AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 271447831X
Éditeur : Belfond (15/02/2018)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 12 notes)
Résumé :
" Si vous ne pouvez pas vous occuper de vos enfants, l'État s'en chargera. " La devise du régime de Ceaușescu a envoyé des milliers d'enfants dans des mouroirs. Marion était l'un d'eux.
1989. En pleine révolution roumaine, les télévisions du monde entier révèlent la face la plus noire de l'univers concentrationnaire du régime communiste de Nicolae Ceaușescu. Un choc. Devant les caméras, des enfants se balancent, hagards, derrière les barreaux de le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  06 avril 2018
Voici un livre documentaire qui conte l'histoire vraie de Marion née sous la dictature de ce paranoïaque buté , qu'était Nicolae Ceausescu et son arrogante épouse Hélène aux diplômes inventés ..... qui ont placé la Roumanie dans le camp peu enviable des pires régimes ayant rabaissé l'humanité !
Je me souviens avec précision de l'exécution, en direct , à la télévision, en decembre 1989, de celui qui se faisait appeler " le génie des Carpathes" ou le Danube de la pensée communiste " .-----les cris------un mur------les coups de feu-----une image terrible et fascinante d'horreur qui ne s'effacera pas des mémoires .....
Dans ce récit historique poignant et révélateur , ô combien soigné , bien écrit , divisé en chapitres qui précisent chaque étape , Marion nous livre son histoire: Abandonnée par sa mére alors qu'elle n'a pas encore un an, elle est placée dans un orphelinat de Ceausescu oú elle sera battue, affamée comme nombre d' enfants de là- bas,vivant dans la promiscuité , entassés, derrière les barreaux de leurs lits crasseux, oú une odeur indescriptible d'urine prenait à la gorge .....Au cours de ces années, Marion ne reçoit pas le moindre apprentissage.Elle n'apprend ni à lire ni à compter ......
Le dictateur interdit l'avortement, réprime durement la contraception et force les naissances: son but, peupler son pays au forceps ,d'une politique nataliste redoutable dont la formule " Si vous ne pouvez pas vous occuper des enfants, l'état s'en chargera" .qui en dit long sur ses intentions .
Marion aura l'immense chance d'être adoptée à l'âge de six ans par une famille de français originaires du Sud- Ouest, Edith et Robert.....elle sera choyée enfin.....
Mais le passé ne s'efface pas comme on renverse un château de sable ....cette révolution brève, très violente libérera sa terre natale et brisera des chaînes invisibles , à quel prix et pour quel avenir ?
Bucarest porte encore aujourd'hui les stigmates de la folie de cet homme ...
Marion désire renaître à tout prix, dans une quête d'identité vraie , intense, une libération de soi qui la poussera à rechercher ses parents biologiques à tout prix., afin de comprendre la perversion d'un régime totalitaire et s'ouvrir au drame de tous ces enfants sacrifiés.
Adulte , elle n'aura de cesse de retrouver ses racines !
Elle a cofondé l'association française des Orphelins de Roumanie .
C'est son premier écrit , ( Lu d'une traite ) aux côtés de l'écrivain et réalisateur Xavier- Marie Bonnot, aux éditions Belfond .
Un trés bel ouvrage historique , révélateur et instructif , que chacun pourrait lire !
Mais ce n'est que mon avis , bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          565
Roggy
  25 avril 2018
Il est de ces livres qui emmènent le lecteur dans des territoires peu connus.
Marion nous livre son histoire d'orpheline de la dictature de Ceausescu, dernier dictateur communiste qui a organisé l'eugénisme à la roumaine. Victime de la politique nataliste du dictateur fou, et rescapée d'une mort certaine grâce à son adoption par un couple de français, Marion aura besoin de connaître son histoire, ses origines, de se retrouver.

Construit avec beaucoup d'intelligence et d'émotion, dans cette confession les mots provoquent tout à fait les douleurs qu'ils décrivent.
Ce témoignage contre la barbarie parle de chair et de misère humaine, d'horreurs commises contre des enfants, entassés comme des bestiaux dans des orphelinats dans des conditions inhumaines.
Marion a guéri, elle a eu la chance de pouvoir se reconstruire, d'être aimée.
Elle pense à tous ceux qui ne sont pas nés sous la même bonne étoile.
Merci à Masse critique et aux éditions Belfond pour m'avoir fait découvrir ce récit qui a sonné comme une réflexion sur les traumatismes et sur la notion du souvenir qui hante les mémoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
tynn
  13 mars 2018
« Faites des enfants, l'État s'en occupera. »
(et en fera commerce...)
Il se trouve que j'ai un souvenir très net de ce Noël 1989, où l'écran de télévision nous faisait vivre en direct l'actualité brûlante de la Roumanie et la fin expéditive de son triste dictateur. Autant dire que ce livre a fait immédiatement écho à mes souvenirs et à ma sidération face à la connaissance du terrorisme d'Etat maltraitant tout un peuple jusqu'aux plus humbles et plus petits.
Marion a eu de la chance. Elle a échappé aux orphelinats de Ceausescu et a été adoptée par un couple de français. Elle aussi a été happée par les images télévisuelles du pays de sa naissance. Elle qui a eu une enfance fracturée par l'abandon, une adolescence difficile en dépit de son famille adoptive aimante.
La quête des origines, jamais cachées par les parents français, devient une évidence et Marion fera ce parcours nécessaire. le récit est passionnant, donnant aussi la parole à l'entourage pour une complète compréhension des difficultés d'amour et d'éducation.
En marge du destin individuel extrêmement touchant et traité avec beaucoup de dignité, le contexte géopolitique est sidérant, indigne et révoltant.
Un témoignage nécessaire, le récit d'un travail sur soi qui met en lumière ce que les carences affectives et psychologiques peuvent provoquer comme dégâts sur la construction d'un individu.
(Un beau moment de lecture grâce à Masse critique et Belfond)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          436
Eroblin
  17 avril 2018
En 1966, le Penseur du Danube ou le Génie des Carpathes –comprenez Ceausescu- fait voter un décret 770 qui interdit l'avortement sauf dans des cas extrêmes. Son obsession est d'obliger les femmes à avoir des enfants, 4 au moins : « la population roumaine devra atteindre 25 millions en 1990 et 30 millions en 2000. » Dans les faits, ce sera un fiasco mais en attendant quand une jeune fille se retrouve enceinte et qu'elle ne peut subvenir aux besoins de l'enfant, elle peut l'abandonner car « L'Etat se charge de tout ». C'est ainsi que Maria née des amours illicites d'Ana et de Nicolae ; est abandonnée et conduite dans un de ses orphelinats qui seront révélés plus tard après la chute des Ceausescu. Les caméras montreront des images terribles d'enfants livrés à eux-mêmes, grandissant sans soins, sans hygiène et surtout sans aucune manifestation d'amour ou même d'empathie. La petite Maria a eu la chance immense de pouvoir être adoptée par un couple de français qui est venue la chercher en 1982. Sans eux, que serait-elle devenue ? D'autant que ce n'est pas parce qu'elle a été adoptée que sa vie est devenue un long fleuve tranquille. Comment se construire quand on n'a connu que l'abandon, l'indifférence de femmes quand ce n'est pas leur colère et leur méchanceté ? Comment s'ouvrir aux autres, aller à l'école quand on ne vous a jamais rien appris ? Il faudra beaucoup d'amour de la part de ses parents, et beaucoup de force de sa part pour permettre à Maria rebaptisée Marion de devenir une personne équilibrée. Ce chemin personnel passera aussi par des voyages en Roumanie pour percer le secret de sa naissance, retrouver et entendre celle qui l'a abandonnée, faire sa connaissance ainsi que celle de son père. Au bout de ce chemin, une certitude : venir en aide à tous ceux et celles qui ont connu le même drame qu'elle.
Je remercie les éditions Belfond et Netgalley de m'avoir fait découvrir ce témoignage terrible d'une enfant broyée par un système politique effarant. En obligeant les roumaines à multiplier les grossesses, Ceausescu rêvait à l'émergence d'un nouvel homme communiste et donc d'une société neuve. Il a surtout contribué à la dépopulation de son pays, à l'édification d'un système crapuleux puisque des milliers d'enfants ont été vendus à l'étranger par ceux et celles qui étaient censées s'occuper de ces enfants abandonnés. L'Etat s'occupe de tout… quelle ironie !

Lien : https://labibdeneko.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
LettresItBe
  25 avril 2018
Un film-documentaire, de nombreux témoignages, maintenant un livre : Marion le Roy Dagen continue de raconter, pour notre plus grande joie, toutes les étapes de son existence débutée sous le joug dictatorial de Ceausescu. Cette fois, c'est dans L'enfant et le dictateur paru chez Belfond et avec l'aide du touche-à-tout marseillais Xavier-Marie Bonnot que la jeune femme se livre et retrace son incroyable parcours. Lettres it be a tourné ces pages d'Histoire et vous en dit un peu plus.

# La bande-annonce

« Si vous ne pouvez pas vous occuper de vos enfants, l'État s'en chargera. » La devise du régime de Ceausescu a envoyé des milliers d'enfants dans des mouroirs. Marion était l'un d'eux. »

1989. En pleine révolution roumaine, les télévisions du monde entier révèlent la face la plus noire de l'univers concentrationnaire du régime communiste de Nicolae Ceausescu. Un choc. Devant les caméras, des enfants se balancent, hagards, derrière les barreaux de leurs lits crasseux. Les plus malades sont aux portes de la mort.

Marion est née de cette dictature. Abandonnée par sa mère alors qu'elle n'a pas encore un an, elle est placée dans un orphelinat de Ceausescu. Car le dictateur interdit l'avortement, réprime la contraception et force les naissances. Son but : peupler son pays au forceps d'une politique nataliste redoutable dont la formule « Si vous ne pouvez pas vous occuper de vos enfants, l'État s'en chargera » en dit long sur ses intentions.

Cette histoire est celle de Marion. Une quête d'identité, une recherche de soi après une enfance amputée. Adoptée à l'âge de six ans par un couple de Français, Marion n'a eu de cesse de retrouver ses parents biologiques et de se reconstruire.

Naître à nouveau, comprendre la perversion d'un régime totalitaire et s'ouvrir au drame de ces dizaines de milliers d'enfants sacrifiés sur l'autel de la dernière des dictatures de la guerre froide.

# L'avis de Lettres it be

C'est un récit-choc. La quatrième de couverture ne laisse aucun doute à ce sujet et invite le lecteur à découvrir les arcanes de l'un des derniers régimes dictatoriaux européens, celui du roumain Nicolae Ceausescu. L'enfant et le dictateur va donc se concentrer sur la politique nataliste menée par ce régime disparu le 25 décembre 1989 avec la mort du dictateur et de sa femme à la suite du renversement de l'un des derniers régimes communistes et qui restera dans les annales pour avoir été le plus sanglant de tout le bloc soviétique. le ton est donné, l'Histoire est livrée ici à quatre mains dans tout ce qu'elle a de plus sombre. Et dans les rares rédemptions offertes.

Marion le Roy Dagen a connu les derniers souffles de cette dictature. Elle est issue de cette politique nataliste abjecte, enlevant les enfants des familles roumains pour les élever selon de graves dispositions étatiques. A la chute du régime, elle est adoptée à l'âge de 6 ans par un couple de français. A partir de ce moment fatidique va commencer une quête de soi, une lutte pour la reconstruction, une course acharnée vers ce qu'elle est réellement, tiraillée entre l'amour de ses parents adoptifs et l'envie de savoir. Une petite histoire de la grande qui se refuse à toute autofiction malvenue et au moindre sentimentalisme exacerbé. Un choix assumé, fort et qui donne à la lecture un tout autre intérêt.

C'est une vie qui nous est décrite à travers les pages de l'Histoire, des pages souvent sombres et difficilement lisibles. A l'aide de la plume aguerrie de Xavier-Marie Bonnot, Marion le Roy Dagen se livre sans fard, à travers toutes les étapes marquantes de son existence. de cet abandon en pleine révolution roumaine jusqu'à ses tentatives de reconstruction personnelle, la jeune femme dénoue les fils de ses périples passés et livre un récit personnel touchant, complet. Et bien que la petite musique aisée et trop répandue du « N'oubliez jamais, les heurts dictatoriaux ne sont jamais éloignés » résonne parfois dans cet ouvrage, L'enfant et le dictateur reste un récit autobiographique saisissant, qui plonge le lecteur dans les méandres d'une page méconnue de l'Histoire.

Découvrez la suite de la chronique sur Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
kielosakielosa   12 décembre 2018
" Un enfant n'a jamais les parents dont il rêve. Seuls les enfants sans parents ont des parents de rêve. "

Boris Cyrulnik

(page 9)
Commenter  J’apprécie          374
ArlieRoseArlieRose   24 juillet 2018
Attendre. Ceux qui ont vécu sous le communisme savent ce que ce mot signifie et ce qu'il représente d'abnégation. Toute une pratique de vie et même un art chez certains. Attendre devant les magasins, sur le quai des gares, devant les bureaucrates, dans les bureaux de poste…
Commenter  J’apprécie          50
Annette55Annette55   06 avril 2018
"Le temps ne cicatrise pas les outrages du temps . "
Commenter  J’apprécie          220
ArlieRoseArlieRose   24 juillet 2018
Jusqu'à ce jour funeste, Marion pensait que son passé resterait là où elle voulait qu'il soit : dans un pays où elle ne retournerait jamais. A quoi bon. Mais le passé ne s'efface pas comme on renverse un château de sable.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : histoire vraieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr