AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070744510
112 pages
Éditeur : Gallimard (12/04/1996)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 20 notes)
Résumé :

« Mes souvenirs, en effet, s'arrêtent là, de ce grand jour où je fis avec Jeanne, et pour la première fois, l'amour pour de bon.

Ce n'est même pas la peine que je me fatigue à chercher. Je revois ce corps d'un rose pâle, ces seins pleins et durs, ce visage brillant d'ardeur, d'autres beautés encore plus intéressantes... »

--Ce texte fait référence à l'édition



.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
VACHARDTUAPIED
  15 avril 2013
En littérature, l'imaginaire est - me semble-t-il - souvent porté au pinacle, on est émerveillé devant l'oeuvre des grands romanciers du XIXème siècle, si talentueux à recréer des univers, capter des atmosphères, pointer des réalités propres à un milieu social au travers des histoires mettant en scène des personnages fictifs aux profils psychologiques complexes et réalistes. Face à eux, les écrivains s'inspirant de leur quotidien pour écrire sembleraient vite avoir la tâche facile, et pourtant, rien n'est à mon sens plus difficile que parler de soi-même de manière authentique. Essayez donc de vous regarder droit dans les yeux. Pas simple, non ?
Paul Léautaud a, depuis ses débuts en littérature, uniquement fait cela. Par le biais de son journal intime, il a archivé jour après jour les évènements rythmant son quotidien, des faits en apparence insignifiants de sa vie aux évènements l'ayant le plus marqué. Léautaud écrivait donc dans l'instantané. La plupart du temps, du moins. Car avec Amours - court roman écrit en 1906 - l'écrivain alors âgé de 34 ans se replongeait dans la fin de son adolescence, ses premiers émois amoureux, sa relation conflictuelle avec son père et sa belle-mère... le livre est majoritairement consacré à Jeanne Ambert, celle qu'il désigne dès les premières lignes comme son premier amour. Une jeune fille de quelques années son aînée, soeur d'un camarade de Courbevoie avec qui Léautaud avait pris l'habitude de faire le trajet qui le menait à Paris où il travaillait.
Ce court roman laisse entrevoir le cheminement de la misanthropie de son auteur, ainsi que son rapport aux femmes et même à la patrie (son service militaire écourté). Léautaud est certes entouré de quelques camarades, et principalement de Léon Ambert, mais on ne peut réellement parler d'amitié dans la mesure où l'écrivain instaure très vite une distance entre lui et ses semblables, qu'il juge tantôt superficiels (Léon), tantôt mal dégrossis (ses anciens camarades de classe). Son rapport à l'amour tend en revanche à changer au fil du récit, et de l'évolution de sa liaison avec Jeanne semble naître toute la méfiance qu'il manifestera sa vie durant à l'égard du sentiment amoureux. Sa romance évoluera sous les traits plus prosaïques d'un besoin d'amour physique (la seule forme d'amour réelle selon Léautaud). Besoin qu'il continuera du reste à satisfaire dans une infidélité consentie après que Jeanne lui ait trouvé un remplaçant plus fortuné pour l'entretenir.
Lien : http://www.lepasgrandchose.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bruno_Cm
  10 avril 2013
Certes, on sent un talent certain dans l'écriture, ça a du style. Néanmoins à moins d'être fan de Léautaud, ce livre tombe des mains et semble de peu d'intérêt. Et enfin, il est diablement fainéant.
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   28 février 2016
Mes anciens camarades de classe, devenus petits employés comme moi, une bande de jeunes butors qui ne songeaient qu'à jouer à la manille pendant tout le trajet, tous plus gueulards les uns que les autres.[..........................]
Ils avaient beau passer à côté de moi, ils ne me reconnaissaient pas ; mais moi je les reconnaissais bien. Il est vrai que je n'y avais aucun mérite.
Cet air imbécile que je leur avais connu quand ils étaient tout jeunes gens, maintenant qu'ils étaient devenus des hommes, embellissait plus que jamais toute leur personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   19 novembre 2012
Ah ! ce n’est donc pas une blague, qu’on reste toujours sensible à ces choses, et que notre vieux cœur leur garde toujours un coin, et le bon ? Je me moque pourtant pas mal de toute cette histoire, et même de la part de ma jeunesse qu’elle représente. J’ai toujours vécu en avant, et malgré ma manie d’écrire des souvenirs.
Commenter  J’apprécie          40
LPLLPL   19 mars 2015
A cette époque, Van Bever était déjà un écrivain, et je me le dis quelquefois, écrire pour écrire, j'aurais dû me décider alors, et profiter de son exemple au lieu d'attendre si tard. De cette façon, je serais peut-être à présent aussi connu que lui, ce dont je suis plutôt loin. Il est vrai que cela ne l'aurait pas empêché d'être encore mon aîné dans la carrière des lettres. Rien n'est d'ailleurs plus difficile que de n'avoir pas d'aîné en littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   19 novembre 2012
Quand on déménage on les retrouve, en faisant ses paquets. « Il faudra que je fiche cela au feu ! » se dit-on en pensant à sa nouvelle installation. Mais alors on est pressé, éreinté, et tout reprend sa place dans un nouveau placard. Cela dure souvent toute la vie. Heureux encore si l’on ne se mêle pas comme moi de raconter ses amours, car, alors, plus moyen de se débarrasser de ces reliques : elles font partie du manuscrit original.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 novembre 2012
Quel déchirement que la moindre séparation, quand on s’aime !
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Paul Léautaud (52) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Léautaud
Paul Léautaud - Entretiens (Partie 1).
autres livres classés : souvenirsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3788 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre