature populaire.
Lancez-vous vite sur les traces de Cornélius et de la Main rouge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kristian
  26 septembre 2017
4 étoiles parce que ce roman est vraiment parmi ce qu'on fait de plus typique dans la littérature feuilletonique du début du XX° siècle.
Tout y est, les aventures, toujours un peu mystérieuses (ne serait-ce que dans les titres des chapitres), la science de l'avenir telle qu'on pouvait l'imaginer à l'époque (Le Rouge a été surnommé le Jules Verne des midinettes, je pense qu'il vaut mieux que ça et que ces écrits sont comparables à ceux de l'illustre maître), les bons, vraiment très bons, les méchants, vraiment très méchants, les histoires d'amour, les français, bien mieux que les américains et une morale sauve. Bref, tout ce qui fait un bon roman de l'époque.
Donc, 4 étoiles pour les amateurs du genre, les autres trouveront une écriture surannée, des aventures et des rebondissements peu crédibles, des personnages stéréotypés, des bons sentiments un peu trop bons... Ceux là passeront leur chemin, ils seraient déçus.
Une mention spéciale à la collection bouquins, dont je possède tous les ouvrages des feuilletonistes (Leroux, le Rouge, Leblanc, Sue, Renard, Rosny ... et bien d'autres, des prix corrects, des analyses, des couvertures agréables, du papier qui vieillit plutôt bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JLM56
  26 septembre 2012
Charme suranné des feuilletons mais des intrigues qui vous tiennent en haleine tout au long de ces aventures
à redécouvrir
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   28 septembre 2018
Le Rouge ! Et vous ? Tout coeur et toute flamme vive
Qu'allez-vous faire en notre exil ainsi qu'il est,
Vous une si belle âme en un monde si laid ?
(Verlaine - décembre 1891 - écrit à l'hôpital Broussais)
Commenter  J’apprécie          150
gillgill   24 septembre 2018
Je n'étais rien ni personne à l'époque, et lui déjà un maître.
(Baise Cendrars, "L'homme foudroyé")
Commenter  J’apprécie          230
SZRAMOWOSZRAMOWO   08 février 2018
– Alors c’est que nous nous sommes croisés en route. Je cours le rejoindre.
Et l’homme s’esquiva sans demander de plus amples explications.
Cent pas plus loin, il entra dans l’arrière-salle d’un bar, en ce moment presque désert, et où deux hommes l’attendaient. C’étaient Joe Dorgan, le frère même de l’ingénieur, et un médecin célèbre à New York où il était connu sous le nom de « sculpteur de chair humaine », le docteur Cornélius Kramm. L’homme leur rendit rapidement compte de sa mission et se retira.
Cornélius et Joe Dorgan, une fois seuls, échangèrent un sourire diabolique.
– Je crois, fit Cornélius, que le mariage de miss Isidora n’est pas près de se conclure. La charmante miss pourrait bien devenir veuve avant que d’être mariée.
– Cet Harry que je déteste va enfin disparaître, murmura Joe avec une haineuse crispation de la face.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
wowiewowie   30 mai 2020
Bientôt la porte s’ouvrit silencieusement ; une forme se profila dans la pénombre du couloir et, de sa cachette, M. Bondonnat aperçut une étrange apparition.
C’était une jeune fille entièrement nue, sauf un lambeau d’étoffe qui lui couvrait à peine les reins et auquel était suspendu un petit sac de soie ; mais, ce qui l’intrigua au dernier point, c’est que la jeune fille, dont un rayon de lune montra le svelte torse cuivré, avait la tête couverte d’un de ces anciens casques japonais qui font aujourd’hui la joie des antiquaires et qui sont faits de lamelles d’écaille ou de corne.
Détail stupéfiant, ce casque n’avait pas de trous à la place des yeux ; deux épaisses plaques de corne les bouchaient complètement. Il fallait que celle qui le portait fût aveugle.
L’apparition, qui tenait à la main droite un gros bouquet de fleurs pâles, d’une pénétrante odeur qui rappelait à la fois la tubéreuse et le narcisse, s’arrêta court en face de la porte du jardin et se mit à monter l’escalier qui conduisait au premier étage.

Gustave Le Rouge : Le mystérieux docteur Cornélius (1913), Treizième épisode : La fleur du sommeil.
Collection Bouquins © 1986 Robert Laffont, page 557.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dans la tête de Gustave Le Rouge

Je m'appelle M. de Saint-Elme, ma plantation située à vingt milles de la Nouvelle-Orléans, occupe plus de six cents esclaves que je traite avec une bonté devenue proverbiale. On dit couramment : Heureux comme un noir de M. de Saint-Elme.

L’esclave mystérieuse
L'esclave amoureuse
L'esclave maudite
L'esclave aux mille visages

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Gustave Le RougeCréer un quiz sur ce livre