AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

François Lebrun (Directeur de publication)Jean Carpentier (Directeur de publication)
EAN : 9782020108799
498 pages
Seuil (01/09/1989)
3.95/5   46 notes
Résumé :
" Synthèse très réussie d'un demi-siècle de travaux historiques tant français qu'étrangers sur notre espace national. "
Philippe Joutard, le Matin

" Nous tenons avec ce livre notre nouveau petit Lavisse, avec la gloriole républicaine en moins et la pudeur des vrais savants en plus... "
Jean-Pierre Rioux, Le Monde

" Pour tous ceux qui, soit par goût personnel, soit par obligation professionnelle, ont à connaître de l'histoi... >Voir plus
Que lire après Histoire de FranceVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Quand le cours de l'Histoire empêche le cours d'Histoire, vous reprenez votre lecture quinze ans plus tard. Tel pourrait être le titre de ce billet si sur Babelio titre il y avait. Lorsque j'étais en Licence 3 , une grève étudiante d'une importance majeure a éclaté contre le projet de LRU ou Loi Précresse en début d'année et entraîné un blocage des universités aux quatre coins de France dès le mois de novembre. La mienne était parmi les premières à se barricader et les cours ont été pour la plupart suspendus jusqu'à la fin du premier semestre. Seuls les professeurs les plus rusés (zélés ?) parvenaient par des voies détournées à gagner les salles de classe et à nous dispenser les cours. Parmi les "victimes" de cette situation figurait le cours d'Histoire de France dispensé en amphithéâtre chaque lundi et pour lequel notre livre de chevet était l'Histoire de France de Carpentier/Lebrun.

En novembre de cette année-là, j'ai donc glissé un marque-page de la Librairie Privat-Brunet d'Arras - qui s'appelle depuis quelques années La grande Librairie - dans mon exemplaire alors que nous n'étions pas encore arrivés à la Renaissance. le livre a trouvé sa place dans ma bibliothèque depuis et n'en était jamais sorti jusqu'à ce que je me mettre en tête d'y mettre un peu d'ordre.

Partiel oblige, je me suis rendu compte que j'avais des souvenirs assez précis de ce que j'avais lu et, par extension, étudié. J'ai donc décidé de reprendre la lecture là où je l'avais laissée quinze ans plus tôt. Malgré le temps qui s'est écoulé, j'ai retrouvé les mêmes sensations qu'à l'époque et un plaisir décuplé par le fait que la discipline est devenue depuis une véritable passion.

Sur le papier, le défi semble pourtant difficile à relever. Comment raconter, l'Histoire de France, du VIème millénaire avant J.C. à la réélection de François Mitterrand en 1988 - ma version est une édition mise en jour en 1992 de l'original de 1987 - en moins de cinq-cents pages ? J'hasarderai cette réponse : en synthétisant intelligemment, en nourrissant la dite synthèse d'annexes pertinentes et surtout en confiant la tâche à cinq historiens à la plume précise.

L'ouvrage est découpé en trente-deux chapitres et si l'orateur change à quatre reprises, la forme est sensiblement identique, chaque partie se terminant par un ou plusieurs documents - schémas, discours, extraits d'ouvrages historiques, graphiques - qui viennent illustrer ou compléter la synthèse. Afin de faire tenir tant de dates, d'anecdotes et de faits en une pagination réduite, on imagine que Jean Carpentier et François Lebrun ont dû préparer le terrain, construire un plan, écarter ce qui devait l'être et conserver ce qui apparaissait essentiel, conforme au projet initial qui est expliqué brièvement dans l'avant-propos. Malgré cela, on peut être surpris du "temps" consacré à certains événements comme la Première Guerre Mondiale par exemple même si, avec le recul, on peut arguer que par sa forme de guerre de position, il y a ici plus de matière pour des ouvrages consacrés à la stratégie militaire - à l'instar de "La bataille de la Marne" de Pierre Miquel - que dans le cadre d'une synthèse historique.

La subdivision des chapitres et l'absence de parti pris - de ""gloriole républicaine" comme le souligne Jean-Pierre Rioux en quatrième de couverture - rendent la lecture agréable, prenante. Les chapitres s'enchaînent avec un plaisir croissant et une vitesse de lecture renforcée par l'attente que suggèrent certaines périodes plus appréciées que d'autres. Dans mon cas, celle qui s'étend de la Renaissance à la fin du "règne" de Napoléon III même si la construction de notre modèle républicain ne manque pas non plus d'attraits.

Une fois la synthèse compulsée, restent les annexes que j'ai évoquées en amont. Outre un glossaire fort utile et une chronologie qui met en parallèle Histoire de France et Histoire du monde, les amateurs de cartes, d'arbres généalogiques et de graphiques en tout genre y trouveront largement de quoi aiguiser leur curiosité, bref de prendre des munitions avant de se laisser orienter bibliographiquement parlant.

Le défi est donc relevé haut la main. Cette Histoire de France remplit sans ciller le rôle ambitieux qu'on lui avait attribué, à savoir donner aux lecteurs le clefs pour mieux comprendre ce pays qui est le nôtre, cet hexagone tour à tour porté aux nues, vilipendé sur la place publique, traversé d'une multitude de courants de pensées, d'une complexité historique folle, incarné par une nation pétrie de défauts, gorgée de qualités, parfois versatile et paradoxale, aux intentions tantôt louables tantôt méprisables mais dont le développement ne cessera de passionner les historiens.
Commenter  J’apprécie          60
Histoire de France étonnement consise, claire et précise à la fois.

De nombreux documents historiques sont là pour compléter/appuyer les propos de chaque chapitres, ainsi qu'une centaine de pages d'annexes, avec définitions, cartes et autres documents permettant de mieux visualiser et de mieux saisir les contextes et enjeus d'époques.

C'était mon premier livre d'histoire de France, de ce fait, j'ai parfois eu du mal à situer, notament géographiquement, puis parfois contextuellement (l'état des autres puissances européennes par ex), certains évènements. Mais cela n'est pas du fait du livre.

Je serai presque tenté de lui mettre 5 étoiles, mais je ne peux m'empêcher de lui reprocher d'être parfois impertinent sur certaines données, que je trouve trop "particulière" ou trop "précises" (je pense notamment au dévelloppement de tous les partis politiques, leurs scores en % etc...).
Cela ne concerne que certains chapitres (ceux qui traitrent des républiques).

Aussi ne vous attendez pas à une approche "romancée" comme pourrait le faire un Alain Decaux. On aborde les faits, de façon très neutre, rien n'est "conté" comme une histoire.

Pour moins de 400 pages, cela à été pour moi une parfaite introduction à l'histoire de France.
Commenter  J’apprécie          10
32 chapitres qui survolent de façon extrêmement synthétique l'histoire de la France, depuis la première occupation de l'homme à la fin du néolithique jusqu'à la fin du XXe siècle. En tenant compte de l'ampleur de la période couverte, on ne peut que saluer cet énorme effort de synthèse fourni par les auteurs, dont la capacité à raconter l'histoire est fabuleuse. La plupart des chapitres sont extrêmement bien documentés, et suffisent à donner une idée de l'évolution notamment politique de la France, au vu des documents historiques parvenus jusqu'à nous.
Commenter  J’apprécie          40
Des chapitres assez courts qui se révèlent être des synthèses remarquables. Une vision grand angle : le social, l'économie, l'enchaînement des événements, les personnages, la démographie ... On lit le tout avec beaucoup d'intérêt, pour les périodes que l'on connaît bien comme pour celles qui nous intéressaient peu jusque-là. Des documents "source" ,en annexe, judicieusement choisis et le tout en format poche. Bien joué !
Commenter  J’apprécie          00
Une histoire de France synthétique, documentée, aisée à lire et à relire. de quoi remettre certaines idées bien en place.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Cette histoire a-t-elle un sens ? Longtemps les historiens l’ont cru. Pour les uns, l’histoire de France, c’était celle des gesta Dei per Francos, des œuvres de Dieu par les Francs, du baptême de Clovis à l’épopée missionnaire du 19e siècle, en passant par Saint-Louis et Jeanne d’Arc, la France n’étant vraiment elle-même que lorsqu’elle répondait à sa vocation de soldat de Dieu. Pour d’autres, l’histoire de la France c’était celle de la formation de l’unité du pays, de la lente émergence de la nation française (…). Le passé doit être étudié et compris pour lui-même, sans préjugés, parti pris ou références anachroniques au présent. (…) Il serait illusoire de voir dans cette évolution quelque chose de fatal et d’irréversible, et de flétrir plus ou moins ouvertement ceux qui, à un moment ou à un autre, s’y sont opposés. (…)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : franceVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (205) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3110 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}