AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253067822
Éditeur : Le Livre de Poche (01/02/1997)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 244 notes)
Résumé :
813 est un roman de Maurice Leblanc mettant en scène les aventures d'Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur.

Contrairement aux volumes précédents des histoires d'Arsène Lupin qui étaient parus en feuilleton dans Je sais tout, il est publié dans le quotidien Le Journal, un des plus importants de l'époque, de mars à mai 1910.

Le volume est sorti dès le mois de juin 1910 aux éditions Lafitte. C'est un épais volume de 500 pages. Il sera réédit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  21 avril 2017
Que d'aventures! Que de rebondissements! Que du bonheur! 813 est plein de surprises! Le suspens afflue de la première à la dernière page, le lecteur n'a pas le temps de prendre un peu de souffle. Autant élucider l'énigme de 813 est de la mer à boire, autant notre héros voit son ironie se compromettre, hé oui, le gentleman cambrioleur est sur les charbons ardents, et de pire, il s'est trouvé un adversaire coriace. Monsieur L. M est autant méticuleux que Arsène Lupin doit agir astucieusement, même sous les barreaux les astuces sont de mise de façon impérieuse. Les deux gros poissons se brulent les ailes alternativement qu'on assiste à une terrible chasse autour de ces trois chiffres.
813 est composé en deux partie, la première partie nous révèle la double vie d'Arsène Lupin. Pendant qu'on le croit mort, le rusé s'est infiltré au plus haut sommet de la police. Et la deuxième partie, c'est l'éclatement de l'affaire 813. Une affaire qui va connaitre un farouche enchainement jusqu'à faire surgir des pièces à conviction capables de bouleverser la vie politique de l'Europe. La course vers la montre ébranle la ruse de nos protagonistes, surtout que notre héros doit composer inévitablement, étant, sous les barreaux...
Un vrai rendez-vous d'aventures!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
bina
  12 janvier 2013
Parmi tous les Lupin de Maurice Leblanc, il y a de nombreuses nouvelles. Quelques histoires sont beaucoup plus denses, comme 813, composée de deux parties.
Dans le premier tome, la double vie d'Arsène Lupin, Lupin est mort, la police repose presque sur ses deux oreilles jusqu'à l'assassinat de M Kesselbach. Sur le corps, un carton épinglé porte le nom d'Arsène Lupin.
Lenormand, le chef de la sûreté n'aura de cesse de mettre la main sur le meurtrier, car il sait très très bien, lui, que Lupin n'a pas pu tuer Kesselbach, ni le domestique, et encore moins Chapman, d'un coup de stylet dans la gorge. Et il le sait d'autant mieux que Lupin, c'est lui. Oui, vous avez bien lu, le chef de la police, c'est Lupin, depuis quatre ans. C'est lui aussi qui apparait sous les traits du Prince Sernine. C'est pourquoi ces deux personnes n'apparaissent jamais ensemble.
Lupin va se retrouver confronter à un être monstrueux, à l'intelligence machiavélique, qui n'hésite pas à tuer (y compris ses complices) pour parvenir à ses fins ou lorsqu'il est menacé. Cet ennemi est rusé, perspicace, et fait en sorte de dévoiler toutes les fausses identités de Lupin. Lenormand est piégé, et Lupin se retrouve derrière les verrous, pour la plus grande joie de son second, Weber. Il ne lui reste plus qu'à mettre sur pied, depuis la prison de la Santé, une intrigue internationale dont lui seul le secret.
Dans le second volume, les Trois crimes d'Arsène Lupin, on voit apparaitre l'empereur d'Allemagne en personne, qui fait libérer Arsène Lupin de prison. le destin de l'Europe est presque entre ses mains. Il veut rendre l'Alsace-Lorraine à la France, rien de moins.
En homme de son temps, Maurice Leblanc nous replace cette histoire dans un contexte politique et diplomatique, où le patriotisme français est fort. Lupin veut bien servir l'empereur, à condition que la France en tire les marrons du feu. Même mort aux yeux de la police française, Lupin reste patriote.
Cependant cette aventure amène Lupin au bord du suicide. Mme Kesselbach, qu'il pense aimer, est un monstre et il en vient à la tuer de ses propres mains. La marionnette qu'elle manipulait est exécutée à Paris avant qu'il puisse faire libérer le prisonnier. Et Pierre Leduc, qu'il voulait placer sur un trône doré, se suicide…pour la deuxième fois. Ce sont les trois crimes d'Arsène Lupin, lui qui met un point d'honneur à ne pas tuer. Désespéré, et alors que la mort ne veut pas de lui, s'engage dans la légion, au Maroc, sous le nom de Luis de Perenna. Voir Les Dents du Tigre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ecarlate
  06 septembre 2011
Quel étrange personnage que cet Arsène, excessif, désespéré et désespérant, cabotin, superbe, on peut arrêter ici la liste, car elle serait interminable. Ce personnage n'existe que par la fascination qu'il exerce, qu'il veut exercer et dont il a besoin pour vivre. J'avoue avoir été agréablement surpris par l'individu proposé par l'auteur, à la fois génial et fragile, particulièrement humain même dans sa folie. Car fou, il l'est certainement, fou magnifique s'il en est.
Peut-être est-lié à cette histoire, terminant celle de la double vie d'Arsène Lupin. N'ayant lu que ces deux là, il faut émettre une réserve à mon jugement.
Néanmoins, cette affaire 813 oblige Lupin non pas à repousser ses limites mais à les dépasser, et le dénouement est terrible.
J'ai pris plaisir à lire cet ouvrage d'une autre époque, d'avant-guerre, ou le thème du patriotisme était un ressort courant, ce qui paraîtrait sans doute anachronique de nos jours. Lupin est l'être fantasque qui semble donner vie et un peu de folie à la fameuse Belle époque qui devait être un brin étouffante par moment. Il est intéressant de voir comme beaucoup de choses reposent sur les « petites gens », cette foule de prolétaires et de domestiques, outils et interfaces indispensables pour permettre au célèbre Lupin d'agir, d'agir pour ou contre les notables de la société, selon sa fantaisie ou sa volonté la plus terrible.
A redécouvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
PsychikFab
  12 décembre 2015
Le richissime Kesselbach est cambriolé et assassiné dans un hôtel parisien. Tous les soupçons se portent sur Arsène Lupin qui avait pourtant disparu depuis l'affaire de "l'aiguille creuse". Mais l'inspecteur Lenormand chargé de l'enquête ne croit absolument pas à la culpabilité de Lupin. Il va découvrir que si celui-ci est bien mêlé à l'affaire Kesselbach, le crime serait plutôt l'oeuvre d'un individu inquiétant dont on ne connaît que les initiales L.M.
"813" (qui regroupe en fait deux épisodes : "la double vie d'Arsène Lupin" et "les trois crimes d'Arsène Lupin") ocupe une place à part dans le coeur des amateurs de Maurice Leblanc. Sombre, parsemée de morts violentes ( sans compter une scène marquante où Lupin coupe le bout de l'auriculaire d'un des personnages!),cet opus dégage une atmosphère particulière où rôderait presque le fantastique, notamment quand le mystérieux L.M. fait son apparition. Il faut dire que Lupin a trouvé là un adversaire à sa mesure, froid et impitoyable. Leurs rencontres sont d'ailleurs les meilleurs moments du roman et c'est un bonheur de voir Lupin déstabilisé. Un Lupin qui gagne en épaisseur et complexité à chaque épisode.
Seule réserve: le deuxième épisode aurait gagné a être un peu plus court mais peu importe, ce Lupin est bien l'un des meilleurs de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gill
  03 juillet 2012
Ce chapitre des aventures d'Arsène Lupin est plus complexe, plus sombre que les autres opus.
Le gentleman cambrioleur lutte tout au long d'une série d'incroyables péripéties contre une galerie de personnages aussi divers que Lenormand, chef de la sûreté, que le baron Altenheim, que Rudolf Fesselbach, millionnaire africain ... Il devra lutter contre l'invisible assassin qui cherche à lui faire endosser ses crimes.
Jusqu'à l'épilogue où Lupin devient Don Luis Perenna et rejoint la légion afin de se battre pour la France.
Il réapparaîtra sous ce nom dans "les dents du tigre".
Cet ouvrage est un épisode riche et passionnant écrit par un auteur talentueux et inspiré.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   20 septembre 2013
M. Kesselbach s'arrêta net au seuil du salon, prit le bras de son secrétaire, et murmura d'une voix inquiète :
– Chapman, on a encore pénétré ici.
– Voyons, voyons, monsieur, protesta le secrétaire, vous venez vous-même d'ouvrir la porte de l'antichambre, et, pendant que nous déjeunions au restaurant, la clef n'a pas quitté votre poche.
– Chapman, on a encore pénétré ici, répéta M. Kesselbach. Il montra un sac de voyage qui se trouvait sur la cheminée.
– Tenez, la preuve est faite. Ce sac était fermé. Il ne l'est plus.
Chapman objecta :
– Êtes-vous bien sûr de l'avoir fermé, monsieur ? D'ailleurs, ce sac ne contient que des bibelots sans valeur, des objets de toilette…
– Il ne contient que cela parce que j'en ai retiré mon portefeuille avant de sortir, par précaution, sans quoi… Non, je vous le dis, Chapman, on a pénétré ici pendant que nous déjeunions.
Au mur, il y avait un appareil téléphonique. Il décrocha le récepteur.
– Allô ! C'est pour M. Kesselbach, l'appartement 415. C'est cela Mademoiselle, veuillez demander la Préfecture de police, Service de la Sûreté… Vous n'avez pas besoin du numéro, n'est-ce pas ? Bien, merci… J'attends à l'appareil.
Une minute après, il reprenait :
– Allô ? allô ? Je voudrais dire quelques mots à M. Lenormand, le chef de la Sûreté. C'est de la part de M. Kesselbach…...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nmarc0nmarc0   29 mars 2017
-ah! un mot encore, prince. Emporte tes armes.
-Pourquoi?
-j'ai quatre domestiques, et tu seras seul.
-j'ai mes poings,dit sermine la partie sera égale.
Il lui tourna le dos, puis le rappelant:
-ah! un mot encore, baron. Engage quatre autres domestiques.
-Pourquoi?
-J'ai réfléchi. Je viendrais avec ma cravache.
Commenter  J’apprécie          60
gillgill   14 janvier 2013
M. Kesselbach s'arrêta net au seuil du salon, prit le bras de son secrétaire, et murmura d'une voix inquiète :
"Chapman, on a encore pénétré ici.
- Voyons, voyons, monsieur protesta le secrétaire, vous venez vous même d'ouvrir la porte de l'antichambre, et, pendant que nous déjeunions au restaurant, la clef n'a pas quitté votre poche.
- Chapman, on a encore pénétré ici" répéta M. Kesselbach.
Il montra un sac de voyage qui se trouvait sur la cheminée. "Tenez, la preuve est faite. Ce sac était fermé. Il ne l'est plus.
Chapman objecta : - "Êtes vous bien sûr de l'avoir fermé, monsieur ?".....
(extrait du premier chapitre intitulé "le massacre" du volume de poche paru en 1966)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
genougenou   20 septembre 2013
Il s'effaça poliment. M. Kesselbach s'avança vers la porte, l'ouvrit, et brusquement sauta en arrière. Devant cette porte il y avait un autre homme, le pistolet au poing. Il balbutia :

– Edwards Chap…

Il n'acheva pas. Il avait aperçu dans un coin de l'antichambre, étendus l'un près de l'autre, bâillonnés et ficelés, son secrétaire et son domestique.

M. Kesselbach, malgré sa nature inquiète, impressionnable, était brave, et le sentiment d'un danger précis, au lieu de l'abattre, lui rendait tout son ressort et toute son énergie.

Doucement, tout en simulant l'effroi, la stupeur, il recula vers la cheminée et s'appuya contre le mur. Son doigt cherchait la sonnerie électrique. Il trouva et pressa le bouton longuement.

– Et après ? fit l'inconnu.

Sans répondre, M. Kesselbach continua d'appuyer.

– Et après ? Vous espérez qu'on va venir, que tout l'hôtel est en rumeur parce que vous pressez ce bouton ? Mais, mon pauvre monsieur, retournez-vous donc, et vous verrez que le fil est coupé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SkrittSkritt   17 janvier 2012
Décidément, mon petit, tu n’as pas encore l’étoffe d’un grand maître de l’Aventure, et sans doute ne l’auras-tu jamais, puisque tu me tends des pièges de cette sorte. Quand on se croit digne de mener la vie que nous avons l’honneur de mener, on doit aussi en être capable, et, pour cela, être prêt à toutes les éventualités… même à ne pas mourir si une fripouille quelconque tente de vous empoisonner… Une âme intrépide dans un corps inattaquable, voilà l’idéal qu’il faut se proposer… et atteindre. Travaille, mon petit. Moi, je suis intrépide et inattaquable. Rappelle-toi le roi Mithridate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Maurice Leblanc (100) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Leblanc
Maurice LEBLANC–L’Agence Barnett et Cie
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Arsène Lupin

Contre quel policier Arsène Lupin lutte t-il fréquemment

Herlock Sholmès
Ganimard
Perenna
Dudouy

7 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Maurice LeblancCréer un quiz sur ce livre