AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782073032591
112 pages
Gallimard (07/09/2023)
3.62/5   156 notes
Résumé :
Pour féliciter François Mitterrand de son élection deux ans plus tôt, je lui ai écrit une carte postale d'Arcachon, en septembre 1983. François m'a répondu. Il me « remerciait de ma lettre », m'assurait que mes remarques recevraient « toute l'attention qu'elles méritaient » et seraient « prises en considération », « dans les délais les plus brefs ». Et il m'assurait de ses « sentiments les meilleurs ».
D'autres auraient pu confondre sa réponse avec une lettre... >Voir plus
Que lire après Moi et François MitterrandVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 156 notes
Quel bijou, quelle pépite. 88 pages ultra-courtes, façon Amélie Nothomb, la farce en plus.
Vous allez éclater de rire, passer un bon moment, et la lecture sera très très abordable. Des collégiens devraient apprécier. Pensez-y si vous êtes dans l'enseignement ! Il y aura quand même un problème. Ce livre est épuisé, il vous faudra donc le photocopier pour les élèves…
Vous poufferez quand l'auteur demande des nouvelles de Bernadette à Chirac, parle de son chat au Président, propose une collaboration à Carla Bruni, un film à Julie Gayet. J'en ai presque trop dit, mais ce sera tellement mieux dit dans le texte !
Add. : janvier 2023, Folio a finalement senti le filon, et a eu la bonne idée de le sortir en poche !
Commenter  J’apprécie          355
Moi et François Mitterrand ou une autre façon originale de définir le foutage de gueule.

A des cartes postales qu'il veut sincères et à la limite de la naïveté, vacances à Arcachon, félicitations pour la brillante élection du président,
Hervé le Tellier se voit inlassablement répondre par une lettre type :

"Cher Monsieur,
Votre lettre en date du 10 septembre 1983, vient de me parvenir et je vous en remercie.
Ne doutez pas, cher Monsieur, que vos remarques recevront toute l'attention qu'elles méritent et qu'elles seront prises en considération par mes services dans les délais les plus brefs.
Je vous prie de croire, cher Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.
Le Président de la République."

Le Tellier surjoue sa relation avec le président :

"Quoiqu'il en soit, le second paragraphe insistait à juste titre sur la prise en considération par ses services de mes remarques : j'y repensai l'année suivante, lorsque, de retour à Arcachon, je m'aperçus avec satisfaction que la qualité des huîtres s'était améliorée."


"Dès les premiers mots, j'ai tout de suite reconnu le style de François, si aérien, si littéraire, en en même temps tellement précis et direct. J'ai apprécié ce « Cher Monsieur », distant et proche à la fois, ce signe de pudeur des sentiments naissants, ce reste de distance si touchant, malgré ou peut-être à cause de l'affection grandissante."

A lire...
Commenter  J’apprécie          296
Un tout petit roman presque une nouvelle.
Hervé le Tellier, enfin son honomyme, va écrire à tous les présidents de Mitterrand à Hollande. Il recevra à chaque fois la même réponse type de l'Elysée.
De sa légère mythomanie, il va interpréter chacun des courriers en fonction de son empathie avec chaque président :
- La classe et la culture de Mitterrand,
- Chirac le bon vivant,
- Sarkozy un peu vulgaire, un peu inculte
- Hollande , le rigolo, le bon copain.
On sourit, bien sûr. La photo "Fun/être, la plaisir de la fenêtre" m'a bien amusée mais la solitude du personnage, manifestement associable, en manque d'amour retient le rire.
Un roman sarcastique, plein d'humour et sensible.
Merci à Babelio et aux éditions Folio pour cette découverte.
Commenter  J’apprécie          321
Irrésistible !! Hervé le Tellier, dorénavant méga connu grâce à son dernier roman qui lui a valu le Prix Goncourt ( qui l'aurait cru ?), se met en scène, ici, dans un personnage mythomane, obsessionnel, persuadé de la véracité de ses interprétations farfelues. C'est savoureux et magistral dans le registre du comique de répétition. J'ai souri, ri, à la fois moqueuse et émue car, sous le comique, surgit la poésie d'un homme solitaire et surréaliste à son insu.
Commenter  J’apprécie          270
« Il y a ceux qui ont besoin d'écrire, ceux qui ont besoin de rêver, ceux qui ont besoin de parler… ; mais les romans ne sont pas sérieux, c'est la mythomanie qui l'est » (André Malraux).


Ce court récit, illustré par des documents visuels, « Moi et François Mitterrand » (Hervé le Tellier Jean-Claude Lattès, 2016), dont l'auteur est lui-même le narrateur, relate la « vraie fausse » correspondance d'un mythomane avec le président Mitterrand et ses successeurs jusqu'à François Hollande.


« Je ne vais pas en faire une affaire d'État…, mais à partir de 1983 François Mitterrand et moi avons entretenu une correspondance assidue… »


« Cher François Mitterrand, je voulais vous féliciter – fût-ce avec un léger retard – de votre élection voici deux ans déjà. Je suis à Arcachon où je passe de bonnes vacances, nous parlions justement de vous. Nous avons mangé des huitres, excellentes, bien qu'un peu laiteuses. Encore bravo. Hervé le Tellier. »


Quelques semaines plus tard, Hervé le Tellier reçoit une réponse-type, mais qu'il interprète comme très personnelle au point qu'il identifiera toute la correspondance qui va suivre, mais qu'il alimente seul puisqu'il ne recevra toujours que la même lettre impersonnelle, à l'amitié que se portaient Montaigne et La Boétie, comme le révèle la citation en épigraphe du texte : « Parce que c'était lui, parce que c'était moi ».


« Présidence de la République, Paris le 12 décembre 1983,

Cher Monsieur, votre lettre en date du 10 septembre 1983 vient de me parvenir et je vous en remercie. Ne doutez pas, cher Monsieur, que vos remarques recevront toutes l'attention qu'elles méritent et qu'elles seront prises en considération par nos services dans les délais les plus brefs… »


« Dès les premiers mots, j'ai tout de suite reconnu le style de François Mitterrand, si aérien, si littéraire… J'ai apprécié ce « Cher Monsieur » … »


Ce texte, que l'on pourrait sous-titrer la « correspondance d'un mythomane », au demeurant fort bien écrit, n'aspire qu'à procurer une heure de joyeuse et hilare lecture. Il y parvient brillamment.


Mais sous couleur de légèreté, l'on distingue, dans une comédie politique du rapport au pouvoir, quelques lazzis et quolibets bien sentis qui autorisent l'intitulé de pamphlet.


C'est délicieux, jouissif, irrévérencieux et bien écrit.


Bonne lecture.


Michel.



Lien : https://fureur-de-lire.blogs..
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (2)
LeMonde
07 mars 2023
A l’obscur Le Tellier qui inonde les présidents successifs de messages de plus en plus amicaux, encourage l’un, rabroue l’autre, l’Elysée envoie toujours la même lettre type.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaLibreBelgique
09 juin 2022
Hervé Le Tellier livre, dans "Moi et François Mitterrand", sa drôle de correspondance échangée avec le président français.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
« Cher François Mitterrand,
« Je voulais vous féliciter – fût-ce avec un léger retard – de votre élection voici deux ans déjà. Je suis à Arcachon où je passe de bonnes vacances. Hier, à table, c’est incroyable, nous parlions justement de vous. Nous avons mangé des huîtres, excellentes, bien qu’un peu laiteuses.
« Encore bravo.
« Hervé Le Tellier »

******
Cher Monsieur,
Votre lettre en date du 10 septembre 1983, vient de me parvenir et je vous en remercie.
Ne doutez pas, cher Monsieur, que vos remarques recevront toute l'attention qu'elles méritent et qu'elles seront prises en considération par mes services dans les délais les plus brefs.
Je vous prie de croire, cher Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.
Le Président de la République.

***

C’était, ma foi, une missive forte courtoise, même si, en raison sans doute du poids des charges de l’Etat, le Président s’y montrait quelque peu distrait, évoquant une lettre et non une carte postale. Quoiqu’il en soit, le second paragraphe insistait à juste titre sur la prise en considération par ses services de mes remarques : j’y repensai l’année suivante, lorsque, de retour à Arcachon, je m’aperçus avec satisfaction que la qualité des huîtres s’était améliorée.

J’ai aussitôt répondu à cette lettre, car une amitié naissante n’est pas un chose négligeable. Voici le texte intégral de ma deuxième lettre, envoyée le 20 décembre 1983.

« Cher François,

« Je vous remercie de votre charmant courrier. Je suis malheureusement très occupé en ce moment et ne puis vous répondre plus longuement. Je vous souhaite malgré tout une heureuse fête de Noël en famille.

« Chaleureusement,

« Hervé Le Tellier »
Commenter  J’apprécie          70
Garde-moi, garde-moi,
Tu es ma belle page et ma page de garde,
Tu es mon garde-fou et moi ton arrière-garde
Moi je te garde-corps et je te garde-boue
Je te garde-barrière et je te garde-fou

Garde-moi, garde-moi,
Toi tu me gardes meuble et tu me gardes pêche
Me gardes forestier et me gardes champêtre
Moi je te garde-chasse et je te chien de garde,
Toi tu me mets en garde, et tu me gardes à vous

Garde-moi, garde-moi,
Tu dis rompez ! Je romps et tu me jeune gardes,
me gardes nationale, et me gardes civile,
tu me gardes du corps et me gardes des sceaux
Et puis tu fais de moi ton doux garde-malade,

Garde-moi, garde-moi,
Mais je n'y prends pas garde, quand c'est mon tour de garde,
Toi, tu baisses la garde, et tu gardes mobile,
Tu regardes où trouver la pharmacie de garde,
Et puis pour en finir, enfin, tu Gardénal.
Commenter  J’apprécie          70
Monsieur le Président,
Cher Jacques Chirac,
Je vous ai vu hier à la télévision avec votre épouse Bernadette. Avec sa permanente et son tailleur, elle n'avait pas l'air, comment dire ? accomodante (je sais bien que le bon français exigerait que j'écrive "l'air accomodant " sans accorder avec le féminin, mais vous verrez l'usage finira par faire loi). Bref, pour revenir à Bernadette, j'ai moi-même été naguère fiancé à une femme d'un caractère difficile, pour tout vous dire un vrai dragon. La mienne s'appellait Madeleine, donc, c'est sans rapport.
Recevez mes meilleurs sentiments.
Hervé Le Tellier
Commenter  J’apprécie          50
Pourquoi moi, toutefois, me direz-vous encore ? Pourquoi moi, quand tant d’autres, de Jack Lang à Attali, sont plongés dans l’ignorance. Sans doute, je le dois à cette fidélité dans l’amitié qui le caractérise si bien, cette fidélité qui lui fut tant reprochée, en particulier avec Bousquet. Et aussi, sans aucun doute, à cette discrétion dont j’ai fait preuve jusqu’à présent et dont je crois utile aujourd’hui de me départir, avec l’échéance de 2007 qui s’approche.
Commenter  J’apprécie          50
Je viens, un peu tardivement, de lire la liste des personnalités mises sur écoute par la cellule du même nom. Il y appert que je n'ai pas été surveillé.
Sache, François, que je ne me serais nullement trouvé flatté de l'avoir été.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Hervé Le Tellier (115) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Le Tellier
Conférence de l'oulipoLa joyeuse équipe de l'Ouvroir de littérature potentielle se produit tous les mois à la BnF. Marcel Benabou, Jacques Jouet, Hervé le Tellier, Clémentine Mélois et leurs acolytes y font résonner en public lectures et créations originales.Après 18 ans de lectures publiques jubilatoires à la BnF, l'équipe de l'Oulipo part voguer vers de nouveaux horizons.Séance enregistrée le 12 décembre 2023 à la BnF I François-Mitterrand.
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus



Lecteurs (298) Voir plus




{* *}