AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782757805879
640 pages
Points (03/01/2008)
2.99/5   41 notes
Résumé :
De mystérieuses disparitions se multiplient à travers le monde. Jeunes, belles, brillantes, toutes femmes proches de chefs d'États ou d'industriels puissants, les victimes se volatilisent sans laisser de traces. Nathan Love sort de sa retraite : de Paris à Tokyo, des Balkans en mer de Chine, il va devoir se fondre, seul, dans un univers dangereux, insoupçonnable...
Après Le Dernier Testament, Grand Prix de Littérature Policière, une nouvelle enquête de Natha... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Hell_Gring_Goth
  02 mai 2011
Début des années 90 à nos jours :
La suite des aventures de Nathan Love, rencontré dans le Dernier Testament.
Malgré quelques références éparses au premier opus et la réapparition de quelques protagonistes, ce livre peut aussi être lu seul sans connaissance des primo aventures du héros.
Cette fois-ci, Nathan Love enquête sur des cas de disparitions étranges (on s'oriente même un temps vers des abductions extraterrestre, mais chut... Suspens.)
On retrouve ce mélange surdosé de sexe, violences & Co qui avait été la signature du premier roman, avec quand même quelques différences :
Cette fois-ci l'action se met mollement en branle avec peu ou aucun mort avéré dans les 200 premières pages. Mais ensuite, c'est un festival.
L'auteur multiplie les seconds rôles de l'histoire en ne faisant (du coup) que les survoler.
(Parfois c'est même bien pratique de tuer un second couteau, pour ne pas avoir à le détailler et passer plus vite au suivant...).
Le héros se retrouve cette fois-ci confronté au monde politique, aux services secrets, à des trafiquants d'armes, des réseaux de proxénétismes Est-européen... On voit même apparaitre des pirates au cours du roman.
Comme d'habitude il ne fait pas bon vivre au côté de Mr Love, car on ne vit pas longtemps.
L'intrigue, même si l'auteur prend le parti de prévenir son lecteur en début de roman : "Cette histoire est une fiction reposant sur des données et des faits avérés. [...]" est peu vraisemblable (moins vraisemblable que le premier tome.).
Les références appuyés (mais volontairement vagues) à des personnalités politiques actuelles "[...] Leurs noms a été changé car ce n'est pas tant leur identité qui est déterminante, mais leur fonction. Toute ressemblance avec des individus existants n'est donc pas fortuite. [...]" donne une impression bizarre de fausseté.
Le roman ne l'oublions pas est sensé se passer en 2005 ou 2006, comment expliquer alors que tous ces événements qui se sont déroulés de nos jours, nous ont été caché, avec la couverture médiatique moderne, c'est avouons le de moins en moins probable.
Au final, plus qu'un enquête à proprement parler, c'est à un règlement de compte entre Nathan Love et les méchants proxeneto-mafieux que nous assistons et sur lequel l'auteur insiste.
Ce livre est nettement plus noir que le précédent volet (qui l'était déjà pas mal.)
Nathan Love y apparait comme totalement inhumain, détaché de tout, traversant les événements, les morts violentes et les vexations (parfois provoquées car NL est aussi un tueur, même si ses victimes sont des salauds.) de ses "amis" (NL a-t-il seulement des amis ? Lui qui n'aspire qu'à l'érémitisme.) et de ses (nombreux) ennemis avec une nonchalance et un manque d'émotion frappant.
Son côté increvable, genre je me la pète et je suis encore capable d'esquiver les balles et les roquettes, de grimper les montagnes, avec une balle dans l'épaule ou après un coup violent au crâne est totalement archétypal.
On est plus proche de Rambo que de Hercule Poirot.
D'ailleurs certaines scènes appartiennent plus au champ du roman de guerre que du Thriller policier.
Malgré (ou à cause de) toutes ces "imperfections", le roman se lit très bien.
Qu'arrivera-il donc à Nathan Love dans un hypothétique 3eme volume ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bill
  04 février 2011
'La dernière arme' de Philip le Roy avait plutôt des relents de 24 heures chrono, si on admet que Nathan Love, le héros profileur aurait pu avoir le rôle de Jack Bauer !
Tout commence avec les disparitions sans laisser de traces, en plein jour et devant témoins, de jeunes filles très belles, maîtresses de grands de ce monde.
Appelé à la rescousse par les Services Secrets français et américains Nathan Love mène une enquête aux quatre coins du monde.
De New York à Nairobi, de Paris à Tokyo, il parcourt la planète en tous sens avant de résoudre (presque tout seul) une enquête.
Ses coéquipiers périssent l'un après l'autre, mais lui, super héros, surmonte tous les obstacles ...
Une écriture cinématographique.
La course-poursuite dans les rues de Tokyo est merveilleusement rendue .... mais l'invraisemblance des situations lasse au fil des pages de ce pavé.

Il pourrait cependant constituer un bon roman de plage !
Commenter  J’apprécie          20
bibliophage
  06 mars 2011
Le super-héros profiler australien, beau gosse, ayant atteint le degré ultime de sagesse, faisant craquer des femmes toutes plus belles les unes que les autres, m'a paru tout droit sorti d'une série télé américaine :-)
Et c'est d'ailleurs ce que j'ai ressenti tout au long de cette lecture...
Le mystère de départ (des femmes, toutes très belles, liées à des hommes influents, s'évaporent aux quatre coins du globe) est bien mené, ça accroche l'attention. Mais la succession de scènes type film d'action américain, malgré la lisibilité du style, malgré l'écriture quasi cinématographique, finit par lasser ! Tout comme les laïus sur l'écologie, le pouvoir des femmes, la bêtise des hommes... (attention, je ne dis pas que c'est faux, c'est surtout que j'ai eu l'impression d'en lire toutes les 10 pages!)
Et puis il y a beaucoup trop de morts violentes à la page... Les viols et autres tortures finissent par devenir sérieusement glauques !
Un petit point positif tout de même : beaucoup de références musicales (surtout en rock).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hoel
  13 décembre 2012
J'ai passé un bon moment en général en lisant ce livre, mais je lui reprocherai plusieurs choses.
Le héros, Nathan Love, ne m'a pas spécialement gêné par sa pratique du zen mais plutôt par son invincibilité. Même van Damme au meilleur de sa forme ne mêt pas autant d'ennemis par terre avec ses seuls pieds et mains. A un moment, il chute de 80 mètres plus ou moins accroché à un genre de banderole, retombe sur la toile d'un commerce et repart en courant, normal, moi aussi je fais ça tous les matins vert1 . Déjà pour trouver un magasin qui fait plus de 80 mètres de haut, faut y aller, mais à Tokyo, pourquoi pas.
Les scènes de baston sont lassantes passé un certain point. Vers la fin je les survolais pour voir ce qui allait se passer plus avant. Peu m'importait de savoir si Nathan éliminerait 12 ou 18 sbires quelconques. A croire que les gardes et autres vigiles sont vraiment mal formés pour se faire avoir de la sorte alors qu'ils sont souvent en surnombre.
Sinon j'ai aimé le fait qu'on voyage beaucoup avec Nathan et qu'on ait des aperçus de la vie dans plusieurs pays, pas mal de vocabulaire dans les langues locales, notamment au Japon. Je pense que Philippe le Roy a dû pas mal se documenter, et il a bien fait. Je ne suis jamais allé à Tokyo, mais les descriptions avait l'air très réalistes.
D'après ce que j'ai pu observer les avis sont très partagés, de celui qui a adoré à celle qui n'a pas pu passer les 100 pages tellement elle n'accrochait pas au style de l'auteur et au personnage principal. Moi j'ai moyennement aimé. Lecture sympa, mais pas une grande réussite non plus.
Lien : http://hanniballelecteur.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lacuzon
  16 juin 2016
Quand j'ai commencé à lire ce livre j'étais loin de me douter que qu'il y aurait des bastons à grand coup d'arts martiaux, des poursuites infernales et que ça défouraillerait à tout bout de champ. Une bonne histoire bien mouvementée avec une intrigue (quelque peu capilo-tractée, par moment...) bien prenante. On aime ou pas ! Moi, j'ai bien aimé ;-)
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
bibliophagebibliophage   06 mars 2011
- Aujourd'hui, les multinationales accumulent davantage d'actifs financiers que la plupart des États. Elles sont devenues les nouvelles nations, affranchies des contraintes nationales.
-Êtes-vous plus "mitsubishien" que "japonais" ?
- Connaissez-vous le concept d'Amae ?
- Non, mentit Nathan.
- Les cercles de la dépendance. Le Japonais dépend d'abord du cercle de la mère qui lui a donné la vie. Puis du deuxième, un peu plus grand, de l'entreprise avec laquelle il est lié à vie. Puis du troisième, encore plus grand, de son pays. Tout ce qui se trouve en dehors et qu'on appelle soto n'est régi par aucune obligation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bibliophagebibliophage   06 mars 2011
De son côté, Nathan collectionnait les concordances entre les 6 victimes enlevées à Paris, Washington, Tokyo, New York, Le Caire, et Moscou : la pluie, la beauté, la gentillesse, la paix, l'adultère, les prénoms en "an'", la peinture, le blues, les cercles d'influence, les diplômes prestigieux, l'écologie...
Commenter  J’apprécie          30
Hell_Gring_GothHell_Gring_Goth   02 mai 2011
p523-524 : "[...]
- Vous m'embauchez ?
- Vous ne passerez pas votre diplôme de droit.
- De toute façon, j'ai séché la moitié des cours.
- Vous ne le passerez pas parce que vous allez mourir.
[...]"
Commenter  J’apprécie          10
Hell_Gring_GothHell_Gring_Goth   02 mai 2011
p533 : "[...]
- Il parait que le rire augmente notre durée de vie.
- Alors il va falloir beaucoup rire dans les jours à venir.
[...]"
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Philip Le Roy (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip Le Roy
Qui veut gagner le Paradis ? : le thriller en 42 incroyables nouvelles noires à la Black Mirror signé Philip le Roy, disponible partout dès maintenant !
250 personnes seront victimes de violences meurtrières pendant que vous lirez ce livre* Près de 1 300 homicides se produisent chaque jour aux quatre coins du monde, de la Californie à Bornéo, du Congo à Paris, de Nice à Kaboul. Visiblement, sans lien apparent.
4 hommes sur 5 et d'1 femme sur 2 ont déjà eu l'intention de tuer au cours de leur vie**
Les auteurs de ces crimes et leurs victimes sont de tous les âges, nationalités, origines sociales, orientations politiques ou sexuelles. Cela pourrait être n'importe lequel d'entre nous. À qui le tour de tuer... ou d'être tué ?
Étroite est la porte et resserré est le chemin menant au Paradis, et il y en a peu qui les trouvent***
Comment échapper à la violence d'un monde absurde et oppressant ? Le Paradis existe-t-il ? Il faut trouver une issue, mais vite, car le compte à rebours a commencé depuis longtemps.
Philip le Roy est scénariste et auteur de thrillers dont le Dernier Testament, Grand Prix de Littérature Policière. Qui veut gagner le Paradis ? est un thriller à fragmentations. Il repousse les limites de l'art de la nouvelle qui comme le disait le maître du genre Philip K. Dick consiste à surprendre le moment le plus intense de notre existence. Un ouvrage hors normes à ne pas mettre entre toutes les mains.
* Selon une étude de l'ONU, près de 464 000 personnes dans le monde ont été victimes de violences meurtrières en 2017, soit cinq fois le nombre de personnes tuées dans des conflits armés au cours de la même période.
** Selon une étude portant sur 760 étudiants, 79 % des hommes et 58 % des femmes ont déjà eu au cours de leur vie des pensées visant à tuer quelqu'un.
*** Évangile selon Matthieu 7.13-14.
Philip le Roy est scénariste et auteur de thrillers dont le Dernier Testament, Grand Prix de Littérature Policière. Qui veut gagner le Paradis ? est un thriller à fragmentations. Il repousse les limites de l'art de la nouvelle qui comme le disait le maître du genre Philip K. Dick consiste à surprendre le moment le plus intense de notre existence. Un ouvrage hors normes à ne pas mettre entre toutes les mains.
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2498 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre