AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782743600792
399 pages
Payot et Rivages (02/05/1996)
3.55/5   19 notes
Résumé :

Véritable citadelle plantée au coeur de la banlieue, le Géant est un supermarché modèle. Son directeur, Jean Montescourt, se prend pour un capitaine de paquebot et le chef de la sécurité, Spada, joue facilement les justiciers sadiques. L'ordre règne à bord. Jusqu'au jour où Pierre, une jolie fille au prénom d'homme, part à l'assaut du bâtiment avec son gang de mauvais garçons, où l... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
leolechat
  07 mai 2018
Années 1970, région parisienne. Bye bye les petits commerces de proximité et vive le "Géant", un immense temple dédié à la consommation où l'on vous promet de pallier à tous vos besoins et de satisfaire chacune de vos envies, même les plus folles. Alimentation, vêtements, outillage, produits de beauté, électroménager, loisirs, papeterie... Demandez et vous aurez. Une vraie révolution ! Dans cette ruche bourdonnante d'activité plongée en permanence dans la lumière artificielle, tout est pensé pour pousser l'acheteur à consommer plus. Promotions, publicités, animateurs-démonstrateurs cernent de toutes parts le client. On avait besoin de pain et on repart avec un aspirateur ; on souhaitait simplement acheter un paquet de bonbons et on quitte le magasin avec le vélo convoité par sa progéniture.
Le monarque de ce palais de la consommation se nomme Jean Montescourt. Obséquieux avec la clientèle et redoutable avec le petit personnel, ce dernier n'est au service que d'un seul maître, son magasin bien-aimé. Le roi Jean va pourtant déchanter. Il suffit parfois d'un grain de sable pour enrayer une mécanique bien huilée...
Pamphlet contre la société de consommation, ce polar social nous plonge dans les entrailles d'un hypermarché. Méthodes de vente parfois peu scrupuleuses, grèves du personnel revendiquant de meilleurs salaires et conditions de travail, chasse aux voleurs... tout est passé à la moulinette avec une ironie mordante. Bien qu'écrit dans les années 1970, ce roman n'a pas pris une ride. Visionnaire, l'auteur imagine un futur où l'on demanderait une grande polyvalence aux caissières, comme c'est le cas actuellement dans les enseignes discount : « Une caissière à son tiroir-caisse dans l'attente de ses clients, c'est un gaspillage de temps et une rémunération inutile. [...] On pourra et on devra, lorsqu'un creux se fera sentir, les utiliser dans le magasin à d'autres tâches : étiquetage, réapprovisionnement, nettoyage, marquage, voire décoration, animation et pourquoi pas contrôle divers. Les responsables d'entreprises qui sauront faire admettre ce progrès en tireront le profit maximum... ».
Après avoir lu ce récit incisif du "Pape du Polar", aussi cruel qu'hilarant, vous envisagerez certainement l'univers de la grande distribution d'un autre oeil !
Lien : https://leslecturesdisabello..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Rodin_Marcel
  16 mars 2015
Lebrun, Michel (1930-1996) - le géant - Ed. J.C. Lattès, 1979 (ISBN 2-7436-0079-9)

L'intrigue – fort bien menée jusqu'à l'apothéose finale – ne brille pas par une originalité débordante.L'intérêt de ce livre réside dans la description au plus près du mode de fonctionnement de ces hypermarchés de la fin des années soixante-dix.
L'avènement de l'hypermarché a accompagné et appuyé la déchéance de l'être humain, la destruction des liens sociaux, la désertification des centres villes. On peut dire qu'il fut l'un des ancêtres d'Internet, par ses côtés self-service, mise à disposition massive de produits pour la plupart (pas tous ! là est l'astuce) pire que médiocres, destruction de pans entiers d'emplois de proximité etc etc.

Un témoignage important sur l'apparition de l'un des pires cancers qui rongent notre société... de consommation.
Commenter  J’apprécie          10
schafferdavid
  28 décembre 2015
"Le Géant" décrit l'arrivée dans la paysage économique français d'un OVNI gigantesque: l'hypermarché. Il est ici traité comme un personnage à part entière, à la fois lumineux et sombre, c'est une supernova qui rend fous tous ceux qui s'en approchent. Derrière les intrigues policières (extrèmement violentes) qui s'y dénouent, le roman dépeint une société française du milieu des années 70 qui semble plus proche de la décénnie précédente que de la suivante: la banlieue populaire abrite un ghetto ou l'on meure encore de malnutrition, les femmes de cadres ne travaillent pas et s'ennuient à mourir dans leur trois pièce-cuisine, les immigrés sont portugais, les voyous portent des blousons noirs et vont au catch. L'interdiction de fumer dans les bars les feraient probablement mourir de rire... ou de haine, car on bascule facilement de l'un à l'autre au long de ce récit. C'est un roman du changement social, un polar que le temps à revêtu d'une patine désuète et inattendue.
Commenter  J’apprécie          00
celine85
  29 novembre 2016
Ce livre nous amène à porter une réflexion sur cette société de consommation qui a finalement été déclenchée par l'arrivé des supermarchés. Ils nous montre les impacts et les nouveaux comportements de l'être humain. Bon polar sociologique.
Commenter  J’apprécie          50
PATCHOULI
  12 décembre 2020
Une pépite ! J'ai adoré ce polar ! Ambiance hyper-marché des années 70, un peu dans le style 'Le Grand Bazar' (73)de Zidi. Peut-être l'auteur s'en est-il librement inspiré d'ailleurs car le livre date de 76/77. L'intrigue est très bien menée. Les connexions entre les faits et entre les différents protagonistes sont distillées de manière subtile. Trahisons, romance, meurtre sont tous les ingrédients de ce roman. Et en passant, l'auteur en profite pour aborder (déjà) le thème du consumérisme à outrance et la mort des petits commerces.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
leolechatleolechat   07 mai 2018
Dans cette ville qu'est le Géant où règne perpétuellement une sourde agitation, que domine une incessante frénésie de vente et d'achat, où la convoitise trouve à chaque instant son assouvissement, où l'acte de regarder un objet, de le palper, de le saisir, prend valeur valeur de possession érotique, le temps s'est arrêté, l'espace d'un clignement d’œil, d'un battement de cœur.
Commenter  J’apprécie          170
rkhettaouirkhettaoui   01 avril 2017
Elle possédait une silhouette ravissante et des jambes qui n’en finissaient pas. Vingt ou vingt-deux ans, guère plus. Encore fallait-il déduire de cette estimation son maquillage outrancier, destiné à briller sous les spots électriques, mais qui, dans la lumière du jour, lui faisait une peau de vieille.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   01 avril 2017
Il fallait parfois supporter son bavardage, mais le vieux atteignait soixante-dix ans, ne serait pas éternel et Jean entendait vivre en bonne intelligence avec ce mort en sursis.
Leurs rares querelles avaient toujours le même motif : le vieux, amateur de femmes au point qu’il en avait épousé trois légitimes, prétendait que son fils se remarie. Or Jean Montescourt, à la suite d’une expérience catastrophique, s’était juré de ne jamais retomber dans l’erreur. Des femmes, soit, une épouse, non, merci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 avril 2017
Elle s’exprimait presque sans accent, mais en cherchant les mots les plus simples au fond de sa mémoire. Il remarqua ses yeux splendides. Mieux soignée, elle eût été attirante. Il aurait surtout fallu qu’elle se tienne droite, mais il était trop tard pour corriger une scoliose provoquée par des années de machine à coudre sous une lumière trop faible. On se penche en avant toujours un peu plus, et quand on atteint le sol, il vous engloutit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 avril 2017
Personne ne se dérangera pour une fille qui crie au secours, dans cette banlieue où viols et agressions sont monnaie courante.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Michel Lebrun (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Lebrun
Chronique consacrée aux grands noms de la littérature policière, et animée, depuis octobre 2018, par Patrick Vast, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour la 28ème chronique, le 20 mars 2019, Patrick présente l'auteur Michel Lebrun. Patrick Vast est aussi auteur, notamment de polars. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://patricksvast.hautetfort.com/ Il a également une activité d'éditeur. À voir ici : https://lechatmoireeditions.wordpress.com/ La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62/
autres livres classés : supermarchéVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2453 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre