AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782956490821
308 pages
Éditeur : Christelle Lebailly (03/08/2019)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 17 notes)
Résumé :
On sait peu de choses sur Ashland, cette petite ville minière de Pennsylvanie qui n’en finit pas de se morceler, engloutie par les galeries qui courent dans son sous-sol. Pas de page internet ni de contacts extérieurs ; à croire que rien ne sort de la vallée.

Ainsi, lorsque Jessica y débarque pour vivre chez sa grand-mère, elle découvre une femme à l’image de la bourgade : pleine de froideur, de regards inquisiteurs, et de secrets. L’adolescente se re... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
TibHardy
  22 avril 2020
Petite déception...
J'aime les thriller, j'aime le fantastique, j'aime l'horreur et surtout j'aime Serge Brussolo. Il est un de mes auteurs préférés. Et l'autrice est une fan de cet auteur à l'imagination débordante. Quand j'ai su qu'elle avait écrit un thriller se passant dans une étrange ville à la Twin Peaks, avec une forte inspiration Brussolo, je me suis jeté dessus. Seulement... J'ai pas aimé.
// Précision : Ceci n'est qu'un avis subjectif. Mon but n'est pas de descendre l'autrice pour le plaisir, au contraire, je déteste écrire ses lignes, mais étant moi-même dans le milieu artistique, j'ai toujours plus appris des critiques négatives construites, plutôt que du classique "J'ai adoré, foncez !" sans grand intérêt en soi. Je n'ai bien-sûr aucune prétention d'avoir raison, je suis personne. Je n'ai jamais réussi à finir un des nombreux romans que j'écris. Donc respect à Christelle Lebailly d'en avoir déjà sorti 4, à l'heure où j'écris ces lignes. Bon... maintenant passons au gros morceau qu'est l'Expiation.//
Je vais commencer par ce que j'ai adoré. A savoir, le décor. Cette ville paumée qui se détériore du dessous à cause des mines trop creusées, dans un style vieille amérique où tout le monde se connait, ou presque. Ceci est bien retranscrit. Cependant, je trouve le décor mal utilisé. L'autrice ne fait que rester à la surface (un comble pour un roman parlant de souterrains). On n'a que quelques maisons, un restaurant, une école, un musée (où le garde n'est jamais présent pour faire avancer l'histoire...), une église. Pas grand chose, et les personnages... j'y reviendrai, pour l'instant parlons de Jessica, notre protagoniste cliché d'adolescente rebelle que sa mère envoie chez la grand-mère paternelle sous la pression de son amant actuel (best mom ever ! on y revient aussi). Bien que chiante au début, elle devient assez vite intéressante et l'autrice ne devient pas incohérente avec la personnalité de l'adolescente. Pas le meilleur perso de roman, mais une personnification simple n'est pas un défaut s'il y a un minimum d'évolution derrière. Ce qui n'est pas le cas du reste des persos. Malheureusement, tous les personnages secondaires ne sont que des clichés de roman Young Adult. Entre les adolescents qui n'ont qu'un trait de personnalité et n'évoluent pas. Les adultes qui correspondent à des caricatures (le proviseur qui saute une élève, un perso à tendance violeur, le professeur méchant... vous avez compris). le seul qui a un minimum de développement serait un perso masculin, mais son développement est rushé, voir bâclé et sa relation avec notre protagoniste n'a ni queue ni tête et devient forcée pour du pseudodrame qui ne fait aucun effet à cause du mauvais développement des relations entre les persos et les persos eux-mêmes. Et aussi, un gros problème, je dirai même le plus gros de ce roman, ce Prologue. Mon dieu ce prologue qui n'aurait jamais dû être là. Limite j'avais l'impression que ce prologue a été rajouté par l'autrice par manque de confiance sur son début d'histoire qui est extrement lent (logique quand tu installes un décor avec des persos) et donc ce début in medias res est là pour mettre l'eau à la bouche du lecteur, lui promettant de l'action et au moins un mort. Sauf que... ce prologue est LE PROBLEME. de un, il spoile beaucoup d'éléments étant un Flash forward (un bond dans le futur). Il y a un mort (c'est dans le prologue, les premières lignes), des "créatures" à l'extérieur et Jessica qui prend la fuite en enflammant sa cachette et donc le cadavre de son "ami". Problème, durant toute l'histoire, Jessica n'a pas d'amis ! Sauf une à la limite, mais la relation n'est pas crédible. du coup, cela fait qu'il n'y a qu'une seule personne qui est possiblement son ami et donc le possible cadavre (sauf que ça se devine tellement facilement, que la mort du perso on la sait déjà et donc n'arrange en rien au drama qui se produit à ce moment. Déjà que le perso était incohérent et pas attachant, le fait de savoir qu'il va mourir ne donne pas envie de s'y attacher.) Pareil pour la révélation qu'il va y avoir des "créatures" à la poursuite de Jessica. L'autrice nous spoile donc un élément proche du fantastique. Sauf que le roman est terre à terre tout le long, gachant le "twist" qu'il pourrait y avoir, concernant cet élément fantastique. du coup cela fait que le "twist" concernant les créatures ne m'a pas surpris car ce prologue m'a trop préparé à ce "twist". Et pareil, le prologue qui nous spoil le fait que Jessica va s'en sortir de cette situation délicate. Si le prologue n'avait pas existé, on aurait eu la surprise des créatures, la surprise de la mort d'un perso qu'elle considère comme un ami et la scène aurait pu avoir de la tension, mais en sachant tout ça, la scène est juste redondante puisqu'on l'a déjà lu 200 pages plus tôt. Si le prologue n'avait pas été là, le roman aurait mieux fonctionner dans les intentions voulues par l'autrice.
Sinon l'histoire se suit bien, mais possède quelques plot holes, surtout concernant certains éléments, principalement en rapport avec la grand-mère de Jessica. Certaines scènes n'ont jamais été expliqué, certains comportements WTF n'ont jamais eu de réponses et la finalité de tout ça n'a mené à rien.
Mention spéciale à la révélation sur le père de Jessica, révélation amenée en un dialogue expédié durant une scène d'action bordélique dans un climax au rythme en dents de scie.
Cependant, l'épilogue est bon. j'aime ce genre de fin. J'aurais préféré que l'autrice fasse plus duré ce dernier chapitre pour lui donner une ambiance parfaite.
Je précise que le personnage de la mère de Jessica (et la thématique qu'entraîne la situation de ce perso) n'est pas traité du tout. Juste ne surface, comme tout le reste. Tout reste en surface.
Je soulignerai aussi 2/3 petites coquilles comme "dix heures 25" (alors que c'est soit tout en lettres, soit tout en chiffres).
Déception pourquoi ? Parce-que le potentiel était là. Mais malheureusement mal utilisé. Des persos mieux travaillés, moins de caricatures/clichés ambulants sans profondeur et une narration moins Frankeistein et sans ce Fuc**** prologue; le roman aurait été meilleur.
Mais j'en garde une plume fluide et une curiosité de découvrir un peu plus les oeuvres de Christelle Lebailly. En ce moment je suis en pleine lecture de son dernier roman sorti en date.
Je reprécise que je ne suis pas là pour descendre l'autrice, ce n'est que mon avis perso et le meilleur moyen de juger d'un livre, c'est de le lire soi-même. Surtout qu'il se lit rapidement.
Bon courage à l'autrice et encore désolé d'avoir peut-être été méchant dans mes paroles.
Bonne lecture à vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AlexianeTh
  26 août 2019
Jessica est chassée de chez elle par le nouveau conjoint de sa mère. Rien que ça.
Elle rumine d'être ainsi séparée de la seule famille qui lui reste, et dont elle se sent responsable. La seule ? Il s'avère qu'une grand-mère l'attend, à Ashland, une petite ville minière de Pennsylvanie, quasi inconnue. Jessica ne l'a jamais connue, si ce n'est peut-être par le biais de rares cartes postales. En revanche, l'adolescente sait que cette femme est le dernier vestige de sa branche paternelle, celle capable de lui en dire un peu plus sur un père dont elle ignore presque tout.

Mais dès son arrivée à Ashland, l'aspect de la ville l'interloque, comme si elle respirait, vivait, et se recroquevillait sur elle-même, happée dans les tréfonds des mines.
Les regards ne la quittent pas, s'arriment à son dos, les murmures s'amplifient sur son passage, la tension monte.
Et Jessica est vite saisie par l'étrangeté des habitants d'Ashland, leur piété excessive et le comportement inexplicable de sa grand-mère.
Qu'est-ce qui se chuchote ? Et quels sont ces bruits inexplicables ?
Serait-ce des tambours ?
Proviennent-ils de la sinistre forêt ? Où grondent-ils sous la terre ?

Christelle Lebailly nous propose un récit sombre, où la psychologie entre en jeu pour tenter de dénouer le vrai du faux.
Portée par une héroïne au très fort caractère — ces protagonistes typiques qui sont à double tranchant, d'ailleurs : on les aime ou on ne les aime pas —, l'histoire se rythme au gré d'une enquête fort frustrante et des légendes qui parsèment les rues morcelées d'Ashland.

Les descriptions permettent de visualiser la ville comme on regarderait les paysages d'un film. Elles sont pertinentes, efficaces, et très bien écrites, assez pour qu'on ne se lasse pas. Mieux encore, nous en redemandons, curieux de découvrir davantage ce coin perdu de Pennsylvanie.

Il est intéressant de constater à quel point l'autrice a réussi à personnifier Ashland sans avoir recours à des explications fantastiques : la ville devient un personnage à part entière de l'histoire. Tout est dans le doigté, les fameuses descriptions placées au bon moment avec les bons mots, et l'ambiance calculée, comme un chef d'orchestre maîtrise son tempo.
Cette ambiance d'ailleurs, ainsi que l'univers contemporain, gagne en puissance au fur et à mesure. La noirceur s'intensifie et s'immisce dans nos tripes : elle nous avale et nous fait plonger dans les méandres de l'intrigue qui se durcit, elle aussi.
La tension nous agrippe et nous maintient jusqu'au bout, exigeant notre angoisse, notre sueur froide jusqu'au bout.
Les personnages sont plutôt nombreux, mais nous nous centrons essentiellement sur Jessica.

Jessica est donc une adolescente au caractère difficile, endurcie par une enfance bancale entre l'absence d'un père, une mère, Rommy, peu louable et ses petits amis qui apportent malgré tout une pierre à l'édifice dans la construction de la jeune fille. Jessica a appris à se protéger et à tenir les autres à distance, derrière sa carapace cimentée de ses musiques rock. Écouteurs aux oreilles, elle observe le monde qui l'entoure, attentive à ce qui pourrait lui tomber dessus et prête à montrer les crocs. Pourtant, si les circonstances ne lui plaisent guère lorsqu'elle arrive à Ashland, elle est prête à faire quelques efforts pour bien s'entendre avec Judith, sa grand-mère. Jessica a de fait un mental d'acier, et les pieds sur terre. Courageuse, débrouillarde, et téméraire, ses qualités pourraient bien lui être indispensables dans les terribles aventures qui l'attendent.
D'autres personnages gravitent autour de l'héroïne, mais nous préférons nous taire afin de ne pas gâcher la surprise : beaucoup risquent de vous surprendre, de déclencher en vous des émotions et sentiments divers, souvent ceux auxquels vous ne vous attendiez pas.

L'intrigue se nourrit de mystères, de secrets et de questions dont il faut trouver les réponses, et vite. Christelle Lebailly joue sur les tensions, la psychologie de son héroïne pour nous perdre ou mieux nous retrouver. Marionnettiste, la romancière nous balade tout le long du récit, de twist en twist, dont un retournement de situation surprenant, et le feu d'artifice final. Tout est bien ficelé, réfléchi, et la fin peut vous laisser pantois, en proie à vos interrogations. Rien de frustrant pour autant.
La nature humaine est poussée à bout ; on flirte avec les frontières de la morale, de la conscience. Christelle Lebailly se plaît à nous titiller assez pour que nous nous questionnons sur comment nous aurions réagis, agis, à la place de Jessica. Aurions-nous fait les mêmes choix ? Peut-on parler de choix justes lorsque notre vie est en danger ? Que serions-nous capables de faire dans de tels cas ?
Certaines peuvent être assez dures pour celles et ceux qui ont une sensibilité plutôt accrue, mais rien d'insurmontable, surtout pour les lecteurs aguerris qui ont l'habitude d'un Chattam, par exemple.
Nous sentons les nombreuses recherches réalisées pour la rédaction d'un texte comme celui-ci, ce qui est très appréciable. On est vite en confiance et on pourrait boire tout ce qui est dit, sans remise en doute.
Est-ce original ? Oui et non. Il est vrai que les thématiques abordées sont plutôt connues, mais chaque auteur apporte sa patte, et Christelle Lebailly a, à notre, sens, réussi à se les réapproprier pour en retirer sa propre originalité.

L'écriture est très bonne. La plume nous transporte là où il faut, quand il faut, et nous transmet ce qu'il faut au bon moment. le rythme est d'abord assez lent, le temps de la mise en place, d'introduire les différents personnages et de présenter les enjeux. Les conflits se multiplient petit à petit, avant le dernier rush où tout s'enchaîne. C'est donc un rythme très peu en dent de scie finalement, qui prend plutôt son élan d'abord en marchant, puis en trottinant, avant le sprint de longue haleine.

L'Expiation de Christelle Lebailly est un très bon roman de thriller paranormal, d'environ deux-cents pages. Il se lit vite, bien, et accompagne parfaitement les soirées plongées dans la pénombre, à la lueur d'une bougie, pendant qu'une branche griffe sinistrement notre fenêtre.
Pour une jeune autrice de vingt-cinq ans, Christelle Lebailly s'en sort très bien avec ce premier roman dans un tel genre. Nous pouvons remercier Serge Brussolo pour l'avoir inspiré, il nous a permis de découvrir ce texte et d'en savourer sa lecture.
Pour la Marmite aux Plumes, c'est un coup de coeur.
Lien : http://marmiteauxplumes.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
sexyreading
  10 août 2019
3 mots pour décrire ce roman : haletant, surprenant et addictif !
J'ai adoré cette lecture et m'en suis rassasiée jusqu'à la dernière miette ! Chaque fin de chapitre donne envie de poursuivre avec le suivant, si bien qu'il est difficile de stopper sa lecture.
La sensation de peur de l'héroïne est très bien décrite. Je n'ai personnellement pas été plus effrayé que ça, mais j'ai ressenti le suspens jusqu'à la dernière page. L'intrigue est très bien menée, le rythme est très bon. Tous les événements s'enchaînent rapidement si bien qu'il n'y a aucune sensation de longueur.
Si je voulais un peu chipoter, je dirais qu'il manque juste un épilogue. J'aurais vraiment aimé que l'auteure fasse un petit bond de quelques années en avant afin de voir ce qu'il va se passer.
Je conseille en tout cas ce roman à tous ceux qui aiment les thrillers et l'épouvante. J'ai passé un excellent moment !
Commenter  J’apprécie          30
Lire-une-passion
  05 décembre 2019
C'est vrai que je lis très peu de romans d'horreur, qui peuvent faire peur, mais celui-ci m'a attirée avec sa couverture, son titre et son résumé accrocheur ! Alors, je n'ai pas tellement hésité avant de me lancer dedans. Si la base de l'intrigue était intéressante, j'ai cependant trouvé quelques faiblesses et une action qui met du temps à se mettre en place.

Nous sommes d'accord, c'est le genre de lecture qu'on découvre plutôt à la période d'halloween, pour se faire peur avoir quelques frissons. Mais que voulez-vous, je n'aime pas faire comme tout le monde et surtout j'aime choisir mes lectures et lire les thèmes que je veux quand je veux. du coup, ce livre n'a pas échappé à la règle !

Si dans l'ensemble, l'histoire m'a plu, j'ai cependant quelques réserves sur certains points. Tout d'abord je trouve que l'action principale met du temps à se mettre en place. le roman est court, alors je pensais que l'auteure nous jetterai rapidement dans le bain. Mais non, la moitié du roman est consacrée à l'arrivée de Jessica chez sa grand-mère et surtout dans ce village reculé et assez inquiétant, il faut bien l'avouer !

Et je pense que c'est ce qui prêche un peu : il m'a manqué ce petit quelque chose pour que je sois angoissée sur les dents. Malgré une jolie plume et cette intention de faire peur, je n'ai pas réussi à avoir ces sueurs froides tant attendues. Et si parfois les personnages avaient enfin les réactions attendues, ils replongeaient aussi très rapidement dans leurs réactions surréalistes, qui enlevaient un peu du cachet à l'histoire.

Attention, je ne dis pas que c'est mauvais, sinon je n'aurais pas fini ce roman, mais plutôt que ça manquait un peu de suspense et parfois de réactions cohérentes. J'aurais aussi aimé que l'histoire du village soit plus exploitée, qu'on entre vraiment dans ce côté intriguant des légendes, des ouïes dire. Mais j'ai trouvé que l'auteure restait encore trop en surface et c'est dommage, ça aurait donné une dimension encore bien plus inquiétante au récit !

Cependant, tout au long du récit, le lecteur se fait une idée précise de la fin. On se dit « non, mais c'est bon, cette fin est visible à des kilomètres. Il va se passer ça et puis ça, c'est évident. » eh bien détrompez-vous ! Christelle Lebailly nous offre un twist plutôt intéressant ! Bon, je vous avoue que cette fin a attisé encore plus ma curiosité et que j'aurais aimé avoir quelques pages de plus ou pourquoi pas une suite, mais ce n'est qu'un point de vue personnel !
​En résumé, malgré quelques petits bémols surtout du point de vue des personnages et sur l'intrigue qui reste un peu trop en surface à mon goût, le lecteur est vite pris dans ce côté intimiste assez dérangeant et cette légende qui se crée au fil de la lecture. le twist de fin est osé mais efficace !
Lien : http://lire-une-passion.weeb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
YacineSaiAuteur
  07 février 2020
J'ai Vraiment adoré ma lecture ! Jessica arrive à Ashland après avoir passé un accord avec sa mère. Elle s'installera pour une courte durée dans cette ville, vivra chez sa grand-mère, puis rentrera chez elle. Elle fait la rencontre des voisins, découvre les endroits sympas du coin, se rend dans sa nouvelle école. Mais cette petite ville bien étrange ne compte pas la laisser faire sa vie paisiblement. Elle est si petite qu'on peut la comparer à un village. Ici, tout le monde se connaît. Tout le monde discute, parle de Jessica, la petite nouvelle. La différence avec les autres villes du monde, c'est que les habitants sont fortement croyants. Aller à l'église est normal, presque nécessaire. Et ce qui est vraiment étrange, c'est que les traditions font office de lois. Jessica rencontre un jeune garçon qui s'appelle Liam, et la mettra en garde contre cette ville obscure.
Comme je disais au début, j'ai tout bonnement adoré et ça, dès les premières pages ! On plonge dans un prologue sombre et angoissant. Et quel magnifique prologue ! Il pose cette ambiance oppressante qui sera présente tout au long du récit, mais beaucoup plus après avoir passé le milieu du roman. Oui, parlons des pages. J'ai trouvé les 100 premières pages assez longues à lire, Jessica s'installe dans la ville, fait connaissance avec les autres ...etc. C'est à partir des pages 120-150 qu'il sera impossible de lâcher le roman, et ça, je vous le garanti !
Niveau personnage, Jessica est à demi-attachante. Elle a ce côté adolescente rebelle, irrespectueuse, et un peu bête parfois. Elle fait souvent les mauvais choix. En revanche, quand elle est dans une situation dramatique, on ne peut pas s'empêcher d'avoir de la compassion pour elle. Quelques personnes secondaires sont assez intéressants également.
J'ai adoré également le style de l'auteur. À la fois agréable à lire et terrifiant. Elle maîtrise à merveille les figures de styles, et grâce à elle, j'ai même appris de nouveaux mots.
La fin est assez surprenante. Avec une énorme réflexion, on peut tenter de deviner dans quelle direction ira la fin, mais elle est presque impossible à deviner selon moi. La surprise est vraiment intéressante (même si j'aurais bien aimé avoir quelques lignes, voir quelques pages de plus).
Enfin, je dirais que cette lecture vaut vraiment le détour ! Si vous aimez les Thrillers, je vous le recommande fortement. Vous passerez un très bon moment à Ashland, aussi terrifiant qu'angoissant.
Lien : https://m.youtube.com/watch?..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   12 août 2019
Elle avait toujours combattu sa « gueule d’ange » comme disait sa mère, avec ses joues pleines, ses lèvres charnues et ses yeux en amande. Pas le genre d’ange à défiler en maillot de bain sur les podiums, non, plutôt le genre au visage bouffi qu’on imprime sur des cartes de vœux. Elle avait accroché un anneau à son arcade, s’épilait – peut-être un peu trop – les sourcils pour paraître plus sévère, plus femme, mais c’était peine perdue, elle ressemblait toujours à une enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   12 août 2019
Les grandes familles sont à éviter, elles s’accrochent aux traditions, tiennent à leurs valeurs, n’admettent aucun écart… Les nouveaux arrivants comme nous sont des menaces, car ils viennent avec un morceau du monde extérieur. Et ça, c’est dangereux pour eux. Le maire, Andreas Shelley, est le premier à essayer de faire évoluer les choses, mais ce n’est pas facile.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 août 2019
Une bande de filles caquetaient, réunies autour d’une grande brune aux yeux de biche et aux lèvres pulpeuses. « Et là, il m’a dit que j’étais la plus belle fille du monde… » Ses copines pouffèrent et demandèrent plus de détails. « Franchement, un mec plus vieux, c’est le top... »
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 août 2019
Les cours de M. Harris n’étaient pas désagréables, il s’avérait même un professeur passionnant, organisé, qui connaissait sur le bout des doigts son sujet, mais l’homme lui collait des sueurs froides. Suivre sa classe, c’était courber le dos pour éviter qu’il vous interroge, sentir ses poils se hérisser lorsqu’il passait près de vous et éviter à tout prix son regard glacé. Jessica ne comprenait pas comment un tel personnage arrivait à séduire les femmes, plusieurs employées de l’établissement roucoulaient sur son passage, et il partit au bras d’une professeure de musique dix ans plus jeune que lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   12 août 2019
Pour être au même niveau que les autres, il fallait travailler plus longtemps, courir plus vite, cumuler les options. Au détour d’un couloir, on surprenait des sachets échangés entre les lycéens, des fumées à l’odeur familière chatouillaient le nez de Jessica alors qu’elle traversait la cour. Elle en avait ri. Au fond, Ashland ressemblait à tous les établissements.
Pour respecter son plan, il fallait escalader une cuvette, et ne pas être trop gros. Jessica estimait qu’elle avait de bonnes chances de réussite. Elle promit à Sacha de se rendre en sport et elles se séparèrent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : epouvanteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2080 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre