AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Johan-Frédérik Hel-Guedj (Traducteur)
ISBN : 2207260046
Éditeur : Denoël (27/08/2009)

Note moyenne : 3.05/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Un jour de janvier 1913, le célèbre mathématicien anglais G.H. Hardy remarque parmi son courrier une enveloppe venue d'Inde. Intrigué, il y découvre une dizaine de feuillets noircis de formules et une lettre dans laquelle l'expéditeur, un modeste comptable de Madras du nom de Srinivasa Ramanujan, prétend être venu à bout d'une des énigmes mathématiques les plus ardues, l'hypothèse de Riemann. Presque certain qu'il s'agit d'un canular, Hardy se penche néanmoins, avec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
sweetie
  27 avril 2018
Nul besoin d'être accro aux maths pour apprécier ce roman historique de David Leavitt, qui s'est aussi intéressé auparavant à Alan Turing, mathématicien réputé pour avoir décrypté la machine allemande Enigma durant la Seconde guerre mondiale. Le comptable indien c'est Srinivasa Ramanujan, de la caste des brahmanes, mathématicien autodidacte qui, parrainé par le britannique G.H. Hardy de la faculté de Cambridge, débarquera à Londres en 1917 pour parfaire ses calculs et ses études sur les nombres premiers, les nombres hautement composés et ultimement pour confirmer ou infirmer l'hypothèse de Riemann. Son séjour ne sera pas de tout repos : éloigné de sa famille et de sa femme, supportant difficilement la nourriture et le climat anglais, ses préceptes religieux pèseront sur lui et finiront par le rendre malade. David Leavitt prend son temps pour faire entrer le lecteur dans l'atmosphère d'un campus universitaire d'avant-guerre; il faut faire preuve de patience et se laisser porter par le récit qui, s'il n'est pas palpitant, reste tout de même captivant. Ne serait-ce que pour l'évocation des moeurs et coutumes anglaise et indienne de cette époque, l'homosexualité, le racisme, le mariage, l'émulation entre scientifiques, le pacifisme et le militarisme. Sans compter, pour reprendre les mots de l'auteur, « (...) l'érotisme du fonctionnement des nombres, la chaleur qui s'en dégage, leur résonance et leur imprévisibilité et, quelquefois, leur danger. » de quoi intriguer et qui sait, faire aimer cette discipline hautement exigeante...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
keisha
  13 septembre 2009
Cambridge, janvier 1913 : le mathématicien Hardy reçoit une lettre de Madras; intrigué, il découvre qu'un obscur comptable indien nommé Ramanujan lui fait part de ses recherches en mathématiques. Cet inconnu est complètement autodidacte.
Voici ses premières impressions :
"Pas de détails. Pas de démonstrations. Rien que des formules et des croquis. Dans lesquels il se perd presque complètement - c'est à dire, si c'est faux, il ne voit absolument pas comment déterminer pourquoi. Il n'a jamais vu de mathématiques pareilles. Il y a des assertions qui le déconcertant totalement. Par exemple, que penser de ceci?
1+2+3+4+5+....= -1/12
Cet énoncé est dément. Et pourtant, ça et là, au milieu d'équations incompréhensibles, de théorèmes insensés étayés par rien, il y a des fragments qui se tiennent - suffisamment nombreux pour qu'il continue à lire. Par exemple, il reconnait certaines séries infinies. La première, fameuse pour sa simplicité et sa beauté, Bauer l'a publiée en 1859.(...)
Mais est-il possible que ce Ramanujan, ce comptable qui se présente lui-même comme un inculte, ait pu tomber sur ces séries? A-t-il pu découvrir cela tout seul? En voici une autre qu'il n'a jamais vue de sa vie. Elle a quelques chose de poétique: (...)
Quelle sorte d'imagination peut avancer une chose pareille? Et le plus incroyable - Il l'écrit sur sont tableau noir, pour tenter de l'analyser- , c'est qu'elle a l'air juste.
Il allume sa pipe et se met à faire les cent pas. En quelques instants, l'exaspération laisse la place à la stupéfaction, et la stupéfaction à l'enthousiasme. Quel miracle lui a apporté son courrier du jour? Ce qu'il n'avait jamais rêvé de voir : le génie à l'état brut? "
Hardy et son collègue Littlewood décident de le faire venir en Angleterre. Pas facile. Il faut convaincre l'université. de plus Ramanujan est strictement végétarien, sa religion lui interdit de prendre le bateau. Mais grâce à Neville (un autre professeur) et sa femme qui partent en Inde, Ramanujan finira par arriver en Angleterre juste avant le début de la première guerre mondiale. Là, associé à Hardy il travaillera sur l'hypothèse de Rieman.
Ce roman - biographie-fiction - est bâti comme un long flash back. Il foisonne d'innombrables détails sur les différents personnages, ayant tous existé, à quelques exceptions près. D'ailleurs l'auteur le précise bien dans une intéressante annexe.
C'est une plongée dans l'univers de Cambridge de la décennie juste avant la première guerre mondiale. Petit monde apparemment feutré, aux traditions souvent désuètes (Hardy sélèvera contre le tripos), aux différents clans, aux sociétés plus ou moins secrètes. On disait de Hardy qu'il était "homosexuel non pratiquant", mais Leavitt a inventé de toutes pièces quelques aventures ... Issu d'un milieu modeste et athée, il a voué sa vie à la recherche de son Graal : avancer dans la démonstration de l'hypothèse de Riemann.
Séquence pub: Qui veut gagner un million (de dollars)?
En démontrant l'hypothèse de Riemann : voir l'article de Wikipedia, et bonne chance!
Ramanujan est un peu perdu en arrivant dans ce monde. Leavitt parvient bien à nous faire saisir les difficultés qu'il a rencontrées pour essayer de s'y adapter. Il n'y arrivera jamais. Seuls les moments où il poursuit ses recherches de mathématiques lui ont paru des oasis de bien être. J'ai d'ailleurs apprécié la narration de ces moments de "travail mathématique" intense, avec ces fulgurances, ces intuitions, les fausses pistes, les petites avancées.
On croise nombres de célébrités dans ce roman, tels Russell, Keynes, Strachey, et au fil des années de guerre on apprend des détails sur les mouvements pacifistes.
Hélas Ramanajan tombe malade (tuberculose officiellement) mais Leavitt laisse penser à une autre cause. Il n'est pas tendre avec les médecins de l'époque qui se sont penchés sur le cas de Ramanujan.
On pourrait aussi trouver des faits intéressants sur la condition des femmes à cette époque. Quel scandale quand une femme a battu le meilleur du "tripos"!
Pourquoi avoir choisi ce livre? Impressions?
Au départ, parce que Riemann!!! Et ensuite parce que Ramanujan... J'ai vraiment appris plein de choses, évidemment! Je précise qu'il n'y a pas besoin de connaître les maths (et encore moins de les aimer...) pour lire ce livre. C'est juste un petit plus!
En fait l'essentiel du livre nous peint ce monde universitaire et anglais que Ramanujan va découvrir. L'auteur ajoute des détails romanesques (avec par exemple la femme de Neville) qui ne m'ont pas vraiment convaincue, ce qui fait que j'ai trouvé quelques longueurs au cours de cette lecture. Les parties plus mathématiques m'ont donné plus de frissons...
En bref, une lecture pas déplaisante, grâce à un style fluide et un humour discret, et qui laisse une grande sensation de mélancolie et de gâchis...
Je pourrais poursuivre avec des lectures plus pointues et moins romanesques sur le sujet, tel The man who knew infinity : A life of the genius Ramanujan (Crown, 1991)
Annexe :
L'auteur prête à Hardy l'opinion suivante:
"En vérité, c'est leur inutilité qui faisait leur majesté. Supposons par exemple que vous prouviez le dernier théorème de Fermat. En quoi auriez-vous contribué au bien du monde? Absolument en rien. (...) Les mathématiques ne pouvaient jamais servir aucun but pratique ou belliqueux. (...) leur inutilité était le témoignage de leur absence de limite."
Hardy faisait ses recherches en mathématiques pures (en existe-t-il d'impures?) et il est sûr qu'on ne voit pas trop à quoi peuvent servir ces recherches absconses sur les nombres premiers. Commbien il y en a avant tel ou tel nombre, quelle importance, hein?
Eh bien pas si sûr... la recherche sur les nombres premiers intéresse beaucoup de monde, et pas seulement des gens déconnectés de la réalité :
"Les nombres premiers ont depuis toujours fasciné les mathématiciens. Pourquoi ? Parce que bien qu'ils soient définis par une propriété simple - un nombre premier est un entier naturel défini par le fait d'avoir exactement deux diviseurs distincts, 1 et lui-même -, il existe une infinité de nombres de ce type, et leur répartition, qui ne semble être régie par aucune règle, paraît très irrégulière. Ces nombres sont particulièrement importants en arithmétique, la branche des mathématiques qui traite des nombres entiers. Mais ils font également l'objet d'une actualité brûlante dans les nouvelles technologies, en particulier dans la cryptographie, pour le codage des informations. Avec le développement d'internet, le besoin de transmettre des informations confidentielles de façon sécurisée, par exemple des numéros de carte bancaire, est en effet devenu primordial... C'est là notamment qu'intervient l'algorithme RSA, un algorithme de cryptographie basé sur une propriété simple des nombres premiers. (copié d'ici)"

Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Carciofi
  30 avril 2019
Thank you David, on continue de te lire avec plaisir, la mine réjouie. Une belle histoire.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
LiraddictLiraddict   14 septembre 2019
(Ramanujam prépare son rasam qu'il mange quotidiennement)

Les lentilles du rasam sont dans une deuxième jatte. Il les trie, afin d'en supprimer les petits graviers, comme sa mère le lui a enseigné et il en renverse quelques-unes sur la table.... 7 lentilles. De combien de façon peut-on diviser 7 lentilles ? Eh bien il les essaie toutes - On peut les diviser en 7 groupes de 1 chacun, ou en un groupe de 6 et un de 1, ou un de 5 et un de 2, ou un de 4 et un de 3, ou un de 4 et un de 2 et un de 1, ou trois de 2 chacun et un de 1, ou .... Quinze en tout. Oui, on peut diviser sept lentilles de quinze façons.

Alors, de combien de manières peut-on diviser huit lentilles ?
.....
Vingt-deux façons.
Et avec neuf ?
....
Il continue. Il ne mange pas. Il est minuit passé depuis longtemps, mais il a trouvé le nombre de fois que l'on peut diviser vingt lentilles et à ce stade, il y a des lentilles partout.
....
Ce rasam ne sera jamais cuisiné.
627 façons.

(Le lendemain il se rend chez Hardy et)il entreprend de lui expliquer qu'en préparant ses ingrédients pour son plat, il s'est mis à compter les lentilles, et que cela la conduit à réfléchir aux partitions.

Calculer (p)n - le nombre de partitions d'un nombre - se révèle assez facile quand n est un 5 ou un 7 ; le problème, c'est qu'en grimpant dans la série des chiffres p(n) augmente à un rythme étourdissant.
...
Le nombre de partitions de 176 ?
476 715 857 290
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sweetiesweetie   27 avril 2018
J'ai observé les cygnes. Leur beauté lustrée, l'attention et le soin qu'ils portaient à leur duvet blanc, cette fausse impression d'intrépidité et de brutalité. Ils flottaient à la dérive, leur apparent oubli de notre présence en ces lieux n'étant, je le savais, qu'une illusion, l'illusion perpétuelle qu'inspiraient aux créatures dotées d'yeux sur le devant de la tête celles qui les avaient sur le côté. Notre erreur, comme toujours, était de supposer que le point de vue de l'autre était le nôtre, d'interpréter une surveillance hostile comme de l'inattention.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sweetiesweetie   27 avril 2018
(...) tous autant que nous sommes, nous consacrons nos vies à tenter de nous hameçonner les uns les autres. Nous ferrons et nous sommes ferrés. Parfois, nous luttons, et parfois nous acceptons volontiers d'être ferrés, de plonger ces crochets dans nos chairs, et d'autres fois nous essayons de jouer au plus fin avec ceux qui nous ont ferrés en les ferrant à notre tour (...)
Commenter  J’apprécie          20
LiraddictLiraddict   10 septembre 2019
A mon arrivée, je ne comprenais pas vos lits. Je dormais sur les couvertures et je m'enfouissais dans une épaisseur de pull-overs et de manteaux pour combattre le froid. Ensuite, Chatterjee m'a expliqué... on doit se mettre au lit comme une lettre dans son enveloppe.
Commenter  J’apprécie          00
sweetiesweetie   27 avril 2018
L'idée qu'un esprit puisse s'attarder sur cette terre revêt pour moi une certaine logique intuitive, dont pâtira toujours la vision que nous a imposée le christianisme d'un paradis vague et ennuyeux, et d'un enfer horrible et fascinant.
Commenter  J’apprécie          00
Video de David Leavitt (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Leavitt
Food of Love, trailer
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1789 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre