AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782700259346
352 pages
Rageot Editeur (13/03/2019)
3.88/5   285 notes
Résumé :
Huit lycéens d’une section Arts Appliqués ont l’habitude de faire la fête le samedi soir dans une maison de campagne isolée. Pour changer, l’un d’eux propose d’organiser une soirée frissons. Le but du jeu : effrayer les autres, et les faire boire. Mais avec des ados aussi créatifs, les bonnes blagues laissent bientôt la place à des mises en scène angoissantes. L’ambiance devient pesante. Et quand un orage éclate, le groupe se retrouve coupé du monde. Bientôt, des br... >Voir plus
Que lire après Dans la maisonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (90) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 285 notes
Organiser une soirée en groupe pour s'effrayer volontairement.
Plutôt sympa comme idée !
Et on peut s'attendre au pire avec la bande des huit, ces lycéens à l'imagination débordante.

C'est dans une grande maison isolée qu'ils vont passer une nuit entière à se faire frissonner de peur.
Mais pas sûr que la situation soit maîtrisée jusqu'au bout...

L'histoire commence par la fin où on comprend qu'un drame est survenu.
L'auteur fait alors une analepse en retraçant le déroulement des faits.
Dans ce huis-clos, on fait tout d'abord connaissance avec chacun des membres de la bande.
J'ai trouvé les personnages un peu stéréotypés, mais c'est en même temps ce qui permet de bien les différencier.
On se laisse facilement emporter par l'histoire.
Philip le Roy cite de nombreuses références, que ce soit sur des films d'horreur, des oeuvres d'artistes contemporains, ou sur des lieux insolites où le paranormal s'est invité... ces idées s'inscrivent parfaitement dans le récit et donnent une touche de réalisme à l'histoire.

Chacun des jeunes s'enivre et on est très vite pris au jeu entre les comportements inquiétants de certains, les mythes et les légendes urbaines qui font surface, la séance de ouija, les disparitions... y a-t-il un inconnu qui rôde dans la maison ?
L'atmosphère devient plus pesante au fil des pages avec les mauvaises blagues qui s'enchaînent.
Certaines chutes devenaient selon moi un peu répétitives par moment. Mais l'histoire reste cependant captivante puisque les rebondissements sont quant à eux toujours différents.
Par contre, la fin m'a un peu déçue car je m'y attendais en partie.

Un roman divertissant et plaisant à lire. À recommander aux adolescents qui pourraient facilement s'identifier et qui chercheraient à se faire une petite frayeur.
Commenter  J’apprécie          639
Une maison isolée et huit adolescents qui ont décidé de passer la nuit à boire et à se faire peur.
Ca pourrait être un début bien banal et pourtant il n'est pas mal du tout ce roman pour ados, même pour l'amatrice de romans d'épouvante que je suis.
L'originalité c'est que ces lycéens sont tous dans une section d'arts appliqués et que cela aura une incidence sur l'histoire.
Qui réussira à terroriser le plus les autres ?
Qui aura été le plus original dans sa mise en scène ?
D'autant que la maison est bien sûr construite sur un site connu pour ses phénomènes inexpliqués.
J'ai bien aimé la montée en puissance du suspense même si les ados ne m'ont pas semblé très sympathiques mais bon, ce sont des ados normaux avec tous leurs travers, leurs sensibilités propres et leurs petits défauts, plein de prétention et d'esbroufe, comme on peut l'être à 16 -17 ans.
Une très belle surprise.
Commenter  J’apprécie          471
« Dans la maison » avait été une des lectures d'été de mon fils et il avait apprécié ce roman. L'argument m'intriguait alors j'ai eu envie de lire ce bouquin. Je comprends tout à fait que ce roman ait plu à mon fils mais je ressors un peu mitigée de ma lecture.

« Dans la maison » a tout pour plaire aux adolescents amateurs de films d'horreur. Tout d'abord, il met en scène un groupe d'adolescents un peu en marge, du coup l'identification fonctionne à plein pour un lecteur adolescent. Ensuite, le point de départ a de quoi séduire en promettant un récit plein de suspense et réservant son lot de passages effrayants. Enfin, le roman est très référentiel et cite nombre de films d'horreur. Les ados férus de films d'horreur seront donc ravis de saisir ces références, l'auteur créant ainsi une connivence avec son jeune lecteur. Il faut bien reconnaitre que « dans la maison » est diablement efficace. C'est un page-turner qui se lit tout seul. C'est très ludique et on a envie de savoir le fin mot de l'histoire, le suspense est bien présent. Mais, je reste tout de même mitigée. Si l'intrigue est bien menée, le roman ne bénéficie pas d'une écriture séduisante. J'ai trouvé le style très plat, assez pauvre, trop fonctionnel. Il y a énormément de dialogues et très peu de passages descriptifs en dehors des scènes d'angoisse. Ainsi, j'ai trouvé que le décor restait à l'état d'esquisse. Je trouve que ce manque de descriptions amoindrit l'effet d'immersion. Je ne suis jamais vraiment rentrée dans le récit, je suis restée en dehors, très passive. de plus, si je conçois tout à fait que les personnages puissent plaire à des ados, je les trouve néanmoins trop caricaturaux. On est vraiment dans les stéréotypes. Et si les archétypes, c'est bien, les stéréotypes, c'est mal.

Bref, j'ai passé un bon moment avec ce bouquin mais il ne va pas me marquer, c'est certain. Je pense que je l'aurai oublié d'ici quelques semaines. Ceci dit, ça pourrait bien plaire à vos ados.

Commenter  J’apprécie          270
Je remercie énormément Rageot éditeur pour l'envoi, via net galley et en avant première, du roman pour adolescents : Dans la maison de Philip le Roy.
Huit lycéens d'une section Arts Appliqués ont l'habitude de faire la fête le samedi soir dans une maison de campagne isolée.
Pour changer, l'un d'eux propose d'organiser une soirée frissons. le but du jeu : effrayer les autres, et les faire boire.
Mais avec des ados aussi créatifs, les bonnes blagues laissent bientôt la place à des mises en scène angoissantes. L'ambiance devient pesante. Et quand un orage éclate, le groupe se retrouve coupé du monde.
Bientôt, des bruits étranges retentissent dans la maison, des pierres surgissent de nulle part, un garçon disparaît, puis une fille… La soirée bascule dans un huis clos horrifique.
Dans la maison est un excellent roman pour les adolescents.. et leurs parents :) Je suis assez trouillarde et je vous assure que j'ai sursauté plus d'une fois lors de ma lecture ! Certaines scènes font vraiment peur, il vaut mieux éviter de le lire seule chez soi, au calme ;)
Philip le Roy a une sacré imagination, et j'ai trouvé ça très judicieux qu'il émaille notre lecture de références cinématographiques et musicales que les adolescents peuvent connaître. C'est crédible car on a là des adolescents qui ont un langage... d'adolescents :) Chacun d'eux à sa personnalité, son caractère, c'est parfois un peu cliché et on sent bien que c'est fait exprès puisque parfois les ados se moquent d'eux même et de leur groupe.
C'est très bien écrit, très bien ficelé, et l'ensemble donne un excellent roman pour les adolescents et jeunes adultes.
Je me suis régalée avec Dans la maison, à qui je mets un énorme cinq étoiles :)
Commenter  J’apprécie          280
J'avoue ressortir de cette lecture assez mitigée... Ayant lu énormément de bonne critique sur se livre, j'en attendais un peu plus.

Le spitch est simple : 8 amis en école d'art décident d'organiser une soirée sur le thème de la terreur dans une bergerie isolée du reste du monde, sans aucun voisinage et sans réseaux. A tour de rôle ils s'amusent à se faire peur quand soudain la soirée dérape.

Je crois que ce que j'ai le plus apprécié dans ce livre, c'est le prologue. Très bien écrit, mystérieux, intriguant, j'ai tout de suite voulu lire la suite. Mais c'est après que j'ai commencé à être déçue.
L'auteur commence par présenter ses huit personnages principaux avec leur description physique, leurs gouts et leurs traits de caractère, autant dire que cela fait beaucoup d'informations à emmagasiner...
Et je note le point d'honneur que l'auteur à mit à finir chaque chapitre sur une note sombre qui impose une certaine tension tout le long de la lecture.
Malgré cela j'ai trouvé qu'il y avait un peu trop de blabla, ce qui fait redescendre la tension et ce qui n'aide pas à rendre l'ambiance angoissante. de plus, les protagonistes sont des adolescents avec leur langage qui fait vraiment perdre de l'intensité à ce roman.
J'ai manqué de frissons.

Malgré cela, je le recommande à de jeunes lecteurs. Alors bonne lecture !
Commenter  J’apprécie          260


critiques presse (2)
Lexpress
29 octobre 2019
Brillant et addictif, Dans la maison est un thriller, drôle, intelligent… vraiment flippant. Philip Le Roy réussit avec brio un roman pour ados qui flirte avec l’horreur. Et ça déménage !
Lire la critique sur le site : Lexpress
Ricochet
29 avril 2019
La solution de l’énigme peut se deviner assez vite, il n’en reste pas moins un plaisir addictif aux rebondissements remplis d’effroi.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Prologue

Comment huit adolescents peuvent-ils disparaître au cours d’une même soirée? La question tournait en boucle dans la tête des gendarmes qui inspectaient la maison vide.

Le commandant Sevrant contemplait la belle bâtisse, une ancienne bergerie isolée du col de Vence récemment transformée en maison d’architecte. Il restait les abords à aménager, un muret de pierres à élever et la piscine à construire. Une excavation de douze mètres par six avait déjà été creusée pour y couler le bassin. Les hommes de Sevrant avaient retourné les bâches, fouillé au milieu des outils de chantier et des matériaux, sondé les ruissellements de boue provoqués par les fortes pluies de la nuit. Bredouilles, ils se déployaient désormais vers la forêt.

Les huit lycéens s’étaient donnés rendez-vous la veille pour la première fois dans cette villa cossue qui appartenait à la famille de l’un d’entre eux.

Ils avaient été déposés en voiture samedi vers 18 heures par leurs parents qui ont récupéré le lendemain matin. Mais le dimanche à onze heures, la mère de l’adolescence avait trouvé la maison déserte et alertée aussitôt les autorités.

Les chiens policiers tiraient sur leur laisse et aboyaient en direction de la forêt. La pluie s’est remise à tomber et allaiter compliquer les recherches.

Les premiers indices découverts dans la villa étaient à la fois étranges et inquiétants: impacts de chevrotine, sols jonchés de pierres et de gravats, traces de sang, bris de verre, chaises et meubles renversés, longues traînées de sel par terre… été clouées contre la porte du garage et de la cave. Les jeunes semblaient s’être défendus contre une menace extérieure.

Un tueur? Dans ce cas, où étaient les corps?

Des kidnappeurs? Mais comment enlever simultanément huit personnes?

Des aboiements lointains ponctués par plusieurs coups de sifflet précédèrent le grésillement du talkie-walkie du commandant Sevrant:

– Les chiens ont flairé quelque chose, commandant! beugla le brigadier Dolfi dans l’appareil.

– Où êtes-vous?

Le commandant attendit une réponse qui ne venait pas.

– Où êtes-vous, brigadier?

-… plateau du Diable!… Crrrrrrrrrrrrrrrrr …

Des parasites se mêlèrent à la conversation.

– Brigadier, vous m’entendez?

– Crrrrrrr … utain! Qu’est-ce que c’est que ça?… Crrrrrrrr …

– Brigadier, soyez plus clair!

– Crrrrrr … vaudrait mieux que vou

– Crrrrrr … vaudrait mieux que vous voyiez par vous-même… Crrrr … Je viens vous chercher…

Jean-Paul Sevrant avança sous la pluie à la rencontre du brigadier.

Pour bien comprendre ce que les gendarmes allaient découvrir, il faut expliquer comment on en est arrivé là. Et il n’y a qu’une personne qui puisse faire, celle qui aécrite les pages suivantes.
Commenter  J’apprécie          122
- Quand j’étais petite, mes parents me racontaient souvent des contes dont certains me terrifiaient.
- Sympas les parents.
- Ils avaient raison. Les contes m’ont appris qu’on peut surmonter la peur d’être enlevé, d’être séquestré, abandonné, dévoré, tué... Et qu’en général les choses se terminent bien.
- Ce ne sont que des contes...
- Dans lesquels tu peux facilement te projeter quand tu es enfant. Les contes t’apprennent à avoir peur mais ils t’apprennent aussi une chose essentielle : à la fin tu réussiras à cramer la sorcière anthropophage qui veut te dévorer. On n’est pas plus connes que Hansel et Gretel, non ?
Commenter  J’apprécie          274
- [...] Mon frère est aux Beaux-Arts et, quand tu vois ce qu’il fait, je peux t’assurer que l’art a plus à voir avec Paul McCarthy qu’avec Michel-Ange.
- C’est ton frère qui t’a conseillé de faire ça ?
- Il m’a conseillé de faire de la provoc. Ça paye plus que le beau.
Commenter  J’apprécie          212
"Ils se moquent de moi parce que je suis différent. Je me moque d'eux parce qu'ils sont tous identiques."
Commenter  J’apprécie          180
À ce stade de la soirée, les huit adolescents commençaient à éprouver les effets de l' alcool qu'ils avaient consommé au fil des jeux et des défis. La frontière entre la mascarade et la réalité devenait floue. Les parts de vrai et de faux s'intriquaient au point qu'ils percevaient la présence d'étrangers dans la maison sans se douter du réel danger qui les menaçait...
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Philip Le Roy (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip Le Roy
Qui veut gagner le Paradis ? : le thriller en 42 incroyables nouvelles noires à la Black Mirror signé Philip le Roy, disponible partout dès maintenant !
250 personnes seront victimes de violences meurtrières pendant que vous lirez ce livre* Près de 1 300 homicides se produisent chaque jour aux quatre coins du monde, de la Californie à Bornéo, du Congo à Paris, de Nice à Kaboul. Visiblement, sans lien apparent.
4 hommes sur 5 et d'1 femme sur 2 ont déjà eu l'intention de tuer au cours de leur vie**
Les auteurs de ces crimes et leurs victimes sont de tous les âges, nationalités, origines sociales, orientations politiques ou sexuelles. Cela pourrait être n'importe lequel d'entre nous. À qui le tour de tuer... ou d'être tué ?
Étroite est la porte et resserré est le chemin menant au Paradis, et il y en a peu qui les trouvent***
Comment échapper à la violence d'un monde absurde et oppressant ? Le Paradis existe-t-il ? Il faut trouver une issue, mais vite, car le compte à rebours a commencé depuis longtemps.
Philip le Roy est scénariste et auteur de thrillers dont le Dernier Testament, Grand Prix de Littérature Policière. Qui veut gagner le Paradis ? est un thriller à fragmentations. Il repousse les limites de l'art de la nouvelle qui comme le disait le maître du genre Philip K. Dick consiste à surprendre le moment le plus intense de notre existence. Un ouvrage hors normes à ne pas mettre entre toutes les mains.
* Selon une étude de l'ONU, près de 464 000 personnes dans le monde ont été victimes de violences meurtrières en 2017, soit cinq fois le nombre de personnes tuées dans des conflits armés au cours de la même période.
** Selon une étude portant sur 760 étudiants, 79 % des hommes et 58 % des femmes ont déjà eu au cours de leur vie des pensées visant à tuer quelqu'un.
*** Évangile selon Matthieu 7.13-14.
Philip le Roy est scénariste et auteur de thrillers dont le Dernier Testament, Grand Prix de Littérature Policière. Qui veut gagner le Paradis ? est un thriller à fragmentations. Il repousse les limites de l'art de la nouvelle qui comme le disait le maître du genre Philip K. Dick consiste à surprendre le moment le plus intense de notre existence. Un ouvrage hors normes à ne pas mettre entre toutes les mains.
+ Lire la suite
autres livres classés : horreurVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (537) Voir plus



Quiz Voir plus

Des voisins trop secrets

Un soir, Lorraine entend quelque chose, de quoi s'agit-il ?

Un cri.
Un tir.
Un claquement de doigts.

7 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Des voisins trop secrets de Philip Le RoyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..