AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Saiwhisper


Saiwhisper
  17 avril 2016
Après "Révélation incendiaire" de K. Aisling où l'action se passe au Québec, "La sentence de juillet" de Jean-François Leblanc me fait repartir dans la splendide ville de Montréal. Splendide mais, encore une fois, loin d'être paisible ! En effet, on suit le sergent détective Jean Royer que le SPVM (Service de Police de la Ville de Montréal) a envoyé pour enquêter sur la sinistre affaire de Catherine Grégoire retrouvée morte sur un chantier. Après quelques recherches, Jean Royer découvre que Catherine est une escorte dont les nombreux services ont satisfaits plus d'un homme... Mais la jeune femme a-t-elle pour autant mérité son sort ? Quels lourds secrets se cachent chez les Grégoire ? Qui a tué et violé Catherine aussi salement... ? Et surtout, pourquoi ?

Le scénario est difficile, dérangeant, violent et torturé, cependant le rythme est bien souvent gâché par les nombreuses descriptions de l'auteur. En effet, ce dernier part parfois dans tous les sens ou décrit longuement des choses que je trouve sans importance par rapport à l'enquête... Cela ralentit énormément le rythme et le plaisir du lecteur. Certes, il est intéressant de voir une petite critique du Québec de façon économique et politique sur quelques paragraphes, mais de là à s'étendre sur plusieurs pages et à plusieurs reprises, cela nuit clairement au rythme de ce court roman ! Pour ma part, à force, j'ai dû lire en diagonale quelques passages tellement cela m'ennuyait... Ce qui est dommage, car cette affreuse affaire est prenante ! Mais les descriptions sans intérêt ont eu raison de mon enthousiasme...
Le sergent détective m'a également déçu : je l'ai trouvé peu attachant. J'aurais souhaité sortir des sentiers battus, néanmoins ce protagoniste est un anti-héros assez classique comme on en rencontre souvent dans le monde du polar. Assez bourru, il ne se laisse pas faire, a parfois des tendances colériques, ne fait pas dans la dentelle et se montre plutôt froid et direct avec autrui. Il a également des difficultés avec la gente féminine...
Hormis Martine, Catherine et sa famille, les autres personnages sont très peu décrits (un comble quand on voit les nombreuses descriptions...). J'ai trouvé cela décevant, car cela réduisait considérablement le nombre de coupables... Un polar trop "facile" ? Je ne sais pas... Il y a pourtant de bonnes idées ainsi qu'une plume qui sait se montrer directe et incisive ! Il y a également beaucoup de flashbacks qui apportent de nombreuses révélations. Âmes sensibles, ce roman n'est pas fait pour vous. Au programme : des viols, de la drogue, de la violence, un univers familial difficile, des scènes "glauques", ... Il va falloir s'accrocher ! Même si j'ai lu quelques ouvrages sombres et violents comme "Le Visage de Satan" de Florent Marotta ou "Mapuche" de Caryl Férey, j'ai toujours du mal avec certaines thématiques comme le viol dont les scènes sont généralement très détaillées...

Cet ouvrage a été proposé dans le cadre du club des lecteurs de ma médiathèque. Finalement, je ressors assez partagée de ma lecture, mais assez déçue en raison du rythme. Même les expressions québécoises qui donnent pourtant un petit charme à la plume n'ont pas réussi à me faire changer d'avis... Il y avait pourtant quelques répliques incisives, surtout au début de l'ouvrage. Cela avait grandement éveillé ma curiosité ! Tant pis, je reste malheureusement sur du négatif... E. C.
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (3)voir plus