AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de CalouRmn


Fragments de Damien Leban
Un roman qui me faisait de l'oeil depuis des mois, d'abord par une couverture énigmatique que je trouvais belle, et ensuite par des retours élogieux disséminés sur divers pages que je suis assidument 😊
Mais voilà… pour lire Damien Leban, il faut le mériter lol
Auto-édité, les oeuvres de cet auteur ne sont disponibles que sur une « plateforme » (pas de pub 😉) que je me refuse à utiliser par respect pour mes commerces de proximité qui vont vivre nos petites villes…
Heureusement, les réseaux sociaux ont cet avantage de permettre des échanges avec des « vrais gens »… et une discussion avec Damien m'a permis de me procurer ce livre, dédicacé de surcroit ce qui ne gâche rien au plaisir 😊
Voilà tout le contexte de cette lecture « attendue » !
A l'arrivée, le livre est encore plus beau « en vrai » qu'en photo… et je suis surprise par son poids inhabituel pour un tel format : une preuve de la qualité du papier très probablement !
Comme promis, il est dédicacé et accompagné d'un marque-page « dédié » à cette histoire.
L'histoire justement :
Alice et Lucas forme le couple idéal aux yeux de tous leurs proches et leur mariage va mettre la dernière touche à ce bonheur. En fin de soirée, le couple s'éclipse vers un hôtel luxueux et le drame se produit ! de mensonges en dissimulations, une spirale infernale va les entraîner toujours plus loin dans une descente aux enfers. Malmenés entre violence et alcool, ils vont sombrer chacun de leur côté malgré l'arrivée d'un enfant censé ressouder les Fragments de leur couple en perdition…
En marge de l'intrigue, j'ai beaucoup aimé la description sans fard du quotidien des enseignants face à la réalité actuelle des difficultés auxquels ils sont confrontés avec les ados ; on y ressent tout le vécu et l'expérience professionnelle de Damien Leban (enfin je suppose qu'il est enseignant à la lecture de sa dédicace…).
Sa phrase empruntée à Maxime Leforestier (Etre né quelque part) traduit toute la tolérance et l'empathie qu'il éprouve pour ces jeunes « paumés » qui ont eu la malchance de naître « au mauvais endroit »… : « Un enfant ne choisit pas les trottoirs sur lesquels il apprend à marcher… »
Une intrigue bien menée dans une atmosphère éprouvante qui s'emballe sur la fin.
Un roman qui marque 😊
Commenter  J’apprécie          142



Ont apprécié cette critique (13)voir plus




{* *}