AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782330177188
384 pages
Actes Sud (01/03/2023)
3.92/5   50 notes
Résumé :
C'est l'histoire de Maxence, un adolescent atteint du syndrome de la Tourette, Cette maladie nerveuse étrange qui se manifeste par des tics et le surgissement incongru de mots grossiers dans le flux de paroles. Maxence est beau, a des envies et des pulsions des garçons de son âge, va au lycée, apprend le chant (une passion communiquée par son père, féru de comédies musicales). Mais, pour surmonter son handicap et faire face à l'hostilité du monde, il a une fâcheuse ... >Voir plus
Que lire après Parfois j'aimerais que ma vie ressemble à une comédie musicaleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 50 notes
5
12 avis
4
11 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Voici mon retour de lecture sur le roman pour ados : Parfois j'aimerais que ma vie ressemble à une comédie musicale de Taï-Marc le Thanh.
Maxence est un adolescent atteint du syndrome de la Tourette. Il s'agit de cette maladie nerveuse étrange qui se manifeste par des tics et le surgissement incongru de mots grossiers dans le flux de paroles.
Maxence est beau, a des envies et des pulsions des garçons de son âge, va au lycée, apprend le chant (une passion communiquée par son père, féru de comédies musicales).
Mais, pour surmonter son handicap et faire face à l'hostilité du monde, il a une fâcheuse tendance à mentir...
Parfois j'aimerais que ma vie ressemble à une comédie musicale est un roman nous emmenant dans la tête de Maxence, atteint d'un handicap qui ne lui rend pas la vie facile. Surtout si en plus, il en rajoute avec une certaine propension au mensonge !
Mais il ment.. par amour pour son père. Celui ci le sait, que son fils ment, mais il fait semblant de le croire.. Car ils s'aiment tous les deux.
D'ailleurs, dans ce roman il y a un roman dans le roman, écrit par le père.
Parfois j'aimerais que ma vie ressemble à une comédie musicale est un roman complexe mais passionnant. Il aborde avec une grande justesse le syndrome de la Tourette.
Maxence est un jeune homme touchant, malade certes, mais surtout conscient de ses différences. Il est très lucide.
J'ai aimé découvrir son histoire, les personnages qui gravitent autour de lui. Il y a beaucoup d'humour dans ce texte.
Je vous recommande vraiment la lecture de ce roman, accessible aux ados et aux adultes.
Pas de coup de coeur mais un très joli quatre étoiles :)




Commenter  J’apprécie          270
Je remercie #NetGalleyFrance et les Éditions Actes Sud Junior et Thierry Magnier pour m'avoir permis de découvrir #Parfoisjaimeraisquemavieressembleàunecomédiemusicale.

Maxence est un jeune garçon "beau et ténébreux et intelligent et émotif", capable de beaucoup d'autodérision... Mais il est victime d'un mauvais diablotin qui squatte sa tête... Atteint du syndrome de la Tourette, il décide de prendre des cours de chant pour reconquérir la belle Pénélope.

[J'ai reçu ce livre au format numérique en service de presse : le .pdf de pré-impression était présenté en double page (impossible à lire sur liseuse) et j'ai dû le lire sporadiquement sur une tablette, ce que je trouve très désagréable. A tel point que j'ai failli en abandonner la lecture plusieurs fois, malgré mon intérêt pour le sujet et les qualités du livre (parce que bon, plus de 300 pages dans ces conditions, c'est fastidieux, quand même)... Une fois ces difficultés de lecture dépassées, j'ai été entraînée par l'histoire et le personnage de Maxence.]

J'ai apprécié le style très "oral", mais travaillé et construit, le vocabulaire riche très bien choisi et les digressions à n'en plus finir. Car oui, ces dernières sont (très) nombreuses, simplement signalées par des parenthèses récurrentes. Cela donne vraiment l'impression d'être dans la tête de l'adolescent. L'écriture à la première personne, les digressions dans ses pensées et le cheminement de son évolution rendent le roman très immersif et le personnage attachant. Les paragraphes décrivant les symptômes de la Tourette sont particulièrement bien écrits (voir citations), tantôt attendrissant, tantôt exaspérant par empathie, tantôt caustiques à souhait. Autres caractéristiques fortement appréciables : l'humour très sarcastique, l'autodérision de Maxence, le rythme cadencé, l'investissement progressif vers l'amélioration de la vie du jeune homme. Malgré les difficultés rencontrées par Maxence, beaucoup de luminosité, d'espoir et de joie se dégagent du roman !
J'ai beaucoup aimé les liens que Maxence entretient avec son meilleur ami, son oncle et surtout son père. En revanche, j'ai beaucoup moins aimé la mise en abîme du roman dans le roman : son paternel lui écrit une longue histoire sur le modèle d'une épopée d'Homère, au style un peu enfantin, et des passages de ces feuillets sont retranscrits (dans une police différente, heureusement). J'avoue m'être ennuyée et avoir lu en diagonale quelques unes de ces pages. Seule l'histoire de Claudia Wilmer a retenu mon attention (même si elle arrive un peu comme un cheveu sur la soupe...).

La fin, très aboutie et assez déroutante, m'a beaucoup plu et émue. Malgré la tristesse de la situation de Maxence, c'est une excellente conclusion, dans la lignée des pensées et réflexions du jeune homme et totalement cohérente avec le reste de son histoire.

#Parfoisjaimeraisquemavieressembleàunecomédiemusicale #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          200
C'est LE moment où je commence à rédiger et où je crains d'être en deçà de la vérité, c'est à dire de l'émotion ressentie et de la complexité de ce roman. tout d'abord, complexité ne veut pas dire difficulté insoluble à être lu. Simplement, ce roman se montre bluffant, tant par les thèmes qu'il aborde que par sa construction.
Le narrateur, c'est Maxence, que tout le monde appelle Max. Il est atteint du syndrome de la Tourette, une maladie dont on ne parle pas vraiment. Max aspire pourtant à vivre la vie d'un adolescent de son âge, ce que complique fortement sa maladie. Ce qui va l'aider ? Sa passion pour la comédie musicale, sa volonté de prendre des cours de chant, et, qui sait ? de participer à des concours.
Stop, temps mort ! L'on pouvait le voir venir, un roman qui nous montrerait le dépassement de soi, la maladie vaincue par le chant, etc, etc… Ce serait tellement simple. Ce serait oublié – aussi – à quel point l'on peut vivre dans une société du spectacle, cynique, prête à exploiter tout ce qui est exploitable. Si ce n'est que Max a une très grande lucidité. Si ce n'est aussi que le coeur de cette histoire, ce n'est pas le chant, c'est l'amour que les membres de cette famille se porte. Max est malade, Max ment, parfois, parce qu'il veut protéger son père. Cela n'empêche pas son père de se rendre compte que Max lui ment et d'avoir la politesse de ne pas le lui reprocher. C'est aussi l'oncle de Max, proche de son frère (le père de Max, donc), prêt à prendre le relais si nécessaire, avec la même bienveillance : être papa solo n'est jamais facile, avoir un proche qui vous permet de souffler est important. Souffler, aider, sans jamais juger. Et ne pas juger, c'est aussi ce que fait Olive, le meilleur ami de Max, qui a lui aussi son lot de soucis, mais sait pourtant être là quand il le peut – parce qu'il est impossible d'être toujours là – pour son meilleur ami.
Oeuvre forte, oui, qui est aussi une mise en abîme de la création littéraire, comme l'on peut le voir avec le père de Max, romancier, qui communique à son fils ses textes en avant-première, fils qui essaiera aussi d'écrire à son tour, fils qui fait déjà un travail d'écriture en réinventant sa réalité.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
Commenter  J’apprécie          200
Maxence a 15 ans. Son syndrome de la Tourette l'empêche d'être aussi insouciant que ses camarades. Pourtant, l'adolescence ne lui épargne pas les peines de coeur. Mais comme dans les comédies musicales les problèmes se règlent à coup de chansons, Max décidé d'apprendre à chanter...

J'ai éprouvé quelques difficultés en début de lecture à m'attacher à Max. Je trouvais que le ton et le vocabulaire employés ne correspondaient pas à l'âge du personnage et je ne comprenais pas trop où le récit voulait m'emmener. Et puis, en cours de route, un déclic que je ne saurais expliquer s'est fait et j'ai accompagné l'adolescent avec beaucoup de plaisir, tout en souriant franchement à son humour de potache. Jusqu'au point où j'ai presque versé une petite larme sur certains passages.

Dès qu'on entre dans l'histoire, la lecture est facile et très agréable. L'auteur mêle astucieusement différentes approches littéraires et la fin apporte un nouvel éclairage sur tout l'ouvrage.
Un roman pour adolescent qui ravira aussi les parents et pourrait être le point de départ à de nombreuses discussions sur le handicap, les rêves, la ténacité, l'amitié et bien d'autres sujets encore.
Commenter  J’apprécie          160
Max souffre du syndrome de la Tourette, maladie nerveuse qui se manifeste par des tics et un surgissement de grossièretés. Alors que son père lui a transmis sa passion des comédies musicales, Max décide de prendre des cours de chant.
Je vais être honnête, malgré l'attachement rapide que j'ai éprouvé pour Max, narrateur de cette aventure, j'ai trouvé le début de ce roman un peu long. Mais petit à petit, les rouages se mettent en place.
Côté histoire, Max nous prévient tout de suite : c'est un menteur. Mais l'on oublie rapidement ce détail pour se laisser porter par son récit fait de petites touches de quotidiens et d'embarras adolescents. Et puis comme tout le monde, Max ne semble qu'embellir la réalité. On le suit dans ses pérégrinations, entre ses cours de chants, sa vie au lycée, son ami, ses amours. Bref, le quotidien d'un ado presque normal. Mais on le suit aussi et surtout dans son combat contre sa maladie, pour apprendre à la maitriser.
Alors on pardonnera à Max ses petits arrangements avec la vérité pour savourer cette histoire pleine d'émotion et de personnages attachants.
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (3)
CNLJ
04 janvier 2024
La fin du roman nous fait relire l'histoire sous un angle différent et interroge brillamment sur le pacte de lecture entre auteur et lecteur. Bluffant !
Lire la critique sur le site : CNLJ
CNLJ
17 octobre 2023
Dans ce roman magistral, avons-nous vraiment affaire à un récit classique, celui d'un ado qui, malgré son handicap (il est atteint du syndrome de Gilles de la Tourette), parvient à intégrer le casting d'un célèbre télé-crochet ?
Lire la critique sur le site : CNLJ
Ricochet
01 septembre 2023
Un roman psychologique remarquablement écrit et ficelé, signé Taï-Marc Le Thanh.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Mon épuisement n’est pas seulement physique (des mil­liers de contractions par jour, pas étonnant que je souffre de courbatures le soir venu), il est également psycholo­gique. La tourette est en soi un fardeau. Une sorte d’in­vité surprise qu’il va falloir nourrir avec tous les autres convives. Le genre d’invité plutôt bruyant et qui n’a qu’une approche très rudimentaire des bonnes manières.
Commenter  J’apprécie          30
- Tout le monde aime la musique, murmuré-je. Je n’arrive pas à concevoir le contraire. La musique, c’est l’harmonie. Et l’harmonie, c’est le but ultime de chacun. Même le chaos, c’est l’harmonie.
Commenter  J’apprécie          70
Parfois… commencé-je. […]parfois,j’aimerais que ma vie ressemble à une comédie musicale. […] Tu vois dans les comédies musicales tout se règle en un coup de chansons. Les sentiments s’exacerbent mais les protagonistes sont tellement concentrés sur la musique qu’ils en oublient leurs tracas. C’est comme s' ils se détachaient de la réalité pour s’élever au-dessus du monde. […] Et puis, et c’est peut-être le plus important : lorsqu’il chante, on les écoute.
Commenter  J’apprécie          20
Il y a quelque chose de réjouissant dans les libations de mon père et de son frère. Ils n'ont ni l'alcool triste, ni l'alcool agressif, ni même l'alcool crétin. Ils ont ce que je pourrais qualifier d'alcool fraternel (je reconnais toutefois que mes connaissances en la matière sont réduites en raison de mon jeune âge).
Commenter  J’apprécie          30
Les larmes me montent aux yeux (peut-être ai-je oublié de préciser que je suis beau et ténébreux et intelligent et émotif).
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Taï-Marc Le Thanh (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Taï-Marc Le Thanh
Mercredi 30 novembre – Avec la participation de l'autrice Maïa Brami, des auteurs Hervé Giraud, Taï-Marc le Thanh et de l'auteur-illustrateur Geoffroy Monde.
L'engagement et la lutte comme désir de monde, comment le faire bouger pour s'émanciper…
Avec la participation de Cécile Ribault Caillol pour Kibookin.fr
Avec la séquence La Tête dans les images Sara Lunderg, L'oiseau en moi vole où il veut, trad. du suédois Jean-Baptiste Coursaud, La Partie Avec le soutien du Swedish Arts Council et de l'Institut suédois.
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (120) Voir plus



Quiz Voir plus

Jonah

Quel est le nom et prénom de du directeur de l'orphelinat ?

Mr Simon Simon
Mr Steve Simon
Mr Simon Fillipus

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Jonah, tome 1 : Les Sentinelles de Taï-Marc Le ThanhCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..