AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702449851
396 pages
Éditeur : Le Masque (10/03/2021)
4.18/5   57 notes
Résumé :
Trente ans après la chute de l’apartheid, les Furies, déesses du châtiment, viennent à Paris initier leur danse macabre. Qui sont-elles venues venger ?

La journée du commissaire Paul Starski commence assez mal : son épouse demande le divorce, son chien adoré est mourant et une prise d’otages l’attend dans un appartement parisien. L’âme morose, il se rend sur place avec sa coéquipière, la glaciale et pragmatique Yvonne Chen, et découvre les corps d’un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,18

sur 57 notes
5
5 avis
4
12 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Tostaky61
  18 mars 2021
Je n'ai jamais aimé la chasse.
Voilà, ça,  c'est dit, au moins les choses sont claires.
Mais quand c'est Nicolas Lebel qui invite, peut-on refuser ?
Je ne me suis pas équipé, pas de tenue de camouflage ni fusil, de toute façon, connaissant le bonhomme, il a tout prévu.
D'ailleurs, je le savais assez fourbe pour m'entraîner à la chasse au dahu. Vous savez, cet animal sorti tout droit de l'imagination de l'homme et que, pour cause, personne ne peut décrire.
C'est un peu ça qui s'est produit.
Dans son nouveau roman au titre explicite, "Le gibier", le lecteur ne sait pas bien ce qu'il traque. Enfin, si, il comprend vite qu'il ne s'agit pas d'une bête.
Lebel a créé un nouveau duo de flics. Paul Starski (d'accord, fallait oser, il l'a fait, s'autorisant un i quand même, histoire de) et Chen, son binôme féminin et tout son contraire du reste.
Ils se retrouvent sur une scène de crime.
Deux hommes abattus, meurtres, suicides ?
Dans la chambre, une arme et pas mal de questions.
Bien vite, une jeune femme est incriminée.
Trop vite selon Starski, logiquement d'après sa collègue qui ne fait pas dans le sentiment.
Et c'est là que la partie de chasse commence.
Là, que l'auteur commence à embrouiller protagonistes et lecteurs avec un polar addictif aux multiples rebondissements.
Qui sont les chasseurs, les deux policiers ou ces mystérieux assassins qui sèment les cadavres à la vitesse d'une pandémie ?
Et cette jeune femme qui semble faire le lien dans toute cette affaire, proie ou appât ?
Attention aux maux de tête, avec les nombreuses fausses pistes et autres chausse-trappes que distille l'auteur. Ses explications finales viendront vous en guérir... ou pas...
Par contre, quand a retenti le rappel des chasseurs à la fin de la partie, je me suis retrouvé un peu bête... j'étais bien dans le truc.
On fait quoi maintenant ?
Cabane ? Casse-croûte ? Canon ? (Oui, je  sais, les clichés faciles)
Bref, Nicolas, franchement, je suis resté sur ma... fin.
Notez bien amis lecteurs, Nicolas Lebel, l'homme qui va vous faire aimer la chasse.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Ichirin-No-Hana
  07 mars 2021
Paul Starski est un commissaire parisien dont la vie privée est assez compliquée à gérer actuellement : son épouse demande le divorce et son chien est mourant. Difficile donc de se concentrer quand on l'appelle pour une prise d'otages qui va se terminer en un double meurtre. Et cela devient encore plus difficile à gérer quand son amour de jeunesse qu'il avait perdu de vue se retrouve mêlé à tout cela.
Le gibier de Nicolas Lebel est un polar très intéressant et percutant. On retrouve des codes réguliers dans le polar : un policier qui donne tout à son travail au point d'en oublier sa famille, accompagnée par une coéquipière sans émotions et qui n'a pas la langue dans sa poche, mais Nicolas Lebel arrive à nous entraîner dans une spirale dont la fin est difficile à prévoir et dont les complots partent dans tous les sens. Cette chasse à l'homme est surprenante, l'auteur nous balade sur différentes pistes et nous surprends avec un final détonnant et percutant. le tout est divertissant et est servi par une plume dynamique, j'ai vraiment été happée par cette histoire. Les protagonistes sont d'un genre que l'on croise régulièrement mais ils restent très attachants et humains. Bref, le Gibier est un roman qui m'a énormément plu et que j'ai eu beaucoup de mal à lâcher. Bien que le résumé en dise beaucoup trop sur l'intrigue, l'auteur arrive à nous entraîner avec lui ! Un polar détonnant à découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
gruz
  15 mars 2021
Nouveau terrain de chasse, un comble quand on porte le nom d'une arme historique. Pour autant, Nicolas Lebel ne change pas son fusil d'épaule, il reste dans le polar, à travers la dyade flics / enquête.
Et un nouveau duo de limiers qui se dépêtre dans une bien mystérieuse investigation, et va de surprises en retournements de situation. Comme le lecteur, qui boit du petit lait tout au long de ce roman réussi.
Tout change, mais pas tant que ça. Ceux qui connaissent Lebel verront qu'il a voulu du renouvellement tout en gardant sa patte imprimée.
Attendez-vous à une enquête pleine de faux-semblants, qui fonctionne un peu à la manière des poupées russes, que l'auteur dégomme à la kalachnikov.
Moi qui sature un peu du polar traditionnel, j'affirme avec force que Lebel m'a réconcilié avec ce genre.
Le roman est d'un abord pourtant classique, avec de nombreuses références aux ingrédients de ce style d'histoires (je pense, par exemple, au principe de l'énigme en chambre close). On sent qu'il a pris un vrai plaisir à s'amuser avec ces morceaux qui font la chair du genre.
L'intrigue est machiavélique, les grands principes de la chasse devenant les ressorts d'un récit qui va bien plus loin que la recherche d'un simple coupable.
L'écrivain ne rigole pas quand il construit le décor de ses histoires. Elles ont un fond historique et sociétal souvent caché, qu'il développe avec minutie, sans jamais perdre de vue que ça doit servir l'intrigue. Celle-ci est sans doute l'une de ses plus réussies.
Là où nombre d'auteurs se sentent obligés d'en rajouter dans la noirceur, Nicolas Lebel sait varier les ambiances, du plus sombre vers des moments plus lestes. le divertissement avec intelligence, finesse, mais aussi second degré. Et avec un rythme plus poussé qu'à son habitude.
Au-delà de la quête de la vérité, il y a les personnages. Dont un duo de flics atypiques qui sont le sang qui pulse au travers des entrailles de cette histoire pleine d'embûches. Et que l'écrivain n'hésite pas à particulièrement malmener, sadique qu'il est.
Laissez-moi vous introduire Paul Starski et Yvonne Chen. Deux sacrés bestiaux. Entre un commissaire qui perd tous ses repères d'un coup (ça commence avec son chien…), et sa coéquipière aussi pragmatique qu'un bloc de glace en pleine banquise, les relations sont pour le moins singulières. Et leurs méthodes tout autant.
Et pourtant ça fonctionne du feu de Dieu entre ces deux protagonistes iconoclastes. Ils sont la vraie respiration, l'oxygène de cette atmosphère étouffante.
Mention toute spéciale à leurs joutes verbales souvent drôles et cyniques qui, en complément de leurs attitudes, apportent une dose de plaisir supplémentaire. La griffe de l'auteur est aussi là.
En fait d'amour et à la chasse, on n'attrape pas toujours ce qu'on attend, dit un proverbe danois. Un chasseur peut devenir le gibier et inversement.
Nicolas Lebel se renouvelle tout en gardant ce qui fait son ADN. Il a su accommoder sa salaison afin que le gibier dégage tous ses arômes au fil des pages. le polar traditionnel a encore quelque chose à dire quand il est mené avec brio et talent.
Lien : https://gruznamur.com/2021/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
SMadJ
  14 mars 2021
« le gibier » de Nicolas Lebel - La chronique qui joue du cor !
Avec « le gibier » Nicolas Lebel se métamorphose. Il sort de sa chrysalide dorée pour rejoindre le panthéon des auteurs à surprises. Un auteur à surprises ? Vous vous souvenez de l'effet que vous provoquait l'achat par vos parents d'une pochette surprise - joie d'offrir, plaisir de recevoir – chez le boulanger ? Cela vous plongeait dans un inconnu délicieux où vous vous émerveilliez des trésors qu'elle pouvait renfermer et fantasmiez sur son contenu. C'est pareil avec les auteurs à surprise : dès qu'on pose les mains sur un de leurs romans, on ne sait pas ce qu'on va y trouver mais on s'enthousiasme, on projette ses désirs, on fait des souhaits, on tape des mains, on régresse… clairement… et on se lèche les babines, l'oeil malicieux, de ce qu'on pourrait y trouver sans avoir la moindre idée de ce qui va s'y trouver. Oui, on appelle ça aussi l'effet Forrest Gump.
Pourquoi ce préambule ? Parce qu'avec « le gibier », Nicolas Lebel entame sa petite révolution : changement de personnages (exit Mehrlicht – On espère te revoir très vite quand même, l'ami), changement de rythme, changement de style et vent d'air frais dans le Landerneau littéraire avec ce polar machiavélique.

Nicolas Lebel propose ici un roman à la mécanique implacable, incroyablement bien huilée (comme son torse de féru de Krav Maga dont l'auteur vous dédicacera la photo à la réouverture des salons du Livre - je l'ai vue, ça laisse pantois…) qui va vous coller des sueurs froides.
STARSKY & HUTCH
Côté personnages, le moins qu'on puisse dire est que l'auteur met notre empathie à rude épreuve en les maltraitant comme il ne devrait pas être permis. Plaisir coupable de les voir souffrir ? Entre un Paul Starski vite dépassé et une Yvonne Chen cynique, difficile de s'attacher à ce duo d'enquêteurs mais c'est justement toute leur complexité d'être humain qui rend leur présence incontournable. A noter que le bestiaire de méchants est haut en couleurs. Tout le long du livre, leur menace sourde et mortelle plane au-dessus de nos têtes.
QUE LA CHASSE COMMENCE !
C'est un plaisir inquiétant que de pénétrer les pages de ce roman. On se sent épié, observé, surveillé. Vous qui entrez dans ces pages, il y a peu de chances que vous en sortiez sain et sauf… En effet, Nicolas Lebel propose un roman paranoïaque et nihiliste dont l'encre noire va imprimer vos doigts et vos esprits. Son intrigue est diabolique, véritable enchevêtrement de poupées russes.
Attention, la traque va commencer et vous allez être la cible d'un auteur machiavélique qui va vous pister et vous ferrer dès la première page puis lâcher sa meute après vous pour vous courser jusqu'à la dernière ligne. Pensez à prendre les bonnes pompes avant de vous mettre à la lecture de ce polar ! Car il démarre sur les chapeaux de roue et accélère de chapitre en chapitre sans vous laisser le temps de respirer.
Et si vous vous montrez trop confiants, méfiez-vous ! Lebel a posé des pièges à loup tout au long de son bouquin. Pièges dont les mâchoires vont se refermer inexorablement sur toutes vos suppositions et autres tentatives de deviner l'intrigue qui se déroule sous vos yeux. le gibier, c'est vous !

NOUVEAU DEPART
Pour ceux qui connaissent déjà les écrits de Nicolas Lebel, vous l'avez compris « le gibier » annonce l'ère du changement. Si comme moi, vous vouliez le voir investir de nouveaux territoires, vous allez vous régaler.
Pour ceux qui ne connaissent pas encore cet auteur, c'est LE roman idéal pour tester sa prose et vous laisser charmer par une plume atypique et piquante dont vous me direz des nouvelles.

Lien : https://cestcontagieux.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Zexiop
  27 mars 2021
La plume de Nicolas Lebel est décidément délectable.
Nouvelle enquête sans Mehrlicht, mais avec un commissaire un peu paumé, Paul Starski avec un i, et sa coéquipière Yvonne Chen qui défie les codes du genre féminin.
L'histoire démarre de façon classique, et puis, et puis...
Comment vous donner envie de lire ce bouquin sans dévoiler l'intrigue ?
C'est très intelligent, entremêlé, on croit avoir compris et puis non.
A chaque chapitre, les pistes se compliquent, on entrevoit la lumière, et paf! Un rebondissement.
J'ai littéralement dévoré !
Commenter  J’apprécie          132


critiques presse (1)
Actualitte   17 mars 2021
Une intrigue complexe, surprenante... et très addictive : Le Gibier m'a accrochée dès les premiers chapitres, je l'ai lu d'une traite.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
PonderosaPonderosa   20 mars 2021
Le vétéran les dévisagea, regarda de nouveau le dossier, puis l'animal.
- Il n'y a pas besoin d'un examen très poussé. Un microscope suffit. Mais il faudrait l'avis du propriétaire ou un document officiel
- Je suis Paul Starski, dit le commissaire en montrant du doigt le nom qui figurait en haut du dossier.
- Ah... Vous êtes de la famille ?
Malgré sa mine ravagée, Starski ne ressemblait en rien à Albus, pensa Chen.
Lisant l'incompréhension, le véto s'expliqua :
- Non, pas du chien ! Des Starsky !
Il rit de sa méprise. Starski resta de marbre.
- Non. Ça s'écrit avec un "i". Et Starsky est le nom du personnage. Le comédien s'appelle Paul Michael Glaser.
Le véto sembla déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
chevalierortega33chevalierortega33   15 mars 2021
— On va aussi demander les factures détaillées à son opérateur téléphonique, poursuivit Starski. On a réclamé celles de Cavicci. On devrait tout avoir dans la matinée.
— Oui… Allons-y doucement quand même. Je vous rappelle que les opérateurs facturent ces services à l’État près de trente-cinq millions d’euros par an. Je ne cesse de le répéter à vos collègues : doucement sur les demandes aux opérateurs parce qu’elles ont un coût : 6,50 € pour identifier une personne à partir de son numéro et 17,50 € pour obtenir sa facture détaillée. C’est une escroquerie manifeste, d’autant que c’est l’État qui donne les licences… Bref. Nous sommes fonctionnaires et, en attendant que le ministère de l’Intérieur se dote d’une plateforme nationale propre et fonctionnelle, nous nous devons de contrôler nos dépenses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
chevalierortega33chevalierortega33   15 mars 2021
S’il l’avait crue, en revanche, il aurait sans doute étendu son aile paternaliste pour la mettre en garde, rappelant quelques faits divers sordides qui, pour de nombreuses jeunes femmes, avaient commencé par une rencontre pailletée dans un bar à bitures et s’étaient terminés par une agonie glacée dans une benne à ordures… Aurait-elle pu dans ces conditions lui raconter qu’elle pratiquait couramment ce type de rencontres ? Qu’à l’heure de Tinder qu’elle avait assidument fréquenté aussi, les gens ne faisaient plus connaissance ni aux repas de mariage ni aux fêtes du Nouvel An ? Pouvait-il l’entendre, lui qui se démenait aujourd’hui pour retricoter un mariage effiloché par l’usure, un couple en lambeaux. Douze ans !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lilou08Lilou08   19 avril 2021
Phase 5 – La recherche : les piqueurs partent en quête du gibier.
Chen avait regagné son bureau dans les locaux rutilants du Bastion, le nouveau bâtiment de verre et de métal juché au nord de Paris, un immeuble moderne à la façade bleutée qui abritait le siège de la police et en donnait une image rénovée très éloignée des escaliers grinçants et des vieilles pierres du 36 quai des Orfèvres. Installée devant son ordinateur, la lieutenante repensait au comportement du commissaire Starski durant la matinée. Elle le connaissait assez bien maintenant. Ils travaillaient ensemble depuis presque deux ans. Elle s’était familiarisée avec les humeurs et les inquiétudes de ce chef taciturne, et lui s’était habitué à sa constance de granite. Cette histoire de clébard lui vrillait les tripes et les neurones, mais Chen percevait autre chose dans son attitude, quelque chose qui l’agitait particulièrement et qu’elle n’aimait pas du tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chevalierortega33chevalierortega33   15 mars 2021
Ce carnet de chasse sera le compagnon idéal de votre vie de chasseur. Vous pourrez y raconter vos rencontres avec le gibier, mais aussi les bons moments que vous aurez passés avec vos amis, vos collègues, vos chiens et vos chevaux, inscrire sur le papier les anecdotes et les bons mots qui auront émaillé ces journées pleines de rebondissements et d’ambiance. Étape après étape, vous pourrez détailler le déroulement de votre chasse, du rendez-vous à la retraite. Il sera le livre d’or des aventures que vous aurez vécues, le recueil de photos des paysages lointains que vous aurez explorés en France ou à l’étranger. Il contient pour chaque partie de chasse un tableau de chasse permettant de consigner le souvenir de vos exploits et, à chaque étape, une page pour noter vos observations et remarques ainsi qu’un espace pour coller vos photographies : scènes de chasse, portraits de vos amis, images de vos trophées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Nicolas Lebel (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Lebel
Extrait du livre audio "Le Gibier" de Nicolas Lebel lu par Michelangelo Marchese. Parution CD et numérique le 9 juin 2021.
https://www.audiolib.fr/livre-audio/le-gibier-9791035406332
autres livres classés : apartheidVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Sans pitié, ni remords" de Nicolas Lebel.

Qu'est ce que Jacques a en grande quantité chez lui ?

des livres
des tableaux
des montres

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Sans pitié ni remords de Nicolas LebelCréer un quiz sur ce livre

.. ..